Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève


Fiche de lecture : The Internet of money

Auteur(s) du livre : Andreas Antonopoulos
Éditeur : Merkle Bloom
9781537000459
Publié en 2016
Première rédaction de cet article le 5 décembre 2016


Ce petit livre rassemble le texte de plusieurs conférences d'Andreas Antonopoulos au sujet de Bitcoin. Les textes ont été édités, les erreurs corrigées, mais le ton reste celui des conférences de l'auteur, passionnantes et brillantes. Sa thèse principale est que le Bitcoin n'est pas juste une monnaie, c'est un mécanisme sur lequel on va pouvoir bâtir plein de nouvelles relations économiques, c'est l'Internet of money. Et les vieux dinosaures du monde actuel peuvent toujours critiquer, et prétendre que le Bitcoin n'a pas d'avenir, Antonopoulos démonte tous leurs arguments. (Les conférences elles-mêmes sont visibles en ligne.)

C'est donc vraiment le bouquin à faire lire aux gens qui expliquent doctement que le Bitcoin n'est pas une monnaie réelle, ou bien que ce n'est qu'une expérience d'une poignée de gusses dans leur garage. Antonopoulos est très pédagogue... et très militant.

Il n'a pas de mal à rappeler que les arguments contre le Bitcoin sont à peu près les mêmes que ceux employés par les messieurs sérieux et les experts médiatiques contre l'Internet (ou, puis-je ajouter, contre Unix et contre le logiciel libre) : c'est juste une expérience, ce n'est pas sérieux, c'est un truc de hippies libertariens, cela ne durera pas. Pourquoi croirait-on aujourd'hui ces mêmes experts ? D'où le titre du livre, qui fait allusion au fait que l'auteur prédit au Bitcoin le même succès que l'Internet : déranger les systèmes en place, permettre de nouvelles possibilités, reposer les questions. « Dire que le Bitcoin est une monnaie numérique, c'est aussi réducteur que dire que l'Internet est un téléphone amélioré. »

Un concept intéressant dans une des conférences est celui d'inversion de l'infrastructure. Au début, la nouvelle technologie utilise une infrastructure conçue pour la technologie précédente, et a donc bien du mal. Les premières voitures roulaient sur des routes prévues pour les chevaux. Ceux-ci ont quatre pattes et un bon équilibre, les trous ne les dérangeaient donc pas trop, alors qu'ils étaient redoutables pour les voitures. Petit à petit, les choses ont changé, l'infrastructure s'est inversée, et ce sont aujourd'hui les chevaux qui marchent sur une route goudronnée conçue pour les voitures. De même, l'Internet à ses débuts devait emprunter une infrastructure conçue pour le téléphone (et on avait besoin de modems, pour faire passer IP pour de la voix) alors qu'aujourd'hui, l'infrastructure s'est inversée, c'est la voix qui n'est plus qu'une des nombreuses applications qui utilisent l'infrastructure de l'Internet.

De la même façon, estime Antonopoulos, les services bancaires traditionnels continueront à exister, mais seront simplement des applications au-dessus de Bitcoin.

L'auteur est bien conscient que les adversaires du Bitcoin ne vont pas se contenter de le ridiculiser ou de le critiquer. Ils vont activement tenter de l'interdire. Il est très optimiste sur les chances du Bitcoin de résister à cette censure (dans le pire des cas, les transactions seront encodées en smileys dans les discussions des articles Wikipédia et ne pourront donc pas être stoppées...) Après tout, Bitcoin a déjà été testé au feu, d'innombrables attaques ont déjà visé cette monnaie, et le Bitcoin a toujours survécu. (Voir à ce sujet l'hilarant site « Bitcoin Obituaries » et l'amusante vidéo « Not this time ».)

Antonopoulos insiste sur le caractère « sans permission » du Bitcoin. Il n'y a pas de Président du Bitcoin, chacun avec une idée peut la mettre en œuvre sur la chaîne de blocs tout de suite, sans demander de permission. En tant que « programmable money », Bitcoin n'a pas seulement un usage (payer) mais tous les usages qu'on peut imaginer. (Le Bitcoin est neutre, au sens de « neutralité du réseau ».)

Antonopoulos fait remarquer que toutes les innovations ont été la cible d'innombrables critiques à leur début. (Il oublie de dire que certaines critiques étaient justifiées. Par exemple, il cite des déclarations anti-voiture des débuts de l'automobile, pointant les dangers mortels de cette technologie, dangers qui existent toujours.) Ces critiques semblent bien ridicules avec le recul, comme celles contre le Bitcoin sonneront moyenâgeuses dans le futur. Antonopoulos remarque avec justesse que ces critiques portaient souvent sur des points de détail, qui allaient évoluer avec le temps. Ainsi, les premières critiques des automobiles portaient sur la difficulté à les faire démarrer, problème réel mais qui a été vite résolu avec l'invention du démarreur. (Personnellement, je me souviens bien des premières démonstrations de l'Internet que je faisais au début des années 1990, où la plupart des remarques des gens portaient sur le caractère « peu convivial » des logiciels utilisés. Peu de gens étaient capables de voir l'intérêt de cette technologie, au-delà de problèmes ergonomiques temporaires.)

Dans une autre conférence, Antonopoulos revient sur la monnaie : de quand date t-elle ? Et, d'ailleurs, qu'est-ce qu'on appelle « monnaie » ? (Beaucoup de messieurs experts refusent de considérer le Bitcoin comme une monnaie car ils donnent de la monnaie une définition arbitraire et anti-historique du genre « la monnaie est le moyen de paiement décidé par un État, et régulé ».)

L'auteur insiste aussi sur l'importance pour les acteurs du monde Bitcoin de ne pas copier bêtement le vocabulaire du passé. Ainsi, il s'énerve (à juste titre) contre les articles mentionnant le Bitcoin et qui sont illustrés par... des pièces de monnaie. Il reconnait que c'est d'ailleurs en partie la faute du terme « bitcoin » qui est trompeur. De même, le terme de « portefeuille », souvent utilisé pour les logiciels de gestion de ses bitcoins, est erroné : on ne peut pas copier un portefeuille traditionnel, alors qu'il n'y a aucun problème à le faire avec un portefeuille Bitcoin (il ne stocke pas d'argent, mais des clés).

Autre exemple de l'erreur qu'il y a à copier aveuglément les anciennes techniques, les places de marché Bitcoin. Ces places n'ont rien de Bitcoin, ce sont des établissements financiers traditionnels et, notamment, leur modèle de sécurité n'est pas du tout celui de Bitcoin.

Compte-tenu de la marée médiatique anti-Bitcoin (et anti-cryptomonnaies en général), on a bien besoin d'un livre comme celui-ci, qui redresse la barre. Par contre, il ne faut pas y chercher une analyse balancée. On ne voit aucune critique sur les aspects problématiques du Bitcoin. Il faudra un autre livre pour cela. Un volontaire pour écrire une critique sérieuse du Bitcoin ? (Qui ne se limite pas à des points de détail spectaculaires comme l'identité de Nakamoto, ou à du simple conservatisme du genre « les banques n'en veulent pas » ?) En attendant, lisez le livre, et écoutez les conférences d'Andreas Antonopoulos, vous ne le regretterez pas.


La fiche

Fiche de lecture : Mastering Bitcoin

Auteur(s) du livre : Andreas Antonopoulos
Éditeur : O'Reilly
978-1-449-37404-4
Publié en 2015
Première rédaction de cet article le 20 novembre 2016


Vous voulez connaitre tous les détails techniques sur Bitcoin ? Voici un livre recommandé. À la fin, vous en saurez davantage que vous ne vouliez.

Le livre a été écrit par Andreas Antonopoulos, personnage connu dans le monde Bitcoin, et qui écrit de nombreux articles et donne plein de conférences (celle qu'il a donné à Paris le 11 octobre est en ligne, vous pouvez aussi voir les nombreux tweets que cela a entrainé et une excellente « storifycation de ces tweets). Son livre commence de manière très pédagogique, à travers des scénarios d'utilisation. Alice utilise Multibit pour acheter un café à Bob à Palo Alto, Bob fait refaire le site Web de son café à Gonesh, à Bangalore, et Jing mine du bitcoin à Shanghai. Au début, l'auteur fait peu de technique, se focalisant sur les applications.

Ensuite, cela devient plus technique, en commençant par l'installation d'un nœud Bitcoin (le livre n'est pas destiné à M. Michu). Andreas Antonopoulos explique le fonctionnement du client en ligne de commande qui permet de parler à son nœud Bitcoin. De la commande la plus triviale, permettant de savoir à quel bloc en est la chaîne locale :

 % bitcoin-cli getblockcount
439785
    

à des commandes plus complexes, ici pour voir l'achat du café d'Alice :

% bitcoin-cli gettransaction 0627052b6f28912f2703066a912ea577f2ce4da4caa5a5fbd8a57286c345c2f2
    

(Si vous obtenez le message d'erreur Invalid or non-wallet transaction id, c'est que vous n'avez pas bien lu le livre et les instructions qu'il donne pour accéder à toutes les transactions.)

À noter que les exemples ont été réellement faits sur la chaîne publique Bitcoin, et peuvent donc être vérifiés. L'adresse d'Alice est 1Cdid9KFAaatwczBwBttQcwXYCpvK8h7FK et on peut donc voir toutes ses transactions en ligne, de sa première obtention de 0,1 bitcoin auprès de son ami Joe (transaction 7957a35fe64f80d234d76d83a2a8f1a0d8149a41d81de548f0a65a8a999f6f18), à l'achat du café à Bob (transaction 0627052b6f28912f2703066a912ea577f2ce4da4caa5a5fbd8a57286c345c2f2). Le code QR de la demande de bitcoins de Bob, dans le livre, est également un vrai, et on peut le lire (bitcoin:1GdK9UzpHBzqzX2A9JFP3Di4weBwqgmoQA?amount=0.015&label=Bob%27s%20Cafe&message=Purchase%20at%20Bob%27s%20Cafe).

L'auteur pense aussi aux programmeurs et leur explique comment accéder aux données Bitcoin et les manipuler depuis un programme. Par exemple, en Python, avec la bibliothèque pycoin.

Je l'ai dit, ce livre, malgré ses premières pages très pédagogiques sur Bitcoin, est prévu pour les techniciens. Vous y trouverez même une explication de la cryptographie sur courbes elliptiques, permettant de décrire ensuite les différents formats de clés.

Les utilisateurs de l'autre chaîne de blocs Ethereum savent qu'une adresse Ethereum ne désigne pas forcément un compte mais peut référencer un programme qui sera exécuté lorsqu'on enverra quelque chose à cette adresse. Mais peu savent que cette possibilité existe dans Bitcoin depuis longtemps. Antonopoulos décrit donc en détail les différents types d'adresses Bitcoin, notamment les P2SH (Pay To Script Hash) où le paiement va déclencher l'exécution d'un programme qui pourra, par exemple, demander plusieurs signatures pour valider un paiement (la grande différence entre Ethereum et Bitcoin n'est pas la présence ou l'absence de programmes stockés dans la chaîne, elle est dans le fait que seul Ethereum a un langage de Turing ; au passage, le livre contient un court chapitre présentant rapidement quelques chaînes de blocs concurrentes). Il y a même un peu d'assembleur Bitcoin dans le livre (mais pas un cours complet sur ce langage).

Les gens du réseau aimeront également le chapitre sur le fonctionnement pair à pair de Bitcoin et sur la façon dont les nœuds Bitcoin échangent. Un petit coup de bitcoin-cli getpeerinfo et je vois que ma machine Bitcoin a 124 pairs, dont 11 se connectent en IPv6. 86 font tourner le logiciel de référence Bitcoin Core et 30 sont basés sur BitcoinJ (ce sont surtout des clients utilisant Multibit).

Je l'ai dit plus haut, ce livre n'est pas du tout nécessaire pour utiliser Bitcoin, ni même pour comprendre comment il fonctionne. En revanche, il est indispensable si vous voulez comprendre les points les plus délicats du fonctionnement de Bitcoin, comme les UTXO, la structure de la chaîne avec les arbres de Merkle, le fonctionnement de SPV... Difficile de trouver une question technique sur Bitcoin qui n'aurait pas de réponse dans ce livre.

Avertissement : j'ai acheté ce livre en payant en euros, pas en bitcoins. J'en profite pour rappeler que, si vous aimez ce blog, je veux bien des bitcoins.


La fiche

Fiche de lecture : Quand le digital défie l'État de droit

Auteur(s) du livre : Olivier Iteanu
Éditeur : Eyrolles
978-2-212-11859-9
Publié en 2016
Première rédaction de cet article le 2 novembre 2016


On ne peut plus se plaindre que l'irruption du numérique dans toutes les activités humaines se fasse sans réflexion politique ou juridique. Voici encore un nouvel ouvrage sur la question, écrit par un juriste qui connait bien ce domaine depuis des années. Il tourne autour d'une question « est-ce que cette irruption du numérique va se faire au détriment du droit ? ».

Olivier Iteanu se penche sur quatre grandes questions politico-juridiques : la liberté d'expression, la vie privée, le droit d'auteur et la gouvernance de l'Internet. Sa thèse principale est que, oui, le numérique menace l'État de droit (au passage, il y a une différence entre « État de droit » et « état de droit » et Iteanu met bien la majuscule). En gros, les GAFA tentent d'imposer leurs lois (les fameuses CGU que personne ne lit, et qui sont souvent illégales, par exemple en obligeant d'aller traiter les litiges en Californie). Et cela se fait au détriment des lois nationales des pays vassaux.

La thèse est étayée par de nombreux exemples, les argumentaires des GAFA (« mais vous pouvez toujours changer les paramètres de vie privée, si vous ne voulez pas que vos données soient diffusées ») bien réfutés. Je ne vais pas en discuter ici, je ne cherche pas à défendre Google :-) Mais le problème est qu'Iteanu semble considérer qu'il n'y a menace pour les citoyens que lorsqu'elle vient d'un GAFA états-unien. Ainsi, la section sur la liberté d'expression oppose « liberté d'expression » et « freedom of speech » (en anglais dans le texte, pour bien montrer que c'est un concept étranger). L'idée est que le « freedom of speech » est absolu (et permet donc des discours racistes, par exemple), alors que la liberté d'expression est bornée par la loi. D'abord, cette opposition États-Unis-premier-amendement-freedom-of-speech-totale vs. France-pays-de-raison-et-de-mesure est largement fausse. Le premier amendement ne crée pas une liberté d'expression totale. Il dit juste que l'État ne doit pas la limiter. Cela laisse les entreprises privées ou des groupes de citoyens libres de limiter la liberté tant qu'ils veulent (cf. les censures de Facebook, par exemple). Mais, surtout, tout le chapitre sur la liberté d'expression fait comme si le seul problème lié à la liberté d'expression était l'abus que certains en font, pour de la propagande nazie, par exemple. Les menaces contre la liberté d'expression ne sont pas mentionnées. Et l'état d'urgence en France n'est jamais cité.

La tonalité « souverainiste » du livre est d'ailleurs assez agaçante. Les seuls reproches faits aux institutions françaises ou européennes sont de trop céder aux pressions états-uniennes. À lire ce livre, on a un peu l'impression que les États en Europe et notamment en France ne font jamais rien de dangereux ou de négatif, et que la seule question politique est de résister aux empiètements des GAFA et du gouvernement de Washington. L'auteur fait remarquer à juste titre que le passage du règne de la loi à celui de CGU dictées par une entreprise capilatiste n'est pas un progrès, mais cette dénonciation serait plus convaincante si elle était accompagnée d'une critique de la loi (qui est présentée comme l'expression indiscutable de la volonté du peuple).

Sur la vie privée (opposée à la « privacy » anglo-saxonne), Iteanu pointe à juste titre le danger de la surveillance massive que fait le gouvernement états-unien, notamment via la NSA, et le fait que le défunt Safe Harbor soit « un chiffon de papier ». Mais il ne mentionne qu'en passant, et sans critiques, les contributions françaises à la surveillance, comme la loi Renseignement.

Sur le droit d'auteur, Iteanu reprend la théorie comme quoi il y aurait une différence de philosophie entre « droit d'auteur » et « copyright » anglo-saxon, et que cette différence aurait des conséquences pratiques (ce qui n'est pas vraiment le cas). Par contre, il est cette fois bien plus critique pour le système français, pointant l'inefficacité et l'injustice du système répressif que symbolise en France la HADOPI.

Enfin, la partie sur la gouvernance de l'Internet critique logiquement l'ICANN (le livre a été écrit avant le léger changement des relations entre l'ICANN et le gouvernement états-unien le 1er octobre 2016, mais cela a peu d'importance). L'ICANN est une cible facile (et justifiée) mais il est dommage que l'ONU soit citée comme alternative crédible, sans l'once d'une critique. Iteanu cite entre autres des gens dont la crédibilité est très faible, comme Bellanger qui, dans un article fumeux, accusait Google de détournements imaginaires.

(Les techniciens pinailleurs comme moi seront surpris du tableau présentant les serveurs racine, et plus précisément de sa dernière colonne, « suffixe du nom de domaine », qui place la NASA dans un curieux .usg, ne met pas l'armée états-unienne sous .mil, et voit le RIPE-NCC en .int. De toute façon, aujourd'hui, tous les serveurs racine sont nommés sous .net.)

En résumé, l'analyse des GAFA, de leur attitude, des menaces qu'ils représentent pour la vie privée ou pour la souveraineté nationale, est très bonne et résume bien le problème. Mais l'« oubli » complet des menaces venant d'autres acteurs, comme l'État français ou comme les entreprises françaises, diminue sérieusement l'intérêt du livre. Olivier Iteanu connait bien son sujet (et évite donc de parler des pires énormités souverainistes comme le cloud souverain ou l'OS souverain) mais, hélas, il se laisse trop emporter par un point de vue national.

Tiens, ça me donne envie de parler en anglais. Full disclosure : j'ai reçu un exemplaire gratuit de ce livre.


La fiche

Fiche de lecture : surveillance://

Auteur(s) du livre : Tristan Nitot
Éditeur : C&F éditions
978-2-915825-65-7
Publié en 2016
Première rédaction de cet article le 9 octobre 2016


Si vous avez lu tous les articles d'Amaelle Guiton, de bluetouff et d'Andréa Fradin, si vous allez à tous les Quadr'Apéro de la Quadrature du Net (en lisant un livre de Schneier dans le métro) ou, bien sûr, si vous travaillez pour Facebook ou pour la DGSI, ce livre ne vous apprendra rien. Vous savez déjà que l'internaute ordinaire (pas le suspect de djihadisme ou de grand banditisme, non, le fameux M. Michu) est surveillé en permanence par les outils et services numériques qu'il utilise. Mais, contrairement au djihadiste ou au bandit, M. Michu ne le sait pas, ou bien il ne mesure pas exactement l'ampleur de la surveillance généralisée, ou alors il est complètement résigné, convaincu de ne rien pouvoir y faire. Le livre de Tristan Nitot vise à informer cet internaute innocent (dans tous les sens du terme) de la surveillance dont il fait l'objet, mais aussi à proposer des pistes pour améliorer les choses et faire reculer un peu la surveillance. (La préface d'Adrienne Charmet insiste sur l'importance de marcher sur ces deux jambes, l'exposition des problèmes, et celle des solutions.)

Ce livre est très court, ce qui reflète soit la paresse de l'auteur, soit son désir d'être utile à un maximum de gens qui pourraient être découragés en voyant un énorme pavé universitaire (qui, au passage, manque, sur ce sujet). L'auteur présente d'abord la variété des techniques de surveillance existantes. Contrairement à ce que prétendent les menteurs qui affirment qu'avec le chiffrement des smartphones, les policiers ne pourraient plus travailler, notre vie privée a énormément perdu avec l'arrivée de ce phono sapiens. Doté de capteurs perfectionnés, il enregistre tout et transmet tout à ses maîtres (qui ne sont pas son propriétaire...). Ensuite, les GAFA comme Google récoltent une quantité faramineuse de données, que leurs techniques perfectionnées permettent d'analyser. L'auteur donne plusieurs exemples concrets et précis (avec à chaque fois l'URL permettant d'aller se renseigner davantage, souci de sérieux rare). Toute cette partie est très pédagogique. Si vous êtes le geek instruit et politisé cité au début, c'est l'ouvrage à recommander à vos proches (et aux lointains aussi) moins informés, pour qu'ils comprennent ce qui arrive aujourd'hui à tout citoyen. Et ne leur racontez pas tout, laissez-leur le plaisir de découvrir l'erreur gravissime du cochon, citée à chaque conférence de l'auteur :-)

Tristan Nitot tord aussi le cou à quelques mythes comme le « je n'ai rien à cacher ». On a tous des choses (tout à fait légales) à cacher. Personnellement, je demande aux gens qui affirment n'avoir rien à cacher « votre dernier relevé bancaire, et la liste de vos dix derniers partenaires sexuels, avec les pratiques utilisées ».

Un point important de son livre est la question du modèle économique des acteurs de l'Internet. Si Google et Facebook nous surveillent autant, ce n'est pas parce qu'ils sont des filiales de la NSA, ni parce qu'ils sont vendus au diable ou aux reptiliens. C'est parce qu'ils sont gratuits, et qu'il faut bien se financer d'une manière ou d'une autre. Exploiter les données personnelles est une méthode rentable, et largement invisible pour l'utilisateur. Elle nécessite la récolte du plus grand nombre de données personnelles possible, et il n'est donc pas exagéré de noter que « le modèle d'affaires du Web, c'est la surveillance ».

Le désir de l'auteur (et de la préfacière) de ne pas uniquement décrire l'affreuse surveillance dont nous sommes l'objet, mais également de faire preuve d'un certain optimisme en indiquant des choix qui amélioreraient les choses, va parfois un peu loin. Si je peux comprendre l'analyse mesurée que Nitot fait d'Apple (société dont il ne cache pas les défauts mais qui, en matière de surveillance, semble en effet « moins pire » que les autres), j'ai plus de mal avec l'éloge qu'il fait de la société Sen.se dont le fondateur répète partout que la vie privée n'est pas son problème car « Facebook fait pire ». C'est ainsi que le produit Mother de cette société envoie tout dans « un ordinateur de quelqu'un d'autre » et que c'est présenté comme inévitable.

L'auteur continue en expliquant qu'un autre Internet est possible. Car dénoncer la surveillance, c'est très bien, mais cela peut mener à la sidération : convaincu d'être surveillé de partout, et de ne pas pouvoir l'empêcher, sauf à vivre dans une grotte sans électricité, le citoyen pourrait se décourager et renoncer à son droit à la vie privée. Il est donc nécessaire de proposer des pistes d'amélioration. Plusieurs sont avancées : le logiciel libre, bien sûr, condition nécessaire (mais pas du tout suffisante), le paiement des services (« si c'est gratuit, c'est que vous n'êtes pas le client, vous êtes la marchandise »), l'auto-hébergement (sans cacher, comme pour les autres solutions, les extrêmes difficultés que cela pose), le chiffrement (encore une condition nécessaire mais pas suffisante)... Nitot demande aussi que les partisans d'un autre Internet s'attaquent aussi au problème difficile de faire aussi bien, voire mieux, que les GAFA en matière de vécu utilisateur.

L'auteur détaille aussi, avec beaucoup de précision, quelques mesures d'hygiène numérique qui peuvent permettre de limiter un peu les dégâts de la surveillance. Par exemple, bloquer le spyware Google Analytics, ou bien avoir son propre nom de domaine permet de ne pas dépendre d'un seul fournisseur, et d'être donc libre de le quitter si ses pratiques ne sont pas acceptables.

Notons que ces manipulations sont parfois longues, ce qui reflète le désir des maîtres de la surveillance de nous empêcher de diminuer celle-ci. Il faut ainsi neuf étapes pour configurer Twitter de manière plus respectueuse de la vie privée.

Pour une genèse du livre, par son auteur, et pour une liste exhaustive des articles qui en parlent, voir sur le Standblog.

Déclaration de conflit d'intérêts : j'ai reçu un exemplaire gratuit de ce livre, mais il n'était pas accompagné d'une bouteille de vin, donc j'écris cet article à jeun et en toute objectivité.


La fiche

Fiche de lecture : Notre galaxie numérique: tous mutants

Auteur(s) du livre : Cyril Hlakkache
Éditeur : Kawa
978-2-36778-097-9
Publié en 2016
Première rédaction de cet article le 21 septembre 2016


Je suis perplexe devant ce livre. D'un côté, j'apprécie (comme Jean-Michel Planche, qui fait la postface) qu'on prenne de la hauteur par rapport aux transformations induites par le numérique, et qu'on essaie d'en parler à un large public. De l'autre, je me méfie des livres qui tentent de traiter tout en 250 pages, sautant d'un sujet à l'autre, et abusant de termes grandiloquents (mutation, digital, agilité...).

Mais le résultat n'est pas mauvais : l'auteur connaît ses sujets et, s'il se livre à quelques approximations et raccourcis, je n'ai pas trouvé de grosse erreur ridicule pour faire rire les lecteurs de mon blog. Pour donner une idée du style du livre, l'auteur parle de NTP en disant « C'est [NTP] qui permet au réseau des réseaux de battre la mesure pour que le tout fonctionne dans un même espace-temps ».

Cyril Hlakkache couvre à peu près tout ce qui a un rapport avec le numérique : Internet, la sécurité, le logiciel libre, les mégadonnées, la sous-traitance (pardon, cloud, c'est plus joli), la vie privée, la réalité virtuelle (avec Second Life ressorti des poubelles de l'histoire), l'IA, Bitcoin et le transhumanisme... Régulièrement, il dérape en se lançant dans des discours quasi-commerciaux et a-critiques, puis il corrige en reprenant un point de vue humaniste, soucieux des droits et des libertés des humains.

Globalement, c'est donc un livre que vous pouvez suggérer aux gens qui ne sont pas eux-mêmes complètement immergés dans cet univers numérique, et qui cherchent à s'informer et comprendre.

Déclaration de conflit d'intérêt : j'ai reçu un exemplaire de ce livre gratuitement.

Pour le suivi, il existe un blog du livre.


La fiche

Fiches de lecture des différentes années : 2017  2016  2015  2014  2013  2012  2011