Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève


Fiche de lecture : Bitcoin, la monnaie acéphale

Auteur(s) du livre : Adli Takkal Bataille, Jacques Favier
Éditeur : CNRS Éditions
978-2-271-11554-6
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 11 mars 2018


Le succès du Bitcoin puis, plus récemment, celui du concept de chaîne de blocs, ont entrainé l'apparition de nombreux ouvrages sur le sujet. Ce dernier livre a un point de vue résolument « pieds dans le plat », en démolissant pas mal de vaches sacrées de la littérature économique.

Bitcoin dérange, c'est sûr, et les attaques contre lui n'ont pas manqué. Il a été accusé d'être une « monnaie virtuelle » (comme si l'euro ou le dollar avaient plus de réalité), d'être une monnaie de la délinquance (comme si la majorité des transactions illégales n'était pas en dollars), d'être une pyramide de Ponzi (sans doute l'accusation la plus ridicule)… Ce livre va donc tenter de redresser la barre, avec talent, et sans prendre de gants.

Dès la page 17, les discours des ignorants anti-Bitcoin se font étriller : « Ponzi, en matière d'argent, est un peu le point Godwin de l'invective » De nombreux autres clichés vont être remis en cause dans ce livre, qui aime les phrases-choc et, la plupart du temps, parfaitement justes.

Même quand une idée reçue est répétée en boucle par beaucoup de messieurs sérieux, les auteurs n'hésitent pas à lui tordre le cou. Ils exécutent ainsi les chaînes privées (« à permission ») p. 56, sans aucun respect pour tous les consultants qui vendent des rapports expliquant que c'est l'avenir.

Bon, la légende de la pyramide de Ponzi et les chaînes privées étaient des cibles faciles, aisées à réfuter. Mais ce livre ne recule pas non plus devant les critiques plus sérieuses, comme le problème écologique que posent les calculs (la « preuve de travail ») nécessaires pour protéger la chaîne Bitcoin. De même, les problèmes parfois « violents » agitant la « communauté » Bitcoin sont largement exposés et remis dans le contexte. On trouve par exemple une bonne analyse de la question du « pouvoir des mineurs ».

Les auteurs sont très à l'aise aussi bien avec l'informatique qu'avec l'économie, mais dérapent parfois sur des sujets « vendeurs » mais sur lesquels ils manquent de sens critique, comme l'Internet des Objets ou le vote électronique. De même, la présentation de Namecoin est très sommaire, et comprend d'ailleurs une erreur amusante lorsqu'ils disent que le TLD utilisé pour les noms de domaine Namecoin est .name (c'est en fait .bit).

Malgré ces défauts, c'est un livre que je recommande très fortement. Son titre à lui seul résume la bonne connaissance du Bitcoin par les auteurs : des tas d'adjectifs ont été utilisés pour le Bitcoin (« virtuel », « cryptographique », « décentralisé »…) mais je trouve qu'aucun ne résume aussi bien le Bitcoin que celui qu'ils ont choisi, « acéphale ».


La fiche

Fiche de lecture : Le médecin qui voulut être roi

Auteur(s) du livre : Guillaume Lachenal
Éditeur : Seuil
9-782021-142563
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 3 janvier 2018


Voici un excellent livre sur le colonialisme, à travers le cas d'un médecin français, Jean-Joseph David, qui, en poste à Wallis, puis au Cameroun, a obtenu les pleins pouvoirs, et s'est lancé dans une utopie, créer une société parfaite.

C'est une banalité de parler de pouvoir médical et de dire que le médecin se sent souvent placé au dessus des autres humains. Mais ici, dans les deux pays, David a en effet réussi à avoir la totalité des pouvoirs, médical, mais aussi économique, administratif, policier et judiciaire (il pouvait punir, et il ne s'en privait pas). Tout partait pourtant d'une idée sympathique, celle de la « médecine sociale », l'idée, en rupture avec la médecine pasteurienne, qu'on ne pouvait pas considérer la maladie comme le résultat de la seule action des microbes, mais qu'il fallait prendre en compte tout l'environnement. Mais cette idée a vite mené à un dérapage qu'on doit pouvoir qualifier de totalitaire. Le médecin s'est en effet senti en droit de réorganiser toute la société selon ses vues, évidemment sans jamais demander leur avis aux habitants.

Jean-Joseph David était-il gentil ou méchant ? Il traitait bien les indigènes, mais comme un éleveur traite bien son troupeau. Il ne les considérait pas comme des citoyens, même pas complètement comme des humains, quand il parlait d'« améliorer la race » ou bien d'amener beaucoup d'enfants à l'âge adulte pour que la France ait beaucoup de tirailleurs. Et ses utopies ont parfois eu des conséquences graves. Il était clairement mégalomane (« la mégalomanie est une maladie tropicale », note un ancien des interventions en Afrique à l'auteur) mais était aussi le produit de son époque (la culture du Pharo, où tous ces médecins coloniaux étaient formés par d'anciens coloniaux) et de l'éloignement (depuis Yaoundé, le gouverneur français le laissait faire ce qu'il voulait).

Le titre du livre fait évidemment référence à Kipling mais, ici, le héros ne cherche pas juste à être roi et à en avoir les avantages, il veut vraiment transformer la société.

Le livre est un peu décousu, d'abord parce qu'on a peu d'archives sur David (une grande partie a disparu dans les troubles qu'a connu le Cameroun par la suite), ensuite parce que ce n'est pas un roman, mais un travail plutôt universitaire, avec beaucoup de notions de sociologie et d'anthropologie qui nécessiteront que l·e·a lect·eur·rice s'accroche. Mais cela vaut la peine, il y a eu peu de descriptions de ce genre d'« utopies coloniales » où un mégalomane, profitant du pouvoir que lui donnait la force militaire de la France, se disait « je vais enfin pouvoir remodeler la société ». On est choqués de sa dictature et en même temps, c'est fascinant de se demander « et moi, si j'avais un tel pouvoir, j'en ferais quoi ? »


La fiche

Fiche de lecture : La mer des Cosmonautes

Auteur(s) du livre : Cédric Gras
Éditeur : Paulsen
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 1 janvier 2018


Il fait froid dehors, en ce début 2018 ? Voici un livre pour se réchauffer : partez en Antarctique avec les polyarniks russes.

Ce n'est pas un roman, mais un témoignage de l'auteur, qui est allé en Antarctique (en été, quand même…) à bord du Akademik Fedorov et en a rapporté plein d'histoires de travailleurs polaires. Et, oui, la mer des Cosmonautes du titre existe vraiment.

Le temps des explorateurs polaires avec trois types et quinze chiens qui se lançaient à l'assaut du continent blanc est passé : les bases sont maintenant bien plus grandes et peuplées, avec une débauche de matériel. Dans les bases russes, on trouve tous les fleurons de l'ex-industrie soviétique, devenues souvent épaves, de l'Iliouchine 14 au GAZ-69. On est maintenant dans l'exploitation plus que l'exploration. Mais les conditions de vie restent difficiles : le matériel casse, les humains s'épuisent, l'accident guette dès qu'on sort, il faut parfois allumer un feu sous le bulldozer pour qu'il démarre. Et les Russes prennent apparemment moins de précautions avec le matériel humain, alimentant le cimetière qui jouxte une des bases.

Mais pourquoi trouve-t-on des volontaires pour l'Antarctique ? À l'époque soviétique, une des raisons était le prestige attaché au métier de polyarnik. Leur prestige ne le cédait qu'aux cosmonautes, héros souvent cités par les polyarniks nostalgiques « à cette époque, on était quasiment aussi adulés que les cosmonautes », et les gamins dans les cours d'école jouaient en alternance au cosmonaute et au travailleur polaire. Tout ceci s'est effondré avec l'Union Soviétique, au point que, dans certaines bases, il a fallu vendre les breloques à étoile rouge aux touristes états-uniens de la base voisine, pour pouvoir se financer. Il n'y a plus qu'en Biélorussie, gelée dans les années Brejnev, que les polyarniks sont encore accueillis avec médailles et discours, à leur retour.

Aujourd'hui, la Russie continue l'exploitation antarctique, mais avec un nombre de bases réduit. Des nouveaux pays sont venus, et on s'échange les visites de courtoisie, dans ce territoire démilitarisé. Le travailleur polaire continue de bénéficier d'avantages matériels conséquents, et garde un peu de prestige, pas à cause de l'Antarctique, mais à cause des escales exotiques que fait le navire avant d'atteindre le continent blanc. Et puis, certains travailleurs le confient à l'auteur : après plusieurs rotations en Antarctique, ils ne se voient pas vraiment reprendre une vie « normale ».

En ligne, les photos de l'auteur.


La fiche

Fiches de lecture des différentes années : 2018  2017  2016  2015  2014  2013  2012