Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 5016: Requirements for a DomainKeys Identified Mail (DKIM) Signing Practices Protocol

Date de publication du RFC : Octobre 2007
Auteur(s) du RFC : M. Thomas (Cisco)
Pour information
Première rédaction de cet article le 11 novembre 2007
Dernière mise à jour le 24 août 2009


Le protocole DKIM de signature des courriers électroniques a une limite. Tant que tout le monde ne signe pas, on ne peut pas savoir si l'absence de signature est volontaire ou bien est la conséquence d'une fraude. Le protocole SSP (Signing Practices Protocol) doit permettre de résoudre ce problème.

DKIM, normalisé dans le RFC 6376, normalise un mécanisme pour insérer des signatures cryptographiques dans un courrier électronique, de façon à en prouver l'authenticité. Mais le déploiement de DKIM ne sera pas instantané et n'atteindra peut-être jamais 100 % des serveurs de messagerie. Si un message arrive sans signature, est-ce normal car ce domaine ne signe pas, ou bien est-ce une fraude ? Impossible de le savoir sans connaitre les pratiques de signature du domaine. Par exemple cisco.com signe tous ses messages. Mais on ne peut pas connaitre les pratiques de tous les domaines de l'Internet. Il faut donc un protocole pour récupérer cette information, SSP, dont ce RFC donne le cahier des charges.

Le principe de SSP est de fournir un moyen permettant à un MTA de décider, lorsque le message n'est pas signé, si cela est suspect ou non. Si SSP indique que example.net signe toujours et qu'un message prétendant venir de dupont@example.net n'est pas signé, le récepteur pourra donc légitimement le traiter avec une extrême suspicion.

La section 3 du RFC donne divers scénarios d'usage, et la section 4 se penche sur les problèmes de déploiement, un problème difficile pour toutes les nouvelles technologies. Ainsi, la section 4.2 rappelle que le gérant d'un domaine peut avoir envie de couvrir également les sous-domaines (autrement, le méchant qui veut faire croire que son domaine est example.net n'aurait qu'à envoyer depuis staff.example.net), la section 4.5 insiste sur les questions de performance, etc..

La section 5 attaque les exigences proprement dites. Je ne vais pas les énumérer ici, mais seulement donner quelques exemples :

  • 5.1 (4) reprend le scénario d'une attaque sur un sous-domaine et demande que SSP permette de couvrir les sous-domaines (on note que cela permettrait au gérant de .com de définir une politique pour example.com...).
  • 5.2 (3) exige que la charge entrainée par les requêtes SSP soit bornée (SPF, normalisé dans le RFC 4408, avait été critiqué car son langage, très puissant, permettait d'exprimer des politiques complètes qui auraient pu mener à une avalanche de requêtes DNS à chaque message reçu).
  • 5.3 (5) veut que la syntaxe des messages soit compréhensible par un humain et dit, par exemple, que p=unknown est préférable à p=? (là encore, SPF est sans doute visé, ses enregistrements étant parfois cryptiques).
  • 5.3 (9) exige que l'appel à SSP soit facultatif, si la signature DKIM est présente et correcte.

SSP a finalement été spécifié dans le RFC 5617, qui utilise le DNS pour récupérer des politiques ressemblant, pour un domaine qui signe tout et garantit que ces signatures ne sont pas invalidés en cours de route, à dkim=discardable.


Téléchargez le RFC 5016

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)