Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 5730: Extensible Provisioning Protocol (EPP)

Date de publication du RFC : Août 2009
Auteur(s) du RFC : S. Hollenbeck (Verisign)
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 23 novembre 2009


Les registres, par exemple les registres de noms de domaine fonctionnent parfois sur un modèle registry/registrar c'est-à-dire où le client final doit passer par un intermédiaire, le bureau d'enregistrement (registrar) pour enregistrer son nom de domaine. Le registrar souhaite en général avoir un protocole de communication avec le registre afin d'automatiser ses opérations, dans son langage de programmation favori. EPP, décrit dans ce RFC, est un de ces protocoles d'avitaillement (provisioning, et merci à Olivier Perret pour la traduction). (EPP n'emploie pas le terme de registrar mais celui de sponsoring client, plus neutre. EPP peut donc en théorie être utilisé en cas de vente directe.)

Notre RFC remplace le second RFC sur EPP, le RFC 4930, mais les changements sont mineurs (cf. annexe C, le principal étant que le RFC rend plus clair le fait que la liste des codes de retour est limitative : un registre ne peut pas créer les siens, ce qui est une des plus grosses limitations de EPP). EPP est désormais une norme complète (Full Standard).

EPP a été réalisé sur la base du cahier des charges dans le RFC 3375. Au lieu de s'appuyer sur les protocoles classiques de communication comme XML-RPC ou SOAP, ou même sur l'architecture REST, EPP crée un protocole tout nouveau, consistant en l'établissement d'une connexion (authentifiée) puis sur l'échange d'éléments XML, spécifiés dans le langage W3C Schemas.

Par exemple, l'ouverture de la connexion se fait en envoyant l'élément XML <login> (section 2.9.1.1) :


<?xml version="1.0" encoding="UTF-8" standalone="no"?>
<epp xmlns="urn:ietf:params:xml:ns:epp-1.0"
     xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
     xsi:schemaLocation="urn:ietf:params:xml:ns:epp-1.0
     epp-1.0.xsd">
  <command>
    <login>
      <clID>ClientX</clID>
      <pw>foo-BAR2</pw>
      <newPW>bar-FOO2</newPW>
      <options>
        <version>1.0</version>
        <lang>fr-CA</lang>
      </options>
      <svcs>
        <objURI>urn:ietf:params:xml:ns:obj1</objURI>
        <objURI>urn:ietf:params:xml:ns:obj2</objURI>
        <objURI>urn:ietf:params:xml:ns:obj3</objURI>
      </svcs>
    </login>
    <clTRID>ABC-12345</clTRID>
  </command>
</epp>

Les espaces de noms utilisés, comme urn:ietf:params:xml:ns:epp-1.0 sont enregistrés dans le registre IANA (cf. section 6). Le <clTRID> est un identifiant de transaction (celui-ci est choisi par le client) et il facilite la traçabilité des opérations EPP. L'exécution de ces éléments doit être atomique (section 2 du RFC).

Chaque commande EPP entraîne une réponse (section 2.6) qui inclus notamment un code numérique à quatre chiffres (section 3) résumant si la commande a été un succès ou un échec (reprenant le schéma expliqué dans la section 4.2.1 du RFC 5321). Le premier chiffre indique le succès (1) ou l'échec (2) et le second la catégorie (syntaxe, sécurité, etc). Par exemple 1000 est un succès complet, 1001 un succès mais où l'action n'a pas encore été complètement effectuée (par exemple parce qu'une validation asynchrone est nécessaire), 2003, une erreur syntaxique due à l'absence d'un paramètre obligatoire, 2104 une erreur liée à la facturation (crédit expiré, par exemple), 2302, l'objet qu'on essaie de créer existe déjà, etc.

EPP est donc typiquement un protocole synchrone. Toutefois, il dispose également d'un mécanisme de notification asynchrone. La commande EPP <poll> (section 2.9.2.3) permet d'accéder à des messages qui avaient été mis en attente pour un client, et lui donnaient l'état des traitements asynchrones.

Le RFC 5730 spécifie une dizaine de commandes EPP comme <check>, qui permet de s'assurer qu'un objet peut être créé, <info>, qui permet d'accéder aux informations disponibles à propos d'un objet existant (comme whois sauf que whois est typiquement public et EPP typiquement réservé aux bureaux d'enregistrement), <create> pour créer de nouveaux objets (par exemple réserver un nom de domaine), etc.

Comme tout objet géré par EPP a un « sponsoring client », l'entité qui le gère (dans le cas d'un registre de noms de domaine, il s'agit typiquement du bureau d'enregistrement), EPP fournit une commande pour changer ce client, <transfer> (section 2.9.3.4). Des options de cette commande permettent d'initier le transfert, d'annuler une demande en cours, de l'approuver explicitement (pour le client sortant), etc.

La syntaxe formelle des éléments XML possibles est décrite dans la section 4, en utilisant le langage W3C schema.

Le transport de ces éléments XML sur le réseau peut se faire avec différents protocoles, s'ils respectent les caractéristiques listées en section 2.1. Par exemple, le RFC 5734 normalise EPP reposant directement sur TCP.

Un des points délicats de la conception d'un tel protocole est que chaque registre a sa propre politique d'enregistrement et ses propres règles. Quoi que dise ou fasse l'ICANN, cette variété va persister. Par exemple, l'expiration automatique d'un domaine existe dans .com mais pas dans .eu ou .fr. Le protocole EPP ne prévoit donc pas d'éléments pour gérer telle ou telle catégorie d'objets (les domaines mais aussi les serveurs de noms ou les contacts). Il doit être complété par des mappings, des schémas définissant une classe d'objets. Certains de ces mappings sont spécifiés pas l'IETF comme le domain mapping (gestion des domaines) dans le RFC 5731. L'annexe A fournit un exemple de mapping. Plusieurs registres utilisent des mappings non-standard, pour s'adapter à leurs propres règles d'enregistrement, ce qui limite la portabilité des programmes EPP (le cadre d'extension de EPP fait l'objet de la section 2.7). C'est ce qu'ont fait les français, les brésiliens ou les polonais.

Dans tous les cas, chaque objet manipulé avec EPP reçoit un identificateur unique (par exemple SB68-EXAMPLEREP), dont les caractéristiques sont normalisées dans la section 2.8. Les dépôts possibles sont enregistrés dans un registre IANA.

Complexe, EPP n'a pas été reçu avec enthousiasme chez les registres existants, sauf ceux qui refaisaient complètement leur logiciel comme .be. On notera que certains gros TLD comme .de n'utilisent pas EPP (Denic utilise son protocole MRI/RRI). Il existe d'autres protocoles d'avitaillement comme :

et beaucoup d'autres qui ne semblent pas forcément documentés publiquement.

Il existe plusieurs mises en œuvres d'EPP en logiciel libre par exemple le serveur EPP OpenReg de l'ISC, le logiciel Fred du registre de .cz ou bien le client EPP Net::DRI de Patrick Mevzek. Si vous voulez expérimenter avec EPP, vous devez installer votre propre serveur, il n'existe pas de serveur public pour tester.


Téléchargez le RFC 5730

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)