Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 7072: A Reputation Query Protocol

Date de publication du RFC : Novembre 2013
Auteur(s) du RFC : N. Borenstein (Mimecast), M. Kucherawy
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF repute
Première rédaction de cet article le 22 novembre 2013


Comment obtenir de l'information sur la réputation d'une entité (un nom de domaine, une adresse IP, etc) sur l'Internet ? Il existe actuellement tout un tas de méthodes ad hoc et le but du groupe de travail IETF repute est de fournir une alternative standard. Le RFC 7070 décrit le fonctionnement général de ce système. Ce cadre général autorise plusieurs protocoles concrets de récupération de l'information et ce RFC décrit un de ces protocoles, fondé sur HTTP.

Le mécanisme est assez simple et le RFC très court. Le client qui veut se renseigner auprès d'un serveur de réputation travaille en deux temps :

  • Il récupère un gabarit auprès du serveur de réputation, et l'utilise pour fabriquer un URI,
  • Il récupère ensuite le reputon, exprimé en JSON (cf. RFC 7071), via cet URI.

Ce mécanisme en deux étapes permet de la souplesse : les reputons peuvent se trouver derrière des URI très différents, qui n'ont pas besoin d'être « en dur » dans le client.

Ainsi, le service de réputation d'OpenDKIM, accessible en repute.opendkim.org a le gabarit http://{service}/repute.php{?subject,application,assertion,service,reporter} ce qui s'expanse en http://repute.opendkim.org/repute.php?subject=nom-de-domaine&application=email-id&assertion=spam&service=repute.opendkim.org (reporter est optionnel). Rappel de syntaxe des gabarits : le point d'interrogation ne s'applique pas qu'à la variable suivante mais à toutes les variables entre crochets.

Il n'y a pas de mécanisme de découverte d'un serveur de réputation : typiquement, cela se fait manuellement. En pratique, beaucoup de ces services nécessiteront une inscription ou un abonnement, de toute façon. Notez que le RFC ne spécifie pas de mécanisme d'authentification du client : on se sert par exemple des solutions classiques de HTTP. De même, si on veut de la confidentialité, on doit utiliser les mécanismes de chiffrement habituels, donc HTTPS (voir section 5 de ce RFC).

Le client doit aussi connaître le nom de l'application et le nom de l'assertion à tester. Il récupére ensuite le gabarit, en utilisant un URI « bien connu » (RFC 5785), /.well-known/repute-template (désormais dans le registre IANA des URI bien connus). Ce gabarit suit la syntaxe du RFC 6570. Le client remplace alors les variables. Par exemple, pour le gabarit ci-dessus, la variable application va être remplacée par email-id (le serveur de réputation peut gérer plusieurs applications). Pour reprendre l'exemple du RFC, si le gabarit du service example.com avait été http://{service}/{application}/{subject}/{assertion}, et qu'on cherchait des informations sur la réputation de example.org dans le cadre de l'application email-id (normalisée dans le RFC 7073), sur l'assertion spam, l'expansion du gabarit donnerait http://example.com/email-id/example.org/spam. Quelles sont les variables possibles dans un gabarit ?

  • application est le nom de l'application, pris dans le registre IANA,
  • service est le nom (ou l'adresse IP) du service de réputation demandé (celui d'où on a obtenu le gabarit),
  • subject est l'entité dont on veut connaître la réputation,
  • assertion est l'assertion qui nous intéresse, les valeurs possibles dépendant de l'application,
  • Sans compter des variables spécifiques à l'application.

Si un paramètre est optionnel mais que la syntaxe du gabarit ne permet pas de l'omettre, le client met une chaîne de caractères vide. L'auteur du gabarit doit veiller à ce que cela ne mène pas à des URI incorrects. Ainsi, le gabarit http://{service}/{application}/{subject}/{assertion}/{a}/{b}, si a est facultatif, pourrrait mener à une expansion où on aurait deux barres obliques de suite, ce que bien des serveurs HTTP réduisent à une seule, faussant ainsi la lecture de l'URI. Une bonne solution serait d'utiliser le mécanisme des gabarits du RFC 6570 pour les paramètres optionnels et donc de réécrire le gabarit vers http://{service}/{application}/{subject}/{assertion}/{?a,b}.

La réponse générée par le serveur de réputation sera alors un reputon (RFC 7071), étiqueté application/reputon+json.

Il existe une implémentation (due à Murray S. Kucherawy, un des auteurs du RFC) dans OpenDKIM à partir de la 2.9 (actuellement en version beta), le serveur est écrit en PHP (le serveur produit du JSON avec printf...) et le client en C. Testons-là avec le service public repute.opendkim.org. On récupère le gabarit :

% curl http://repute.opendkim.org/.well-known/repute-template
http://{service}/repute.php{?subject,application,assertion,service,reporter,format}

On fabrique ensuite une requête curl à la main (un vrai client du service de réputation le ferait automatiquement à partir du gabarit) :

% curl 'http://repute.opendkim.org/repute.php?subject=gmail.com&assertion=spam&application=email-id&service=repute.opendkim.org'
Content-Type: application/reputon+json

{
  "application": "email-id",
  "reputons": [
    {
	"rater": "repute.opendkim.org",
	"assertion": "spam",
	"rated": "gmail.com",
	"rating": 0.0113348,
	"identity": "dkim",
	"rate": 1735,
	"sample-size": 181,
	"generated": 1383463475
    }
  ]
}

On voit que Gmail émet apparemment peu de spam (classement à 0,0113348). Ce service est mis en œuvre avec les messages reçus par le domaine opendkim.org et seulement s'ils sont signés par DKIM (donc, n'essayez pas avec un domaine non signé comme laposte.net, vous aurez un No data available).


Téléchargez le RFC 7072

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)