Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Les RFC (Request For Comments) sont les documents de référence de l'Internet. Produits par l'IETF pour la plupart, ils spécifient des normes, documentent des expériences, exposent des projets...

Leur gratuité et leur libre distribution ont joué un grand rôle dans le succès de l'Internet, notamment par rapport aux protocoles OSI de l'ISO organisation très fermée et dont les normes coûtent cher.

Je ne tente pas ici de traduire les RFC en français (un projet pour cela existe mais je n'y participe pas, considérant que c'est une mauvaise idée), mais simplement, grâce à une courte introduction en français, de donner envie de lire ces excellents documents. (Au passage, si vous les voulez présentés en italien...)

Le public visé n'est pas le gourou mais l'honnête ingénieur ou l'étudiant.


RFC 8288: Web Linking

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : M. Nottingham
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 25 octobre 2017


Le lien est à la base du Web. Mais c'est seulement récemment, avec le RFC 5988 que notre RFC remplace, que certains manques ont été comblés :

  • Un registre des types de lien,
  • Un mécanisme standard pour indiquer un lien dans une réponse HTTP.

Bien sûr, des formats normalisés qui permettent des liens, il y en a plusieurs, et avant tout HTML, avec le fameux élément <A> (pour anchor). Il y a aussi le plus récent Atom (RFC 4287, notamment la section 4.2.7). Comme HTML, Atom avait l'idée de registre des types de liens, mais ces types étaient spécifiques à Atom. L'une des idées phares du RFC 5988 et de celui-ci, son successeur RFC 8288, est de généraliser le concept de type de lien et de le rendre accessible à tous les formats et protocoles qui en ont besoin. Ce RFC décrit un cadre général pour les types de liens, en partant de celui d'Atom.

Second apport de cette norme, une (re-)définition de l'en-tête HTTP Link:, utilisant évidemment le nouveau cadre général. Cet en-tête permettant d'indiquer un lien dans la réponse HTTP, indépendamment du document servi, avait été normalisé dans le RFC 2068, section 19.6.2.4, puis, peu utilisé, avait été supprimé par le RFC 2616, avant de faire sa réapparition ici, sous une forme quasi-identique à l'original. On peut voir cet en-tête comme une représentation concrète du cadre de notre RFC. D'autres apparaîtront sans doute.

Pour un exemple réel, regardez les en-têtes Link: de mon blog, il y en a un de type licence, suivant le RFC 4946. Avec Apache, cela se configure simplement avec le module headers et la directive Header set Link "<http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html>; rel=\"license\"; title=\"GFDL\"".

Donc, qu'est-ce qu'un lien ? La section 2, la principale du RFC, le définit comme une connexion typée entre deux ressources (une ressource étant typiquement une page Web), nommées respectivement contexte et cible. Les deux ressources sont représentées par leur IRI (cf. RFC 3987, en notant que, dans la plupart des cas, les IRI des liens seront des URI). Le lien comprend :

  • Un IRI qui indique le contexte, c'est-à-dire la ressource de départ,
  • Le type de la connexion (détaillé en section 2.1),
  • L'IRI cible,
  • D'éventuels attributs de la cible (comme par exemple le hreflang de HTML). Ce sont des couples clé/valeur.

Par exemple, dans le flux de syndication Atom de mon blog, on trouvera un lien <atom:link rel="alternate" href="http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html"/> qui se décompose en un contexte (l'entrée Atom dont l'IRI est tag:bortzmeyer.org,2006-02:Blog/expose-go), un type (alternate, qui indique une version alternative de la ressource, ici une page HTML au lieu d'une entrée Atom), et une cible (ici http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html). Il n'y a pas dans cet exemple d'attributs de la cible mais Atom en permet (par exemple hfrelang pour indiquer la langue de la cible ou bien length pour indiquer sa longueur - afin de prévenir d'un long téléchargement, par exemple).

Cette définition du lien ne place aucune limite sur la cardinalité. Il peut y avoir zéro, un ou plusieurs liens partant d'une ressource et c'est la même chose pour les lients entrants.

La section 2 s'arrête là. Puisque ce RFC propose un cadre général, il ne formalise pas une syntaxe unique pour représenter les liens. Chaque format, chaque protocole, aura la sienne, la sérialisation.

Un des points les plus importants de cette définition des liens, et qui est souvent ignorée des gens qui écrivent des pages Web, est la notion de type d'un lien (section 2.1). Par exemple, on a un type copyright qui associe, via un lien, un document à l'auteur de celui-ci. Point à retenir : ce type du lien ne doit pas être confondu avec le type de médium du RFC 6838 comme text/html ou audio/ogg.

Il y a deux sortes de type de lien : enregistrés ou bien extensions. Les premiers font l'objet de la section 2.1.1. Ils ont fait l'objet d'un processus formel d'enregistrement et leur liste est publiée sous forme d'un registre IANA. On y trouve par exemple via (RFC 4287) ou hub (https://github.com/pubsubhubbub). La politique d'enregistrement est délibérement ouverte, l'idée étant que si un type est utilisé sur le Web, il faut vraiment qu'il soit indiqué dans le registre, sauf s'il est gravement dangereux pour la santé du Web.

Les extensions sont spécifiées dans la section 2.1.2. L'idée est que, si on n'a pas envie de se fatiguer à enregistrer un type de lien, et qu'on veut quand même créer un type unique, n'ayant pas de risque de collision avec le travail des autres, on peut simplement se servir d'un URI (forcément unique) pour indiquer le type. Cette URI peut (mais ce n'est pas obligé) mener à une page Web qui décrira le type en question. Ainsi, on pourrait imaginer de réécrire le lien plus haut en <atom:link rel="http://www.bortzmeyer.org/reg/my-link-type" href="http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html"/> (en pratique, le format Atom ne permet pas actuellement de telles valeurs pour l'attribut rel.)

Après le cadre général de description des liens, notre RFC introduit une syntaxe concrète pour le cas de l'en-tête Link: des requêtes HTTP. Les autres formats et protocoles devront s'ajuster à ce cadre chacun de son côté. Pour HTTP, la section 3 décrit l'en-tête Link:. La cible doit être un URI (et un éventuel IRI doit donc être transformé en URI), le contexte (l'origine) est la ressource qui avait été demandée en HTTP et le type est indiqué dans le paramètre rel. (Le paramètre rev qui avait été utilisé dans des vieilles versions est officiellement abandonné.) Plusieurs attributs sont possibles comme hreflang, type (qui est le type MIME, pas le type du lien) ou title (qui peut être noté title* s'il utilise les en-têtes étendus du RFC 8187). Pour la plupart de ces attributs, leur valeur est juste une indication, la vraie valeur sera obtenue en accédant à la ressource cible. Ainsi, hreflang dans le lien ne remplace pas Content-Language: dans la réponse et type ne gagnera pas si un Content-Type: différent est indiqué dans la réponse.

Voici des exemples d'en-têtes, tirés de la section 3.5 du RFC :

Link: <http://www.example.com/MyBook/chapter2> rel="previous";
    title="Previous chapter"

Ici, cet en-tête, dans une réponse HTTP, indique que http://www.example.com/MyBook/chapter2 est une ressource liée à la ressource qu'on vient de récupérer et que ce lien est de type previous, donc précède la ressource actuelle dans l'ordre de lecture. L'attribut title indique un titre relatif, alors que la vraie ressource http://www.example.com/MyBook/chapter2 aura probablement un titre du genre « Chapitre 2 ». En application des règles de la section 3.4, c'est ce dernier titre qui gagnera au final.

Un seul en-tête Link: peut indiquer plusieurs liens, comme dans l'exemple suivant :


   Link: </TheBook/chapter2>;
         rel="previous"; title*=UTF-8'de'letztes%20Kapitel,
         </TheBook/chapter4>;
         rel="next"; title*=UTF-8'de'n%c3%a4chstes%20Kapitel

Ce dernier montre également les en-têtes complètement internationalisés du RFC 8187, ici en allemand (étiquette de langue de).

Cet en-tête a été enregistré à l'IANA, en application du RFC 3864 dans le registre des en-têtes (section 4.1).

D'autre part, un registre des types de liens existe. La section 4.2 décrit en détail ce registre. Voici, à titre d'exemple, quelques-uns des valeurs qu'on peut y trouver :

  • blocked-by indique l'entité qui a exigé le blocage d'une page Web (avec le fameux code 451, voir RFC 7725),
  • copyright qui indique le copyright du document (issu de la norme HTML),
  • edit qui indique l'URI à utiliser pour une modification de ce document, comme le permet le protocole APP (RFC 5023),
  • first, qui pointe vers le premier document de la série (défini par ce RFC 8288, même s'il était déjà enregistré),
  • hub qui indique l'endroit où s'abonner pour des notifications ultérieures, suivant le protocole PubSubHubbub),
  • latest-version qui indique où trouver la dernière version d'un document versionné (RFC 5829),
  • licence, qui associe un document à sa licence d'utilisation (RFC 4946),
  • nofollow, qui indique qu'on ne recommande pas la ressource vers laquelle on pointe, et qu'il ne faut donc pas considérer ce lien comme une approbation,
  • related, qui indique un document qui a un rapport avec celui-ci (créé pour Atom, dans le RFC 4287),
  • replies, qui indique les réponses faites à ce document (pour mettre en œuvre le threading, RFC 4685),
  • Et bien d'autres encore...

Ce registre est peuplé par le mécanisme dit Spécification Nécessaire (cf. RFC 8126), avec exigence d'un examen par un expert (l'actuel expert est Mark Nottingham, auteur de plusieurs RFC, dont celui-ci). Pour chaque type, il faudra indiquer le type (aussi nommé relation, comme par exemple previous plus haut), une description et une référence à la norme qui le formalise. Les demandes d'enregistrement sont reçues par link-relations@ietf.org.

Attention, ce n'est pas parce qu'il y a un lien qu'il faut le suivre automatiquement. La section 5, sur la sécurité, met en garde contre la confiance accordée à un lien.

L'annexe A.1 contient une discussion de l'utilisation des liens avec HTML 4, d'où le cadre actuel de définition des liens est issu. Le type y est indiqué par l'attribut rel. Un exemple indiquant la licence en XHTML est donc :


<link rel="license" type="text/html" title="GFDL in HTML format"
      href="http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html"/>

L'annexe A.2 discute, elle, de l'utilisation du cadre de définition des liens en Atom, qui utilise l'élément <atom:link> avec les attributs href pour indiquer la cible et rel pour le type. Par exemple, <atom:link rel="license" type="text/html" title="GFDL in HTML format" href="http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html"/> indiquera la licence du flux Atom qui contient cet élément (et, oui, Atom et XHTML ont quasiment la même syntaxe).

L'annexe C de notre RFC indique les changements depuis son prédécesseur, le RFC 5988. Rien de très crucial :

  • Les enregistrements faits par le RFC 5988 sont faits, donc on ne les répète pas dans ce RFC,
  • Un registre des données spécifiques aux applications, qui n'a apparemment pas été un grand succès (il me semble qu'il n'a jamais été créé), n'est plus mentionné,
  • Quatre errata ont été pris en compte, dont un était technique et portait sur la grammaire,
  • La nouvelle annexe B donne un algorithme pour l'analyse des en-têtes,
  • Et enfin ce nouveau RFC apporte pas mal de clarifications et de détails.

Ce nouveau RFC a fait l'objet de peu de discussions à l'IETF, mais il y en a eu beaucoup plus sur GitHub.

Notez qu'à Paris Web 2017, le t-shirt officiel portait une allusion à ce RFC, avec le texte <link rel="human" ... >, encourageant les relations entre humains.


Téléchargez le RFC 8288


L'article seul

RFC 8280: Research into Human Rights Protocol Considerations

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : N. ten Oever (Article 19), C. Cath (Oxford Internet Institute)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de recherche IRTF hrpc
Première rédaction de cet article le 2 novembre 2017


Ce RFC très politique est le premier du groupe de recherche IRTF HRPC, dont le nom veut dire « Human Rights and Protocol Considerations ». À première vue, il n'y a pas de rapport entre les droits humains et les protocoles réseau. Les premiers relèvent de la politique, les seconds de la pure technique, non ? Mais, justement, le groupe HRPC a été créé sur la base de l'idée qu'il y a de la politique dans le travail de l'IETF, que les protocoles ne sont pas complètement neutres, et qu'il était nécessaire de creuser cette relation complexe entre protocoles et droits humains. Le premier RFC analyse le problème de base : « TCP/IP est-il politique ? »

Si vous êtes un concepteur de protocoles, plutôt porté sur le concret, et que les discussions politiques vous gonflent, vous pouvez passer directement à la section 6 du RFC, qui est la check-list Droits Humains pour votre prochain protocole ou format. En la suivant, vous pourrez plus facilement vérifier que votre création n'a pas trop d'effets néfastes, question droits humains.

Ce RFC n'est pas le premier RFC « politique », et il ne faudrait pas croire que les ingénieur·e·s qui participent à l'IETF sont tou·ṫe·s des nerds asociaux avec la conscience politique d'un poisson rouge. Parmi les RFC politiques, on peut citer le RFC 1984 (refus d'affaiblir la cryptographie), le RFC 7258 (post-Snowden, RFC affirmant que la surveillance de masse est une attaque contre l'Internet, et qu'il faut déployer des mesures techniques la rendant plus difficile), et bien sûr l'excellent RFC 6973, sur la vie privée, qui sert largement de modèle à notre RFC 8280.

Le groupe de recherche IRTF HRPC va donc travailler sur deux axes (section 3 de notre RFC) :

  • Est-ce que les protocoles Internet ont des conséquences en matière de droits humains et, si oui, comment ?
  • Si la réponse à la première question est positive, est-il possible d'améliorer ces protocoles, afin de faire en sorte que les droits humains soient mieux protégés ?

Ce RFC particulier a eu une gestation de plus de deux ans. Deux des étapes importantes avaient été la réunion IETF 92 à Dallas, et la réunion IETF 95 à Buenos Aires. À la seconde, vu les opinions politiques de beaucoup des participant·e·s, l'après-réunion s'est tenu dans un restaurant végétarien. En Argentine

La section 1 du RFC rappelle les nombreux débats qui ont agité le monde de l'Internet sur le rôle politique de ce réseau. Deux belles citations ouvrent cette section, une de Tim Berners-Lee qui dit « There's a freedom about the Internet: As long as we accept the rules of sending packets around, we can send packets containing anything to anywhere. » et un extrait du RFC 3935 « The Internet isn't value-neutral, and neither is the IETF. ». Et le RFC 3935 continue : « We want the Internet to be useful for communities that share our commitment to openness and fairness. We embrace technical concepts such as decentralized control, edge-user empowerment and sharing of resources, because those concepts resonate with the core values of the IETF community. These concepts have little to do with the technology that's possible, and much to do with the technology that we choose to create. ». Le succès immense de l'Internet, contre tous les prophètes de malheur qui prétendaient que ce réseau, qui n'avait pas été conçu par des Messieurs Sérieux, ne pourrait jamais marcher, fait que l'impact social et politique des techniques de la famille TCP/IP est énorme. On trouve donc logiquement de nombreux textes qui affirment que « ce grand pouvoir donne à l'Internet de grandes responsabilités », par exemple cette résolution des Nations Unies, ou bien la déclaration de NETmundial. Une position plus radicale est qu'il faut défendre et renforcer l'Internet, car il serait intrinsèquement un outil aux services des droits humains.

En effet, la connectivité de bout en bout, tout le monde peut parler à tous ceux qui veulent bien, Alice et Bob peuvent échanger sans autorisation, est à la fois un principe fondamental de l'Internet (cf. RFC 1958) et un puissant soutien aux droits humains. Pour citer Benjamin Bayart, « L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire. » L'architecture de l'Internet est ouverte (je me souviens de techniciens d'un opérateur de télécommunications historique qui avaient poussé des cris d'horreur quand je leur avais montré traceroute, au début des années 1990. Ils avaient tout de suite demandé comment empêcher le client de regarder l'intérieur du réseau de l'opérateur.) Les normes techniques de l'Internet sont développées selon un processus ouvert, et sont librement distribuées (ce que ne font toujours pas les dinosaures de la normalisation comme l'AFNOR ou l'ISO). En prime, une bonne partie de l'infrastructure de l'Internet repose sur du logiciel libre.

L'Internet a prouvé qu'il pouvait continuer à fonctionner en environnement hostile (RFC 1984 et RFC 3365). Les RFC politiques cités plus haut défendent tous des valeurs qui vont dans le sens des droits humains (par exemple la vie privée, dans les RFC 6973 et RFC 7258). Cela ne va pas de soi : une organisation comme l'UIT n'en a jamais fait autant et développe au contraire des technologies hostiles aux droits humains comme les techniques de surveillance dans le NGN.

On pourrait peut-être même dire que non seulement l'Internet défend les droits humains, mais que ceux-ci sont à la base de l'architecture de l'Internet. (Cf. Cath, C. and L. Floridi, « The Design of the Internet's Architecture by the Internet Engineering Task Force (IETF) and Human Rights », 2017.) On peut citer ici Bless, R. et C. Orwat, « Values and Networks » : « to a certain extent, the Internet and its protocols have already facilitated the realization of human rights, e.g., the freedom of assembly and expression. In contrast, measures of censorship and pervasive surveillance violate fundamental human rights. » ou bien Denardis, L., « The Internet Design Tension between Surveillance and Security » « Since the first hints of Internet commercialization and internationalization, the IETF has supported strong security in protocol design and has sometimes served as a force resisting protocol-enabled surveillance features. ».

Mais la question reste chaudement débattue à l'IETF. Nombreux sont les techniciens qui grommelent « tout ça, c'est de la politique, cela ne nous concerne pas », voire reprennent l'argument classique de la neutralité de la technique « un outil est neutre, c'est l'usage qu'on en fait qui compte, le fabricant du couteau n'est pas responsable d'un meurtre qu'on commet avec ce couteau, donc on ne doit pas se poser la question des droits humains ». Avant Snowden, c'était sans doute l'opinion dominante à l'IETF, mais cela a changé depuis.

Mais, au fait, ce sont quoi, les Droits Humains avec leur majuscule ? Ce sont des droits universels, indivisibles et inaliénables, formalisés dans des textes comme la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ou comme le pacte international relatif aux droits civils et politiques ou le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. La section 2 du RFC, sur la terminologie, discute en détail cette définition. Si vous voulez un document unique sur les droits humains, la DUDH citée plus haut est une lecture recommandée. Le fait qu'ils soient universels est important : on entend régulièrement des dirigeants ou des lécheurs de bottes des dirigeants prétendre que les droits humains ne sont pas bons pour le peuple qu'ils oppriment, qu'ils seraient uniquement pour certaines catégories de l'humanité. Si c'était le cas, il serait en effet inutile de discuter des droits humains sur l'Internet, puisque celui-ci connecte tout le monde. Mais, bien sûr, cette soi-disant relativité des droits humains est de la pure rhétorique malhonnête au service de dictateurs locaux.

On notera que, à l'époque de la rédaction de la DUDH, le seul risque de violation envisagée était l'œuvre des États, mais que l'idée s'est imposée depuis que des acteurs non-étatiques pouvaient également être concernés.

Cela ne veut pas dire que les textes comme la DUDH citée plus haut sont parfaits. Ce ne sont pas des textes sacrés, mais le résultat d'un processus politique. Comme toute œuvre humaine, ils peuvent être améliorés, mais il faut juste garder en tête que ceux qui les critiquent ne cherchent pas en général à les améliorer, mais à les affaiblir, voire à les détruire.

Par contre, les droits humains ne sont pas absolus. Un exemple de ce caractère non-absolu des droits humains est qu'ils peuvent être en conflit entre eux. Par exemple, le droit à la liberté d'expression peut rentrer en contradiction avec le droit de ne pas être insulté ou harcelé. Ou avec le droit à la vie privée. Les droits humains ne pourront donc pas être mis en algorithmes.

La section 2 de notre RFC est consacrée à la terminologie. Sujet très difficile car elle est souvent floue dans les domaines liés à la sécurité. Je ne vais pas la reproduire en entier ici (la section est longue, en partie en raison du caractère transversal de notre RFC, cf. section 5.2.1.3), juste noter quelques définitions qui ont fait des histoires (listées dans l'ordre alphabétique de l'original en anglais). Notez que notre RFC 8280 ne fait souvent que reprendre des définitions de RFC précédents. Ainsi, la définition de « connectivité Internet complète » vient du RFC 4084 (et est nécessaire car bien des malhonnêtes vendent comme « accès Internet » des offres plus ou moins bridées). De même le RFC 4949, sur le vocabulaire de la sécurité, et le RFC 6973, sur la vie privée, sont très mis à contribution.

En parlant de vie privée, la définition d'« anonymat » est un des premiers problèmes de terminologie. Le terme est utilisé à tort et à travers dans les médias (« Bitcoin est une monnaie anonyme ») et souvent confondu avec pseudonymat. À leur décharge, il faut dire que les définitions du RFC 4949 et du RFC 6973 sont très abstraites.

Parmi les autres définitions plutôt vagues, notons celle de « neutralité par rapport au contenu » (content agnosticism). C'est bien sûr un concept très important, d'autant plus que cette neutralité est menacée, mais la définition ne va pas très loin. Ce n'est pas mieux pour un autre concept important mais flou, et difficile à saisir, celui de décentralisation, un peu utilisé à toutes les sauces aujourd'hui (cf. mon article pour JRES).

Passons maintenant au principe de bout en bout. C'est un des concepts clés de l'Internet (RFC 2775) : l'« intelligence » (les traitements compliqués) doit être aux extrémités, pas dans le réseau. Plusieurs raisons militent en faveur de ce principe mais, pour en rester aux droits humains, notons surtout que ce principe se traduit par « touche pas à mes données ».

Autre sujet difficile à définir, les « normes ouvertes » (open standards). Il y a plein de SDO, dont le degré d'ouverture varie considérablement. Par exemple, l'ISO ou l'IEEE ne publient pas leurs normes en ligne et, même si on les acquiert, on n'a pas le droit de les redistribuer. L'UIT ne permet de participer que si vous êtes gouvernement ou grande entreprise. L'IETF, sans doute la SDO la plus ouverte, n'a pas de définition claire de ce qu'est une norme ouverte (cf. RFC 2026), à part dans le RFC 6852, qui est surtout un document politicien (et hypocrite).

Un concept important de l'Internet est celui d'« innovation sans autorisation ». Pour le comprendre, regardons l'invention du World-Wide Web. Tim Berners-Lee, Robert Cailliau et les autres ont pu inventer le Web et le déployer, sans rien demander à personne. Aucun comité Machin, aucun gouvernement, n'a été sollicité pour donner son avis ou son autorisation. Au contraire, dans les réseaux de télécommunication pré-Internet, il fallait l'accord préalable de l'opérateur pour tout déploiement d'une application. Sans l'« innovation sans autorisation », nous n'aurions pas le Web.

Et la « vie privée », on la définit comment ? Le RFC 4949 la définit comme le droit à contrôler ce qu'on expose à l'extérieur. C'est actuellement un des droits humains les plus menacés sur l'Internet, en raison des possibilités de surveillance massive que permet le numérique, possibilités largement utilisées par les États. Or, ce droit est lui-même à la base de nombreux autres droits. Ainsi, la liberté d'expression est sérieusement en danger si on n'a pas de droit à la vie privée, par exemple parce que des gens hésiteront à lire certains textes s'ils savent que leurs habitudes de lecture sont surveillées.

La section 4 du RFC est consacrée à un examen du débat (très ancien) sur la neutralité de la technique, et sur les relations entre technique et politique. La littérature scientifique et philosophique dans ce domaine est riche ! (À une réunion de HRPC, la discussion avait tourné à la pure philosophie, et on y avait abondemment cité Foucault, Heidegger, Wittgenstein, Derrida et Kant, ce qui est plutôt rare à l'IETF.)

Les deux opinions extrêmes à ce sujet sont :

  • L'IETF fait un travail purement technique. Un protocole de communication est un outil, il est neutre, comme, mettons, une voiture, qui peut servir à des gens sympas à se déplacer, ou à des méchants pour commettre un crime.
  • « Tout est politique », toute décision prise par des humains, humains insérés dans un environnement social réel, toute décision va forcément affecter la vie des autres (ou alors c'est que ces décisions n'ont servi à rien) et est donc politique. Pour citer J. Abbate, « protocol is politics by other means ».

Il n'est pas compliqué de trouver plein d'exemples de luttes politiques autour des protocoles Internet, dans les RFC cités plus haut comme le RFC 7258, ou bien dans des articles comme celui de Denardis « The Internet Design Tension between Surveillance and Security ». Les participants à l'IETF ne vivent pas dans une bulle, ils vivent dans un contexte politique, social, historique, culturel, et cela affecte certainement leurs décisions.

Notre RFC cite un grand nombre de publications sur ces sujets, de Francesca Musiani « Giants, Dwarfs and Decentralized Alternatives to Internet-based Services » à Lawrence Lessig, Jonathan Zittrain (« The future of the Internet ») et Milton Mueller. Si vous avez quelques mois de libres devant vous, je vous encourage à lire tous ces livres et articles.

Il y a aussi des études plus spécifiques au rôle des SDO, parmi lesquelles « Engineering 'Privacy by Design' in the Internet Protocols - Understanding Online Privacy both as a Technical and a Human Rights Issue in the Face of Pervasive Monitoring » ou le célèbre article de Clark et ses collègues, « Tussle in Cyberspace ».

Le RFC dégage cinq opinions différentes sur les relations entre le travail des ingénieurs et les droits humains, et sur la question de savoir si les droits humains doivent être intégrés dans les protocoles Internet. La première est celle citée dans l'article de Clark et al., qu'on peut résumer par « ce serait dangereux d'essayer de faire respecter les droits humains par les protocoles » :

  • Les droits humains ne sont pas absolus, et un système technique ne peut pas comprendre cela.
  • Il y a d'autres outils que les protocoles (l'action politique classique par exemple). C'était un peu l'opinion défendue avec fougue par Milton Mueller à la réunion HRPC lors de l'IETF 99 à Prague.
  • Il est mauvais de faire des promesses qu'on ne peut pas tenir. Par exemple, on ne peut pas espérer développer de systèmes cryptographiques invulnérables, et donc on ne doit pas compter uniquement sur eux.

L'article résume en disant que les ingénieurs doivent concevoir le terrain, pas le résultat du match.

Une deuxième position est que certaines valeurs universelles, dont les droits humains tels que formalisés dans la DUDH, devraient être incluses dans l'architecture même du réseau. (Cf. l'article « Should Specific Values Be Embedded In The Internet Architecture? », et attention, c'est un article collectif, avec plusieurs points de vue. Celui résumé ici est celui de Brown.) L'idéal serait que le réseau lui-même protège ces droits. En effet, les techniciens, de part le pouvoir qu'ils ont, ont une obligation « morale » de faire tout ce qui est possible pour faire respecter les droits humains.

Une troisième position, qui part sur un plan différent, est d'estimer qu'on ne peut pas inclure le respect des droits humains dans les protocoles, mais que c'est bien dommage et, qu'à défaut, il faudrait déclarer clairement que le réseau est un bien commun, et que toute tentative de l'utiliser pour le mal est en soi une violation des droits humains. Si on suit ces auteurs (« The public core of the Internet. An international agenda for Internet governance »), l'Internet lui-même, et les protocoles tels que normalisés dans les RFC, seraient un bien commun qu'on ne peut pas tripoter, comme un parc naturel, par exemple. Si le DNS était inclus comme « bien commun », des manipulations comme les résolveurs menteurs deviendraient illégales ou en tout cas immorales.

Les auteurs de « Values and Networks » sont plus prudents. Ils estiment que les protocoles Internet ont effectivement des conséquences sur les droits humains, mais qu'on n'est pas sûrs de quelles conséquences exactement, et qu'il est important de poursuivre les recherches. Cette quatrième position va donc tout à fait dans le sens de la constitution de HRPC comme groupe de recherche de l'IRTF.

Enfin, cinquième possibilité (et vous avez vu qu'elles ne sont pas forcément incompatibles), Berners-Lee et Halpin disent que l'Internet crée également de nouveaux droits. Ainsi, dans une société connectée où ne pas avoir l'Internet est un handicap social, le droit à un accès Internet devient un droit humain.

Quel bilan tirer de cette littérature scientifique et philosophique existante ? D'abord, d'un point de vue pratique, on ne sait pas si créer un réseau qui, par construction, assurerait le respect des droits humains est faisable (avant même de savoir si c'est souhaitable). Mais, au moins, on peut arrêter de croire que la technique est complètement neutre, étudier les conséquences des protocoles sur les droits humains (ce que fait la section 5 de notre RFC) et essayer d'améliorer ces protocoles à la lumière de cette analyse (la section 6 du RFC).

Voyons donc une série d'étude de cas de protocoles Internet existants, et en quoi ils affectent les droits humains (section 5). Une anecdote personnelle au passage : les premières versions de ces études de cas comportaient d'énormes erreurs techniques. Il est en effet difficile de trouver des gens qui sont à la fois sensibilisés aux droits humains et compétents techniquement. Comme le note le RFC, un travail interdisciplinaire est nécessaire. Le travail collectif à l'IRTF fait que cette section 5 est maintenant correcte.

Avant les études de cas techniques, le point de départ est une analyse des discours (selon la méthodologie présentée dans l'article de Cath). Elle s'est faite à la fois informellement (discussion avec des auteurs de RFC, interviews de participants à l'IETF) et formellement, par le biais d'un outil d'analyse automatique. Ce dernier, écrit en Python avec Big Bang, a permis de déterminer les « éléments de langage » importants dans les normes Internet. Et cela donne de jolis graphes.

La partie informelle s'est surtout faite pendant la réunion IETF 92 à Dallas, et a donné le film « Net of Rights ». Mais il y a eu aussi l'observation des groupes de travail IETF en action.

Les protocoles Internet sont bâtis en utilisant des concepts techniques (connectivité, confidentialité, accessibilité, etc) et la section 5.2.2 met en correspondance ces concepts avec les droits humains tels que définis dans la DUDH. Par exemple, le droit de s'assembler s'appuie sur la connectivité, mais aussi sur la résistance à la censure, et sur la sécurité en général.

Maintenant, place à la première partie technique de notre RFC, la section 5.2.3. Elle étudie en détail les conséquences de divers protocoles pour les droits humains. Attention, la conception d'un protocole est une activité complexe, avec des cahiers de charges épais où le respect des droits humains (quand il est présent…) n'est qu'une partie. Et le travail d'ingéniérie nécessite toujours des compromis. Le RFC prévient donc que ce travail est forcément étroit : on n'examine les protocoles que sous l'angle des droits humains, alors qu'une évaluation complète de ces protocoles nécessiterait la prise en compte de bien d'autres aspects. Comme exemple de compromis auquel il faut parfois se résoudre, avoir un serveur distinct de la machine de l'utilisat·eur·rice, possiblement géré par un tiers (c'est le cas de SMTP et XMPP), est certainement mauvais pour la résistance à la censure, car il va fournir un point de contrôle évident, sur lequel des autorités peuvent taper. D'un autre côté, sans un tel serveur, comment communiquerait-on avec des utilisat·eur·rice·s qui ne sont pas connecté·e·s en permanence ou qui sont coincé·e·s derrière un réseau qui interdit les connexions entrantes ? Bref, les protocoles qui sont souvent vertement critiqués par la suite ne sont pas forcément mauvais, encore moins délibérement mauvais. L'idée de cette section est de bien illustrer, sur des cas concrets, que les décisions techniques ont des conséquences politiques. (Ce point avait fait l'objet de vives discussions à l'IETF, des gens estimant que le RFC était trop négatif, et qu'il aurait également fallu indiquer les aspects positifs de l'Internet.)

Donc, pour commencer la série, évidemment, IP lui-même, plus précisement IPv4 (RFC 791). Malgré la normalisation d'IPv6, IPv4 est toujours le principal protocole du réseau. C'est un succès fou, connectant des centaines de millions de machines (et bien plus via les systèmes de traduction d'adresses). Il est conçu pour en faire le moins possible : l'intelligence doit être dans les machines terminales, pas dans le réseau, pas dans la couche 3. (Cf. RFC 3724.) En pratique, toutefois, on voit des intermédiaires agir au niveau IP et, par exemple, ralentir certains types de trafic, ou bien bloquer certaines machines. IP expose en effet certaines informations qui peuvent faciliter ce genre de violations de la neutralité du réseau.

Par exemple, les adresses IP source et destination sont visibles en clair (même si tout le reste du paquet est chiffré) et à un endroit fixe du paquet, ce qui facilite la tâche des routeurs mais aussi des dispositifs de blocage. Avant que vous ne me dites « ben, évidemment, sinon le réseau ne pourrait pas marcher », faites attention. L'adresse IP de destination est effectivement nécessaire aux routeurs pour prendre des décisions de transmission, mais ce n'est pas le cas de l'adresse source. En outre, IP expose le protocole de transport utilisé, encore une information dont les routeurs n'ont pas besoin, mais qui peut aider des intermédiaires à traiter certains types de trafic différemment.

Aujourd'hui, beaucoup de décisions de blocage sont prises sur la base des adresses IP ainsi exposées, ce qui illustre les conséquences d'une décision apparemment purement technique. (Pour les amateurs d'histoire alternative, X.25 n'exposait pas obligatoirement les adresses source et destination dans chaque paquet. Même le serveur final ne les voyait pas forcément. X.25 avait plein de défauts, mais cette anecdote montre que d'autres choix étaient possibles. Il faut juste se rappeler qu'ils avaient leurs propres inconvénients.) Si vous êtes enseignant·e en réseaux informatiques, voici un exercice intéressant faire faire à vos étudiant·e·s : « concevoir un réseau qui n'expose pas à tous des identificateurs uniques mondiaux ». Des alternatives au mécanisme d'IP ont été conçues (comme Hornet ou APIP) mais aucune n'a connu de déploiement significatif. Le routage par la source (combiné avec de la triche sur les adresses IP) aurait également permis de limiter l'exposition des adresses IP sur le trajet mais il pose bien d'autres problèmes. La principale solution employée aujourd'hui, lorsqu'on veut dissimuler les adresses IP des machines qui communiquent, est Tor.

Une autre particularité d'IPv4, qui n'était pas présente à ses débuts, est l'utilisation massive de la traduction d'adresses (RFC 3022). Elle est très répandue. Mais elle casse le modèle de bout en bout, et met le routeur qui fait la traduction dans une position privilégiée (par exemple, beaucoup refusent de faire passer d'autres protocoles de transport que TCP ou UDP). C'est donc une sérieuse limite à la connectivité et donc aux droits humains qui en dépendent.

Et le DNS ? Voilà un protocole dont la relation aux droits humains a été largement discutée. Comme toute opération sur l'Internet commence par une requête DNS, il est un point de contrôle évident. On peut notamment l'utiliser pour la censure. Autre question politique liée au DNS et qui a fait s'agiter beaucoup d'électrons, le pouvoir des organismes qui gèrent les TLD et, bien sûr, la racine du DNS. On peut dire sans exagérer que l'essentiel des débats sur la « gouvernance de l'Internet » ont tourné sur la gestion de la racine du DNS, qui ne représente pourtant pas, et de loin, le seul enjeu politique.

Pourquoi est-ce un enjeu pour les droits humains ? Le DNS a une structure arborescente, avec l'ICANN à la racine. Le contrôle de l'ICANN fait donc saliver bien du monde. Ensuite, les TLD, qu'ils soient contrôlés par l'ICANN (les gTLD) ou pas, ont un rôle politique important, via leur politique d'enregistrement. Celle-ci varie selon les TLD. Les gTLD historiques comme .com ont une politique déterminée par des organisations états-uniennes, l'ICANN et leur registre (Verisign dans le cas de .com). Les nouveaux gTLD ont des registres de nationalité différentes mais dépendent tous des règles ICANN (cf. l'excellente étude de l'EFF comparant ces politiques dans l'optique des droits humains). Les ccTLD, eux, dépendent de lois nationales très variables. Elles sont par exemple plus ou moins protectrices de la liberté d'expression. (Voir le fameux cas lybien.)

Est-ce que les centaines de nouveaux gTLD créés depuis quelques années ont amélioré les choses ou pas, pour cette liberté d'expression ? Certains disent que non car beaucoup de ces nouveaux TLD ont une politique d'enregistrement restrictive (cf. le rapport de l'EFF cité plus haut), d'autres disent que oui car ces nouveaux TLD ont élargi le choix. Et que la liberté d'association peut ne pas bien s'entendre avec la liberté d'expression (la première peut justifier des règles restrictives, pour que des minorités discriminées puissent se rassembler sans être harcelées). Une chose est sûre, les débats ont été chauds, par exemple autour d'une éventuelle création du .gay (un rapport du Conseil de l'Europe détaille cette question « TLD et droits humains »).

Le DNS soulève plein d'autres questions liées au droits humains. Par exemple, il est indiscret (RFC 7626), et des solutions partielles comme le RFC 7816 semblent très peu déployées.

Et, comme trop peu de zones DNS sont protégées par DNSSEC (et, de toute façon, DNSSEC ne protège pas contre toutes les manipulations), il est trop facile de modifier les réponses envoyées. C'est aujourd'hui une des techniques de censure les plus déployées, notamment en Europe (voir à ce sujet le très bon rapport du Conseil Scientifique de l'AFNIC). Parmi les moyens possibles pour censurer via les noms de domaine :

  • Faire supprimer le nom auprès du registre ou du BE, comme dans les saisies faites par l'ICE, ou comme dans le cas de Wikileaks. Le protocole ne permet pas de faire la différence entre une saisie au registre, et une réelle suppression. Des systèmes comme Namecoin fournissent une meilleure protection (mais ont leurs propres défauts).
  • Si on ne peut pas peser sur le registre ou sur le BE, on peut agir lors de la résolution du nom, avec des résolveurs menteurs ou bien carrément des modifications faites dans le réseau, méthode surtout connue en Chine, mais également en Grèce. La première technique, le résolveur menteur, peut être défaite par un changement de résolveur (ce qui peut créer d'autres problèmes), la seconde attaque nécessite des solutions comme le RFC 7858.

Le RFC étudie ensuite le cas de HTTP, le protocole vedette de l'Internet (RFC 7230 et suivants). Sa simplicité et son efficacité ont largement contribué à son immense succès, qui a à son tour entrainé celui de l'Internet tout entier. On voit même aujourd'hui des tas de services non-Web utiliser HTTP comme substrat. Du fait de cette utilisation massive, les conséquences des caractéristiques de HTTP pour les droits humains ont été beaucoup plus étudiées que le cas du DNS.

Premier problème, HTTP est par défaut peu sûr, avec des communications en clair, écoutables et modifiables. Si la solution HTTPS est très ancienne (le RFC 2828 a dix-sept ans…, et SSL avait été décrit et mis en œuvre avant), elle n'a été massivement déployée que depuis peu, essentiellement grâce au courage d'Edward Snowden.

En attendant ce déploiement massif de HTTPS, d'innombrables équipements réseau de censure et de détournement de HTTP ont été fabriqués et vendus (par exemple par Blue Coat mais ils sont loin d'être les seuls). Celui qui veut aujourd'hui empêcher ou perturber les communications par HTTP n'a pas besoin de compétences techniques, les solutions toutes prêtes existent sur le marché.

Un autre RFC qui touchait directement aux droits humains et qui avait fait pas mal de bruit à l'IETF est le RFC 7725, qui normalise le code d'erreur 451, renvoyé au client lorsque le contenu est censuré. Il permet une « franchise de la censure », où celle-ci est explicitement assumée.

Les discussions à l'IETF avaient été chaudes en partie parce que l'impact politique de ce RFC est évident, et en partie parce qu'il y avait des doutes sur son utilité pratique. Beaucoup de censeurs ne l'utiliseront pas, c'est clair, soit parce qu'ils sont hypocrites, soit parce que les techniques de censure utilisées ne reposent pas sur HTTP mais, par exemple, sur un filtrage IP. Et, lorsque certains l'utilisent, quelle utilité pour les programmes ? Notre RFC explique que le principal intérêt est l'étude du déploiement de la « censure honnête » (ou « censure franche »). C'est le cas de projets comme Lumen. Du code est d'ailleurs en cours de développement pour les analyses automatiques des 451 (on travaillera là-dessus au hackathon de la prochaine réunion IETF).

Outre la censure, l'envoi du trafic en clair permet la surveillance massive, par exemple par les programmes Tempora ou XKeyscore. Cette vulnérabilité était connue depuis longtemps mais, avant les révélations de Snowden, la possibilité d'une telle surveillance de masse par des pays supposés démocratiques était balayée d'un revers de main comme « paranoïa complotiste ». Pour la France, souvenons-nous qu'une société française vend des produits d'espionnage de leur population à des dictatures, comme celle du défunt Khadafi.

D'autre part, l'attaque active, la modification des données en transit, ne sert pas qu'à la censure. Du trafic HTTP changé en route peut être utilisé pour distribuer un contenu malveillant (possibilité utilisée dans QUANTUMINSERT/FOXACID) ou pour modifier du code envoyé lors d'une phase de mise à jour du logiciel d'une machine. Cela semble une attaque compliquée à réaliser ? Ne vous inquiétez pas, jeune dictateur, des sociétés vous vendent ce genre de produits clés en main.

HTTPS n'est évidemment pas une solution magique, qui assurerait la protection des droits humains à elle seule. Pour ne citer que ses limites techniques, sa technologie sous-jacente, TLS (RFC 5246) a été victime de plusieurs failles de sécurité (sans compter les afaiblissements délibérés comme les célèbres « algorithmes pour l'exportation »). Ensuite, dans certains cas, un·e utilisat·eur·rice peut être incité·e à utiliser la version en clair (attaque par repli, contre laquelle des techniques comme celles du RFC 6797 ont été mises au point).

HTTPS n'étant pas obligatoire, la possibilité d'une attaque par repli existe toujours. Pour HTTP/2, il avait été envisagé d'imposer HTTPS, pour qu'il n'y ait plus de version non sûre, mais le RFC 7540 n'a finalement pas entériné cette idée (que le RFC 8164 a partiellement ressorti depuis.)

Autre protocole étudié, XMPP (RFC 6120). Un de ses principes est que le logiciel client (par exemple pidgin) ne parle pas directement au logiciel du correspondant, mais passe forcément par un (ou deux) serveur(s). Cette architecture présente des avantages pratiques (si le correspondant est absent, son serveur peut indiquer cette absence à l'appelant) mais aussi en matière de protection (on ne voit pas l'adresse IP de l'appelant). Ces serveurs sont fédérés entre eux, XMPP, contrairement à des protocoles inférieurs comme Slack ne peut donc pas être arrêté par décision supérieure.

Mais XMPP a aussi des inconvénients. Les utilisat·eurs·rices sont identifiés par un JID comme bortzmeyer@example.com/home qui comprend une « ressource » (le terme après la barre oblique) qui, en pratique, identifie souvent une machine particulière ou un lieu particulier. En général, ce JID est présenté tel quel aux correspondants, ce qui n'est pas idéal pour la vie privée. D'autre part, les communications sont en clair par défaut, mais peuvent être chiffrées, avec TLS. Sauf que l'utilisat·eur·rice ne sait pas si son serveur chiffre avec le serveur suivant, ou bien le serveur final avec son correspondant. Sans possibilité d'évaluation de la sécurité, il faut donc faire une confiance aveugle à tous les serveurs pour prendre des précautions. Et espérer qu'ils suivront tous le « XMPP manifesto ».

Si XMPP lui-même est fédéré et donc relativement résistant à la censure, les salles collectives de discussion sont centralisées. Chaque salle est sur un serveur particulier, une sorte de « propriétaire », qui peut donc contrôler l'activité collective, même si aucun des participants n'a de compte sur ce serveur. (En prime, ces salles sont une extension du protocole, spécifiée dans le XEP-0045, pas mise en œuvre de manière identique partout, ce qui est un problème non-politique fréquent avec XMPP.)

Et le pair-à-pair, lui, quelles sont ses implications pour les droits humains ? D'abord, il faut évidemment noter que ce terme ne désigne pas un protocole particulier, qu'on pourrait analyser en détail, mais une famille de protocoles très divers (RFC 5694). L'application la plus connue du pair-à-pair est évidemment l'échange de fichiers culturels, mais le pair-à-pair est une architecture très générale, qui peut servir à plein de choses (Bitcoin, par exemple).

À l'époque des GAFA, monstres centralisés qui contrôlent toutes les interactions entre utilisat·eur·rice·s, le pair-à-pair est souvent présenté comme la solution idéale à tous les problèmes, notamment à la censure. Mais la situation est plus compliquée que cela.

D'abord, les réseaux en pair-à-pair, n'ayant pas d'autorité centrale de certification des contenus, sont vulnérables aux diverses formes d'empoisonnement des données. On se souvient des faux MP3 sur eDonkey, avec un nom prometteur et un contenu décevant. Un attaquant peut aussi relativement facilement corrompre, sinon les données, en tout cas le routage qui y mène.

Comme les protocoles pair-à-pair représentent une bonne part du trafic Internet, et qu'ils sont souvent identifiables sur le réseau, le FAI peut être tenté de limiter leur trafic.

Plus gênant, question droits humains, bien des protocoles pair-à-pair ne dissimulent pas l'adresse IP des utilisat·eur·rice·s. En BitTorrent, si vous trouvez un pair qui a le fichier qui vous intéresse, et que vous le contactez, ce pair apprendra votre adresse IP. Cela peut servir de base pour des lettres de menace ou pour des poursuites judiciaires (comme avec la HADOPI en France). Il existe des réseaux pair-à-pair qui déploient des techniques de protection contre cette fuite d'informations personnelles. Le plus ancien est Freenet mais il y a aussi Bitmessage. Ils restent peu utilisés.

Autre danger spécifique aux réseaux pair-à-pair, les attaques Sybil. En l'absence d'une vérification que l'identité est liée à quelque chose de coûteux et/ou difficile à obtenir, rien n'empêche un attaquant de se créer des millions d'identités et de subvertir ainsi des systèmes de vote. L'attaque Sybil permet de « bourrer les urnes » virtuelles. (Ne ratez pas l'article de Wikipédia sur l'astroturfing.)

C'est pour lutter contre cette attaque que Bitcoin utilise la preuve de travail et que CAcert utilise des certifications faites pendant des rencontres physiques, avec vérification de l'identité étatique. Le RFC note qu'on n'a pas actuellement de solution générale au problèmes des attaques Sybil, si on exige de cette solution qu'elle soit écologiquement durable (ce que n'est pas la preuve de travail) et entièrement pair-à-pair (ce que ne sont pas les systèmes d'enrôlement typiques, où un acteur privilégié vérifie les participants à l'entrée). Quant aux solutions à base de « réseaux de connaissances » (utilisées dans le Web of Trust de PGP), elles sont mauvaises pour la vie privée, puisqu'elles exposent le graphe social des participants.

Bref, le pair-à-pair n'est pas actuellement la solution idéale à tous les problèmes de droits humains, et les recherches doivent se poursuivre.

Un autre outil est souvent présenté comme solution pour bien des problèmes de respect des droits humains, notamment pour la sécurité de ceux qui vivent et travaillent dans des pays dictatoriaux, le VPN. On entend parfois des discussions entre militants des droits humains, ou bien entre journalistes, sur les avantages comparés de Tor et du VPN pour regarder le Web en toute sécurité. En fait, les deux ne fournissent pas réellement le même service et, pire, les propriétés du VPN sont souvent mal comprises. Le VPN fonctionne en établissant une liaison sécurisée (authentifiée, chiffrée) avec un fournisseur, qui va ensuite vous connecter à l'Internet. Il existe plusieurs systèmes techniques ouverts pour cela (IPsec, OpenVPN) mais la question centrale et difficile est le choix du fournisseur. Les VPN sont très populaires, et il existe donc une offre commerciale abondante. Mais, en général, il est impossible d'évaluer sa qualité, aussi bien technique (même si le protocole est standard, le fournisseur impose souvent un logiciel client à lui, binaire non auditable, et des failles ont déjà été découvertes dans certains VPN) que politique (ce fournisseur de VPN qui dit ne pas garder de journaux dit-il la vérité ?) On est très loin de l'attention qui a été portée à la sécurité de Tor, et des innombrables évaluations et analyses dont Tor a fait l'objet !

Il existe aussi des attaques plus sophistiquées (et pas à la portée de la première police venue) comme la corrélation de trafic (entre ce qui entre dans le VPN et ce qui en sort) si l'attaquant peut observer plusieurs points du réseau (la NSA le fait).

Donc, un rappel à tou·te·s les utilisat·eur·rices·s de VPN : la question la plus importante est celle de votre fournisseur. Le VPN peut vous promettre l'anonymat, vous ne serez pas pour autant anonyme vis-à-vis de votre fournisseur. Celui-ci peut vous trahir ou, tout simplement, comme il est situé dans un pays physique, être forcé par les autorités de ce pays de vous dénoncer.

Une question bien plus délicate avait fait l'objet de nombreux débats à l'IETF, celle d'une possibilité de considérer certaines attaques dDoS comme « légitimes ». C'est par exemple un point de vue qui a été défendu par Richard Stallman. La position classique de l'IETF est qu'au contraire toutes les attaques dDoS sont négatives, impactant l'infrastructure (y compris des tas d'innocents) et sont au bout du compte une attaque contre la liberté d'expression. En simplifiant, il existe trois types d'attaques dDoS, les volumétriques (on envoie le plus de paquets ou d'octets possibles, espérant épuiser les ressources du réseau), les attaques sur les protocoles intermédiaires (comme les SYN flood ou comme le très mal nommé ping of death), attaques qui permettent à l'assaillant de n'envoyer que peu de paquets/octets, et enfin les attaques applicatives, visant les failles d'une application. Une attaque faite par LOIC tient de l'attaque volumétrique (on envoie le plus de requêtes HTTP possibles) et de l'attaque applicative, puisqu'elle ne fonctionne que parce que l'application n'arrive pas à suivre (sur la plupart des sites Web, où il faut exécuter des milliers de lignes de code PHP ou Java pour afficher la moindre page, l'application craque avant le réseau).

Dans les trois cas, cette possibilité d'attaque est avant tout une menace contre les médias indépendants, contre les petites associations ou les individus qui ne peuvent pas ou ne veulent pas payer la « protection » (le mot a un double sens en anglais…) des sociétés spécialisées. Et les attaques dDoS peuvent faciliter la tâche des censeurs hypocrites : il suffit de déguiser une censure en une attaque par déni de service. Une des principales raisons pour lesquelles on ne peut pas comparer l'attaque dDoS à une manifestation est que, dans une attaque dDoS, la plupart des participants ne sont pas volontaires, ce sont des zombies. Lorsque des gens manifestent dans la rue, ils donnent de leur temps, et parfois prennent des risques personnels. Lorsqu'une organisation puissante loue les services d'un botnet pour faire taire par dDoS un gêneur, elle ne dépense qu'un peu d'argent.

Il y a bien sûr quelques exceptions (l'opération Abibil ou bien le Green Movement) mais elles sont rares. Il est donc parfaitement justifié que l'IETF fasse tout son possible pour rendre les attaques dDoS plus difficiles (RFC 3552, section 4.6). Dans la discussion menant à ce nouveau RFC 8280, certaines voix se sont élevées pour demander qu'on puisse lutter seulement contre les « mauvaises » dDoS. Mais c'est aussi absurde que l'idée récurrente des ministres de faire de la cryptographie « légale » qui ne pourrait protéger que les gens honnêtes !

Nous en arrivons maintenant à la partie la plus utilitaire de ce RFC, la section 6, qui est la méthodologie qui devrait être suivie lors du développement d'un nouveau protocole, pour comprendre son impact sur les droits humains, et pour essayer de minimiser les conséquences négatives, et maximiser les positives. Cette section 6 concerne donc surtout les développeurs de protocole, par exemple les auteurs des RFC techniques. (C'est pour cela que le début de la section 6 répète beaucoup de choses dites avant : on pense que pas mal de techniciens ne liront que cette section.) Évidemment, les conséquences (bonnes ou mauvaises) d'un protocole, ne sont pas uniquement dans la norme technique qui le définit. La façon dont le protocole est mis en œuvre et déployé joue un rôle crucial. (Par exemple, la domination excessive de Gmail n'est pas inscrite dans le RFC 5321.)

Un bon exemple d'une telle démarche est donnée par le RFC 6973, sur la protection de la vie privée. La première responsabilité du développeur de protocole est d'examiner les menaces sur les droits humains que ce protocole peut créer ou aggraver. De même qu'il est recommandé de réfléchir aux conséquences d'un nouveau protocole pour la sécurité de l'Internet (RFC 3552), et sur les conditions dans lesquelles ce protocole est utile, de même il faut désormais réfléchir aux conséquences de son protocole sur les droits humains. Notons que notre RFC ne dit pas « voici ce qu'il faut faire pour respecter les droits humains ». Cela serait clairement irréaliste, vu la variété des menaces et la diversité des protocoles. Notre RFC demande qu'on se pose des questions, il ne fournit pas les réponses. Et il n'impose pas d'avoir dans chaque RFC une section « Human Rights Considerations » comme il existe une « Security Considerations » obligatoire.

Bon, maintenant, la liste des choses à vérifier quand vous concevez un nouveau protocole (section 6.2). À chaque fois, il y a une ou plusieurs questions, une explication, un exemple et une liste d'impacts. Par exemple, pour la question de la connectivité, les questions sont « Est-ce que votre protocole nécessite des machines intermédiaires ? Est-ce que ça ne pourrait pas être fait de bout en bout, plutôt ? Est-ce que votre protocole marchera également sur des liens à faible capacité et forte latence ? Est-ce que votre protocole est à état (alors que les protocoles sans état sont souvent plus robustes) ? » L'explication consiste surtout à répéter l'intérêt des systèmes de bout en bout (RFC 1958). L'exemple est évidemment celui des conséquences négatives des middleboxes. Et les impacts sont les conséquences sur la liberté d'expression et la liberté d'association. Bien sûr, tous les protocoles IETF se préoccupent peu ou prou de connectivité, mais ce n'était pas considéré jusqu'à présent comme pouvant impacter les droits humains.

Sur le deuxième point à vérifier, la vie privée, notre RFC renvoie au RFC 6973, qui demandait déjà aux auteurs de protocoles de faire attention à ce point.

Le troisième point est celui de la neutralité vis-à-vis du contenu. Il reste un peu vague, il n'y a pas actuellement d'exemple de protocole IETF qui soit activement discriminant vis-à-vis du contenu.

Quatrième point qui nécessite l'attention du développeur de protocole, la sécurité. Il est déjà largement traité dans de nombreux autres RFC (notamment le RFC 3552), il faut juste rappeler que ce point a des conséquences en matières de droits humains. Si un protocole a une faille de sécurité, cela peut signifier l'emprisonnement, la torture ou la mort pour un dissident.

En prime, le RFC rappelle que, contrairement à une utilisation réthorique fréquente, il n'y a pas une sécurité mais plusieurs services de sécurité. (Et certaines de ses propriétés peuvent avoir des frictions, par exemple la disponibilité et la confidentialité ne s'entendent pas toujours bien.)

Cinquième point que le développeur de protocoles doit vérifier, l'internationalisation (voir aussi le douzième point, sur la localisation). Eh oui, restreindre l'utilisation de l'Internet à ceux qui sont parfaitement à l'aise en anglais n'irait pas vraiment dans le sens des droits humains, notamment des droits à participer à la vie politique et sociale. D'où les questions « Est-ce que votre protocole gère des chaînes de caractères qui seront affichées aux humains ? Si oui, sont-elles en Unicode ? Au passage, avez-vous regardé le RFC 6365 ? » Dans le contexte IETF (qui s'occupe de protocoles et pas d'interfaces utilisateur), l'essentiel du travail d'internationalisation consiste à permettre de l'Unicode partout. Partout ? Non, c'est un peu plus compliqué que cela car l'IETF distingue les textes prévus pour les utilisat·eur·rice·s de ceux prévus pour les programmes (RFC 2277). Seuls les premiers doivent absolument permettre Unicode. (Cette distinction ne marche pas très bien pour les identificateurs, qui sont prévus à la fois pour les utilisat·eur·rice·s et pour les programmes, c'est le cas par exemple des noms de domaine.)

En prime, petite difficulté technique, il ne suffit pas d'accepter Unicode, il faut encore, si on accepte d'autres jeux de caractères et/ou encodages, l'indiquer (par exemple le charset= de MIME), sinon on risque le mojibake. Ou alors, si on n'accepte qu'un seul jeu de caractères / encodage, ce doit être UTF-8.

Sixième point sur la liste, une question dont les conséquences pour les droits humaines sont évidentes, la résistance à la censure. « Est-ce que votre protocole utilise des identificateurs qui peuvent être associés à des personnes ou à un contenu spécifique ? Est-ce que la censure peut être explicite ? Est-ce que la censure est facile avec votre protocole ? Si oui, ne pourrait-on pas le durcir pour la rendre plus difficile ? »

Un exemple est bien sûr la longue discussion du passé au sujet d'une méthode de fabrication des adresses IPv6. Le mécanisme recommandé à l'origine mettait l'adresse MAC dans l'adresse IP. Outre l'atteinte à la vie privée, cela facilitait la censure, permettant de bloquer un contenu pour seulement certaines personnes. (Ce mécanisme a été abandonné il y a longtemps, cf. RFC 4941.) Quand au cas de rendre la censure explicite, c'est une référence au code 451 (RFC 7725).

Septième point, les « normes ouvertes ». Intuitivement, il est évident qu'il vaut mieux des normes ouvertes que fermées. Mais attention, il n'existe pas de définition claire et largement adoptée, même pas à l'intérieur de l'IETF (qui est certainement une organisation très ouverte). Les questions posées dans ce RFC 8280 donnent une idée des critères qui peuvent permettre de décider si une norme est ouverte ou pas : « Le protocole est-il documenté publiquement ? Sa mise en œuvre peut-elle être faite sans code privateur ? Le protocole dépend t-il d'une technologie contrôlée par une entreprise particulière ? Y a-t-il des brevets (RFC 3979 et RFC 6701) ? »

Ce sont les normes ouvertes de la famille TCP/IP qui ont permis le développement et le déploiement massif de l'Internet. Les appropriations intellectuelles comme le secret industriel ou comme les brevets auraient tué l'Internet dans l'œuf. Il est donc logique que l'IETF soit une organisation particulièrement ouverte : les RFC sont publics et librement redistribuables, bien sûr (ce qui n'est pas le cas des normes d'autres SDO comme l'AFNOR, l'ISO ou l'IEEE), mais l'IETF publie également ses documents temporaires, ses listes de diffusion et ses réunions (ce que ne fait pas, par exemple, l'UIT).

(On note que le RFC 6852 traite également cette question mais c'est un document purement tactique, qui fait du « open washing » en faisant comme si l'IEEE était ouverte.)

Je saute le point huit, sur l'acceptation de l'hétérogénéité du réseau, et j'en arrive à l'important point neuf, sur l'anonymat. Le terme est très galvaudé (« Bitcoin est une monnaie anonyme » et autres erreurs). Il est souvent utilisé par les non-spécialistes comme synonyme de « une autre identité que celle de l'état civil » (ce qui est en fait la définition du pseudonyme, traité au point suivant). Normalement, même si la définition du RFC 4949 est très peu claire, l'anonymat implique la non-traçabilité : si un système est réellement anonyme, il ne doit pas être possible d'attribuer deux actions à la même entité.

Autre erreur courante quand on parle d'anonymat, la considérer comme une propriété binaire. C'est ce qui est fait quand un responsable ignorant affirme « les données sont anonymisées » (cela doit en général déclencher un signal d'alarme). En effet, il existe de nombreuses techniques, et en progrès rapide, pour « désanonymiser », c'est-à-dire pour relier des actions qui ne l'étaient a priori pas.

Cette confusion est d'autant plus dommage que l'anonymat est une propriété essentielle pour la sécurité du citoyen dans un monde numérique. Autrefois, la plupart des actions qu'on faisait dans la journée étaient anonymes, au sens où un observateur extérieur ne pouvait pas facilement les relier entre elles. Aujourd'hui, si vous mettez une photo sur Instagram, achetez un livre sur Amazon, et écrivez un document sur Google Docs, toutes ces actions sont facilement reliables entre elles, même si vos comptes se nomment respectivement « titi75 », « jean.durand » et « le_type_du_coin ». Par défaut, dans le monde numérique, tout est traçable, et il faut déployer des technologies compliquées pour retrouver un peu d'obscurité. En tout cas, rappelez-vous que l'anonymat n'est jamais parfait : c'est un but souhaitable, mais pas forcément atteignable.

Par exemple, la présence de votre adresse IP dans chaque paquet est un moyen simple de relier toutes vos activités (il en existe d'autres). Il est donc tout à fait légitime que l'adresse IP soit regardée comme une donnée personnelle.

Le pseudonymat, dixième point, est une propriété moins forte. C'est simplement le fait d'utiliser une identité persistante qui n'est pas l'identité officielle. On va utiliser un pseudonyme quand on veut masquer son orientation sexuelle, ou sa transidentité, ou l'entreprise où on travaille, mais tout en gardant une identité constante, par exemple pour avoir une réputation en ligne. C'est souvent une protection nécessaire contre le harcèlement, dont les femmes sont particulièrement fréquemment victimes en ligne. Outre les pseudonymes qu'on choisit, la nature du monde numérique fait que plein d'identificateurs attribués automatiquement sont des pseudonymes. Ainsi, une adresse IP est un pseudonyme (elle cesse de l'être dès que votre FAI communique le nom et l'adresse de l'abonné aux autorités). Une adresse Bitcoin est un pseudonyme (Bitcoin est très traçable, c'est nécessaire pour son fonctionnement).

L'auteur·e de protocoles doit donc se méfier des informations qu'ielle expose. Si elles permettent de retrouver la personne à l'origine de la communication, ce sont des données personnelles. Par exemple, si vous exportez des données contenant des adresses IP (exemples en RFC 7011 ou bien pour les journaux d'un serveur), une des façons de brouiller la traçabilité (et donc de passer du pseudonymat à un relatif anonymat) est de ne garder qu'un préfixe assez général. Condenser les adresses IP n'est pas très efficace, un attaquant, un « désanonymiseur » peut condenser toutes les adresses possibles et ainsi retrouver l'information. D'une manière générale, soyez modeste : réellement anonymiser est très difficile.

Le onzième point concerne un sujet dont les conséquences en matière de droits humains sont claires pour quiconque a suivi les conférences Paris Web : l'accessibilité à tou·te·s, y compris en cas de handicap. L'accessibilité est une propriété nécessaire pour faire respecter le droit à ne pas être victime de discrimination. Cela ne concerne a priori pas l'IETF, qui ne fait pas d'interface utilisateur, mais c'est utile pour d'autres SDO. Ainsi, le RFC donne l'exemple de HTML, où l'obligation de mettre un attribut alt pour les images, oblige à réfléchir à l'accessibilité de la page Web aux malvoyants.

Le treizième point porte sur un concept très flou et d'autant plus répété qu'il n'a pas de définition claire : la « décentralisation ». Mon article à JRES sur ce sujet donne une idée de la complexité de la question. Le RFC traite la question par plusieurs questions : « Est-ce que le protocole a un point de contrôle unique ? Est-ce que le protocole ne pourrait pas être fédéré plutôt ? » Ça reste à mon avis trop vague mais, au moins, ça pousse les concepteurs de protocoles à réfléchir. La plupart des protocoles de base de l'Internet sont décentralisés ou fédérés comme vous voulez (et c'est explicitement souhaité par le RFC 3935), mais les services à la mode sont en général centralisés. (XMPP est fédéré mais dans les startups, on est obligés d'utiliser Slack qui est centralisé.)

Passons sur le point 14, la fiabilité (c'est sûr qu'un réseau qui marche, c'est mieux) et voyons le point 15, la confidentialité. Son impact sur les droits humains est clair : si des gens peuvent lire ma correspondance privée, mes droits sont clairement violés. La solution technique la plus évidente est le chiffrement et, aujourd'hui, le RFC 8280 estime à juste titre qu'un protocole sans possibilité de chiffrement (par exemple RFC 3912) est à éviter (RFC 3365). Et, même si le RFC ne le dit pas explicitement, il doit évidemment choisir d'un chiffrement sérieux, donc sans portes dérobées, sans affaiblissement délibéré.

Rédigé il y a trop longtemps, cette section dit que le DNS ne dispose pas de cette possibilité de chiffrement, mais c'est faux, depuis le RFC 7858.

Le RFC note à juste titre que le chiffrement ne protège pas contre les intermédiaires légitimes, comme dans l'exemple de XMPP cité plus haut : le chiffrement entre le client et le premier serveur XMPP ne protège pas contre ce serveur, qui voit tout passer en clair. Mais le RFC oublie de dire qu'il y a également le problème des extrémités : faire du HTTPS avec Gmail ne vous protège pas contre PRISM. Il faut donc également prévoir de la minimisation (envoyer le moins de données possible) pas seulement du chiffrement.

Je saute les points 16 (intégrité), 17 (authentification) et 18 (adaptabilité), je vous laisse les lire dans le RFC. Le dernier point, le dix-neuvième, porte sur la transparence : les utilisat·eur·rice·s peuvent-il·elle·s voir comment fonctionne le protocole et notamment quels sont les acteurs impliqués ? Par exemple, un service qui semble « gratuit » peut l'être parce qu'il y a derrière une grosse activité économique, avec de la publicité ciblée en exploitant vos données personnelles. Bref, si c'est gratuit, c'est peut-être que vous êtes le produit. Et vous ne le voyez peut-être pas clairement.

Voilà, si vous voulez en savoir plus, le RFC a une colossale bibliographie. Bonne lecture. Si vous préférez les vidéos, il y a mon intervention à Radio-France sur ce sujet.


Téléchargez le RFC 8280


L'article seul

RFC 8274: Incident Object Description Exchange Format Usage Guidance

Date de publication du RFC : Novembre 2017
Auteur(s) du RFC : P. Kampanakis (Cisco Systems), M. Suzuki (NICT)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF mile
Première rédaction de cet article le 20 novembre 2017


Le format IODEF, dont la dernière version est décrite dans le RFC 7970, est un format structuré permettant l'échange de données sur des incidents de sécurité. Cela permet, par exemple, aux CSIRT de se transmettre des données automatiquement exploitables. Ces données peuvent être produites automatiquement (par exemple par un IDS, ou bien issues du remplissage manuel d'un formulaire). IODEF est riche, très riche, peut-être trop riche (certaines classes qu'il définit ne sont que rarement utilisées). Il peut donc être difficile de programmer des outils IODEF, et de les utiliser. (En pratique, il me semble qu'IODEF est peu utilisé.) Ce RFC, officiellement, est donc chargé d'aider ces professionnels, en expliquant les cas les plus courants et les plus importants, et en guidant programmeurs et utilisateurs.

Personnellement, je ne suis pas convaincu du résultat, ce RFC me semble plutôt un pot-pourri de diverses choses qui n'avaient pas été mises dans la norme.

La section 3 du RFC discute de l'utilisation de base d'IODEF. Reprenant la section 7.1 du RFC 7970, elle présente le document IODEF minimum, celui avec uniquement l'information obligatoire :

      
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<IODEF-Document version="2.00" xml:lang="en"
      xmlns="urn:ietf:params:xml:ns:iodef-2.0"
      xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
      xsi:schemaLocation="http://www.iana.org/assignments/xml-registry/schema/iodef-2.0.xsd">
   <Incident purpose="reporting" restriction="private">
       <IncidentID name="csirt.example.com">492382</IncidentID>
       <GenerationTime>2015-07-18T09:00:00-05:00</GenerationTime>
       <Contact type="organization" role="creator">
         <Email>
           <EmailTo>contact@csirt.example.com</EmailTo> <!-- Pas
	   réellement obligatoire, mais le document serait vraiment
	   sans intérêt sans lui. -->
         </Email>
       </Contact>
     </Incident>
</IODEF-Document>

    

Un tel document, comportant une instance de la classe Incident, qui comprend elle-même une instance de la classe Contact, serait syntaxiquement correct mais n'aurait guère d'intérêt pratique. Des documents un peu plus réalistes figurent dans l'annexe B.

Le programmeur qui génère ou traite des fichiers IODEF n'a pas forcément à mettre en œuvre la totalité des classes. Il peut se contenter de ce qui est important pour son ou ses scénarios d'utilisation. Par exemple, si on travaille sur les dDoS, la classe Flow est la plus importante, puisqu'elle décrit le trafic de l'attaque. (L'annexe B.2 du RFC contient un fichier IODEF décrivant une attaque faite avec LOIC. Je l'ai copié ici dans ddos-iodef.xml.) De même, si on travaille sur le C&C d'un logiciel malveillant, les classes Flow et ServiceName sont cruciales. Bref, il faut analyser ce dont on a besoin.

La section 4 du RFC mentionne les extensions à IODEF. Si riche que soit ce format, on peut toujours avoir besoin d'autres informations et c'est pour cela qu'IODEF est extensible. Par exemple, le RFC 5901 décrit une extension à IODEF pour signaler des cas de hameçonnage. Évidemment, on ne doit définir une extension que s'il n'existe pas de moyen existant de stocker l'information dans de l'IODEF standard.

La section 4 rappelle aussi aux développeurs que, certes, IODEF bénéfice d'un mécanisme d'indication de la confidentialité (l'attribut restriction, qui se trouve dans les deux exemples que j'ai cité), mais qu'IODEF ne fournit aucun moyen technique de le faire respecter. Les documents IODEF étant souvent sensibles, puisqu'ils parlent de problèmes de sécurité, le programmeur qui réalise un système de traitement de fichiers IODEF doit donc mettre en œuvre des mesures pratiques de protection de la confidentialité (chiffrement des fichiers stockés, par exemple).

Questions mise en œuvre d'IODEF, le RFC 8134 détaille des programmes existants, indique où les récupérer quand ils sont accessibles en ligne, et analyse leurs caractéristiques. C'est le cas par exemple d'iodeflib.


Téléchargez le RFC 8274


L'article seul

RFC 8273: Unique IPv6 Prefix Per Host

Date de publication du RFC : Décembre 2017
Auteur(s) du RFC : J. Brzozowski (Comcast Cable), G. Van De Velde (Nokia)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF v6ops
Première rédaction de cet article le 5 décembre 2017


Ce court RFC explique comment (et pourquoi) attribuer un préfixe IPv6 unique à chaque machine, même quand le média réseau où elle est connectée est partagé avec d'autres machines.

Ce RFC s'adresse aux gens qui gèrent un grand réseau de couche 2, partagé par de nombreux abonnés. Un exemple est celui d'un serveur dédié connecté à un Ethernet partagé avec les serveurs d'autres clients. Un autre exemple est celui d'une connexion WiFi dans un congrès ou un café. Dans les deux cas, la pratique sans doute la plus courante aujourd'hui est de donner une seule adresse IPv6 à la machine (ou, ce qui revient au même, un préfixe de 128 bits). C'est cette pratique que veut changer ce RFC. Le but est de mieux isoler les clients les uns des autres, et de bien pouvoir gérer les abonnements et leur utilisation. (Justement le problème de Comcast, dont un des auteurs du RFC est un employé, cf. section 1.) Les clients ne se connaissent en effet pas les autres et il est important que les actions d'un client ne puissent pas trop affecter les autres (et qu'on puisse attribuer les actions à un client précis, pour le cas où ces actions soient illégales). En outre, certaines options d'abonnement sont « par client » (section 3, qui cite par exemple le contrôle parental, ou la qualité de service, qui peut être plus faible pour ceux qui ne paient pas le tarif « gold ».)

Si chaque client a un préfixe IPv6 à lui (au lieu d'une seule adresse IP), toute communication entre clients passera forcément par le routeur géré par l'opérateur, qui pourra ainsi mieux savoir ce qui se passe, et le contrôler. (Les lecteurs férus de routage ont noté que le client, s'il est administrateur de sa machine, peut toujours changer les tables de routage, mais cela n'affectera que le trafic aller, le retour passera toujours par le routeur. De toute façon, je soupçonne que la technique décrite dans ce RFC ne marche que si le réseau donne un coup de main, pour isoler les participants.)

Le RFC affirme que cela protègera contre des attaques comme l'épuisement de cache Neighbor Discovery, les redirections malveillantes faites avec ICMP ou les RAcailles (RFC 6104). Cela éviterait de devoir déployer des contre-mesures comme le RA Guard (RFC 6105). Là aussi, il me semble personnellement que ça n'est complètement vrai que si l'attaquant n'est pas administrateur sur sa machine. Ou alors, il faut que le réseau ne soit pas complètement partagé, qu'il y ait un mécanisme de compartimentage.

Les mécanismes décrits ici supposent que la machine du client utilise SLAAC (RFC 4862) pour obtenir une adresse IP. Cette obtention peut aussi passer par DHCP (RFC 3315) mais c'est plus rare, peu de clients étant capable de demander une adresse en DHCP (RFC 7934).

La section 4 du RFC décrit comment le client obtient ce préfixe. Il va envoyer un message RS (Router Solicitation, voir le RFC 4861, section 3) et écouter les réponses, qui lui diront son adresse IP mais aussi d'autres informations comme les résolveurs DNS à utiliser (voir RFC 8106). Pas de changement côté client, donc (ce qui aurait rendu ce mécanisme difficile à déployer). Par contre, côté « serveur », il y a de légers changements. Le routeur qui reçoit les RS et génère des RA (Router Advertisement), qu'ils aient été sollicités ou pas, va devoir les envoyer uniquement à une machine (puisque chaque client a un préfixe différent : il ne faut donc pas diffuser bêtement). Comme le RFC 4861 (sections 6.2.4 et 6.2.6) impose que l'adresse IP de destination soit ff02::1 (« tous les nœuds IPv6 »), l'astuce est d'utiliser comme adresse MAC, non pas l'adresse multicast habituelle, mais une adresse unicast (RFC 6085). Ainsi, chaque client ne recevra que son préfixe.

Ce RA contient le préfixe que l'opérateur alloue à ce client particulier. Les options du RA (RFC 4861, section 4.2) sont :

  • Bit M à zéro (ce qui veut dire « pas d'adresse via DHCP »),
  • Bit O à un (ce qui veut dire « d'autres informations sont disponibles par DHCP, par exemple le serveur NTP à utiliser »),
  • Bit A du préfixe (RFC 4861, section 4.6.2) mis à un (ce qui veut dire « tu es autorisé à te configurer une adresse dans ce préfixe »),
  • Bit L du préfixe (RFC 4861, section 4.6.2) mis à zéro (ce qui veut dire « ce préfixe n'est pas forcément sur le lien où tu te trouves, ne suppose rien, sois gentil, passe par le routeur »).

Le bit A étant mis à un, la machine qui a obtenu le préfixe peut s'attribuer une adresse IP à l'intérieur de ce préfixe, , avec SLAAC, comme indiqué dans le RFC 4862. Elle doit suivre la procédure DAD (Duplicate Address Detection, RFC 4862, section 5.4) pour vérifier que l'adresse IP en question n'est pas déjà utilisée.

Voilà, l'essentiel de ce RFC était là. La section 5 concerne quelques détails pratiques, par exemple ce que peut faire la machine client si elle héberge plusieurs machines virtuelles ou containers (en gros, elle alloue leurs adresses en utilisant le préfixe reçu).

Ce mécanisme de préfixe IP spécifique à chaque client de l'opérateur n'est pas sans poser des questions liées à la vie privée, comme l'explique la section 7 du RFC. (Rappelez-vous la section 1, qui disait qu'un des buts de cette technique était de satisfaire aux « obligations légales », autrement dit de pouvoir suivre à la trace ses utilisateurs.) Bien sûr, la machine cliente peut utiliser le système du RFC 4941, mais, ici, il aurait peu d'impact. Même avec un identificateur d'interface temporaire et imprévisible, le préfixe resterait, et identifierait parfaitement le client. Le RFC mentionne (mais sans l'exiger) qu'on peut limiter les dégâts en changeant le préfixe de temps en temps.


Téléchargez le RFC 8273


L'article seul

RFC 8272: TinyIPFIX for Smart Meters in Constrained Networks

Date de publication du RFC : Novembre 2017
Auteur(s) du RFC : C. Schmitt, B. Stiller (University of Zurich), B. Trammell (ETH Zurich)
Pour information
Première rédaction de cet article le 15 novembre 2017


Le format IPFIX, normalisé dans le RFC 7011, permet à un équipement réseau d'envoyer des données résumées à un collecteur, à des fins d'études ou de supervision. À l'origine, l'idée était que l'équipement réseau soit un routeur, une machine relativement grosse, munie de suffisamment de ressources pour pouvoir s'accomoder d'un protocole un peu compliqué, et qui nécessite l'envoi de pas mal d'octets. L'IPFIX original était donc peu adapté aux engins contraints, par exemple aux capteurs connectés. D'où cette variante d'IPFIX, TinyIPFIX, qui vise à être utilisable par des objets connectés comme ceux utilisant le 6LoWPAN du RFC 4944 (un compteur Linky ?)

Mais prenons plutôt comme exemple un capteur non connecté au réseau électrique (donc dépendant d'une batterie, qu'on ne peut pas recharger tout le temps, par exemple parce que le capteur est dans un lieu difficile d'accès) et n'ayant comme connexion au réseau que le WiFi. L'émission radio coûte cher en terme d'énergie et notre capteur va donc souvent éteindre sa liaison WiFi, sauf quand il a explicitement quelque chose à transmettre. Un protocole de type pull ne peut donc pas convenir, il faut du push, que le capteur envoie ses données quand il le décide. Ces contraintes sont détaillées dans « Applications for Wireless Sensor Networks », par l'auteure du RFC (pas trouvé en ligne, c'est publié dans le livre « Handbook of Research on P2P and Grid Systems for Service-Oriented Computing: Models, Methodologies and Applications », édité par Antonopoulos N.; Exarchakos G.; Li M.; Liotta A. chez Information Science Publishing).

Le RFC donne (section 3) l'exemple de l'IRIS de Crossbow : sa taille n'est que de 58 x 32 x 7 mm, et il a 128 ko de flash pour les programmes (512 ko pour les données mesurées), 8 ko de RAM et 4 d'EEPROM pour sa configuration. On ne peut pas demander des miracles à un objet aussi contraint. (Si c'est vraiment trop peu, le RFC cite aussi l'engin d'Advantic avec ses 48 ko de flash « programme », 1024 ko de flash « données », 10 ko de RAM et 16 d'EEPROM.) Question énergie, ce n'est pas mieux, deux piles AA de 2 800 mAh chacune peuvent donner en tout 30 240 J.

Autre contrainte vécue par ces pauvres objets connectés, les limites du protocole réseau (section 3.3 de notre RFC). 6LoWPAN (RFC 4944) utilise IEEE 802.15.4. Ce protocole ne porte que 102 octets par trame. Ce n'est pas assez pour IPv6, qui veut une MTU minimum de 1 280 octets. Il faut donc utiliser la fragmentation, un mécanisme problématique, notamment parce que, si un seul fragment est perdu (et ces pertes sont des réalités, sur les liaisons radio), il faut retransmettre tout le paquet. Il est donc prudent de s'en tenir à des paquets assez petits pour tenir dans une trame. C'est un des apports de TinyIPFIX par rapport au IPFIX classique : des messages plus petits.

Enfin, dernière contrainte, le protocole de transport. IPFIX impose (RFC 7011, section 10.1) que SCTP soit disponible, même s'il permet aussi UDP et TCP. Mais SCTP (et TCP) ne permettent pas d'utiliser les mécanismes de compression des en-têtes de 6LoWPAN. Et SCTP n'est pas toujours présent dans les systèmes d'exploitation des objets, par exemple TinyOS. TinyIPFIX utilise donc UDP. À noter que, comme le demande la section 6.2 du du RFC 5153, TinyIPFIX sur UDP n'est pas prévu pour l'Internet ouvert, mais uniquement pour des réseaux fermés.

TinyIPFIX est dérivé de IPFIX (RFC 7011) et en hérite donc de la plupart des concepts, comme la séparation des données (Data Sets) et de la description des données (dans des gabarits, transmis en Template Sets).

La section 4 du RFC décrit des scénarios d'usage. Comme TinyIPFIX (comme IPFIX) est undirectionnel (de l'exporteur vers le collecteur), et qu'il tourne sur UDP (où les messages peuvent se perdre), le développeur doit être conscient des limites de ce service. Si on perd un paquet de données, on perd des données. Pire, si on perd un paquet de gabarit (RFC 7011, sections 3.4.1 et 8), on ne pourra plus décoder les paquets de données suivants. On ne doit donc pas utiliser TinyIPFIX pour des systèmes où la perte de données serait critique. Un système d'accusés de réception et de retransmission (refaire une partie de TCP, quoi…) serait trop lourd pour ces engins contraints (il faudrait stocker les messages en attendant l'accusé de réception).

Le RFC recommande de renvoyer les paquets de gabarit de temps en temps. C'est normalement inutile (on n'imagine pas un capteur contraint en ressources changer de gabarit), mais cela permet de compenser le risque de perte. Le collecteur qui, lui, n'a pas de contraintes, a tout intérêt à enregistrer tous les messages, même quand il n'y a pas de gabarit, de manière à pouvoir les décoder quand le gabarit arrivera. (Normalement, on ne fait pas ça avec IPFIX, le gabarit ne peut s'appliquer qu'aux messages reçus après, mais, avec TinyIPFIX, il y a peu de chances que les gabarits changent.)

Le RFC donne un exemple animalier qui conviendrait au déploiement de TinyIPFIX, afin de surveiller des oiseaux (Szewczyk, R., Mainwaring, A., Polastre, J., et D. Culler, «  An analysis of a large scale habitat monitoring application ».) Les capteurs notent ce que font ces charmants animaux et le transmettent.

Cet exemple sert à illustrer un cas où TinyIPFIX serait bien adapté : collecte de type push, efficacité en terme de nombre de paquets, perte de paquets non critique, pas de nécessité d'un estampillage temporel des messages (qui existe dans IPFIX mais que TinyIPFIX supprime pour alléger le travail).

La section 5 décrit l'architecture de TinyIPFIX, très similaire à celle d'IPFIX (RFC 5470).

Enfin, la section 6 décrit les aspects concrets de TinyIPFIX, notamment le format des messages. Il ressemble beaucoup à celui d'IPFIX, avec quelques optimisations pour réduire la taille des messages. Ainsi, l'en-tête de message IPFIX fait toujours 16 octets, alors que dans TinyIPFIX, il est de taille variable, avec seulement 3 octets dans le meilleur des cas. C'est ainsi que des champs comme le numéro de version (qui valait 11 pour IPFIX) ont été retirés. De même, l'estampille temporelle (« Export Time » dans IPFIX) est partie (de toute façon, les objets contraints ont rarement une horloge correcte).

Les objets contraints déployés sur le terrain n'ont souvent pas à un accès direct à Internet, à la fois pour des raisons de sécurité, et parce qu'un TCP/IP complet serait trop lourd pour eux. Il est donc fréquent qu'ils doivent passer par des relais qui ont, eux, un vrai TCP/IP, voire un accès Internet. (Cette particularité des déploiements d'objets connectés est une des raisons pour lesquelles le terme d'« Internet des Objets » n'a pas de valeur autre que marketing.)

TinyIPFIX va donc fonctionner dans ce type d'environnement et la section 7 de notre RFC décrit donc le mécanisme d'« intermédiation ». L'intermédiaire peut, par exemple, transformer du TinyIPFIX/UDP en TinyIPFIX/SCTP ou, carrément, du TinyIPFIX en IPFIX. Dans ce dernier cas, il devra ajouter les informations manquantes, comme l'estampille temporelle ou bien le numéro de version.


Téléchargez le RFC 8272


L'article seul

RFC 8270: Increase the Secure Shell Minimum Recommended Diffie-Hellman Modulus Size to 2048 Bits

Date de publication du RFC : Décembre 2017
Auteur(s) du RFC : L. Velvindron (Hackers.mu), M. Baushke (Juniper Networks)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF curdle
Première rédaction de cet article le 6 décembre 2017


Un RFC de moins de quatre pages, boilerplate administratif inclus, pour passer la taille minimum des modules des groupes Diffie-Hellman utilisés par SSH, de 1 024 bits à 2 048.

L'échange Diffie-Hellman dans SSH est décrit dans le RFC 4419, que notre nouveau RFC met à jour. C'est dans le RFC 4419 (sa section 3) que se trouvait la recommandation d'accepter au moins 1 024 bits pour le module du groupe. Or, cette taille est bien faible face aux attaques modernes comme Logjam.

Voilà, c'est tout, on remplace « minimum 1 024 bits » par « minimum 2 048 » et on peut continuer à utiliser SSH. Si vous êtes utilisateur d'OpenSSH, la commande de génération de clés, ssh-keygen, peut également générer ces modules (cf. la section Moduli generation dans le manuel.) Les versions un peu anciennes ne vous empêchent pas de faire des modules bien trop petits. Ainsi, sur une version 7.2 :

% ssh-keygen -G moduli-512.candidates -b 512
Fri Oct 20 20:13:49 2017 Sieve next 4177920 plus 511-bit
Fri Oct 20 20:14:51 2017 Sieved with 203277289 small primes in 62 seconds
Fri Oct 20 20:14:51 2017 Found 3472 candidates

% ssh-keygen -G moduli-256.candidates -b 256
Too few bits: 256 < 512
modulus candidate generation failed
    

Le RGS recommande quant à lui 3 072 bits minimum (la règle exacte est « RègleLogp-1. La taille minimale de modules premiers est de 2048 bits pour une utilisation ne devant pas dépasser l’année 2030. RègleLogp-2. Pour une utilisation au delà de 2030, la taille minimale de modules premiers est de 3072 bits. »)

Enfin, la modification d'OpenSSH pour se conformer à ce RFC est juste un changement de la définition de DH_GRP_MIN.


Téléchargez le RFC 8270


L'article seul

RFC 8266: Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings Representing Nicknames

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : P. Saint-Andre (Jabber.org)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF precis
Première rédaction de cet article le 6 octobre 2017


Bien des protocoles Internet manipulent des noms qui doivent être parlants pour les utilisateurs et donc, de nos jours, doivent pouvoir être en Unicode. Les noms purement ASCII appartiennent à un passé révolu. Le groupe de travail PRECIS de l'IETF établit des règles pour ces noms, de manière à éviter que chaque protocole, chaque application, ne soit obligé de définir ses propres règles. Ce RFC contient les règles pour un sous-ensemble de ces noms : les noms qui visent plutôt à communiquer avec un utilisateur humain (par opposition aux noms qui sont indispensables aux protocoles réseaux, traités dans le RFC 8265). Il remplace le RFC 7700 (mais il y a peu de changements).

Ces noms « humains » sont typiquement ceux qui sont présentés aux utilisateurs. Ils doivent donc avant tout être « parlants » et il faut donc qu'ils puissent utiliser la plus grande part du jeu de caractères Unicode, sans restrictions arbitraires (contrairement aux identificateurs formels du RFC 8265, pour lesquels on accepte des limites du genre « pas d'espaces » ou « pas d'emojis »).

Le terme utilisé par le RFC pour ces noms « humains » est nicknames, terme qui vient du monde de la messagerie instantanée. Il n'y a pas de terme standard pour les désigner, certains protocoles (comme le courrier) parlent de display names (par opposition au login name ou account name), d'autres utilisent encore d'autres termes (l'article « An Introduction to Petname Systems » peut vous intéresser). Par exemple, dans un message électronique, on pourrait voir :

From: Valérie Pécresse <vp@les-républicains.fr>
    

Et, dans cet exemple, vp serait le nom formel (mailbox name dans le courrier, login name pour se connecter), alors que Valérie Pécresse est le nickname, le nom montrable aux humains. (Le concept de display name dans le courrier est normalisé dans la section 3.4.1 du RFC 5322, son exact équivalent XMPP, le nickname, est dans XEP-0172.)

Autre exemple, le réseau social Mastodon où mon nom formel est bortzmeyer@mastodon.gougere.fr alors que la description, le terme affiché est « S. Bortzmeyer 🗸 » (avec un symbole à la fin, le ‎U+1F5F8).

Comme l'illustre l'exemple ci-dessus, on veut évidemment que le nom puisse être en Unicode, sauf pour la petite minorité des habitants de la planète qui utilisent une langue qui peut s'écrire uniquement en ASCII.

Ces noms « parlants », ces nicknames, ne servent pas qu'à désigner des humains, ils peuvent aussi être utilisés pour des machines, des sites Web (dans les signets), etc.

On pourrait penser qu'il n'y a rien à spécifier pour permettre leur internationalisation. On remplace juste ASCII par Unicode comme jeu de caractères autorisé et vas-y, poupoule. Mais Unicode recèle quelques surprises et, pour que les nicknames fonctionnent d'une manière qui paraitra raisonnable à la plupart des utilisateurs, il faut limiter légèrement leur syntaxe.

Ces limites sont exposées dans la section 2 de notre RFC, qui définit un profil de PRECIS. PRECIS, Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings est le sigle qui désigne le projet « Unicode dans tous les identificateurs » et le groupe de travail IETF qui réalise ce projet. PRECIS définit (RFC 8264) plusieurs classes d'identificateurs et les nicknames sont un cas particulier de la classe FreeformClass (RFC 8264, section 4.3), la moins restrictive (celle qui permet le plus de caractères).

Outre les restrictions de FreeformClass (qui n'est pas complètement laxiste : par exemple, cette classe ne permet pas les caractères de contrôle), le profil Nickname :

  • Convertit tous les caractères Unicode de type « espace » (la catégorie Unicode Zs) en l'espace ASCII (U+0020),
  • Supprime les espaces en début et en fin du nickname, ce qui fait que " Thérèse" et "Thérèse" sont le même nom,
  • Fusionne toutes les suites d'espaces en un seul espace,
  • Met tout en minuscules (donc les nicknames sont insensibles à la casse),
  • Normalise en NFKC, plus violent que NFC, et réduisant donc les possibilités que deux nicknames identiques visuellement soient considérés comme distincts (cf. section 6, qui prétend à tort que ce serait un problème de sécurité ; comme souvent à l'IETF, le groupe de travail a passé beaucoup de temps sur un faux problème de « confusabilité », cf. UTS#39).

À noter qu'un nickname doit avoir une taille non nulle, après l'application des ces règles (autrement, un nickname de trois espaces serait réduit à... zéro).

Une fois ce filtrage et cette canonicalisation faite, les nicknames peuvent être comparés par une simple égalité bit à bit (s'ils utilisent le même encodage, a priori UTF-8). Un test d'égalité est utile si, par exemple, un système veut empêcher que deux utilisateurs aient le même nickname.

La section 3 de notre RFC fournit quelques exemples amusants et instructifs de nicknames :

  • "Foo" et "foo" sont acceptables, mais sont le même nom (en application de la régle d'insensibilité à la casse),
  • "Foo Bar" est permis (les espaces sont autorisés, avec les quelques restrictions indiquées plus haut),
  • "Échec au roi ♚" est permis, rien n'interdit les symboles comme cette pièce du jeu d'échecs, le caractère Unicode U+265A,
  • "Henri Ⅳ" est permis (ouvrez l'œil : c'est le chiffre romain à la fin, U+2163) mais la normalisation NFKC (précédée du passage en minuscules) va faire que ce nom est équivalent à "henri iv" (avec, cette fois, deux caractères à la fin).

Notez que ces règles ne sont pas idempotentes et le RFC demande qu'elles soient appliquées répétitivement jusqu'à la stabilité (ou, au maximum, jusqu'à ce que trois applications aient été faites).

Comme le rappelle la section 4 de notre RFC, les applications doivent maintenant définir l'utilisation de ces noms parlants, où peut-on les utiliser, etc. L'application peut donc avoir des règles supplémentaires, comme une longueur maximale pour ces nicknames, ou des caractères interdits car ils sont spéciaux pour l'application.

L'application ou le protocole applicatif a également toute latitude pour gérer des cas comme les duplicatas : j'ai écrit plus haut que "Foo Bar" et "foo bar" étaient considérés comme le même nickname mais cela ne veut pas dire que leur coexistence soit interdite : certaines applications permettent à deux utilisateurs distincts d'avoir le même nickname. Même chose avec d'autres règles « métier » comme la possibilité d'interdire certains noms (par exemple parce qu'ils sont grossiers).

Le profil Nickname est désormais ajouté au registre IANA (section 5 du RFC).

L'annexe A décrit les changements depuis le RFC 7700. Le principal est le remplacement de l'opération Unicode CaseFold() par toLower() pour assurer l'insensibilité à la casse. La différence est subtile, et ne change rien pour la plupart des écritures. Sinon, l'erreur notée #4570 a été corrigée. Le reste n'est que de la maintenance.


Téléchargez le RFC 8266


L'article seul

RFC 8265: Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings Representing Usernames and Passwords

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : P. Saint-Andre (Jabber.org), A. Melnikov (Isode)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF precis
Première rédaction de cet article le 6 octobre 2017


Ah, les plaisirs de l'internationalisation du logiciel... Quand l'informatique ne concernait que les États-Unis, tout était simple. Un utilisateur ne pouvait avoir un nom (un login) que s'il était composé uniquement des lettres de l'alphabet latin (et même chose pour son mot de passe). Mais de nos jours, il n'est pas acceptable de se limiter au RFC 20. Il faut que Пу́тин ou 艾未未 puissent écrire leur nom dans leur écriture et l'informatique doit suivre. Notre RFC décrit comment le faire (il remplace le RFC 7613, mais il y a peu de changements, rassurez-vous).

Mais pourquoi faut-il standardiser quelque chose ? Pourquoi ne pas dire simplement « les noms d'utilisateur sont en Unicode » et basta ? Parce que les logiciels qui gèrent noms d'utilisateurs et mots de passe ont besoin de les manipuler, notamment de les comparer. Si ПУ́ТИН essaie de se loguer, et que la base de données contient un utilisateur пу́тин, il faut bien déterminer si c'est le même utilisateur (ici, oui, à part la casse). C'est en général assez simple dans l'alphabet latin (ou dans le cyrillique utilisé pour les exemples) mais il y a d'autres cas plus vicieux qui nécessitent quelques règles supplémentaires.

Le cadre général de l'internationalisation des identificateurs est normalisé dans le RFC 8264. Notre nouveau RFC 8265 est l'adaptation de ce RFC 8264 au cas spécifique des noms d'utilisateur et des mots de passe.

Ces noms et ces mots de passe (aujourd'hui, il faudrait plutôt dire phrases de passe) sont largement utilisés pour l'authentification, soit directement (SASL PLAIN du RFC 4616, authentification de base de HTTP du RFC 7617), ou bien comme entrée d'une fonction de condensation cryptographique (SASL SCRAM du RFC 5802 ou bien authentification HTTP digest du RFC 7616). L'idée est que les opérations de base sur ces noms (et sur les mots de passe) ne surprennent pas excessivement l'utilisateur, quel que soit son pays, sa langue, sa culture. Un Français ou un Belge ne sera probablement pas trop étonné que Dupont soit accepté comme synonyme de dupont mais il le serait davantage si dupond l'était. Évidemment, la tâche est impossible (les utilisateurs sont tous différents) mais l'idée est de ne pas faire un système parfait mais un système qui marche la plupart du temps.

C'est là qu'intervient le cadre PRECIS (PReparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings) du RFC 8264. Il évite que chaque développeur d'un système d'authentification doive lire et comprendre toutes les conséquences d'Unicode, et lui permet de s'appuyer sur une analyse déjà faite. Un exemple de piège d'Unicode (et qui montre pourquoi « on va juste dire que les noms d'utilisateur peuvent être n'importe quel caractère Unicode » est sans doute une mauvaise politique) est le chiffre 1 en exposant, U+00B9 (comme ça : « ¹ » Si vous ne voyez rien, c'est parce que votre logiciel ne sait pas afficher ce caractère. Vous pouvez toujours regarder le source HTML pour comprendre l'exemple.). Doit-on l'autoriser ? Le mettre en correspondance avec le 1 traditionnel de façon à ce que user¹ et user1 soient le même nom ? Imaginez un client XMPP qui vous dise « user¹@example.com veut être votre copain. Je l'autorise ? » et que vous acceptiez en croyant que c'était user1@example.com. Bien sûr, on ne peut pas réellement parler d'« attaque » dans ce cas, une telle erreur permettrait juste de faire quelques farces mais, pour le logiciel qui vérifie une identité, des confusions seraient plus gênantes. Si les « attaques » exploitant la similitude de caractères Unicode sont surtout un fantasme d'informaticien anglophone n'ayant jamais réellement accepté l'internationalisation (plutôt qu'une réalité du terrain), il est quand même plus prudent de supprimer quelques causes de cafouillage le plus tôt possible.

(Ce RFC suggère également de séparer le nom d'utilisateur, identificateur formel et n'utilisant qu'un jeu de caractères restreint, et la description (cf. RFC 8266) qui pourrait utiliser d'avantage de caractères. Twitter ou Mastodon fonctionnent ainsi.)

Notre RFC compte deux sections importantes, décrivant le profil PRECIS pour les noms d'utilisateur (section 3) et les mots de passe (section 4). Commençons par les noms d'utilisateur. Un nom est une chaîne de caractères Unicode composée de parties séparées par des espaces. Chaque partie doit être une instance de IdentifierClass et est normalisée en NFC. Pourquoi cette notion de « parties séparées par des espaces » ? Parce que la classe IdentifierClass du RFC 8264 ne permet pas les espaces, ce qui est gênant pour certains identificateurs (« Prénom Nom » par exemple, cf. section 3.5). D'où la grammaire de la section 3.1 :

      username   = userpart *(1*SP userpart)
    

qui dit « un nom d'utilisateur est composé d'au moins une partie, les parties étant séparées par un nombre quelconque d'espaces ». Une des conséquences de cette grammaire étant que le nombre d'espaces n'est pas significatif : Jean Dupont et Jean Dupont sont le même identificateur.

Chaque partie étant une instance de l'IdentifierClass du RFC 8264, les caractères interdits par cette classe sont donc interdits pour les noms d'utilisateurs. Une application donnée peut restreindre (mais pas étendre) ce profil. Ces noms d'utilisateurs sont-ils sensibles à la casse ? Certains protocoles ont fait un choix et d'autres le choix opposé. Eh bien, il y a deux sous-profils, un sensible et un insensible (ce dernier étant recommandé). Les protocoles et applications utilisant ce RFC 8265 devront annoncer clairement lequel ils utilisent. Et les bibliothèques logicielles manipulant ces utilisateurs auront probablement une option pour indiquer le sous-profil à utiliser.

Le sous-profil UsernameCaseMapped rajoute donc une règle de préparation des chaînes de caractères : tout passer en minuscules (avant les comparaisons, les condensations cryptographiques, etc), en utilisant l'algorithme toLowerCase d'Unicode (section 3.13 de la norme Unicode ; et, oui, changer la casse est bien plus compliqué en Unicode qu'en ASCII). Une fois la préparation faite, on peut comparer octet par octet, si l'application a bien pris soin de définir l'encodage.

L'autre sous-profil, UsernameCasePreserved ne change pas la casse, comme son nom l'indique. ПУ́ТИН et пу́тин y sont donc deux identificateurs différents. C'est la seule différence entre les deux sous-profils. Notre RFC recommande le profil insensible à la casse, UsernameCaseMapped, pour éviter des surprises comme celles décrites dans le RFC 6943 (cf. section 8.2 de notre RFC).

Bon, tout ça est bien nébuleux et vous préféreriez des exemples ? Le RFC nous en fournit. D'abord, des identificateurs peut-être surprenants mais légaux (légaux par rapport à PRECIS : certains protocoles peuvent mettre des restrictions supplémentaires). Attention, pour bien les voir, il vous faut un navigateur Unicode, avec toutes les polices nécessaires :

  • juliet@example.com : le @ est autorisé donc un JID (identificateur XMPP) est légal.
  • fussball : un nom d'utilisateur traditionnel, purement ASCII, qui passera partout, même sur les systèmes les plus antédiluviens.
  • fußball : presque le même mais avec un peu d'Unicode. Bien qu'en allemand, on traite en général ces deux identificateurs comme identiques, pour PRECIS, ils sont différents. Si on veut éviter de la confusion aux germanophones, on peut interdire la création d'un des deux identificateurs si l'autre existe déjà : PRECIS ne donne que des règles miminales, on a toujours droit à sa propre politique derrière.
  • π : entièrement en Unicode, une lettre.
  • Σ : une lettre majuscule.
  • σ : la même en minuscule. Cet identificateur et le précédent seront identiques si on utilise le profil UsernameCaseMapped et différents si on utilise le profil UsernameCasePreserved.
  • ς : la même, lorsqu'elle est en fin de mot. Le cas de ce sigma final est compliqué, PRECIS ne tente pas de le résoudre. Comme pour le eszett plus haut, vous pouvez toujours ajouter des règles locales.

Par contre, ces noms d'utilisateurs ne sont pas valides :

  • Une chaîne de caractères vide.
  • HenriⅣ : le chiffre romain 4 à la fin est illégal (car il a ce qu'Unicode appelle « un équivalent en compatibilité », la chaîne « IV »).
  •  : seules les lettres sont acceptées, pas les symboles (même règle que pour les noms de domaine).

Continuons avec les mots de passe (section 4). Comme les noms, le mot de passe est une chaîne de caractères Unicode. Il doit être une instance de FreeformClass. Cette classe autorise bien plus de caractères que pour les noms d'utilisateur, ce qui est logique : un mot de passe doit avoir beaucoup d'entropie. Peu de caractères sont donc interdits (parmi eux, les caractères de contrôle, voir l'exemple plus bas). Les mots de passe sont sensibles à la casse.

Des exemples ? Légaux, d'abord :

  • correct horse battery staple : vous avez reconnu un fameux dessin de XKCD.
  • Correct Horse Battery Staple : les mots de passe sont sensibles à la casse, donc c'est un mot de passe différent du précédent.
  • πßå : un mot de passe en Unicode ne pose pas de problème.
  • Jack of ♦s : et les symboles sont acceptés, contrairement à ce qui se passe pour les noms d'utilisateur.
  • foo bar : le truc qui ressemble à un trait est l'espace de l'Ogham, qui doit normalement être normalisé en un espace ordinaire, donc ce mot de passe est équivalent à foo bar.

Par contre, ce mot de passe n'est pas valide :

Rappelez-vous que ces profils PRECIS ne spécifient que des règles minimales. Un protocole utilisant ce RFC peut ajouter d'autres restrictions (section 5). Par exemple, il peut imposer une longueur minimale à un mot de passe (la grammaire de la section 4.1 n'autorise pas les mots de passe vides mais elle autorise ceux d'un seul caractère, ce qui serait évidemment insuffisant pour la sécurité), une longueur maximale à un nom d'utilisateur, interdire certains caractères qui sont spéciaux pour ce protocole, etc.

Certains profils de PRECIS suggèrent d'être laxiste en acceptant certains caractères ou certaines variantes dans la façon d'écrire un mot (accepter strasse pour straße ? C'est ce qu'on nomme le principe de robustesse.) Mais notre RFC dit que c'est une mauvaise idée pour des mots utilisés dans la sécurité, comme ici (voir RFC 6943).

Les profils PRECIS ont été ajoutés au registre IANA (section 7 de notre RFC).

Un petit mot sur la sécurité et on a fini. La section 8 de notre RFC revient sur quelques points difficiles. Notamment, est-ce une bonne idée d'utiliser Unicode pour les mots de passe ? Ça se discute. D'un côté, cela augmente les possibilités (en simplifiant les hypothèses, avec un mot de passe de 8 caractères, on passe de 10^15 à 10^39 possibilités en permettant Unicode et plus seulement ASCII), donc l'entropie. D'un autre, cela rend plus compliquée la saisie du mot de passe, surtout sur un clavier avec lequel l'utilisateur n'est pas familier, surtout en tenant compte du fait que lors de la saisie d'un mot de passe, ce qu'on tape ne s'affiche pas. Le monde est imparfait et il faut choisir le moindre mal...

L'annexe A du RFC décrit les changements (peu nombreux) depuis l'ancien RFC 7613. Le principal est le passage de la conversion de casse de la fonction Unicode CaseFold() à toLowerCase(). Et UTF-8 n'est plus obligatoire, c'est désormais à l'application de décider (en pratique, cela ne changera rien, UTF-8 est déjà l'encodage recommandé dans l'écrasante majorité des applications). Sinon, il y a une petite correction dans l'ordre des opérations du profil UsernameCaseMapped, et quelques nettoyages et mises à jour.


Téléchargez le RFC 8265


L'article seul

RFC 8264: PRECIS Framework: Preparation, Enforcement, and Comparison of Internationalized Strings in Application Protocols

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : P. Saint-Andre (Jabber.org), M. Blanchet (Viagenie)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF precis
Première rédaction de cet article le 6 octobre 2017


Dans la longue marche vers une plus grande internationalisation de l'Internet, la question des identificateurs (comme par exemple les noms de domaine) a toujours été délicate. Ce sont en effet à la fois des éléments techniques, traités automatiquement par les programmes, et des marqueurs d'identité, vus par les humains (par exemple sur des cartes de visite) et manipulés par eux. Plutôt que de laisser chaque protocole internationaliser ses identificateurs (plus ou moins bien), l'approche de ce RFC est unificatrice, en élaborant des règles qui peuvent servir à de larges classes d'identificateurs, pour de nombreux protocoles différents. Il remplace le premier RFC qui avait suivi cette voie, le RFC 7564, désormais dépassé (mais les changements sont peu importants, c'est juste de la maintenance).

Cette opposition entre « éléments techniques » et « textes prévus pour l'utilisateur » est au cœur du RFC 2277 qui pose comme principe politique qu'on internationalise les seconds, mais pas les premiers. Cet excellent principe achoppe souvent sur la question des identificateurs, qui sont les deux à la fois. D'un côté, les programmes doivent les traiter (les identificateurs doivent donc être clairement définis, sans ambiguïté), de l'autre les humains les voient, les communiquent, les échangent (les identificateurs doivent donc permettre, sinon toutes les constructions du langage humain, en tout cas un sous-ensemble d'Unicode qui parait raisonnable aux humains ordinaires : pas question d'imposer stephane comme nom de login à un utilisateur nommé Stéphane, avec un accent sur le E). C'est cette double nature des identificateurs (ainsi, il est vrai, que l'énorme couche de bureaucratie qui gère les noms de domaine) qui explique la durée et la vivacité des discussions sur les IDN.

Maintenant que ces IDN existent (depuis plus de quatorze ans, RFC 3490), que faire avec les autres identificateurs ? Une possibilité aurait été que chaque protocole se débrouille avec ses propres identificateurs, comme l'a fait le DNS avec les noms de domaine. Mais cela menait à une duplication du travail (et tous les auteurs de protocole ne sont pas des experts Unicode) et surtout à un risque de choix très différents : certains protocoles autoriseraient tel caractère Unicode et d'autres pas, sans que l'utilisateur ordinaire puisse comprendre clairement les raisons de cette différence. L'idée de base du groupe PRECIS était donc d'essayer de faire des règles qui s'appliqueraient à beaucoup de protocoles, épargnant aux concepteurs de ces protocoles de les concevoir eux-mêmes, et offrant à l'utilisateur une certaine homogénéité. Ce RFC 8264 est le cadre de définition des identificateurs internationalisés. Ce cadre permet la manipulation d'identificateurs internationalisés (par exemple leur comparaison, comme lorsqu'un utilisateur tape son nom et son mot de passe, et qu'il faut les vérifier, cf. RFC 6943.)

Certaines personnes, surtout en Anglosaxonnie, pourraient estimer que c'est bien compliqué tout cela, et qu'il vaudrait mieux limiter les identificateurs à ASCII. Certes, Unicode est compliqué, mais sa complexité ne fait que refléter celle des langues humaines (section 6.1 de notre RFC). On ne peut pas simplifier Unicode, sauf à éliminer une partie de la diversité humaine.

Le nom du groupe de travail PRECIS reflète les trois fonctions essentielles que font les programmes qui manipulent les identificateurs internationalisés :

  • PR pour la préparation des identificateurs, les opérations préliminaires comme la conversion depuis un jeu de caractères local non-Unicode,
  • E pour l'application (enforcement) des règles, afin de s'assurer qu'une chaîne de caractères Unicode est légale ou pas pour un usage donné,
  • C pour la comparaison entre les identificateurs, afin de déterminer leur égalité (« cette ressource n'est accessible qu'à l'utilisateur Thérèse or elle est connectée avec le nom therese »),
  • Le IS final étant pour Internationalized Strings.

A priori, les serveurs Internet seront responsables de l'application, les clients n'ayant à faire qu'une préparation. Ayant souvent moins de ressources, les clients pourraient en effet avoir du mal à faire certaines opérations Unicode complexes (section 3).

Les principes du travail de PRECIS sont :

  • Définir un petit nombre (deux, actuellement) de classes spécifiant un jeu de caractères autorisés, classes applicables à un grand nombre d'usages.
  • Définir le contenu de ces classes en fonction d'un algorithme, reposant sur les propriétés Unicode (contrairement à stringprep où le contenu des classes était énuméré dans le RFC). Ainsi, lorsqu'une nouvelle version d'Unicode sort (la version actuelle est la 10.0), il suffit de refaire tourner l'algorithme et on obtient le contenu à jour de la classe.
  • Spécifier les classes par une inclusion : tout caractère non explicitement listé comme membre de la classe est automatiquement exclu.
  • Permettre aux protocoles applicatifs de définir un profil d'une classe, à savoir une restriction de ses membres, ou bien d'autres précisions sur des sujets comme la normalisation Unicode. Il y a ainsi un profil pour les noms d'utilisateurs, un profil pour les mots de passe, etc (cf. RFC 8265). Notez qu'il est prévu que le nombre de profils reste limité, pour ne pas réintroduire l'excessive variété que voulait justement éviter PRECIS.

Si tout va bien, ces principes permettront l'indépendance vis-à-vis des versions d'Unicode (ou, plus exactement, la possibilité de passer à une nouvelle version d'Unicode sans faire une nouvelle norme incompatible), le partage des tables et du logiciel entre applications (par exemple par le biais de bibliothèques communes, utilisables si toutes les applications reposent sur PRECIS), et moins de surprises pour les utilisateurs, qui auraient été bien embêtés si chaque protocole Internet avait eu une manière complètement différente de prévoir l'internationalisation.

Bien, quelles sont donc les classes prévues par PRECIS (section 4) ? L'idée est de faire un compromis entre expressivité et sécurité. Qu'est-ce que la sécurité vient faire là dedans ? Personne ne le sait trop (le RFC utilise plusieurs fois safe et safety sans expliquer face à quels risques) mais Unicode fait souvent peur aux informaticiens anglo-saxons et il est donc courant d'estimer qu'il existe des caractères dangereux.

Il y a donc deux classes en tout et pour tout dans PRECIS : IdentifierClass et FreeformClass. La première classe servira à identifier utilisateurs, machines, pièces de discussions en messagerie instantanée, fichiers, etc, et ne permettra que les lettres, les nombres et quelques symboles (comme le ! ou le +, car ils étaient dans ASCII). C'est contraignant mais l'idée est qu'on veut des désignations simples et sans ambiguïté, pas écrire des romans. La seconde classe servira à tout le reste (mots de passe, textes affichés comme la description d'une pièce XMPP, nom complet d'une machine, etc). Par exemple, une imprimante sera imprimante-jean-et-thérèse pour les protocoles qui demandent un nom de la classe IdentifierClass et Imprimante de Jean & Thérèse lorsqu'on pourra utiliser un nom FreeformClass.

Les classes sont définies par les caractères inclus et exclus. Plus précisément, un caractère peut être, pour une classe donnée (voir aussi la section 8) :

  • Valide (ou PVALID pour Protocol Valid),
  • Interdit,
  • Autorisé dans certains contextes seulement, c'est-à-dire que l'autorisation dépendra des caractères voisins (pas facile de trouver un exemple dans l'alphabet latin, cela sert surtout à d'autres écritures),
  • Pas encore affecté dans Unicode.

La classe IdentifierClass se définit donc par :

  • Caractères valides : les lettres et chiffres (rappelons qu'on définit des identificateurs internationalisés : on ne se limite donc pas aux lettres et chiffres latins), et les symboles traditionnels, ceux d'ASCII (comme le tiret ou le tilde).
  • Caractères valides dans certains contextes : ceux de la rare catégorie JoinControl du RFC 5892, section 2.8.
  • Caractères interdits : tout le reste (espaces, ponctuation, la plupart des symboles...).
  • Les caractères non encore affectés sont également interdits.

La classe Freeform Class se définit, elle, par :

  • Caractères valides : les lettres et chiffres (rappelons qu'on définit des identificateurs internationalisés : on ne se limite donc pas aux lettres et chiffres latins), les espaces, la ponctuation, les symboles (oui, oui, y compris les emojis comme 🥞 cf. sections 4.3.1 et 9.15).
  • Caractères valides dans certains contextes : ceux de la catégorie JoinControl plus quelques exceptions.
  • Caractères interdits : tout le reste, ce qui fait surtout les caractères de contrôle comme U+0007 (celui qui fait sonner votre ordinateur).
  • Les caractères non encore affectés sont également interdits.

Ces listes de caractères autorisés ou interdits ne sont pas suffisantes. Il y a d'autres points à régler (section 5), ce qui se fait typiquement dans les profils. Ainsi, un profil doit définir :

  • Normalisation Unicode à utiliser. NFC est recommandée.
  • La correspondance entre les caractères et leur version large (width mapping). Est-ce que FULLWIDTH DIGIT ZERO (U+FF10) doit être considéré comme équivalent au zéro traditionnel, de largeur « normale », U+0030 ? Notez que certaines normalisations (mais qui ne sont pas celle recommandée), comme NFKC, règlent le problème. Autrement, la recommandation du RFC est « oui, il faut rendre ces caractères équivalents » car l'utilisateur serait certainement surpris que target0 et target0 soient considérés différents (le fameux POLA, principe de la moindre surprise).
  • D'autres correspondances peuvent être spécifiées par le profil (comme de transformer tous les espaces Unicode en l'espace traditionnel ASCII U+0020).
  • Changement de la casse des caractères, par exemple pour tout mettre en minuscules. Si c'est décidé pour un profil, le RFC recommande que cela soit fait avec la méthode Unicode standard, toLowerCase() (section 3.13 de la norme Unicode). Attention, cette méthode Unicode ne gère pas des cas qui dépendent de la langue, dont le plus fameux est le i sans point du turc (U+0131 c'est-à-dire ı). Le changement de casse est évidemment déconseillé pour les mots de passe (puisqu'il diminue l'entropie). Notez aussi que ce cas illustre le fait que les transformations PRECIS ne sont pas sans perte : si on met tout en minuscules, Poussin ne se distingue plus de poussin.
  • Interdiction de certains mélanges de caractères de directionnalité différentes. Il y a des écritures qui vont de gauche à droite et d'autres de droite à gauche, et leur combinaison peut entrainer des surprises à l'affichage. Dans certains cas, un profil peut vouloir limiter ce mélange de directionnalités.

Un profil peut également interdire certains caractères normalement autorisés (mais pas l'inverse).

Au passage, pour la comparaison, le RFC (section 7) impose un ordre à ces opérations. Par exemple, la mise en correspondance de la version large sur la version normale doit se faire avant l'éventuel changement de casse. C'est important car ces opérations ne sont pas commutatives entre elles.

Les profils sont enregistrés à l'IANA. Le RFC met bien en garde contre leur multiplication : toute l'idée de PRECIS est d'éviter que chaque protocole ne gère l'internationalisation des identificateurs de manière différente, ce qui empêcherait la réutilisation de code, et perturberait les utilisateurs. Si on avait un cadre commun mais des dizaines de profils différents, on ne pourrait pas dire qu'on a atteint cet objectif. Par exemple, en matière d'interface utilisateur, PRECIS essaie de s'en tenir au POLA (Principle of Least Astonishment) et ce principe serait certainement violé si chaque application trouvait rigolo d'interdire un caractère ou l'autre, sans raison apparente. Le RFC estime d'ailleurs (section 5.1) qu'il ne devrait y avoir idéalement que deux ou trois profils. Mais ce n'est pas possible puisque les protocoles existent déjà, avec leurs propres règles, et qu'on ne peut pas faire table rase de l'existant (tous les protocoles qui ont déjà définis des caractères interdits, comme IRC, NFS, SMTP, XMPP, iSCSI, etc).

Un petit point en passant, avant de continuer avec les applications : vous avez noté que la classe IdentifierClass interdit les espaces (tous les espaces Unicode, pas seulement le U+0020 d'ASCII), alors que certaines applications acceptent les espaces dans les identificateurs (par exemple, Unix les accepte sans problèmes dans les noms de fichier, Apple permet depuis longtemps de les utiliser pour nommer iTrucs et imprimantes, etc). La section 5.3 explique cette interdiction :

  • Il est très difficile de distinguer tous ces espaces entre eux,
  • Certains interfaces utilisateurs risquent de ne pas les afficher, menant à confondre françoise durand avec françoisedurand.

C'est embêtant (toute contrainte est embêtante) mais le compromis a semblé raisonnable au groupe PRECIS. Tant pis pour les espaces.

Passons maintenant aux questions des développeurs d'applications (section 6 du RFC). Que doivent-ils savoir pour utiliser PRECIS correctement ? Idéalement, il suffirait de lier son code aux bonnes bibliothèques bien internationalisées et tout se ferait automatiquement. En pratique, cela ne se passera pas comme ça. Sans être obligé de lire et de comprendre tout le RFC, le développeur d'applications devra quand même réflechir un peu à l'internationalisation de son programme :

  • Il est très déconseillé de créer son propre profil. Non seulement c'est plus compliqué que ça n'en a l'air, mais ça risque de dérouter les utilisateurs, si votre application a des règles légèrement différentes des règles des autres applications analogues.
  • Précisez bien quel partie de l'application va être responsable pour la préparation, l'application et la comparaison. Par exemple, le travail d'application sera-t-il fait par le client ou par le serveur ? Demandez-vous aussi à quel stade les applications devront avoir fait ce travail (par exemple, en cas de login, avant de donner un accès).
  • Définissez bien, pour chaque utilisation d'un identificateur (chaque slot, dit le RFC), quel profil doit être utilisé. Par exemple, « le nom du compte doit être conforme au profil UsernameCaseMapped de la classe IdentifierClass » (cf. RFC 8265).
  • Dressez la liste des caractères interdits (en plus de ceux déjà interdits par le profil) en fonction des spécificités de votre application. Par exemple, un @ est interdit dans la partie gauche d'une adresse de courrier électronique.

Sur ce dernier point, il faut noter que la frontière est mince entre « interdire plusieurs caractères normalement autorisés par le profil » et « définir un nouveau profil ». La possibilité d'interdire des caractères supplémentaires est surtout là pour s'accomoder des protocoles existants (comme dans l'exemple du courrier ci-dessus), et pour éviter d'avoir un profil par application existante.

Votre application pourra avoir besoin de constructions au-dessus des classes existantes. Par exemple, si un nom d'utilisateur, dans votre programme, peut s'écrire « Prénom Nom », il ne peut pas être une instance de la classe IdentifierClass, qui n'accepte pas les espaces pour la raison indiquée plus haut. Il faudra alors définir un concept « nom d'utilisateur », par exemple en le spécifiant comme composé d'une ou plusieurs instances de IdentifierClass, séparées par des espaces. En ABNF :

username   = userpart *(1*SP userpart)
userpart   = ... ; Instance d'IdentifierClass

La même technique peut être utilisée pour spécifier des identificateurs qui ne seraient normalement pas autorisés par IdentifierClass comme stéphane@maçonnerie-générale.fr ou /politique/séries/Game-of-Thrones/saison05épisode08.mkv.

On a vu plus haut qu'un des principes de PRECIS était de définir les caractères autorisés de manière algorithmique, à partir de leur propriétés Unicode, et non pas sous la forme d'une liste figée (qu'il faudrait réviser à chaque nouvelle version d'Unicode). Les catégories de caractères utilisées par cet algorithme sont décrites en section 9. Par exemple, on y trouve :

  • LettersDigits qui rassemble les chiffres et les lettres. (Rappelez-vous qu'on utilise Unicode : ce ne sont pas uniquement les lettres et les chiffres d'ASCII.)
  • ASCII7, les caractères d'ASCII, à l'exception des caractères de contrôle,
  • Spaces, tous les espaces possibles (comme le U+200A, HAIR SPACE, ainsi appelé en raison de sa minceur),
  • Symbols, les symboles, comme U+20A3 (FRENCH FRANC SIGN, ₣) ou U+02DB (OGONEK, ˛),
  • Etc.

Plusieurs registres IANA sont nécessaires pour stocker toutes les données nécessaires à PRECIS. La section 11 les recense tous. Le plus important est le PRECIS Derived Property Value, qui est recalculé à chaque version d'Unicode. Il indique pour chaque caractère s'il est autorisé ou interdit dans un identificateur PRECIS. Voici sa version pour Unicode 6.3 (on attend avec impatience une mise à jour…).

Les deux autres registres stockent les classes et les profils (pour l'instant, ils sont quatre). Les règles d'enregistrement (section 11) dans le premier sont strictes (un RFC est nécessaire) et celles dans le second plus ouvertes (un examen par un expert est nécessaire). La section 10 explique aux experts en question ce qu'ils devront bien regarder. Elle note que l'informaticien ordinaire est en général très ignorant des subtilités d'Unicode et des exigences de l'internationalisation, et que l'expert doit donc se montrer plus intrusif que d'habitude, en n'hésitant pas à mettre en cause les propositions qu'il reçoit. Dans beaucoup de RFC, les directives aux experts sont d'accepter, par défaut, les propositions, sauf s'il existe une bonne raison de les rejeter. Ici, c'est le contraire : le RFC recommande notamment de rejeter les profils proposés, sauf s'il y a une bonne raison de les accepter.

La section 12 est consacrée aux problèmes de sécurité qui, comme toujours lorsqu'il s'agit d'Unicode, sont plus imaginaires que réels. Un des problèmes envisagés est celui du risque de confusion entre deux caractères qui sont visuellement proches. Le problème existe déjà avec le seul alphabet latin (vous voyez du premier coup la différence entre google.com et goog1e.com ?) mais est souvent utilisé comme prétexte pour retarder le déploiement d'Unicode. PRECIS se voulant fidèle au principe POLA, le risque de confusion est considéré comme important. Notez que le risque réel dépend de la police utilisée. Unicode normalisant des caractères et non pas des glyphes, il n'y a pas de solution générale à ce problème dans Unicode (les écritures humaines sont compliquées : c'est ainsi). Si le texte ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ ressemble à STPETER, c'est que vous utilisez une police qui ne distingue pas tellement l'alphabet cherokee de l'alphabet latin. Est-ce que ça a des conséquences pratiques ? Le RFC cite le risque accru de hameçonnage, sans citer les nombreuses études qui montrent le contraire (cf. le Unicode Technical Report 36, section 2, « the use of visually confusable characters in spoofing is often overstated », et la FAQ de sécurité d'Unicode).

Quelques conseils aux développeurs concluent cette partie : limiter le nombre de caractères ou d'écritures qu'on accepte, interdire le mélange des écritures (conseil inapplicable : dans la plupart des alphabets non-latins, on utilise des mots entiers en alphabet latin)... Le RFC conseille aussi de marquer visuellement les identificateurs qui utilisent plusieurs écritures (par exemple en utilisant des couleurs différentes), pour avertir l'utilisateur.

C'est au nom de ce principe POLA que la classe IdentifierClass est restreinte à un ensemble « sûr » de caractères (notez que ce terme « sûr » n'est jamais expliqué ou défini dans ce RFC). Comme son nom l'indique, FreeformClass est bien plus large et peut donc susciter davantage de surprises.

PRECIS gère aussi le cas des mots de passe en Unicode. Un bon mot de passe doit être difficile à deviner ou à trouver par force brute (il doit avoir beaucoup d'entropie). Et il faut minimiser les risques de faux positifs (un mot de passe accepté alors qu'il ne devrait pas : par exemple, des mots de passe insensibles à la casse seraient agréables pour les utilisateurs mais augmenteraient le risque de faux positifs). L'argument de l'entropie fait que le RFC déconseille de créer des profils restreints de FreeformClass, par exemple en excluant des catégories comme la ponctuation. Unicode permet des mots de passe vraiment résistants à la force brute, comme « 𝃍🐬ꢞĚΥਟዶᚦ⬧ »... D'un autre côté, comme le montre l'exemple hypothétique de mots de passe insensibles à la casse, il y a toujours une tension entre la sécurité et l'utilisabilité. Laisser les utilisateurs choisir des mots de passe comportant des caractères « exotiques » peut poser bien des problèmes par la suite lorsqu'utilisateur tentera de les taper sur un clavier peu familier. Il faut noter aussi que les mots de passe passent parfois par des protocoles intermédiaires (comme SASL, RFC 4422, ou comme RADIUS, RFC 2865) et qu'il vaut donc mieux que tout le monde utilise les mêmes règles pour éviter des surprises (comme un mot de passe refusé par un protocole intermédiaire).

Enfin, la section 13 de notre RFC se penche sur l'interopérabilité. Elle rappele qu'UTF-8 est l'encodage recommandé (mais PRECIS est un cadre, pas un protocole complet, et un protocole conforme à PRECIS peut utiliser un autre encodage). Elle rappelle aussi qu'il faut être prudent si on doit faire circuler ses identificateurs vers d'autres protocoles : tous ne savent pas gérer Unicode, hélas.

Il existe une mise en œuvre de PRECIS en Go : https://godoc.org/golang.org/x/text/secure/precis et une en JavaScript, precis-js.

Les changements depuis le précédent RFC, le RFC 7564, sont résumés dans l'annexe A. Rien de crucial, le principal étant le remplacement de toCaseFold() par toLower() pour les opérations insensibles à la casse. Ces deux fonctions sont définies dans la norme Unicode (section 4.1). La principale différence est que toCaseFold() ne convertit pas forcément en minuscules (l'alphabet cherokee est converti en majuscules). Grâce à Python, dont la version 3 fournit casefold en plus de lower() et upper(), voici d'abord la différence sur l'eszett :

>>> "ß".upper()
'SS'
>>> "ß".lower()
'ß'
>>> "ß".casefold()
'ss'
    

Et sur l'alphabet cherokee (pour le cas, très improbable, où vous ayiez la police pour les minuscules, ajoutées récemment) :

>>> "ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ".upper()
'ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ'
>>> "ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ".lower()
'ꮪꭲꮅꭼꭲꭼꮢ'
>>> "ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ".casefold()
'ᏚᎢᎵᎬᎢᎬᏒ'
    

Téléchargez le RFC 8264


L'article seul

RFC 8261: Datagram Transport Layer Security (DTLS) Encapsulation of SCTP Packets

Date de publication du RFC : Novembre 2017
Auteur(s) du RFC : M. Tuexen (Muenster Univ. of Appl. Sciences), R. Stewart (Netflix), R. Jesup (WorldGate Communications), S. Loreto (Ericsson)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF tsvwg
Première rédaction de cet article le 16 novembre 2017


Le protocole de transport SCTP est normalement prévu pour tourner directement sur IP. Pour diverses raisons, il peut être utile de le faire tourner sur un autre protocole de transport comme UDP (ce que fait le RFC 6951) ou même sur un protocole qui offre des services de sécurité comme DTLS (ce que fait notre nouveau RFC).

SCTP est défini dans le RFC 4960. C'est un concurrent de TCP, offrant un certain nombre de services que TCP ne fait pas. DTLS, normalisé dans le RFC 6347, est un protocole permettant d'utiliser les services de sécurité de TLS au-dessus d'UDP. Il est notamment très utilisé par WebRTC, lui donnant ainsi une sécurité de bout en bout.

En théorie, SCTP peut fonctionner directement sur IP. Hélas, dans l'Internet actuel, très ossifié, plein d'obstacles s'y opposent. Par exemple, les routeurs NAT tel que la box de M. Michu à la maison, n'acceptent en général que TCP et UDP. Et bien des pare-feux bloquent stupidement les protocoles que leurs auteurs sont trop ignorants pour connaître. En pratique, donc, SCTP ne passe pas partout. L'encapsuler dans un autre protocole de transport, comme UDP (directement, ou bien via DTLS), est souvent la seule solution pour avoir une connectivité. L'intérêt de DTLS est qu'on a toute la sécurité de TLS, notamment la confidentialité via le chiffrement.

Cette encapsulation est simple (section 3) : on met le paquet SCTP, avec ses en-têtes et sa charge utile, dans les données du paquet DTLS.

Il y a toutefois quelques détails à prendre en compte (section 4 de notre RFC). Par exemple, comme toute encapsulation prend quelques octets, la MTU diminue. Il faut donc un système de PMTUD. Comme l'encapsulation rend difficile l'accès à ICMP (voir la section 6) et que les middleboxes pénibles dont je parlais plus haut bloquent souvent, à tort, ICMP, cette découverte de la MTU du chemin doit pouvoir se faire sans ICMP (la méthode du RFC 4821 est recommandée).

Cette histoire de MTU concerne tout protocole encapsulé. Mais il y a aussi d'autres problèmes, ceux liés aux spécificités de SCTP (section 6) :

  • Il faut évidemment établir une session DTLS avant de tenter l'association SCTP (« association » est en gros l'équivalent de la connexion TCP),
  • On peut mettre plusieurs associations SCTP sur la même session DTLS, elles sont alors identifiées par les numéros de port utilisés,
  • Comme DTLS ne permet pas de jouer avec les adresses IP (en ajouter, en enlever, etc), on perd certaines des possibilités de SCTP, notamment le multi-homing, pourtant un des gros avantages théoriques de SCTP par rapport à TCP,
  • Pour la même raison, SCTP sur DTLS ne doit pas essayer d'indiquer aux couches inférieures des adresses IP à utiliser,
  • SCTP sur DTLS ne peut pas compter sur ICMP, qui sera traité plus bas, et doit donc se débrouiller sans lui.

Cette norme est surtout issue des besoins de WebRTC, dont les implémenteurs réclamaient un moyen facile de fournir sécurité et passage à travers le NAT. Elle est mise en œuvre depuis longtemps, dans des clients WebRTC comme Chrome, Firefox ou Opera.


Téléchargez le RFC 8261


L'article seul

RFC 8257: Data Center TCP (DCTCP): TCP Congestion Control for Data Centers

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : S. Bensley, D. Thaler, P. Balasubramanian (Microsoft), L. Eggert (NetApp), G. Judd (Morgan Stanley)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF tcpm
Première rédaction de cet article le 19 octobre 2017


DCTCP (Datacenter TCP), décrit dans ce RFC (qui n'est pas une norme, attention), est une variante de TCP avec un contrôle de congestion moins prudent. Elle est conçue pour le cas particulier des centres de données et ne doit pas être utilisée sur l'Internet public.

DCTCP repose sur la technique ECN du RFC 3168. Normalement, cette technique permet de signaler la congestion plus tôt qu'avec la méthode traditionnelle d'attendre les pertes de paquets. L'ECN est binaire : il y a eu de la congestion ou il n'y en a pas eu. DCTCP va plus loin et utilise ECN pour estimer le nombre d'octets qui ont rencontré de la congestion. DCTCP va ensuite refermer sa fenêtre (le nombre d'octets qu'on peut envoyer avant d'avoir reçu des accusés de réception) plus lentement que le TCP classique (et c'est pour cela que la concurrence entre eux est inégale, et que DCTCP ne doit pas être activé dans l'Internet, mais seulement dans des environnements fermés).

Quelles sont les particularités du réseau dans un centre de données ? Il faut beaucoup de commutateurs pour relier ces machines. Il est tentant d'utiliser pour cela des commutateurs bon marché. Mais ceux-ci ont des tampons de taille limitée, et le risque de congestion est donc plus élevé. Dans un centre de données, les flots sont de deux types : des courts et des longs. Les courts veulent en général une faible latence et les longs sont souvent davantage intéressés par une forte capacité. Enfin, le trafic est souvent très synchronisé. Si on fait du MapReduce, tous les serveurs vont voir de l'activité réseau en même temps (quand le travail est réparti, et quand il se termine).

Le cahier des charges des commutateurs est donc plein de contradictions :

  • Tampon de petite taille, pour ne pas augmenter la latence (attention au bufferbloat),
  • Tampon de grande taille pour être sûr de pouvoir toujours utiliser les liens de sortie au maximum,
  • Tampon de grande taille pour pouvoir encaisser les brusques variations de trafic, lorsqu'un flot bavard commence (par exemple une distribution d'un nouveau travail MapReduce).

Avec le TCP traditionnel (pré-ECN), l'indicateur de congestion est la perte de paquets, détectée par l'absence d'accusé de réception. (Voir le RFC 5681 pour une bonne synthèse sur le contrôle de congestion dans TCP.) Attendre la perte de paquets pour ralentir n'est pas très efficace : pour un flot court qui rencontre de la congestion au début, la majorité des paquets aura été jetée avant que TCP ne puisse ralentir. D'où l'invention d'ECN (RFC 3168). ECN permet de réagir avant qu'on perde des paquets. Mais, comme expliqué plus haut, il est binaire : il détecte la congestion, pas son importance. Il va donc souvent mener TCP à refermer trop énergiquement la fenêtre d'envoi.

La section 3 du RFC présente les algorithmes à utiliser. Les commutateurs/routeurs détectent la congestion et la signalent via ECN (RFC 3168). Les récepteurs des données renvoient l'ECN à l'émetteur et celui-ci réduit sa fenêtre de congestion (cwnd pour Congestion WiNDow, cf. RFC 5681, section 2). Tout ceci est le fonctionnement classique d'ECN. C'est surtout dans la dernière étape, le calcul de la réduction de la fenêtre, que DCTCP apporte des nouveautés. Mais, avant, quelques détails sur les deux premières étapes.

D'abord, la décision des commutateurs et·ou routeurs de considérer qu'il y a congestion. Fondamentalement, c'est une décision locale, qui n'est pas standardisée. En général, on décide qu'il y a congestion dès que le temps de séjour des paquets dans les tampons du commutateur/routeur augmente « trop ». On n'attend donc pas que les files d'attente soient pleines (si elles sont grandes - bufferbloat - la latence va augmenter sérieusement bien avant qu'elles ne soient pleines). Une fois que l'engin décide qu'il y a congestion, il marque les paquets avec ECN (bit CE - Congestion Experienced, cf. RFC 3168).

Le récepteur du paquet va alors se dire « ouh là, ce paquet a rencontré de la congestion sur son trajet, il faut que je prévienne l'émetteur de se calmer » et il va mettre le bit ECE dans ses accusés de réception. Ça, c'est l'ECN normal. Mais pour DCTCP, il faut davantage de détails, puisqu'on veut savoir précisément quels octets ont rencontré de la congestion. Une possibilité serait d'envoyer un accusé de réception à chaque segment (paquet TCP), avec le bit ECE si ce segment a rencontré de la congestion. Mais cela empêcherait d'utiliser des optimisations très utiles de TCP, comme les accusés de réception retardés (on attend un peu de voir si un autre segment arrive, pour pouvoir accuser réception des deux avec un seul paquet). À la place, DCTCP utilise une nouvelle variable booléenne locale chez le récepteur qui stocke l'état CE du précédent segment. On envoie un accusé de réception dès que cette variable change d'état. Ainsi, l'accusé de réception des octets M à N indique, selon qu'il a le bit ECE ou pas, que tous ces octets ont eu ou n'ont pas eu de congestion.

Et chez l'émetteur qui reçoit ces nouvelles notifications de congestion plus subtiles ? Il va s'en servir pour déterminer quel pourcentage des octets qu'il a envoyé ont rencontré de la congestion. Les détails du calcul (dont une partie est laissé à l'implémenteur, cf. section 4.2) figurent en section 3.3. Le résultat est stocké dans une nouvelle variable locale, DCTCP.Alpha.

Une fois ces calculs faits et cette variable disponible, lorsque la congestion apparait, au lieu de diviser brusquement sa fenêtre de congestion, l'émetteur la fermera plus doucement, par la formule cwnd = cwnd * (1 - DCTCP.Alpha / 2) (où cwnd est la taille de la fenêtre de congestion ; avec l'ancien algorithme, tout se passait comme si tous les octets avaient subi la congestion, donc DCTCP.Alpha = 1).

La formule ci-dessus était pour la cas où la congestion était signalée par ECN. Si elle était signalée par une perte de paquets, DCTCP se conduit comme le TCP traditionnel, divisant sa fenêtre par deux. De même, une fois la congestion passée, Datacenter TCP agrandit sa fenêtre exactement comme un TCP normal.

Voilà, l'algorithme est là, il n'y a plus qu'à le mettre en œuvre. Cela mène à quelques points subtils, que traite la section 4. Par exemple, on a dit que DCTCP, plus agressif qu'un TCP habituel, ne doit pas rentrer en concurrence avec lui (car il gagnerait toujours). Une implémentation de DCTCP doit donc savoir quand activer le nouvel algorithme et quand garder le comportement conservateur traditionnel. (Cela ne peut pas être automatique, puisque TCP ne fournit pas de moyen de négocier l'algorithme de gestion de la congestion avec son pair.) On pense à une variable globale (configurée avec sysctl sur Unix) mais cela ne suffit pas : la même machine dans le centre de données peut avoir besoin de communiquer avec d'autres machines du centre, en utilisant DCTCP, et avec l'extérieur, où il ne faut pas l'utiliser. Il faut donc utiliser des configurations du genre « DCTCP activé pour les machines dans le même /48 que moi ».

Une solution plus rigolote mais un peu risquée, serait d'activer DCTCP dès que la mesure du RTT indique une valeur inférieure à N millisecondes, où N est assez bas pour qu'on soit sûr que seules les machines de la même tribu soient concernées.

Après le programmeur en section 4, l'administrateur réseaux en section 5. Comment déployer proprement DCTCP ? Comme on a vu que les flots TCP traditionnels et DCTCP coexistaient mal, la section 5 recommande de les séparer. Par exemple, l'article « Attaining the Promise and Avoiding the Pitfalls of TCP in the Datacenter » décrit un déploiement où le DSCP (RFC 2474) d'IPv4 est utilisé pour distinguer les deux TCP, ce qui permet d'appliquer de l'AQM (RFC 7567) à DCTCP et des méthodes plus traditionnelles (laisser tomber le dernier paquet en cas de congestion) au TCP habituel. (Il faut aussi penser au trafic non-TCP, ICMP, par exemple, quand on configure ses commutateurs/routeurs.)

Aujourd'hui, DCTCP est déjà largement déployé et ce RFC ne fait que prendre acte de ce déploiement On trouve DCTCP dans Linux (cf. ce commit de 2014, notez les mesures de performance qui accompagnent sa description), dans FreeBSD (ce commit, et cette description de l'implémentation), et sur Windows (cette fois, on ne peut pas voir le source mais il y a une documentation). Sur Linux, on peut voir la liste des algorithmes de gestion de la congestion qui ont été compilés dans ce noyau :

% sysctl net.ipv4.tcp_available_congestion_control  
net.ipv4.tcp_available_congestion_control = cubic reno
    

Si DCTCP manque, c'est peut-être parce qu'il faut charger le module :

% modprobe tcp_dctcp
% sysctl net.ipv4.tcp_available_congestion_control  
net.ipv4.tcp_available_congestion_control = cubic reno dctcp
    

Si DCTCP se trouve dans la liste, on peut l'activer (c'est une activation globale, par défaut) :

% sysctl -w net.ipv4.tcp_congestion_control=dctcp
    

Pour le faire uniquement vers certaines destinations (par exemple à l'intérieur du centre de données) :

%  ip route add 192.168.0.0/16 congctl dctcp
    

Le choix des algorithmes de gestion de la congestion peut également être fait par chaque application (setsockopt(ns, IPPROTO_TCP, TCP_CONGESTION, …).

Enfin, la section 6 du RFC rassemble quelques problèmes non résolus avec DCTCP :

  • Si les estimations de congestion sont fausses, les calculs de DCTCP seront faux. C'est particulièrement un problème en cas de perte de paquets, problème peu étudié pour l'instant.
  • Comme indiqué plus haut, DCTCP n'a aucun mécanisme pour négocier dynamiquement son utilisation. Il ne peut donc pas coexister avec le TCP traditionnel mais, pire, il ne peut pas non plus partager gentiment le réseau avec un futur mécanisme qui, lui aussi, « enrichirait » ECN. (Cf. la thèse de Midori Kato.)

Enfin, la section 7 du RFC, portant sur la sécurité, note que DCTCP hérite des faiblesses de sécurité d'ECN (les bits ECN dans les en-têtes IP et TCP peuvent être modifiés par un attaquant actif) mais que c'est moins grave pour DCTCP, qui ne tourne que dans des environnements fermés.

Si vous aimez lire, l'article original décrivant DCTCP en 2010 est celui de Alizadeh, M., Greenberg, A., Maltz, D., Padhye, J., Patel, P., Prabhakar, B., Sengupta, S., et M. Sridharan, « Data Center TCP (DCTCP) ». Le dinosaure ACM ne le rendant pas disponible librement, il faut le récupérer sur Sci-Hub (encore merci aux créateurs de ce service).

Merci à djanos pour ses nombreuses corrections sur la gestion de DCTCP dans Linux.


Téléchargez le RFC 8257


L'article seul

RFC 8255: Multiple Language Content Type

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : N. Tomkinson, N. Borenstein (Mimecast)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF slim
Première rédaction de cet article le 10 octobre 2017


La norme MIME permet d'étiqueter un message en indiquant la langue, avec l'en-tête Content-Language: (RFC 4021). Mais comment faire si on veut envoyer le même message en plusieurs langues, pour s'adapter à une audience variée, ou bien si on n'est pas sûr des langues parlées par le destinataire ? C'est ce que permet le nouveau type de message multipart/multilingual qui permet d'étiqueter les messages multilingues.

C'est le premier RFC du groupe de travail SLIM, chargé de créer des normes pour indiquer la langue utilisée dans le courrier et pour les communications synchrones (téléphonie sur IP, par exemple), dans le cas où plusieurs langues sont en présence.

Le type de premier niveau multipart/ (RFC 2046, section 5.1, enregistré à l'IANA) permet d'indiquer un message (ou une partie de message, en cas de récursivité) composé de plusieurs parties. Ainsi, multipart/mixed (RFC 2046, section 5.1.3) indique un message dont les dfférentes parties sont indépendantes (un texte et une image, par exemple). Alors que multipart/alternative (RFC 2046, section 5.1.4) est utilisé pour le cas où les différentes parties veulent dire la même chose, mais avec des formats différentes (une version texte seul et une version HTML, par exemple, ou bien une image en JPEG et la même en PNG). Normalement, le lecteur de courrier ne va afficher qu'une seule des parties d'une multipart/alternative, celle qui convient le mieux, selon les capacités du logiciel de lecture et les préférences de l'utilisateur. Ce sera la même chose avec ce nouveau multipart/multilingual : l'émetteur enverra le message en plusieurs langues, le logiciel de lecture n'affichera que celle qui colle le mieux aux choix de l'utilisateur. Ce type est désormais enregistré à l'IANA (section 9 du RFC).

Rappelez-vous que MIME est récursif : un multipart/ peut contenir un autre multipart/. Voici, par exemple, vu par le MUA mutt, un multipart/mixed, dont la première partie est un multipart/alternative et la seconde un fichier PDF :

      
I     1 <no description>                                [multipart/alternative, 7bit, 45K]
I     2 ├─><no description>                               [text/plain, 8bit, utf-8, 1,8K]
I     3 └─><no description>                               [text/html, 8bit, utf-8, 43K]
A     4 35378031645-672029836-registration.pdf          [application/pdf, base64, 84K]

    

Cette première partie du corps du message, de type multipart/alternative, a à son tour deux parties, une en texte brut et l'autre en HTML. Comme ma configuration mutt inclut la directive alternative_order text/plain, seule la version texte sera affichée, le HTML étant ignoré.

Revenons aux messages multilingues. Avant ce RFC 8255, la solution la plus fréquente, quand on envoyait un message à quelqu'un dont on n'était pas sûr des préférences linquistiques, était de mettre toutes les versions dans un même message. Du genre :

(English translation at the end)

Bonjour, ceci est un message.

Hello, this is a message.
    

(La première ligne ayant pour but d'éviter que le lecteur anglophone se décourage en ne voyant au début que du français.) Cette solution n'est pas satisfaisante : elle passe mal à l'échelle dès qu'il y a plus de deux langues. Et elle ne permet pas la sélection automatique de la langue par le logiciel du destinataire.

Le type MIME d'un message est mis dans un en-tête Content-Type:. Par exemple, un message de plusieurs parties représentant le même contenu serait :

Content-Type: multipart/alternative; boundary="------------E6043EF6F3B557567F3B18F4"
    

boundary indique le texte qui sera le séparateur entre les parties (RFC 2046, section 5.1). La section 2 du RFC décrit ce qu'on peut désormais mettre dans le Content-Type:, avec le nouveau type multipart/multilingual.

Il ressemble beaucoup au multipart/alternative et, comme tous les multipart/quelquechose (RFC 2046, section 5.1.1), a une chaîne de caractères qui indique le passage d'une partie à une autre :

Content-Type: multipart/multilingual; boundary=01189998819991197253
    

Chacune des parties d'un message en plusieurs langues doit indiquer la langue de la partie, avec l'en-tête Content-Language:. Mais attention, comme il faut tenir compte des vieux clients de messagerie qui ne connaissent pas ce RFC, la première partie ne doit pas avoir de Content-Language:, elle sert de solution de repli, car c'est elle qui sera affichée en premier par les logiciels qui ne connaissent pas multipart/multilingual. Comme elle sert de secours, il est recommandé qu'elle soit dans le format le plus simple, donc text/plain, en UTF-8 (car il faut pouvoir représenter diverses langues). Cette partie se nomme la préface. En la lisant, l'utilisateur pourra donc comprendre qu'il doit mettre à jour vers un logiciel plus récent.

Les parties suivantes, après la préface, vont être écrites dans des langues différentes. Le RFC recommande de les mettre dans l'ordre, avec celles qui ont le plus de chance d'être pertinentes en premier. (Ainsi, une société française ayant une activité européenne, avec une majorité de clients français, et envoyant un message en anglais, allemand et français, mettre sans doute le français en premier, suivi de l'anglais.)

Chacune de ces parties aura un en-tête Content-Language:, pour indiquer la langue, et Content-Type: pour indiquer le type MIME. (Rappelez-vous toujours que MIME est récursif.) Il est recommandé que chaque partie soit un message complet (avec notamment le champ Subject:, qui a besoin d'être traduit, lui aussi, et le champ From:, dont une partie peut être utilement traduite). Le type conseillé est donc message/rfc822 (RFC 2046, section 5.2.1), mais on peut aussi utiliser le plus récent message/global (RFC 6532).

Notez bien que ce RFC ne spécifie évidemment pas comment se fera la traduction : il ne s'occupe que d'étiqueter proprement le résultat.

Le message peut se terminer par une section « indépendante de la langue » (par exemple une image ne comportant pas de texte, si le message peut être porté par une image). Dans ce cas, son Content-Language: doit indiquer zxx, ce qui veut dire « information non pertinente » (RFC 5646, section 4.1). C'est elle qui sera sélectionnée si aucune partie ne correspond aux préférences de l'utilisateur.

Maintenant, que va faire le client de messagerie qui reçoit un tel message multilingue ? La section 4 de notre RFC décrit les différents cas. D'abord, avec les logiciels actuels, le client va afficher les différentes parties de multipart/multilingual dans l'ordre où elles apparaissent (donc, en commençant par la préface).

Mais le cas le plus intéressant est évidemment celui d'un client plus récent, qui connait les messages multilingues. Il va dans ce cas sauter la préface (qui n'a pas de langue indiquée, rappelez-vous) et sélectionner une des parties, celle qui convient le mieux à l'utilisateur.

Un moment. Arrêtons-nous un peu. C'est quoi, la « meilleure » version ? Imaginons un lecteur francophone, mais qui parle anglais couramment. Il reçoit un message multilingue, en français et en anglais. S'il choisissait manuellement, il prendrait forcément le français, non ? Eh bien non, car cela dépend de la qualité du texte. Comme peut le voir n'importe quel utilisateur du Web, les différentes versions linguistiques d'un site Web ne sont pas de qualité égale. Il y a le texte original, les traductions faites par un professionnel compétent, les traductions faites par le stagiaire, et celles faites par un programme (en général, les plus drôles). Sélectionner la meilleure version uniquement sur la langue n'est pas une bonne idée, comme le montre la mauvaise expérience de HTTP. Ici, pour reprendre notre exemple, si la version en anglais est la version originale, et que le français est le résultat d'une mauvaise traduction par un amateur, notre francophone qui comprend bien l'anglais va sans doute préférer la version en anglais.

Il est donc crucial d'indiquer le type de traduction effectuée, ce que permet le Content-Translation-Type: exposé plus loin, en section 6. (Les premières versions du projet qui a mené à ce RFC, naïvement, ignoraient complètement ce problème de la qualité de la traduction, et de la version originale.)

Donc, le mécanisme de sélection par le MUA de la « meilleure » partie dans un message multilingue n'est pas complètement spécifié. Mais il va dépendre des préférences de l'utilisateur, et sans doute des règles du RFC 4647.

Si aucune partie ne correspond aux choix de l'utilisateur, le RFC recommande que le MUA affiche la partie indépendante de la langue, ou, si elle n'existe pas, la partie après la préface. Le MUA peut également proposer le choix à l'utilisateur (« Vous n'avez indiqué qu'une langue, le français. Ce message est disponible en anglais et en chinois. Vous préférez lequel ? »)

La section 5 du RFC présente en détail l'utilisation de l'en-tête Content-Language:. Il doit suivre la norme existante de cet en-tête, le RFC 3282, et sa valeur doit donc être une étiquette de langue du RFC 5646. Des exemples (en pratique, il ne faut évidemment en mettre qu'un) :

Content-Language: fr

Content-Language: sr-Cyrl

Content-Language: ay

Content-Language: aaq
    

Le premier exemple concerne le français, le second le serbe écrit en alphabet cyrillique, le troisième l'aymara et le quatrième l'abénaqui oriental.

La section décrit le nouvel en-tête Content-Translation-Type: qui indique le type de traduction réalisé. Il peut prendre trois valeurs, original (la version originale), human (traduit par un humain) et automated (traduit par un programme). Notez que les humains (les programmes aussi, d'ailleurs) varient considérablement dans leurs compétences de traducteur. J'aurais personnellement préféré qu'on distingue un traducteur professionnel d'un amateur, mais la traduction fait partie des métiers mal compris, où beaucoup de gens croient que si on parle italien et allemand, on peut traduire de l'italien en allemand correctement. C'est loin d'être le cas. (D'un autre côté, comme pour tous les étiquetages, si on augmente le nombre de choix, on rend l'étiquetage plus difficile et il risque d'être incorrect.)

Voici un exemple complet, tel qu'il apparait entre deux logiciels de messagerie. Il est fortement inspiré du premier exemple de la section 8 du RFC, qui comprend également des exemples plus complexes. Dans ce message, l'original est en anglais, mais une traduction française a été faite par un humain.

	
From: jeanne@example.com
To: jack@example.com
Subject: Example of a message in French and English
Date: Thu, 7 Apr 2017 21:28:00 +0100
MIME-Version: 1.0
Content-Type: multipart/multilingual;
           boundary="01189998819991197253"

--01189998819991197253
Content-Type: text/plain; charset="UTF-8"
Content-Disposition: inline
Content-Transfer-Encoding: 8bit

This is a message in multiple languages.  It says the
same thing in each language.  If you can read it in one language,
you can ignore the other translations. The other translations may be
presented as attachments or grouped together.

Ce message est disponible en plusieurs langues, disant la même chose
dans toutes les langues. Si vous le lisez dans une des langues, vous
pouvez donc ignorer les autres. Dans votre logiciel de messagerie, ces
autres traductions peuvent se présenter comme des pièces jointes, ou
bien collées ensemble.

--01189998819991197253
Content-Type: message/rfc822
Content-Language: en
Content-Translation-Type: original
Content-Disposition: inline

From: Manager <jeanne@example.com>
Subject: Example of a message in French and English
Content-Type: text/plain; charset="US-ASCII"
Content-Transfer-Encoding: 7bit
MIME-Version: 1.0

Hello, this message content is provided in your language.

--01189998819991197253
Content-Type: message/rfc822
Content-Language: fr
Content-Translation-Type: human
Content-Disposition: inline

From: Directrice <jeanne@example.com>
Subject: =?utf-8?q?Message_d=27exemple=2C_en_fran=C3=A7ais_et_en_anglais?=
Content-Type: text/plain; charset="UTF-8"
Content-Transfer-Encoding: 8bit
MIME-Version: 1.0

Bonjour, ce message est disponible dans votre langue.

--01189998819991197253--

      

On note qu'il y a une préface (la première partie, celle qui commence par « This is a message in multiple languages »), que chacun des deux parties étiquetées a un From: (pour pouvoir adapter le titre de l'expéditrice) et un sujet (celui en français étant encodé selon le RFC 2047). Les deux dernières parties ont un Content-Translation-Type:.

Actuellement, il ne semble pas qu'il existe de MUA qui gère cette nouvelle norme. Si vous voulez envoyer des messages à ce format, vous pouvez copier/coller l'exemple ci-dessus, ou bien utiliser le programme Python send-multilingual.py.

Voici le message d'exemple cité plus haut affiché par mutt (version NeoMutt 20170113 (1.7.2)) : mutt-multilingual.png

Thunderbird affiche à peu près la même chose.

Gmail a stupidement décidé de mettre ce message dans le dossier Spam. Une fois le message sorti de ce purgatoire, voici ce que ça donnait : gmail-multilingual.png


Téléchargez le RFC 8255


L'article seul

RFC 8254: Uniform Resource Name (URN) Namespace Registration Transition

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : J. Klensin, J. Hakala (The National Library of Finland)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF urnbis
Première rédaction de cet article le 21 octobre 2017


Pour avoir un espace de noms d'URN, autrefois, il fallait un examen par l'IETF, ce qui était un peu contraignant (et risquait de mener au « squat », avec des gens utilisant un espace de noms qu'ils ne se sont pas donné la peine d'enregistrer). Le RFC 8141 ayant changé cette politique d'enregistrement pour celle, plus facile, d'examen par un expert, il a fallu clarifier quelques processus, ce que fait ce RFC. Dans la foulée, ce RFC change le statut de quelques RFC précédents, qui avaient servi de base à l'enregistrement de certains espaces de noms. Bref, que de la procédure et de la bureaucratie (mais pas inutile).

Un des buts des URN (désormais normalisés dans le RFC 8141) était d'intégrer des systèmes d'identificateurs existants. C'est ainsi que le RFC 2288 avait décrit un espace de noms pour les ISBN, mais sans l'enregistrer formellement à l'IANA, en partie parce que le mécanisme d'enregistrement n'était pas clair à l'époque. Par la suite, le RFC 3187 a remplacé le RFC 2288 et comblé ce manque (dans sa section 5). Idem pour les ISSN dans le RFC 3044. Ces deux RFC 3187 et RFC 3044 sont reclassés comme étant désormais d'intérêt historique uniquement (section 2 de notre RFC), les enregistrements de ces espaces de noms ayant été refaits selon les nouvelles règles (section 5). Voyez le nouvel enregistrement d'isbn et celui d'issn.

Pour ISBN, le principal changement est que l'espace de noms URN fait désormais référence à la nouvelle version de la norme, ISO 2108:2017 (cf. la page officielle et, comme toutes les normes du dinosaure ISO, elle n'est pas disponible en ligne.) Elle permet les ISBN de treize caractères (les ISBN avaient dix caractères au début). Pour ISSN, la norme du nouvel enregistrement est ISO 3297:2007, qui permet notamment à un ISSN de référencer tous les médias dans lesquels a été fait une publication (il fallait un ISSN par média, avant).

Et les NBN (National Bibliography Number, section 3) ? C'est un cas rigolo, car NBN ne désigne pas une norme spécifique, ni même une famille d'identificateurs, mais regroupe tous les mécanismes d'identificateurs utilisés par les bibliothèques nationales partout dans le monde. En effet, les bibibliothèques peuvent recevoir des documents qui n'ont pas d'autre identificateur. Si la bibliothèque nationale de Finlande reçoit un tel document, son identificateur national pourrait être, mettons, fe19981001, et, grâce à l'espace de noms URN nbn, il aura un URN, urn:nbn:fi-fe19981001.

Les NBN sont spécifiés dans le RFC 3188, pour lequel il n'y a pas encore de mise à jour prévue, contrairement aux ISBN et ISSN.

Outre les NBN, il y a bien d'autres schémas d'URN qui mériteraient une mise à jour, compte-tenu des changements du RFC 8141 (section 4). Mais il n'y a pas le feu, même si leur enregistrement actuel à l'IANA n'est pas tout à fait conforme au RFC 8141. On peut continuer à les utiliser.


Téléchargez le RFC 8254


L'article seul

RFC 8251: Updates to the Opus Audio Codec

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : JM. Valin (Mozilla Corporation), K. Vos (vocTone)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF codec
Première rédaction de cet article le 22 octobre 2017


Le codec Opus, normalisé dans le RFC 6716 a une particularité rare à l'IETF : il est spécifié par un programme, pas par une description écrite en langue naturelle. Les programmes ont des bogues et ce nouveau RFC corrige quelques petites bogues pas graves trouvées dans le RFC 6716.

C'est un vieux débat dans le monde de la normalisation : faut-il décrire un protocole ou un format par une description en langue naturelle (vecteur souvent ambigu) ou par une mise en œuvre dans un langage de programmation (qui fournira directement un programme utilisable), dans laquelle il sera difficile de distinguer ce qui est réellement obligatoire et ce qui n'est qu'un détail de cette mise en œuvre particulière ? Presque tout le temps, à l'IETF, c'est la voie de la description en anglais qui est choisie. Mais le RFC 6716, qui normalisait Opus, avait choisi une autre voie, celle du code source, écrit en C. C'est ce code qui est la loi.

Dans les deux cas, en anglais ou en C, les humains qui rédigent les normes font des erreurs. D'où ce RFC de correction, qui répare le RFC 6716 sur des points mineurs (la compatibilité est maintenue, il ne s'agit pas d'une nouvelle version d'Opus).

Chaque section du RFC est ensuite consacrée à une des erreurs. La section 3, par exemple, corrige un simple oubli dans le code de réinitialiser l'état du décodeur lors d'un changement. Le patch ne fait que deux lignes. Notez qu'il change le résultat produit par le décodeur, mais suffisamment peu pour que les vecteurs de test de l'annexe A.4 du RFC 6716 soient inchangés.

L'erreur en section 9 est également une erreur de logique dans la programmation. Sa correction, par contre, nécessite de changer les vecteurs de tests (cf. section 11).

Le reste des bogues, en revanche, consiste en erreurs de programmation C banales. Ainsi, en section 4, il y a un débordement d'entier si les données font plus de 2^31-1 octets, pouvant mener à lire en dehors de la mémoire. En théorie, cela peut planter le décodeur (mais, en pratique, le code existant n'a pas planté.) Notez que cela ne peut pas arriver si on utilise Opus dans RTP, dont les limites seraient rencontrées avant qu'Opus ne reçoive ces données anormales. Cette bogue peut quand même avoir des conséquences de sécurité et c'est pour cela qu'elle a reçu un CVE, CVE-2013-0899. Le patch est très court. (Petit rappel de C : la norme de ce langage ne spécifie pas ce qu'il faut faire lorsqu'on incrémente un entier qui a la taille maximale. Le résultat dépend donc de l'implémentation. Pour un entier signé, comme le type int, le comportement le plus courant est de passer à des valeurs négatives.)

Notez qu'une autre bogue, celle de la section 7, a eu un CVE, CVE-2017-0381.

En section 5, c'est un problème de typage : un entier de 32 bits utilisé au lieu d'un de 16 bits, ce qui pouvait mener une copie de données à écraser partiellement les données originales.

Dans la section 6 du RFC, la bogue était encore une valeur trop grande pour un entier. Cette bogue a été découverte par fuzzing, une technique très efficace pour un programme traitant des données externes venues de sources qu'on ne contrôle pas !

Bref, pas de surprise : programmer en C est difficile, car de trop bas niveau, et de nombreux pièges guettent le programmeur.

La section 11 du RFC décrit les nouveaux vecteurs de test rendus nécessaires par les corrections à ces bogues. Ils sont téléchargeables.

Une version à jour du décodeur normatif figure désormais sur le site officiel. Le patch traitant les problèmes décrits dans ce RFC est en ligne. Ce patch global est de petite taille (244 lignes, moins de dix kilo-octets, ce qui ne veut pas dire que les bogues n'étaient pas sérieuses).


Téléchargez le RFC 8251


L'article seul

RFC 8248: Security Automation and Continuous Monitoring (SACM) Requirements

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : N. Cam-Winget (Cisco), L. Lorenzin (Pulse Secure)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF sacm
Première rédaction de cet article le 25 septembre 2017


Le groupe de travail SACM de l'IETF bosse sur une architecture, un modèle de données, et des protocoles pour suivre l'état de la sécurité de ses machines. Ceci est son deuxième RFC, qui vise à définir le cahier des charges de la future solution.

Le cœur de cette idée est l'évaluation de la sécurité sur chaque machine du réseau. Il faut la déterminer, et acheminer le résultat jusqu'aux responsables de la sécurité. Cela nécessite donc un modèle de données (comment on décrit « la sécurité d'une machine » ?) puis un protocole permettant de gérer un très grand nombre de machines. Parmi les informations à récolter sur chaque machine, on trouvera évidemment la liste des logiciels installés, les logiciels serveurs en activité qui écoutent sur le réseau, l'état de la mise à jour (« pas pu joindre le dépôt officiel de logiciels depuis N jours »), etc. Le cahier des charges décrit dans ce RFC part des scénarios d'usage du RFC 7632. Ce sont souvent de grandes généralités. On est loin de mécanismes concrets.

La section 2 forme l'essentiel de ce RFC, avec la liste des exigences du cahier des charges. Je ne vais en citer que quelques unes. La première, nommée G-001 (« G » préfixe les exigences générales sur l'ensemble du système SACM), demande que toute la solution SACM soit extensible, pour les futurs besoins. G-003 est la possibilité de passage à l'échelle. Par exemple, les messages échangés peuvent aller de quelques lignes à, peut-être plusieurs gigaoctets si on fait une analyse détaillée d'une machine. Et il peut y avoir beaucoup de machine avec des échanges fréquents (le RFC n'est pas plus précis sur les chiffres).

Les données traitées sont évidemment sensibles, et G-006 demande que la solution permette évidemment de préserver la confidentialité des données.

Les exigences sur l'architecture de la future solution sont préfixées de « ARCH ». Ainsi, ARCH-009 insiste sur l'importance d'une bonne synchronisation temporelle de toutes les machines. Un journal des connexions/déconnexions des utilisateurs, par exemple, n'aurait guère d'intérêt si l'horloge qui sert à l'estampiller n'est pas exacte.

D'autres sections décrivent les exigences pour le modèle de données et pour les protocoles, je vous laisse les découvrir.


Téléchargez le RFC 8248


L'article seul

RFC 8246: HTTP Immutable Responses

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : P. McManus (Mozilla)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF httpbis
Première rédaction de cet article le 16 septembre 2017


Lorsqu'un serveur HTTP renvoie une réponse à un client, il peut indiquer une durée de vie maximale de la ressource transmise, avec l'en-tête Cache-Control: (RFC 7234). Mais cela ne donne qu'une durée maximale. La ressource peut quand même être modifiée avant la fin de cette période. Un client HTTP prudent va donc revalider la fraîcheur de cette ressource de temps en temps. L'extension décrite dans ce RFC permet de se dispenser de cette revalidation, en indiquant une durée minimale, pendant laquelle on est sûrs et certains que la ressource ne sera pas modifiée.

Le RFC prend l'exemple (section 1) d'un journal dont la page d'accueil indique une durée de vie maximale d'une heure :

Cache-Control: max-age=3600
    

Le client HTTP qui reçoit cet en-tête dans la réponse sait qu'il doit recontacter le serveur au bout d'une heure. Mais la page sera peut-être modifiée (par exemple en raison d'un évènement soudain et imprévu) avant qu'une heure soit écoulée. Le client est donc partagé entre la revalidation (qui risque de consommer des ressources pour rien, même si elle est moins coûteuse qu'un téléchargement complet, grâce aux trucs du RFC 7232) et le risque de servir à son utilisateur une ressource qui n'est désormais plus à jour. Le problème est d'autant plus ennuyeux que la revalidation d'une bête page Web qui comprend des photos peut générer beaucoup de requêtes, dont la plupart produiront sans doute un 304 (ressource non modifiée, la revalidation était inutile).

Notez que dans certains cas, le contenu pointé par un URL peut changer, mais dans d'autres cas, il est réellement immuable. Par exemple, si on publie chaque version de sa feuille de style sous un URL différent, la CSS n'a pas besoin d'être revalidée.

Bref, il y avait un besoin de pouvoir indiquer l'immuabilité d'une ressource. C'est désormais fait (section 2 de ce RFC) avec une extension à Cache-Control: :

Cache-Control: max-age=3600, immutable
    

Avec le mot-clé immutable, le serveur indique que la ressource ne sera pas modifiée pendant la durée de vie indiquée, le client peut donc se dispenser de vérifier. (« Client » ici désignant aussi bien le client final, par exemple le navigateur Web, qu'un intermédiaire.)

Par exemple, comme les RFC sont immuables (on ne les change jamais même d'une virgule, même en cas d'erreur), la ressource qui désigne ce RFC, https://www.rfc-editor.org/rfc/rfc8246.txt, pourrait parfaitement renvoyer cet en-tête (elle ne le fait pas). Cela pourrait être :

Last-Modified: Thu, 14 Sep 2017 23:11:35 GMT
Cache-Control: max-age=315576000, immutable 
    

(Oui, dix ans…)

Voilà, c'est tout, la directive a été ajoutée au registre IANA. Mais la section 3 du RFC se penche encore sur quelques questions de sécurité. Indiquer qu'une ressource est immuable revient à la fixer pour un temps potentiellement très long, et cela peut donc servir à pérenniser une attaque. Si un méchant pirate un site Web, et sert son contenu piraté avec un en-tête d'immuabilité, il restera bien plus longtemps dans les caches. Pire, sans HTTPS, l'en-tête avec immutable pourrait être ajouté par un intermédiaire (le RFC déconseille donc de tenir compte de cette option si on n'a pas utilisé HTTPS).

Les navigateurs Web ont souvent deux options pour recharger une page, « douce » et « dure » (F5 et Contrôle-F5 dans Firefox sur Unix). Le RFC conseille que, dans le second cas (rechargement forcé), le immutable soit ignoré (afin de pouvoir recharger une page invalide).

Enfin, toujours question sécurité, le RFC recommande aux clients HTTP de ne tenir compte de l'en-tête d'immuabilité que s'ils sont sûrs que la ressource a été transmise proprement (taille correspondant à Content-Length: par exemple).

Si vous voulez comparer deux ressources avec et sans immutable, regardez http://www.bortzmeyer.org/files/maybemodified.txt (sans immutable) et http://www.bortzmeyer.org/files/forever.txt (avec). Si le client HTTP gère l'extension d'immuabilité, un rechargement « doux » ne fera pas de requête HTTP. Sinon, il y aura revalidation et le serveur HTTP renverra un 304 :

[2001:db8:abcd:1234:acd8:9bd0:27c9:3a7f]:45452 - - [16/Sep/2017:17:53:29 +0200] "GET /files/forever.txt HTTP/1.1" 304 - "-" "Mozilla/5.0 (X11; Linux i686; rv:52.0) Gecko/20100101 Firefox/52.0" www.bortzmeyer.org
    

Apparemment, Firefox gère cette extension mais, ici, le Firefox était sans doute trop vieux (normalement, cela aurait dû arriver avec la version 49, puisque Mozilla était premier intéressé). Les auteurs de Squid ont annoncé qu'ils géreraient cette extension. Côté serveur, notons que Facebook envoie déjà cette extension pour, par exemple, le code JavaScript (qui est versionné et donc jamais changé) :


% curl -v https://www.facebook.com/rsrc.php/v3iCKe4/y2/l/fr_FR/KzpL-Ycd5sN.js
* Connected to www.facebook.com (2a03:2880:f112:83:face:b00c:0:25de) port 443 (#0)
...
< HTTP/2 200 
< content-type: application/x-javascript; charset=utf-8
< cache-control: public,max-age=31536000,immutable
...

    

Idem pour une mise en œuvre d'IPFS.


Téléchargez le RFC 8246


L'article seul

RFC 8244: Special-Use Domain Names Problem Statement

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : T. Lemon (Nominum), R. Droms, W. Kumari (Google)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF dnsop
Première rédaction de cet article le 20 octobre 2017


Le RFC 6761 créait un registre de « noms de domaines d'usage spécial », où l'IETF enregistrait des noms qui pouvaient nécessiter un traitement spécial par une des entités de la chaîne d'avitaillement et de résolution des noms de domaines. Un exemple est celui des noms de domaine qui n'utilisaient pas le DNS, comme le .onion du RFC 7686. Certaines personnes ont émis des réserves sur ce registre, par exemple parce qu'il marchait sur une pelouse que l'ICANN considère comme sienne. Ce nouveau RFC, très controversé, fait la liste de tous les reproches qui ont été faits au RFC 6761 et à son registre des noms spéciaux.

La résolution de noms - partir d'un nom de domaine et obtenir des informations comme l'adresse IP - est une des fonctions cruciales de l'Internet. Il est donc normal de la prendre très au sérieux. Et les noms ont une valeur pour les utilisateurs (la vente record semble être celle de business.com). Souvent, mais pas toujours, cette résolution se fait avec le DNS. Mais, je l'ai dit, pas toujours : il ne faut pas confondre les noms de domaines (une organisation arborescente, une syntaxe, les composants séparés par des points, par exemple _443._tcp.www.bortzmeyer.org., réussir-en.fr. ou 7j3ncmar4jm2r3e7.onion.) et le DNS, un protocole réseau particulier (section 2 du RFC, pour la terminologie). La section 2 de ce RFC, suivant la définition du RFC 7719, ne considère pas qu'un nom de domaine utilise forcément le DNS. (Le problème n° 20, en section 3 revient sur cette question.)

Le registre des noms de domaines spéciaux a été créé en 2013 par le RFC 6761. Contrairement à ce que croient beaucoup de gens, il ne contient pas que des TLD (par exemple, il a aussi a.e.f.ip6.arpa ou bien example.org). Depuis sa création, plusieurs noms ont été ajoutés, le plus spectaculaire ayant été le .onion en 2015, via le RFC 7686. Beaucoup d'autres noms ont été proposés, sans être explicitement rejetés mais sans être acceptés non plus (voir les Internet-Drafts draft-grothoff-iesg-special-use-p2p-gns et draft-chapin-additional-reserved-tlds). Ces enregistrements ne se sont pas très bien passés, avec beaucoup d'engueulades, notamment pour les TLD.

En effet, la bagarre a toujours fait rage pour la gestion des noms dans la racine du DNS. Il y a cinq sortes de TLD :

  • Ceux qui sont mis dans la racine publique du DNS, comme .bo, .net, .guru, etc. Contrairement à ce que dit le RFC, ils ne sont pas forcément délégués par l'ICANN (.de a été créé bien avant l'ICANN, et .su résiste depuis longtemps à toutes les tentatives de l'ICANN de le supprimer).
  • Ceux gérés par l'IETF « pour des raisons techniques », et qui sont parfois délégués dans la racine publique, le plus connu étant .arpa. Les domaines du registre des noms spéciaux en font partie. Les fanas de gouvernance noteront qu'ils ne passent jamais par l'ICANN.
  • Ceux que l'ICANN bloque, pour des raisons variées (cf. leurs règles, notamment sections 2.2.1.2.1 ou 2.2.1.4.1).
  • Ceux qui sont utilisés en dehors de la racine publique du DNS, comme .eth pour Ethereum ou .bit pour Namecoin. Cela inclut aussi des noms très utilisés localement comme .home ou .corp.
  • Et ceux qui sont libres, que personne n'utilise encore. Demain, peut-être que .macron sera utilisé par les fans du Président ?

Cette classification est imparfaite, comme toutes les classifications. Par exemple, un nom peut être sur la liste noire de l'ICANN et être quand même utilisé par des organisations locales, ou via un logiciel particulier.

Ce RFC veut présenter une liste exhaustive des problèmes posés lors de l'enregistrement de ces noms spéciaux. Comme elle est exhaustive (« an unfiltered compilation of issues »), elle n'est pas consensuelle, loin de là ! Plusieurs des problèmes ne sont pas considérés comme tels par tout le monde, ce que le RFC note bien dans les sections 1 et 3.

Le gros du RFC est donc cette liste de problèmes, en section 3. Je ne vais pas tous les citer. Notez tout de suite que ce RFC décrit des problèmes, ou perçus comme tels par certains, pas des solutions. Il ne propose pas de réforme du RFC 6761. Notez aussi que les problèmes ne sont pas classés (leur ordre d'exposition, et le numéro qu'ils reçoivent, n'est pas un ordre d'importance.)

Premier problème cité, la coordination avec l'ICANN. Les cinq catégories de noms de TLD cités plus haut coexistent dans le même espace de noms. S'il y a deux .macron, il y aura un problème (voir par exemple le rapport SAC 090, mais en se rappelant que c'est l'ICANN qui s'auto-défend). L'IETF et l'ICANN ont un mécanisme d'information réciproque mais pas de processus bureaucratique formel de coordination. Si l'IETF veut réserver .home (RFC 7788), il n'y a officiellement pas de mécanisme pour communiquer cette décision à l'ICANN et obtenir d'elle la confirmation que ce nom n'est pas par ailleurs en cours de réservation. (Cf. 4.1.4 qui revient sur ce mécanisme - « liaison » en anglais.)

(Personnellement, cet argument me fait plutôt rire : beaucoup de gens sont actifs à la fois à l'IETF et à l'ICANN, les deux organisations opèrent de manière assez publique, surtout l'IETF, et la possibilité qu'elles réservent chacune un nom sans savoir ce qu'a fait l'autre est purement théorique.)

Le problème 2 est celui de la définition de « pour des raisons techniques », introduit dans le RFC 2860, et qui fonde le droit de l'IETF à réserver des TLD sans passer par la caisse de l'ICANN (« assignments of domain names for technical uses [...] are not considered to be policy issues, and shall remain subject to the provisions of this Section 4 »). Le problème est que ces raisons techniques ne sont définies nulle part et que personne ne sait trop ce que cela veut dire.

Les problèmes 3 et 4 sont qu'il n'y a pas de Directeur Chef de l'Internet. Ni l'ICANN, ni l'IETF (ni évidemment l'UIT) ne sont reconnus, ni en droit, ni en fait, comme ayant une autorité quelconque (le raccourci journalistique de présenter l'ICANN comme « le régulateur mondial de l'Internet » est ridiculement faux). Imaginons qu'une développeuse crée un nouveau logiciel qui utilise le TLD .zigzag pour son nommage, et diffuse le logiciel en question : personne ne peut l'en empêcher, même si l'ICANN souffre de la perte de revenus potentiels, même si des grognons à l'IETF murmurent bruyamment que c'est du squatting (voir aussi le début de la section 4). Et heureusement que c'est ainsi : c'est le côté « innover sans autorisation » (« permissionless innovation » qui a été si essentiel pour le succès de l'Internet). Un autre exemple est bien sûr le projet .42, aujourd'hui abandonné mais qui illustrait ce côté décentralisé de l'Internet.

La définition du problème 5 note que les organisations (ou les individus) utilisent des TLD (ou des domaines quelconques, mais c'est surtout sur les TLD que se focalise la discussion) sans suivre les procédures. Elles ont plusieurs raisons pour agir ainsi :

  • Elles ne savent pas qu'il existe des procédures (c'est sans doute le cas le plus fréquent).
  • Elles savent vaguement qu'il existe des procédures mais elles se disent que, pour une utilisation purement locale, ce n'est pas important. Le trafic sur les serveurs de noms de la racine montre au contraire que les fuites sont importantes : les noms locaux ne le restent pas. Sans compter le risque de « collisions » entre un nom supposé purement local et une allocation par l'ICANN : .corp et .home sont des TLD locaux très populaires et il y a des candidatures (actuellement gelées de facto) pour ces TLD à l'ICANN
  • Les procédures existent, l'organisation les connait, mais ce n'est pas ouvert. C'est par exemple le cas des TLD ICANN, pour lesquels il n'y a actuellement pas de cycle de candidature, et on n'espère pas le prochain avant 2019 ou 2020.
  • Les procédures existent à l'ICANN, l'organisation les connait, c'est ouvert, mais le prix fait reculer (185 000 $ US au précédent cycle ICANN, et uniquement pour déposer le dossier).
  • Les procédures existent à l'IETF, l'organisation les connait, c'est ouvert, mais l'organisation refuse délibérement de participer (cas analogue à CARP).
  • Les procédures existent, l'organisation les connait, c'est ouvert, mais l'organisation estime, à tort ou à raison, que sa candidature sera refusée (c'est actuellement le cas à l'IETF).

Ensuite, le problème 6 : il y a plusieurs protocoles de résolution de nom, le DNS n'étant que le principal. En l'absence de métadonnées indiquant le protocole à utiliser (par exemple dans les URL), se servir du TLD comme « aiguillage » est une solution tentante (if tld == "onion" then use Tor elsif tld == "gnu" then use GnuNet else use DNS…)

Le registre des noms de domaines spéciaux est essentiellement en texte libre, sans grammaire formelle. Cela veut dire que le code spécifique qui peut être nécessaire pour traiter tous ces domaines spéciaux (un résolveur doit, par exemple, savoir que .onion n'utilise pas le DNS et qu'il ne sert donc à rien de l'envoyer à la racine) doit être fait à la main, il ne peut pas être automatiquement dérivé du registre (problème 7). Résultat, quand un nouveau domaine est ajouté à ce registre, il sera traité « normalement » par les logiciels pas mis à jour, et pendant un temps assez long. Par exemple, les requêtes seront envoyées à la racine, ce qui pose des problèmes de vie privée (cf. RFC 7626).

Comme noté plus haut, certains candidats à un nom de domaine spécial sont inquiets du temps que prendra l'examen de leur candidature, et du risque de rejet (problème 8). Ils n'ont pas tort. L'enregistrement du .local (RFC 6762) a pris dix ans, et les efforts de Christian Grothoff pour enregistrer .gnu se sont enlisés dans d'épaisses couches de bureaucratie. Ce n'est peut-être pas un hasard si Apple a fini par avoir son .local (non sans mal) alors que des projets de logiciel libre comme GNUnet se sont vu fermer la porte au nez.

C'est que l'IETF n'est pas toujours facile et qu'un certain nombre de participants à cette organisation ont souvent une attitude de blocage face à tout intervenant extérieur (problème 9). Ils n'ont pas tort non plus de se méfier des systèmes non-DNS, leurs raisons sont variées :

  • Absence d'indication du mécanisme de résolution donc difficulté supplémentaire pour les logiciels (« c'est quoi, .zkey ? »). De plus, un certain nombre de participants à l'IETF estiment qu'il ne faut de toute façon qu'un seul protocole de résolution, afin de limiter la complexité.
  • Le problème de la complexité est d'autant plus sérieux que les autres protocoles de résolution de noms n'ont pas forcément la même sémantique que le DNS : ils sont peut-être sensibles à la casse, par exemple.
  • Conviction que l'espace de nommage est « propriété » de l'IETF et/ou de l'ICANN, et que ceux qui réservent des TLD sans passer par les procédures officielles sont de vulgaires squatteurs.
  • Sans compter le risque, s'il existe un moyen simple et gratuit de déposer un TLD via l'IETF, que plus personne n'alimente les caisses de l'ICANN.
  • Et enfin le risque juridique : si Ser Davos fait un procès à l'IETF contre l'enregistrement de .onion, cela peut durer longtemps et coûter cher. L'ICANN court le même risque mais, elle, elle a des avocats en quantité, et de l'argent pour les payer.

Le problème 11 est davantage lié au RFC 6761 lui-même. Ce RFC a parfois été compris de travers, comme pour l'enregistrement de ipv4only.arpa (RFC 7050) et surtout celui de .home (RFC 7788, qui citait le RFC 6761 mais n'avait tenu aucune de ses obligations). Voir aussi le problème 16.

Les problèmes 12 et 13 concernent les TLD existants (au sens où ils sont utilisés) mais pas enregistrés officiellement (voir par exemple le rapport de l'ICANN sur les « collisions »). Cela serait bien de documenter quelque part cette utilisation, de façon à, par exemple, être sûrs qu'ils ne soient pas délégués par l'ICANN. Mais cela n'a pas marché jusqu'à présent.

Le problème 14 concerne le fait que des noms de domaine spéciaux sont parfois désignés comme spéciaux par leur écriture dans le registre, mais parfois simplement par leur délégation dans le DNS.

Le problème 15 est celui de la différence entre enregistrer un usage et l'approuver. Avec la règle « géré par l'IETF pour un usage technique » du RFC 2860, il n'y a pas moyen d'enregistrer un nom sans une forme d'« approbation ». (Pas mal d'articles sur l'enregistrement de .onion avaient ainsi dit, à tort, que « l'IETF approuvait officiellement Tor ».)

Le problème 17 est un bon exemple du fait que la liste de Prévert qu'est ce RFC est en effet « non filtrée » et que toute remarque soulevée y a été mise, quels que soient ses mérites. Il consiste à dire que l'utilisation du registre des noms spéciaux est incohérente, car les enregistrements donnent des règles différentes selon le nom. Cela n'a rien d'incohérent, c'était prévu dès le départ par le RFC 6761 (section 5) : il n'y a pas de raison de traiter de la même façon .onion (qui n'utilise pas le DNS du tout) et .bit (passerelle entre le DNS et Namecoin).

Le problème 19 découle du fait que les noms de domaine ne sont pas de purs identificateurs techniques comme le sont, par exemple, les adresses MAC. Ils ont un sens pour les utilisateurs. Bien que, techniquement parlant, les développeurs de Tor auraient pu choisir le nom .04aab3642f5 ou onion.torproject.org comme suffixe pour les services en oignon, ils ont préféré un nom d'un seul composant, et compréhensible, .onion. Ce désir est bien compréhensible (une proposition à l'IETF est de reléguer tous les noms spéciaux sous un futur TLD .alt, qui ne connaitra probablement aucun succès même s'il est créé un jour). Mais il entraine une pression accrue sur la racine des noms de domaine : si deux projets réservent .zigzag, lequel des deux usages faut-il enregistrer ?

Enfin, le dernier problème, le 21, est davantage technique : il concerne DNSSEC. Si un TLD est enregistré comme domaine spécial, faut-il l'ajouter dans la racine du DNS et, si oui, faut-il que cette délégation soit signée ou pas ? S'il n'y a pas de délégation, le TLD sera considéré comme invalide par les résolveurs validants. Par exemple, si je fais une requête pour quelquechose.zigzag, la racine du DNS va répondre :


% dig @k.root-servers.net A quelquechose.zigzag

; <<>> DiG 9.10.3-P4-Debian <<>> @k.root-servers.net A quelquechose.zigzag
; (2 servers found)
;; global options: +cmd
;; Got answer:
;; ->>HEADER<<- opcode: QUERY, status: NXDOMAIN, id: 7785
;; flags: qr aa rd; QUERY: 1, ANSWER: 0, AUTHORITY: 6, ADDITIONAL: 1
;; WARNING: recursion requested but not available

;; OPT PSEUDOSECTION:
; EDNS: version: 0, flags: do; udp: 4096
;; QUESTION SECTION:
;quelquechose.zigzag.	IN A

;; AUTHORITY SECTION:
zero.			86400 IN NSEC zip. NS DS RRSIG NSEC
zero.			86400 IN RRSIG NSEC 8 1 86400 (
				20171017050000 20171004040000 46809 .
				wyKfrNEygGCbDscCu6uV/DFofs5DKYiV+jJd2s4xkkAT
				...
.			86400 IN NSEC aaa. NS SOA RRSIG NSEC DNSKEY
.			86400 IN RRSIG NSEC 8 0 86400 (
				20171017050000 20171004040000 46809 .
				kgvHoclQNwmDKfgy4b96IgoOkdkyRWyXYwohW+mpfG+R
				...
.			86400 IN SOA a.root-servers.net. nstld.verisign-grs.com. (
				2017100400 ; serial
				1800       ; refresh (30 minutes)
				900        ; retry (15 minutes)
				604800     ; expire (1 week)
				86400      ; minimum (1 day)
				)
.			86400 IN RRSIG SOA 8 0 86400 (
				20171017050000 20171004040000 46809 .
				GnTMS7cx+XB+EmbMFWt+yEAg29w17HJfUaOqvPsTn0eJ
				...

;; Query time: 44 msec
;; SERVER: 2001:7fd::1#53(2001:7fd::1)
;; WHEN: Wed Oct 04 12:58:12 CEST 2017
;; MSG SIZE  rcvd: 1036
      
    

Et l'enregistrement NSEC prouvera qu'il n'y a rien entre .zero et .zip, amenant le résolveur validant à considérer que .zigzag ne peut pas exister. Si le nom devait être traité par le DNS (et, par exemple, résolu localement comme ceux du RFC 6303, c'est une réponse correcte : la requête n'aurait pas dû aller à la racine). Dans d'autres cas, cela peut être gênant. De toute façon, le débat est assez théorique : l'IETF n'a aucun pouvoir sur la racine du DNS, et aucun moyen d'y ajouter un nom.

Après cet examen des possibles et potentiels problèmes, la section 4 du RFC examine les pratiques existantes. Plusieurs documents plus ou moins officiels examinent déjà ces questions. Mais je vous préviens tout de suite : aucun ne répond complètement au·x problème·s.

Commençons par le RFC 2826 sur la nécessité d'une racine unique. C'est un document IAB et qui n'engage donc pas l'IETF, même s'il est souvent cité comme texte sacré. Sa thèse principale est qu'il faut une racine unique, et que .zigzag, .pm ou .example doivent donc avoir la même signification partout, sous peine de confusion importante chez l'utilisateur. Cela n'interdit pas des noms à usage local à condition que cela reste bien local. Comme les utilisateurs ne vont pas faire la différence, ces noms locaux vont forcément fuiter tôt ou tard. (Par exemple, un utilisateur qui regarde http://something.corp/ ne va pas réaliser que ce nom ne marche qu'en utilisant les résolveurs de l'entreprise, et va essayer d'y accéder depuis chez lui. Un autre exemple serait celui d'un utilisateur qui essaierait de taper ping 7j3ncmar4jm2r3e7.onion depuis la ligne de commande, sans se rendre compte que ping ne connait pas Tor.)

Bref, le RFC 2826 dit clairement qu'une racine unique est nécessaire, et que les noms locaux sont casse-gueule.

Le second RFC à lire est évidemment le RFC 6761, qui a créé le registre des noms de domaine spéciaux. Lui, c'est un document IETF sur le Chemin des Normes. Quelques points qui sont souvent oubliés par les lecteurs du RFC 6761 méritent d'être répétés :

  • Certains noms spéciaux ne le sont en fait pas tellement, et sont résolus par le DNS de la manière habituelle (c'est le cas de in-addr.arpa, par exemple, et rappelez-vous bien à son sujet que les noms de domaine spéciaux ne sont pas forcément des TLD).
  • Parfois, les noms spéciaux sont résolus par le DNS mais de manière inhabituelle, comme 10.in-addr.arpa (pour les adresses IP du RFC 1918), qui doit être traité par le résolveur, sans jamais interroger la racine (cf. RFC 6303).
  • D'autres noms spéciaux sont gravement spéciaux et ne doivent pas utiliser le DNS du tout. Ils servent de « commutateurs » pour indiquer à la bibliothèque de résolution de noms (la GNU libc sur Ubuntu ou Mint par exemple) qu'il faut changer de protocole. C'est le cas de .onion (qui doit utiliser Tor) ou de .local (qui doit utiliser mDNS, RFC 6762).
  • Et tous ces cas sont valides et normaux (même si certains traditionnalistes à l'IETF rechignent devant le dernier).

Notez qu'à l'heure actuelle, tous les noms enregistrés comme noms de domaine spéciaux sont des TLD ou bien sont résolus avec le DNS.

Troisième RFC à lire absolument avant de dire des bêtises sur les noms de domaine spéciaux, le RFC 2860, qui fixe le cadre des relations compliquées entre l'IETF et l'ICANN. En gros, la règle par défaut est que l'ajout (ou le retrait) de TLD dans la racine est une prérogative de l'ICANN sauf les « noms de domaine à usage technique » (notion non définie…) où l'IETF décide. Notez que ce document concerne uniquement les relations entre l'IETF et l'ICANN. Si le W3C, ou la développeuse du logiciel ZigZag, veut créer un TLD, que se passe-t-il ? Ce point n'est pas traité dans le RFC 2860. Certains exégètes estiment que cela veut dire que ces tiers sont implicitement exclus.

Il y a aussi d'autres documents mais moins cruciaux. Le RFC 6762 qui normalise mDNS est celui qui a réservé .local et c'est donc un exemple d'un enregistrement réussi (mais qui fut laborieux, plus de douze années de développement furent nécessaires, cf. l'annexe H du RFC 6762).

Autre exemple réussi, le RFC 7686 sur le .onion. .onion était utilisé depuis longtemps quand le RFC 6761 a créé le registre des noms de domaine spéciaux. L'enregistrement a posteriori a réussi, malgré de vigoureuses oppositions mais il faut noter que le consensus approximatif de l'IETF a été facilité par une décision du CA/B Forum de ne plus allouer de certificats pour des TLD internes.

Encore un autre RFC à lire, le RFC 6303, qui décrit les noms qui devraient idéalement être résolus localement, c'est-à-dire par le résolveur de l'utilisateur, sans demander aux serveurs faisant autorité. C'est par exemple le cas des in-addr.arpa correspondant aux adresses IPv4 privées du RFC 1918. Il ne sert à rien de demander à la racine l'enregistrement PTR de 3.2.1.10.in-addr.arpa : ces adresses IP étant purement locales, il ne peut pas y avoir de réponse intelligente de la racine. Les noms en 10.in-addr.arpa doivent donc être résolus localement, et sont donc, eux aussi, des « noms de domaine spéciaux ». Par contre, contrairement à .local ou à .onion, ils sont résolus par le DNS.

Pas fatigué·e·s ? Encore envie de lire ? Il y aussi l'étude d'Interisle sur les « collisions ». Derrière ce nom sensationnaliste conçu pour faire peur, il y a un vrai problème, le risque qu'un TLD récent masque, ou soit masqué par, un TLD alloué localement sans réfléchir (comme .dev). L'étude montrait par exemple que .home était celui posant le plus de risques.

Sur un sujet proche, il y a aussi une étude du SSAC, un comité ICANN.

On a dit plus haut que les noms de domaine « spéciaux » n'étaient pas forcément des TLD. C'est par exemple le cas d'un nom utilisé pour certaines manipulations IPv6, ipv4only.arpa, créé par le RFC 7050, mais qui, par suite d'un cafouillage dans le processus, n'a pas été ajouté au registre des noms de domaine spéciaux. Dommage : ce nom, n'étant pas un TLD et n'ayant pas de valeur particulière, n'avait pas posé de problème et avait été accepté rapidement.

Enfin, un dernier échec qu'il peut être utile de regarder, est la tentative d'enregistrer comme noms de domaine spéciaux des TLD très souvent alloués localement, et qu'il serait prudent de ne pas déléguer dans la racine, comme le .home cité plus haut. Un projet avait été rédigé en ce sens, mais n'avait jamais abouti, enlisé dans les sables procéduraux.

Si vous n'avez pas mal à la tête à ce stade, vous pouvez encore lire la section 5, qui rappelle l'histoire tourmentée de ce concept de noms de domaine spéciaux. Lorsque le DNS a été produit (RFC 882 et RFC 883) pour remplacer l'ancien système HOSTS.TXT (RFC 608), la transition ne s'est pas faite sans douleur, car plusieurs systèmes de résolution coexistaient (le plus sérieux étant sans doute les Yellow Pages sur Unix, mais il y avait aussi NetBIOS name service/WINS, qui ne tournait pas que sur Windows). Encore aujourd'hui, des anciens systèmes de résolution fonctionnent toujours. Le HOSTS.TXT survit sous la forme du /etc/hosts d'Unix (et de son équivalent Windows). Les systèmes d'exploitation ont en général un « commutateur » qui permet d'indiquer quel mécanisme de résolution utiliser pour quel nom. Voici un exemple d'un /etc/nsswitch.conf sur une machine Debian qui, pour résoudre un nom de domaine, va utiliser successivement /etc/hosts, LDAP, puis le DNS :

hosts:   files ldap dns
    

Le concept de TLD privé, connu uniquement en local, a été (bien à tort) recommandé par certaines entreprises comme Sun ou Microsoft. Il a survécu à la disparition des technologies qui l'utilisaient, comme Yellow Pages. Aujourd'hui, c'est une source d'ennuis sans fin, et bien des administrateurs réseau ont maudit leur prédécesseur pour avoir configuré ainsi tout le réseau local, allumant ainsi une bombe qui allait exploser quand le TLD « privé » s'est retrouvé délégué.

La discussion à l'IETF, notamment dans son groupe de travail DNSOP a été très chaude. Un premier document avait été élaboré, draft-adpkja-dnsop-special-names-problem, puis l'ancêtre de ce RFC avait été écrit, le premier document étant abandonné (il était très proche du point de vue de l'ICANN comme quoi seule l'ICANN devrait pouvoir créer des TLD, les autres acteurs n'étant que de vilains squatteurs).


Téléchargez le RFC 8244


L'article seul

RFC 8240: Report from the Internet of Things (IoT) Software Update (IoTSU) Workshop 2016

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : H. Tschofenig (ARM Limited), S. Farrell (Trinity College Dublin)
Pour information
Première rédaction de cet article le 12 septembre 2017


La mode des objets connectés a mené à l'existence de nombreux « objets », qui sont en fait des ordinateurs (avec leurs problèmes, comme le fait que leur logiciel ait des failles de sécurité), mais qui ne sont pas considérés comme des ordinateurs par leurs propriétaires, et ne sont donc pas gérés (pas d'administrateur système, pas de mises à jour des logiciels). L'attaque contre Dyn du 21 octobre 2016, apparemment menée par ces objets, a bien illustré le risque que cette profusion irresponsable crée. Ce nouveau RFC est le compte-rendu d'un atelier sur la mise à jour des objets connectés, atelier de réflexion qui s'est tenu à Dublin les 13 et 14 juin 2016. Il fait le point sur la (difficile) question.

La question de base était « que peut-on faire pour que ces foutus objets soient mis à jour, au moins pour patcher leurs failles de sécurité ? » L'atelier réuni à Trinity College n'a évidemment pas fourni une réponse parfaite, mais a au moins permis de clarifier le problème. Il me semble toutefois, d'après le compte-rendu, qu'il y avait un gros manque : les droits du propriétaire de l'objet. La plupart des solutions discutées tournaient autour de l'idée de mises à jour systématiques et automatiques du logiciel via les serveurs du vendeur, et les éventuelles conséquences néfastes pour le propriétaire (comme l'arrivée de nouvelles fonctions de surveillance, par exemple) ne sont guère mentionnées.

Aujourd'hui, un grand nombre des machines ayant accès, même indirect, à l'Internet, est composé de trucs qualifiés d'objets, qui ont en commun qu'on ne les appelle pas « ordinateurs » (alors que c'est bien cela qu'ils sont). Ces objets sont très divers, allant d'engins qui ont les capacités matérielles d'un ordinateur (une télévision connectée, par exemple) à des petits machins très contraints (CPU et mémoire limités, batterie à la capacité finie, etc). Le risque que font peser ces objets « irresponsables » (pas gérés, pas supervisés) sur l'Internet est connu depuis longtemps. Le RFC cite l'article de Schneier, « The Internet of Things Is Wildly Insecure And Often Unpatchable », qui tirait la sonnette d'alarme en 2014. Il notait que le logiciel de ces objets n'était déjà plus à jour quand l'objet était sorti de sa boite la première fois (les fabricants d'objets connectés aiment bien utiliser des versions antédiluviennes des bibliothèques). Or, des objets peuvent rester branchés et actifs pendant des années, avec leur logiciel dépassé et jamais mis à jour, plein de failles de sécurité que les craqueurs ne vont pas manquer d'exploiter (cf. le logiciel Mirai).

Donc, le problème est connu depuis des années. Mais il n'est pas facile à résoudre :

  • Le mécanisme de mise à jour peut lui-même être une faille de sécurité. Par exemple, un certain nombre d'objets font la mise à jour de leur logiciel en HTTP, sans signature sur le code récupéré, rendant ainsi une attaque de l'homme du milieu triviale.
  • Le RFC n'en parle guère, mais, même si on vérifie le code récupéré, celui-ci peut être malveillant. De nombreuses compagnies (par exemple Sony) ont déjà délibérement distribué du malware à leurs clients, et sans conséquences pénales. Une mise à jour automatique pourrait par exemple installer une porte dérobée, ou bien mettre du code DRM nouveau.
  • Les problèmes opérationnels ne manquent pas. Par exemple, si les objets vérifient le code récupéré via une signature, et qu'ils comparent à une clé publique qu'ils détiennent, que faire si la clé privée correspondante est perdue ou copiée ? (Cf. « Winks Outage Shows Us How Frustrating Smart Homes Could Be. »)
  • Si les objets se connectent automatiquement au serveur pour chercher des mises à jour, cela pose un sérieux problème de vie privée. (Le RFC ne rappelle pas qu'en outre, la plupart de ces objets sont de terribles espions qu'on installe chez soi.)
  • Pour une société à but lucratif, gérer l'infrastructure de mise à jour (les serveurs, la plate-forme de développement, les mises à jour du code, la gestion des éventuels problèmes) a un coût non nul. Il n'y a aucune motivation financière pour le faire, la sécurité ne rapportant rien. (Le RFC s'arrête à cette constatation, ne mentionnant pas la solution évidente : des règles contraignantes obligeant les entreprises à le faire. Le Dieu Marché ne sera certainement pas une solution.)
  • Si l'entreprise originale défaille, qui va pouvoir et devoir assurer ses mises à jour ? (Repensons à l'ex-chouchou des médias, le lapin Nabaztag, et à son abandon par la société qui l'avait vendu.) Si le RFC ne le mentionne pas, il va de soi que le logiciel libre est la solution au problème du « pouvoir » mais pas à celui du « devoir » (dit autrement, le logiciel libre est nécessaire mais pas suffisant).

Le risque n'est donc pas seulement de l'absence de système de mise à jour. Il peut être aussi d'un système de mise à jour bogué, vulnérable, ou non documenté, donc non maintenable.

Le problème de la mise à jour automatique des logiciels est évidemment ancien, et plusieurs systèmes d'exploitation ont des solutions opérationnelles depuis un certain temps (comme pacman ou aptitude). Le RFC se focalise donc sur les objets les plus contraints, ceux limités dans leurs capacités matérielles, et donc dans les logiciels qu'ils peuvent faire tourner.

Après cette introduction, le RFC fait un peu de terminologie, car le choix des mots a suscité une discussion à l'atelier. D'abord, la notion de classe. Les « objets connectés » vont de systèmes qui ont les capacités matérielles et l'alimentation électrique d'un ordinateur de bureau (une télévision connectée, par exemple) et qui peuvent donc utiliser les mêmes techniques, jusqu'à des objets bien plus contraints dans leurs capacités. Pour prendre un exemple chez les systèmes populaires auprès des geeks, un Raspberry Pi fait tourner un système d'exploitation « normal » et se met à jour comme un ordinateur de bureau, un Arduino ne le peut typiquement pas. Il faudra donc sans doute développer des solutions différentes selon la classe. Ou, si on veut classer selon le type de processeur, on peut séparer les objets ayant plus ou moins l'équivalent d'un Cortex-A (comme le Pi) de ceux ayant plutôt les ressources du Cortex-M (comme l'Arduino, mais notez que cette catégorie est elle-même très variée).

Le RFC définit également dans cette section 2 la différence entre mise à jour du logiciel et mise à jour du firmware. La distinction importante est que les engins les plus contraints en ressources n'ont typiquement qu'une mise à jour du firmware, qui change tout, système et applications, alors que les engins de classe « supérieure » ont des mises à jour modulaires (on peut ne mettre à jour qu'une seule application).

Dernier terme à retenir, hitless (« sans impact »). C'est une propriété des mises à jour qui ne gênent pas le fonctionnement normal. Par exemple, s'il faut arrêter l'engin pour une mise à jour, elle ne sera pas hitless. Évidemment, la mise à jour du logiciel d'une voiture ne sera probablement pas hitless et nécessitera donc des précautions particulières.

Maintenant, le gros morceau du RFC, la section 3, qui regroupe notamment les exigences issues de l'atelier. C'est assez dans le désordre, et il y a davantage de questions que de réponses. Pour commencer, que devraient faire les fabricants d'objets connectés (en admettant qu'ils lisent les RFC et aient le sens des responsabilités, deux paris hasardeux) ? Par exemple, le RFC note que les mises à jour globales (on remplace tout) sont dangereuses et recommande que des mises à jour partielles soient possibles, notamment pour limiter le débit utilisé sur le réseau (comme avec bsdiff ou courgette). Idéalement, on devrait pouvoir mettre à jour une seule bibliothèque, mais cela nécessiterait du liage dynamique et de code indépendant de la position, ce qui peut être trop demander pour les plus petits objets. Mais au moins un système d'exploitation plutôt conçu pour les « classe M », les objets les plus contraints (équivalents au Cortex-M), le système Contiki, a bien un lieur dynamique.

Certains dispositifs industriels ont plusieurs processeurs, dont un seul gère la connexion avec le reste du monde. Il peut être préférable d'avoir une architecture où ce processeur s'occupe de la mise à jour du logiciel de ses collègues qui ne sont pas directement connectés.

Un problème plus gênant, car non exclusivement technique, est celui des engins qui ont plusieurs responsables potentiels. Si une machine sert à plusieurs fonctions, on risque d'avoir des cas où il n'est pas évident de savoir quel département de l'entreprise a « le dernier mot » en matière de mise à jour. Pour les ordinateurs, cette question sociale a été réglée depuis longtemps dans la plupart des organisations (par exemple en laissant le service informatique seul maître) mais les objets connectés redistribuent les cartes. Si le service Communication a une caméra connectée, qui peut décider de la mettre à jour (ou pas) ?

Un cas proche est celui où un appareil industriel inclut un ordinateur acheté à un tiers (avec le système d'exploitation). Qui doit faire la mise à jour ? Qui est responsable ? Pensons par exemple au problème d'Android où les mises à jour doivent circuler depuis Google vers le constructeur du téléphone, puis (souvent) vers l'opérateur qui l'a vendu. En pratique, on constate qu'Android est mal mis à jour. Et ce sera pire pour un réfrigérateur connecté puisque sa partie informatique sera fabriquée indépendamment, et avant le frigo complet. Lorsque celui-ci démarrera pour la première fois, son logiciel aura sans doute déjà plusieurs mois de retard.

Et la sécurité ? Imaginons un objet connecté dont le fabricant soit assez incompétent et assez irresponsable pour que les mises à jour se fassent en récupérant du code en HTTP, sans aucune authentification d'aucune sorte. Un tel objet serait très vulnérable à des attaques visant à remplacer le code authentique par un code malveillant. D'où l'exigence de DAO (Data Origin Authentication). Sans DAO, tout serait fichu. Deux solutions évidentes utilisent la cryptographie, authentifier le serveur qui distribue les mises à jour (par exemple avec HTTPS) ou bien authentifier le code téléchargé, via une signature numérique (notez que l'IETF a un format CMS pour cela, décrit dans le RFC 4108, mais qui semble peu utilisé.) Mais signer et vérifier est plus facile à dire qu'à faire ! D'abord, si la cryptographie n'est pas un problème pour les engins « classe A », comme une télévision connectée ou bien une voiture connectée, elle peut être bien coûteuse pour des objets plus limités. La cryptographie symétrique est typiquement moins coûteuse, mais bien moins pratique. Le problème de fond est que la cryptographie symétrique n'authentifie pas un envoyeur mais une classe d'envoyeurs (tous ceux qui ont la clé). Il faudrait donc une clé différente par objet, ce qui semble ingérable. Faut-il lister comme exigence de base d'utiliser la cryptographie asymétrique ?

Son coût en opérations de calcul n'est pas le seul problème. Par exemple, la clé privée qui signe les mises à jour peut être volée, ou bien tout simplement devenir trop faible avec les progrès de la cryptanalyse (certains objets peuvent rester en production pendans dix ans ou plus). Il faut donc un moyen de mettre la clé publique à jour. Comment le faire sans introduire de nouvelles vulnérabilités (imaginez un attaquant qui trouverait le moyen de subvertir ce mécanisme de remplacement de clé, et changerait la clé de signature pour la sienne). Bref, les méthodes « il n'y a qu'à… » du genre « il n'y a qu'à utiliser des signatures cryptographiques » ne sont pas des solutions magiques.

Et si l'objet utilise du code venant de plusieurs sources ? Faut-il plusieurs clés, et des règles compliquées du genre « l'organisation A est autorisée à mettre à jour les composants 1, 3 et 4 du système, l'organisation B peut mettre à jour 2 et 3 » ? (Les systèmes fermés sont certainement mauvais pour l'utilisateur, mais présentent des avantages en matière de sécurité : une seule source. Pensez à tous les débats autour de l'utilisation du magasin libre F-Droid, par exemple l'opinion de Whisper.)

Un problème plus fondamental est celui de la confiance : à qui un objet connecté doit-il faire confiance, et donc quelle clé publique utiliser pour vérifier les mises à jour ? Faire confiance à son propriétaire ? À son fabricant ? Au sous-traitant du fabricant ?

On n'en a pas fini avec les problèmes, loin de là. Les objets sont conçus pour être fabriqués et distribués en grande quantité. Cela va donc être un difficile problème de s'assurer que tous les objets dont on est responsable soient à jour. Imaginez une usine qui a des centaines, voire des milliers d'objets identiques, et qui veut savoir s'ils sont tous à la même version du logiciel.

On a parlé plus haut de confiance. On peut décider de faire confiance au fabricant d'un objet, parce qu'on juge l'organisation en question honnête et compétente. Mais cette évaluation ne s'étend pas forcément à la totalité de ses employés. Comment s'assurer qu'un employé méchant ne va pas compromettre le processus de mise à jour du logiciel, par exemple en se gardant une copie de la clé privée, ou bien en ajoutant aux objets produits une clé publique supplémentaire (il aurait alors une porte dérobée dans chaque objet, ce qui illustre bien le fait que la mise à jour est elle-même source de vulnérabilités).

On a parlé des risques pour la sécurité de l'objet connecté. Les précautions prises sont actuellement proches de zéro. Espérons que cela va s'améliorer. Mais, même en prenant beaucoup de précautions, des piratages se produiront parfois. Ce qui ouvre la question de la récupération : comment récupérer un objet piraté ? Si on a dix grille-pains compromis, va t-il falloir les reflasher tous les dix, manuellement ? (Avant cela, il y a aussi l'intéressante question de savoir comment détecter qu'il y a eu piratage, sachant que la quasi-totalité des organisations ne lisent pas les messages leur signalant des comportements suspects de leurs machines.)

La cryptographie apporte clairement des solutions intéressantes à bien des problèmes de sécurité. Mais elle nécessite en général une horloge bien à l'heure (par exemple pour vérifier la date d'expiration d'un certificat). Avoir une horloge maintenue par une batterie pendant l'arrêt de la machine et pendant les coupures de courant n'est pas trivial :

  • Cela coûte cher (la batterie et l'horloge peuvent coûter bien plus cher que le reste de l'objet),
  • C'est encombrant (certains objets sont vraiment petits),
  • Les batteries sont des équipements dangereux, en raison du risque d'incendie ou d'explosion, et leur présence impose donc de fortes contraintes au processus de fabrication, d'autant plus que les batteries vieillissent vite (pas question d'utiliser de vieux stocks),
  • Les batteries conçues pour la maison peuvent ne pas être adaptées, car, dans un environnement industriel, les conditions sont rudes (la température peut facilement excéder les limites d'une batterie ordinaire),
  • Cela ne dure pas longtemps : la présence d'une batterie peut sérieusement raccourcir la durée de vie d'un objet connecté.

Il n'est donc pas évident qu'il y ait une bonne solution à ce problème. (Le RFC cite Roughtime comme une approche prometteuse.)

Et si on a une bonne solution pour distribuer les mises à jour à des milliers ou des millions d'objets connectés, comment ceux-ci vont-ils être informés de l'existence d'une mise à jour. Push ou pull ? Envoyer les mises à jour depuis le serveur est la solution la plus rapide mais elle peut être délicate si l'objet est derrière un pare-feu qui interdit les connexions entrantes (il faudrait que l'objet contacte le serveur de mise à jour, et reste connecté). Et le cas d'objets qui ne sont pas joignables en permanence complique les choses. De l'autre côté, le cas où l'objet contacte le serveur de temps en temps pour savoir s'il y a une mise à jour pose d'autres problèmes. Par exemple, cela consomme de l'électricité « pour rien ».

Vous trouvez qu'il y a assez de problèmes ? Mais ce n'est pas fini. Imaginez le cas d'une mise à jour qui contienne une bogue, ce qui arrivera inévitablement. Comment revenir en arrière ? Refaire une mise à jour (la bogue risque d'empêcher ce processus) ? L'idéal serait que l'objet stocke deux ou trois versions antérieures de son logiciel localement, pour pouvoir basculer vers ces vieilles versions en cas de problème. Mais cela consomme de l'espace de stockage, qui est très limité pour la plupart des objets connectés.

Le consensus de l'atelier a été que les signatures des logiciels (avec vérification par l'objet), et la possibilité de mises à jour partielles, étaient importants. De même, les participants estimaient essentiels la disponibilité d'une infrastructure de mise à jour, qui puisse fonctionner pour des objets qui n'ont pas un accès complet à l'Internet. Par exemple, il faut qu'une organisation puisse avoir une copie locale du serveur de mise à jour, à la fois pour des raisons de performances, de protection de la vie privée, et pour éviter de donner un accès Internet à ses objets.

En parlant de vie privée (RFC 6973), il faut noter que des objets se connectant à un serveur de mise à jour exposent un certain nombre de choses au serveur, ce qui peut ne pas être souhaitable. Et certains objets sont étroitement associés à un utilisateur (tous les gadgets à la maison), aggravant le problème. Le RFC note qu'au minimum, il ne faut pas envoyer un identificateur unique trop facilement, surtout au dessus d'un lien non chiffré. Mais le RFC note à juste titre qu'il y a un conflit entre la vie privée et le désir des vendeurs de se faire de l'argent avec les données des utilisateurs.

On a surtout parlé jusqu'à présent des risques pour l'objet si le serveur des mises à jour est méchant ou piraté. Certains acteurs du domaine vont ajouter des risques pour le serveur : par exemple, si le logiciel est non-libre, certains peuvent souhaiter authentifier l'objet, pour ne pas distribuer leur précieux logiciel privateur à « n'importe qui ».

On en a déjà parlé mais cela vaut la peine d'y revenir : un gros problème de fond est celui de l'autorisation (section 4 du RFC). Qui peut accepter ou refuser une mise à jour ? Oui, il y a de bonnes raisons de refuser : des mises à jour obligatoires sont une forme de porte dérobée, elles permettent d'ajouter des fonctions qui n'étaient pas là avant et qui peuvent être malveillantes. Le cas avait été cité lors de l'affaire de l'iPhone de San Bernardino (des gens proposaient une mise à jour que le téléphone appliquerait, introduisant une porte dérobée). Et le RFC rappelle le cas d'une mise à jour forcée d'imprimantes HP qui avait supprimé des fonctions utiles mais que HP ne voulait plus (la possibilité d'accepter des cartouches d'encre fournies par les concurrents). Un cas analogue révélé la veille de la publication du RFC est celui de Tesla activant une nouvelle fonction à distance (ici, pour améliorer la voiture, mais il est facile de voir que cela pourrait être en sens inverse). Et il y a bien sûr le cas fameux d'Amazon détruisant des livres à distance.

Prenez un téléphone Android programmé par Google, fabriqué par LG, vendu par Orange à la société Michu qui le confie à son employé M. Dupuis-Morizeau. Qui va décider des mises à jour ?

On peut séparer les mises à jour qui corrigent une faille de sécurité et les autres : seules les premières seraient systématiquement appliquées. (Tous les fournisseurs de logiciel ne font pas cette séparation, qui les oblige à gérer deux lignes de mises à jour.) Ceci dit, en pratique, la distinction n'est pas toujours facile, et la correction d'une faille peut en entrainer d'autres.

D'autre part, certains objets connectés sont utilisés dans un environnement très régulé, où tout, matériel et logiciel, doit subir un processus de validation formel avant d'être déployé (c'est le cas des objets utilisés dans les hôpitaux, par exemple). Il y aura forcément une tension entre « faire la mise à jour en urgence car elle corrige une vulnérabilité » et « ne pas faire la mise à jour avant d'avoir tout revalidé, car cet objet est utilisé pour des fonctions vitales ».

Autre problème rigolo, et qui a de quoi inquiéter, le risque élevé d'une cessation du service de mise à jour logicielle (section 5 du RFC). Les vendeurs de logiciel ne sont pas un service public : ils peuvent décider d'arrêter de fournir un service pour des produits qui ne les intéressent plus (ou qui fait concurrence à un produit plus récent, qui offre une meilleure marge). Ou bien ils peuvent tout simplement faire faillite. Que faire face à cet échec du capitalisme à gérer les produits qu'il met sur le marché ? Le problème est d'autant plus fréquent que des objets connectés peuvent rester en service des années, une éternité pour les directions commerciales. Outre le cas du Nabaztag cité plus haut, le RFC mentionne l'exemple d'Eyefi. Un objet un peu complexe peut incorporer des parties faites par des organisations très différentes, dont certaines seront plus stables que d'autres.

Faut-il envisager un service de reprise de la maintenance, par des organisations spécialisées dans ce ramassage des orphelins ? Si ces organisations sont des entreprises à but lucratif, quel sera leur modèle d'affaires ? (Le RFC ne mentionne pas la possibilité qu'il puisse s'agir d'un service public.) Et est-ce que l'entreprise qui abandonne un produit va accepter ce transfert de responsabilité (aucune loi ne la force à gérer ses déchets logiciels) ?

Pour le logiciel, une grosse différence apparait selon qu'il s'agisse de logiciel libre ou pas. Un projet de logiciel libre peut se casser la figure (par exemple parce que l'unique développeur en a eu marre), mais il peut, techniquement et juridiquement, être repris par quelqu'un d'autre. Ce n'est qu'une possibilité, pas une certitude, et des tas de projets utiles ont été abandonnés car personne ne les a repris.

Néanmoins, si le logiciel libre n'est pas une condition suffisante pour assurer une maintenance sur le long terme, c'est à mon avis une condition nécessaire. Parfois, un logiciel est libéré lorsqu'une société abandonne un produit (ce fut le cas avec Little Printer, qui fut un succès, la maintenance étant repris par des développeurs individuels), parfois la société ne fait rien, et le logiciel est perdu. Bref, un système de séquestre du code, pour pouvoir être transmis en cas de défaillance de l'entreprise originale, serait une bonne chose.

Comme souvent en sécurité, domaine qui ne supporte pas le « ya ka fo kon », certaines exigences sont contradictoires. Par exemple, on veut sécuriser les mises à jour (pour éviter qu'un pirate ne glisse de fausses mises à jour dans le processus), ce qui impose des contrôles, par exemple par des signatures numériques. Mais on veut aussi assurer la maintenance après la fin de la société originelle. Si un prestataire reprend la maintenance du code, mais qu'il n'a pas la clé privée permettant de signer les mises à jour, les objets refuseront celles-ci… Le séquestre obligatoire de ces clés peut être une solution, mais elle introduit d'autres risques (vol des clés chez le notaire).

Une solution possible serait que les appareils connectés soient programmés pour cesser tout service s'ils n'arrivent pas à faire de mise à jour pendant N mois, ou bien si le serveur des mises à jour leur dit que le contrat de support est terminé. De telles bombes temporelles seraient bonnes pour la sécurité, et pour le business des fabricants. Mais elles changeraient le modèle d'achat d'équipement : on ne serait plus propriétaire de sa voiture ou de son grille-pain, mais locataire temporaire. De la vraie obsolescence programmée ! De telles bombes dormantes peuvent aussi interférer avec d'autres fonctions de sécurité. Par exemple, un téléphone doit pouvoir passer des appels d'urgence, même si l'abonnement a expiré. Il serait logique qu'il soit en mesure d'appeler le 112, même si son logiciel n'a pas pu être mis à jour depuis longtemps (cf. RFC 7406 pour une discussion sur un compromis similaire.)

Dans une logique libertarienne, ce RFC parle peu de la possibilité d'obligations légales (comme il y a un contrôle technique pour les voitures, il pourrait y avoir obligation de mesures de sécurité quand on vend des objets connectés). Comme il n'y a aucune chance que des entreprises capitalistes fassent spontanément des efforts pour améliorer la sécurité de tous, si on n'utilise pas de contraintes légales, il reste la possibilité d'incitations, discutée dans la section 6. Certaines sont utopiques (« il est dans l'intérêt de tous d'améliorer la sécurité, donc il faut expliquer aux gentils capitalistes l'intérêt de la sécurité, et ils le feront gratuitement »). Une possibilité est celle d'un abonnement : ayant acheté un objet connecté, on devrait payer régulièrement pour le maintenir à jour. Du point de vue de la sécurité, c'est absurde : il est dans l'intérêt de tous que toutes les machines soient à jour, question sécurité. Avec un abonnement, certains propriétaires choisiront de ne pas payer, et leurs engins seront un danger pour tous. (Comparons avec la santé publiqué : il est dans l'intérêt des riches que les pauvres se soignent, sinon, les maladies contagieuses se répandront et frapperont tout le monde. Les vaccinations gratuites ne sont donc pas de la pure générosité.)

Un des problèmes du soi-disant « Internet des objets » est qu'on ne sait pas grand'chose de ce qui s'y passe. Combien de constructeurs d'objets connectés peuvent dire combien ils ont d'objets encore actifs dans la nature, et quel pourcentage est à jour, question logiciel ? La section 7 du RFC se penche sur les questions de mesures. Un des articles présentés à l'atelier notait que, treize ans après la fin de la distribution d'un objet connecté, on en détectait encore des exemplaires actifs.

Garder trace de ces machines n'est pas trivial, puisque certaines ne seront allumées que de manière très intermittente, et que d'autres seront déployées dans des réseaux fermés. Mais ce serait pourtant utile, par exemple pour savoir combien de temps encore il faut gérer des mises à jour pour tel modèle, savoir quels problèmes ont été rencontrés sur le terrain, savoir quelles machines ont été compromises, etc.

La solution simple serait que l'objet ait un identifiant unique et contacte son fabricant de temps en temps, en donnant des informations sur lui-même. Évidemment, cela soulève de gros problèmes de préservation de la vie privée, si le fabricant de brosses à dents connait vos habitudes d'hygiène (« sa brosse à dents n'a pas été allumée depuis six mois, envoyons-lui des pubs pour un dentiste »). Il existe des techniques statistiques qui permettent de récolter des données sans tout révéler, comme le système RAPPOR ou EPID.

Quelle que soit l'efficacité des mises à jour, il ne fait pas de doute que, parfois, des machines seront piratées. Comment les gérer, à partir de là (section 9) ? Car ce ne sera pas seulement un ou deux objets qu'il faudra reformater avec une copie neuve du système d'exploitation. En cas de faille exploitée, ce seront au moins des centaines ou des milliers d'objets qui auront été piratés par un logiciel comme Mirai. (Notez qu'un travail - qui a échoué - avait été fait à l'IETF sur la gestion des machines terminales et leur sécurité, NEA.)

Rien que signaler à l'utilisateur, sans ouvrir une nouvelle voie d'attaque pour le hameçonnage, n'est pas évident (le RFC 6561 propose une solution, mais peu déployée). Bref, pour l'instant, pas de solution à ce problème. Quand on sait que les organisations à but lucratif ne réagissent jamais quand on leur signale un bot dans leur réseau, on imagine ce que ce sera quand on préviendra M. Michu que son grille-pain est piraté et participe à des DoS (comme celles avec SNMP ou bien celle contre Brian Krebs).

Avant d'arriver à une conclusion très partielle, notre RFC, dans sa section 10, traite quelques points divers :

  • Pas mal de gadgets connectés seront rapidement abandonnés, ne délivrant plus de service utile et n'intéressant plus leur propriétaire, mais dont certains seront toujours connectés et piratables. Qui s'occupera de ces orphelins dangereux ?
  • Que devra faire la machine qui voit qu'elle n'arrive pas à faire ses mises à jour ? Couiner très fort comme le détecteur de fumée dont la batterie s'épuise ? Vous imaginez votre cuisine quand dix appareils hurleront en même temps « Software update failed. Act now! » ? Ou bien les appareils doivent-ils s'éteindre automatiquement et silencieusement ? (Les fabricants adoreront cette solution : pour éliminer les vieilles machines et forcer les clients à acheter les nouvelles, il suffira de stopper le serveur des mises à jour.)
  • La cryptographie post-quantique est pour l'instant inutile (et les mécanismes actuels font des signatures énormes, inadaptées aux objets contraints) mais il est impossible de dire quand elle deviendra indispensable. Cinq ans ? Dix ans ? Jamais ? Le problème est que, les objets connectés restant longtemps sur le terrain, il y a un risque qu'un objet soit livré avec de la cryptographie pré-quantique qui soit cassée par les ordinateurs quantiques pendant sa vie. On sera alors bien embêtés.
  • Enfin, pour ceux qui utilisent des certificats pour vérifier les signatures, il faut noter que peu testent les révocations (RFC 6961 et ses copains). Il sera donc difficile, voire impossible, de rattraper le coup si une clé privée de signature est volée.

La section 11 rassemble les conclusions de l'atelier. On notera qu'il y a peu de consensus.

  • Comme c'est l'IETF, il n'est pas étonnant que les participants soient tombés d'accord sur l'utilité d'une solution normalisée pour la distribution et la signature de logiciels, afin de permettre des mises à jour fiables.
  • Il n'est par contre pas clair de savoir si cette solution doit tout inclure, ou seulement certaines parties du système (la signature, par exemple).
  • Des mécanismes de « transmission du pouvoir » sont nécessaires, par exemple pour traiter le cas où une société fait faillite, et passe la maintenance des objets qu'elle a vendu à une association ou un service public. Passer le mot de passe de root est un exemple (très primitif).

L'annexe B du RFC liste tous les papiers présentés à l'atelier qui sont, évidemment en ligne. Sinon, vous pouvez regarder le site officiel de l'atelier, et un bon résumé de présentation. Je recommande aussi cet article de l'IETF Journal, et un très bon article critique sur les objets connectés.


Téléchargez le RFC 8240


L'article seul

RFC 8228: Guidance on Designing Label Generation Rulesets (LGRs) Supporting Variant Labels

Date de publication du RFC : Août 2017
Auteur(s) du RFC : A. Freytag
Pour information
Première rédaction de cet article le 23 août 2017


Le RFC 7940 définissait un langage, LGR (Label Generation Ruleset), pour exprimer des politiques d'enregistrement de noms écrits en Unicode, avec les éventuelles variantes. Par exemple, avec LGR, on peut exprimer une politique disant que les caractères de l'alphabet latin et eux seuls sont autorisés, et que « é » est considéré équivalent à « e », « ç » à « c », etc. Ce nouveau RFC donne quelques conseils aux auteurs LGR. (Personnellement, je n'ai pas trouvé qu'il apportait grand'chose par rapport au RFC 7940.)

LGR peut s'appliquer à tous les cas où on a des identificateurs en Unicode mais il a surtout été développé pour les IDN (RFC 5890). Les exemples de ce RFC 8228 sont donc surtout pris dans ce domaine d'application. Un ensemble de règles exprimées dans le langage du RFC 7940 va définir deux choses :

  • Si un nom donné est acceptable ou pas (dans l'exemple donné plus haut, un registre de noms de domaine ouest-européen peut décider de n'autoriser que l'alphabet latin),
  • Et quels noms sont des variantes les uns des autres. Une variante est un nom composé de caractères Unicode différents mais qui est considéré comme « le même » (la définition de ce que c'est que « le même » n'étant pas technique ; par exemple, un anglophone peut considérer que theatre et theater sont « le même » mot, alors que, du point de vue technique, ce sont deux chaînes de caractère différentes). Le RFC dit que deux noms sont « le même » s'ils sont visuellement similaires (google vs. goog1e), mais c'est une notion bien trop floue, et qui dépend en outre de la police de caractères utilisée (avec Courier, google et goog1e sont difficilement distinguables). Le RFC ajoute qu'il y a également le cas de la similarité sémantique (le cas de theatre vs. theater, ou bien celui des sinogrammes traditionnels vs. les simplifiés ou encore, mais c'est compliqué, le cas des accents en français, avec « café » et « cafe » mais aussi avec « interne » et « interné »).

L'idée est que le registre utilise ensuite ces règles pour accepter ou refuser un nom et, si le nom est accepté, pour définir quelles variantes deviennent ainsi bloquées, ou bien attribuées automatiquement au même titulaire. Notez une nouvelle fois qu'il s'agit d'une décision politique et non technique. Le RFC dit d'ailleurs prudemment dans la section 1 qu'il ne sait pas si ce concept de variante est vraiment utile à quoi que ce soit. (J'ajoute qu'en général ce soi-disant risque de confusion a surtout été utilisé comme FUD anti-Unicode, par des gens qui n'ont jamais digéré la variété des écritures humaines.)

J'ai dit qu'une variante était « le même » que le nom de base. Du point de vue mathématique, la relation « est une variante de » doit donc être symétrique et transitive (section 2). « Est une variante de » est noté avec un tiret donc A - B signifie « A est une variante de B » (et réciproquement, vu la symétrie). Notez que le RFC 7940 utilisait un langage fondé sur XML alors que ce RFC 8228 préfère une notation plus compacte. La section 18 de notre RFC indique la correspondance entre la notation du RFC 7940 et celle du nouveau RFC.

Mais toutes les relations entre noms « proches » ne sont pas forcément symétriques et transitives. Ainsi, la relation « ressemble à » (le chiffre 1 ressemble à la lettre l minuscule) est non seulement vague (cela dépend en effet de la police) mais également non transitive (deux noms ressemblent chacun à un nom dont la forme est quelque part entre eux, sans pour autant se ressembler entre eux).

Le RFC 7940 permet de définir des relations qui ne sont ni symétriques, ni transitives. Mais ce nouveau RFC 8228 préfère les relations d'équivalence.

Bon, et maintenant, comment on crée les variantes d'un nom ou d'un composant d'un nom (section 6) ? On remplace chaque caractère du nom originel par toutes ses variantes possibles (le fait qu'un caractère correspond à un autre est noté -->). Ainsi, si on a décidé que « e » et « é » étaient équivalents (é --> e), le nom « interne » aura comme variantes possibles « interné », « intérne » et « intérné » (oui, une seule de ces variantes a un sens en français, je sais). Une fois cette génération de variantes faites, le registre, selon sa politique, pourra l'utiliser pour, par exemple, refuser l'enregistrement d'« interné » si « interne » est déjà pris (je le répète parce que c'est important : ce RFC ne décrit pas de politique, l'exemple ci-dessus n'est qu'un exemple).

En pratique, travailler caractère par caractère n'est pas toujours réaliste. Il y a des cas où c'est un groupe de caractères qui poserait problème. La section 7 introduit une amélioration où on peut étiqueter les correspondances de manière asymétrique. Le caractère x veut dire que l'allocation du nom est interdite (détails en section 9), le a qu'elle est autorisée (détails en section 8). On pourrait donc avoir « e x--> é » et « é a--> e » ce qui veut dire que la réservation de « interne » bloquerait celle d'« interné » mais pas le contraire.

Le monde des identificateurs étant très riche et complexe, on ne s'étonnera pas que des règles trop simples soient souvent prises en défaut. Ainsi, la variante peut dépendre du contexte : dans certaines écritures (comme l'arabe), la forme d'un caractère dépend de sa position dans le mot, et un même caractère peut donc entrainer de la confusion s'il est à la fin d'un mot mais pas s'il est au début. Il faut donc étiqueter les relations avec ce détail (par exemple, « final: C --> D » si le caractère noté C peut se confondre avec le caractère D mais uniquement si C est en fin de mot, cf. section 15 du RFC).

Si vous développez du LGR, au moins deux logiciels peuvent aider, celui de Viagénie, lgr-crore et lgr-django et un logiciel de l'auteur de ce RFC, développé pour le « ICANN Integration Panel work » mais qui ne semble pas publié.


Téléchargez le RFC 8228


L'article seul

RFC 8222: Selecting Labels for Use with Conventional DNS and Other Resolution Systems in DNS-Based Service Discovery

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : A. Sullivan (Dyn)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF dnssd
Première rédaction de cet article le 22 septembre 2017


DNS-SD (DNS-based Service Discovery, normalisé dans le RFC 6763) permet de découvrir des services dans le réseau, via le DNS, mais aussi via d'autres systèmes de résolution de noms, comme mDNS (RFC 6762). Ces différents systèmes de résolution ayant des propriétés différentes, il peut se poser des problèmes d'interopérabilité. Ce RFC documente ces problèmes et est donc une lecture recommandée pour les développeurs DNS-SD.

Rappelons un peu de contexte (section 1 du RFC) : les applications qui utilisent le DNS imposaient fréquemment une syntaxe réduite aux noms manipulés, la syntaxe « LDH » ([ASCII] Letters, Digits and Hyphen), décrite dans le RFC 952. (Contrairement à ce qu'on lit souvent, le DNS n'impose pas une telle limite, elle est purement dans les applications.) Du fait de ces règles des applications, il a fallu, pour utiliser des lettres Unicode, un système spécial, IDN (RFC 5890). IDN ajoute ses propres contraintes, comme le fait que les « non-lettres » (par exemple les emojis) ne sont pas acceptés.

Le DNS accepte tout à fait du binaire quelconque dans les noms (donc, par exemple, des caractères non-ASCII avec des encodages comme Latin-1). mDNS (RFC 6762) autorise également les caractères non-ASCII, mais impose l'encodage UTF-8. mDNS autorise des caractères qui ne sont pas permis en IDN, du banal espace aux symboles les plus rigolos. DNS-SD recommande même leur usage (RFC 6763, section 4.1.3). La seule contrainte est de se limiter au format Unicode du réseau, décrit dans le RFC 5198.

Bien des développeurs d'application ne sont pas au courant de ces subtilités. Ils manipulent des noms de services comme des chaînes de caractères, et ne se soucient pas du système de résolution sous-jacent et de ses particularités. Or, potentiellement, un même nom peut être accepté par certains de ces systèmes de résolution et refusés par d'autres.

Si le développeur est au courant, et s'il prend soin de faire en sorte que les noms « avancés » ne soient pas envoyés aux systèmes de résolution les plus anciens, ça peut marcher. Mais il ne faut pas se faire d'illusion, les fuites se produisent et tout nom utilisé sur une machine connectée à l'Internet finira tôt ou tard par arriver au DNS, comme le montre le trafic que reçoivent les serveurs de noms de la racine.

Notez enfin que les utilisateurs de DNS-SD, encore plus que ceux des noms classiques, ne tapent que très rarement les noms : presque toujours, ils les choisissent dans une liste.

Maintenant, pourquoi y a-t-il un problème ? (Section 2 du RFC.) Comme je l'ai indiqué plus haut, le DNS accepte n'importe quoi dans un nom. Pourquoi ne pas juste dire « envoyons le nom "Joe's printer, first floor" directement dans le DNS, et ça marchera » ? Il y a deux problèmes avec cette approche. D'abord, l'application qui ne ferait pas attention et enverrait un nom non-ASCII en disant « le DNS s'en tirera de toute façon », cette application oublie qu'il peut y avoir sur le trajet de sa requête une couche logicielle qui fait de l'IDN et va donc encoder en Punycode (transformation du U-label en A-label). Le « vrai » système de résolution ne verra donc pas le nom original. Un problème du même genre arrive avec certains logiciels qui se mêlent de politique, par exemple les navigateurs Web comme Firefox qui se permettent d'afficher certains noms en Unicode et d'autres en ASCII, selon la politique du TLD. Bref, le trajet d'un nom dans les différents logiciels est parsemé d'embûches si on est en Unicode.

En outre, l'approche « j'envoie de l'UTF-8 sans me poser de questions » (suggérée par la section 4.1.3 du RFC 6763) se heurte au fait que la racine du DNS et la plupart des TLD ne permettent de toute façon par d'enregistrer directement de l'UTF-8. (Au passage, le RFC oublie un autre problème de l'UTF-8 envoyé directement : les serveurs DNS ne font pas de normalisation Unicode, et l'insensibilité à la casse du DNS n'est pas évidente à traduire en Unicode.)

La section 3 de notre RFC propose donc de travailler à un profil permettant une meilleure interopérabilité. Un profil est une restriction de ce qui est normalement permis (un dénominateur commun), afin de passer à peu près partout. Un exemple de restriction serait l'interdiction des majuscules. En effet, le DNS est insensible à la casse mais IDN interdit les majuscules (RFC 5894, sections 3.1.3 et 4.2) pour éviter le problème de conversion majuscules<->minuscules, qui est bien plus difficile en Unicode qu'en ASCII.

Notez que notre RFC ne décrit pas un tel profil, il propose sa création, et donne quelques idées. Il y a donc encore du travail.

Pour rendre le problème plus amusant, les noms utilisés par DNS-SD sont composés de trois parties, avec des règles différentes (section 4 de notre RFC, et RFC 6763, section 4.1) :

  • « Instance » qui est la partie présentée à l'utilisateur (« Imprimante de Céline »), et où donc tous les caractères sont acceptés,
  • « Service », qui indique le protocole de transport, et qui se limite à un court identificateur technique en ASCII, jamais montré à l'utilisateur et qui, commençant par un tiret bas, n'est pas un nom de machine légal et est donc exclu de tout traitement IDN,
  • « Domaine », qui est le domaine où se trouve l'instance. Il est conçu pour être tôt ou tard envoyé au DNS, et il suit donc les règles IDN.

L'instance risque d'être « interceptée » par le traitement IDN et, à tort, transformée en Punycode. Limiter le nom de l'instance aux caractères acceptés par IDN serait horriblement restrictif. La seule solution est probablement de mettre en place du code spécifique qui reconnait les noms utilisés par DNS-SD, pour ne jamais les passer au DNS. Quant à la partie « Domaine », l'idée de la traiter comme un nom de domaine normal, et donc sujet aux règles des RFC 5890 et suivants, est restrictive :

  • Cela revient à abandonner la stratégie de « on essaie UTF-8, puis Punycode » du RFC 6763, section 4.1.3 (mais cette stratégie a l'inconvénient de multiplier les requêtes, donc le trafic et les délais),
  • Elle ne tient pas compte du fait que certains administrateurs de zones DNS peuvent avoir envie de mettre de l'UTF-8 directement dans la zone (ce qui est techniquement possible, mais va nécessiter de synchroniser dans la zone la représentation UTF-8 et la représentation Unicode du même nom, ou qu'il utilise les DNAME du RFC 6672).

Téléchargez le RFC 8222


L'article seul

RFC 8221: Cryptographic Algorithm Implementation Requirements and Usage Guidance for Encapsulating Security Payload (ESP) and Authentication Header (AH)

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : P. Wouters (Red Hat), D. Migault, J. Mattsson (Ericsson), Y. Nir (Check Point), T. Kivinen
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF ipsecme
Première rédaction de cet article le 18 octobre 2017


Le protocole de cryptographie IPsec vient avec une liste d'obligations concernant les algorithmes cryptographiques qu'il faut inclure. Cette liste figure dans ce RFC 8221 (qui remplace l'ancien RFC 7321, avec beaucoup de changements). Ainsi, les différentes mises en œuvre d'IPsec sont sûres d'avoir un jeu d'algorithmes corrects en commun, assurant ainsi l'interopérabilité. Cette nouvelle version marque notamment l'officialisation de l'algorithme ChaCha20.

Ce nouveau RFC concerne les deux services d'IPsec, ESP (Encapsulating Security Payload, RFC 4303) et AH (Authentication Header, RFC 4302). Les RFC normatifs sur IPsec se veulent stables, alors que la cryptographie évolue. D'où le choix de mettre les algorithmes dans un RFC à part. Par exemple, la section 3.2 du RFC 4303 note « The mandatory-to-implement algorithms for use with ESP are described in a separate RFC, to facilitate updating the algorithm requirements independently from the protocol per se » (c'était à l'époque le RFC 4305, remplacé depuis par le RFC 4835, puis par le RFC 7321, puis par notre RFC 8221, trois ans après son prédécesseur).

Ce RFC « extérieur » à IPsec spécifie les algorithmes obligatoires, ceux sur lesquels on peut toujours compter que le pair IPsec les comprenne, ceux qui ne sont pas encore obligatoires mais qu'il vaut mieux mettre en œuvre car ils vont sans doute le devenir dans le futur, et ceux qui sont au contraire déconseillés, en général suite aux progrès de la cryptanalyse, qui nécessitent de réviser régulièrement ce RFC (voir section 1.1). Cette subtilité (différence entre « obligatoire aujourd'hui » et « sans doute obligatoire demain ») mène à une légère adaptation des termes officiels du RFC 2119 : MUST- (avec le signe moins à la fin) est utilisé pour un algorithme obligatoire aujourd'hui mais qui ne le sera sans doute plus demain, en raison des avancées cryptanalytiques, et SHOULD+ est pour un algorithme qui n'est pas obligatoire maintenant mais le deviendra sans doute.

Les section 5 et 6 donnent la liste des algorithmes. Je ne les répète pas intégralement ici, d'autant plus que tous les algorithmes ne sont pas cités, seulement ceux qu'il faut mettre en œuvre, car ils sont fiables, et ceux qu'il ne faut pas mettre en œuvre, car trop cassés, et qui doivent donc être documentés pour mettre les programmeurs en garde. Parmi les points à noter :

  • ESP a un mode de chiffrement intègre (authenticated encryption qu'on peut aussi traduire par chiffrement vérifié ou chiffrement authentifié, que je n'aime pas trop parce qu'on peut confondre avec l'authentification, cf. RFC 5116). Ce mode est préféré à celui où chiffrement et intégrité sont séparés. Ce mode a un algorithme obligatoire, AES-GCM, décrit dans le RFC 4106 (il était SHOULD+ dans le RFC 7321). Il y aussi un algorithme recommandé (SHOULD, pas SHOULD+ car trop récent et pas encore assez souvent présent dans les mises en œuvres d'IPsec), ChaCha20-Poly1305 (normalisé dans le RFC 7539), qui fait son entrée dans la famille IPsec (cf. RFC 7634). Il semble bien parti pour remplacer AES-GCM un jour. Dans le RFC 7321, chiffrement intègre et chiffrement tout court étaient décrits séparément mais ils sont depuis dans le même tableau.
  • Le mode le plus connu d'ESP, celui de chiffrement tout court (le chiffrement intègre est désormais préféré), a deux algorithmes obligatoires (sans compter AES-GCM, cité plus haut, qui permet le chiffrement intègre), ces deux algorithmes sont AES-CBC (RFC 3602) et le surprenant NULL, c'est-à-dire l'absence de chiffrement (RFC 2410 ; on peut utiliser ESP pour l'authentification seule, d'où cet algorithme). Il y a aussi plusieurs algorithmes notés MUST NOT, comme DES-CBC (RFC 2405). Ils ne doivent pas être programmés, afin d'être sûr qu'on ne s'en serve pas.
  • Le mode d'authentification (enfin, intégrité serait peut-être un meilleur mot mais c'est subtil) d'ESP a un MUST, HMAC-SHA-256 (RFC 4868). L'étoile de SHA-1 (RFC 2404) baissant sérieusement, HMAC-SHA1 n'est plus que MUST-. AES-GMAC, GMAC étant une variante de GCM, qui était en SHOULD+ dans le vieux RFC, redescend en MAY.
  • Et AH, lui, a les mêmes algorithmes que ce mode d'authentification d'ESP.

La section 4 donne des conseils sur l'utilisation d'ESP et AH. AH ne fournit que l'authentification, alors qu'ESP peut fournir également le chiffrement. Bien sûr, le chiffrement sans l'authentification ne sert pas à grand'chose, puisqu'on risque alors de parler à l'homme du milieu sans le savoir (voir l'article de Bellovin, S. « Problem areas for the IP security protocols » dans les Proceedings of the Sixth Usenix Unix Security Symposium en 1996). Certaines combinaisons d'algorithmes ne sont pas sûres, par exemple, évidemment, ESP avec les algorithmes de chiffrement et d'authentification tous les deux à NULL (voir par exemple l'article de Paterson, K. et J. Degabriele, « On the (in)security of IPsec in MAC-then-encrypt configurations » à l'ACM Conference on Computer and Communications Security en 2010). Si on veut de l'authentification/intégrité sans chiffrement, le RFC recommande d'utiliser ESP avec le chiffrement NULL, plutôt que AH. En fait, AH est rarement utile, puisque ESP en est presque un sur-ensemble, et il y a même eu des propositions de le supprimer. AH avait été prévu pour une époque où le chiffrement était interdit d'utilisation ou d'exportation dans certains pays et un logiciel n'ayant que AH posait donc moins de problèmes légaux. Aujourd'hui, la seule raison d'utiliser encore AH est si on veut protéger certains champs de l'en-tête IP, qu'ESP ne défend pas.

Le chiffrement intègre/authentifié d'un algorithme comme AES-GCM (RFC 5116 et RFC 4106) est la solution recommandée dans la plupart des cas. L'intégration du chiffrement et de la vérification d'intégrité est probablement la meilleure façon d'obtenir une forte sécurité.

Triple DES et DES, eux, ont des défauts connus et ne doivent plus être utilisés. Triple DES a une taille de bloc trop faible et, au-delà d'un gigaoctet de données chiffrées avec la même clé, il laisse fuiter des informations à un écoutant, qui peuvent l'aider dans son travail de décryptage. Comme, en prime, il est plus lent qu'AES, il n'y a vraiment aucune raison de l'utiliser. (DES est encore pire, avec sa clé bien trop courte. Il a été cassé avec du matériel dont les plans sont publics.)

Triple DES étant sorti, la « solution de remplacement », si un gros problème est découvert dans AES, sera ChaCha20. Il n'y a aucune indication qu'une telle vulnérabilité existe mais il faut toujours garder un algorithme d'avance.

Pour l'authentification/intégrité, MD5, ayant des vulnérabilités connues (RFC 6151), question résistance aux collisions, est relégué en MUST NOT. (Notez que des vulnérabilités à des collisions ne gênent pas forcément l'utilisation dans HMAC.) SHA-1 a des vulnérabilités analogues mais qui ne concernent pas non plus son utilisation dans HMAC-SHA1, qui est donc toujours en MUST- (le moins indiquant son futur retrait). Les membres de la famille SHA-2 n'ont pas ces défauts, et sont désormais MUST pour SHA-256 et SHOULD pour SHA-512.

Voilà, c'est fini, la section 10 sur la sécurité rappelle juste quelques règles bien connues, notamment que la sécurité d'un système cryptographique dépend certes des algorithmes utilisés mais aussi de la qualité des clés, et de tout l'environnement (logiciels, humains).

Ce RFC se conclut en rappelant que, de même qu'il a remplacé ses prédécesseurs comme le RFC 7321, il sera probablement à son tour remplacé par d'autres RFC, au fur et à mesure des progrès de la recherche en cryptographie.

Si vous voulez comparer avec un autre document sur les algorithmes cryptographiques à choisir, vous pouvez par exemple regarder l'annexe B1 du RGS, disponible en ligne.

Merci à Florian Maury pour sa relecture acharnée. Naturellement, comme c'est moi qui tiens le clavier, les erreurs et horreurs restantes viennent de ma seule décision. De toute façon, vous n'alliez pas vous lancer dans la programmation IPsec sur la base de ce seul article, non ?

La section 8 du RFC résume les changements depuis le RFC 7321. Le RFC a été sérieusement réorganisé, avec une seule section regroupant les algorithmes avec AEAD et sans (j'ai gardé ici la présentation séparée de mon précédent article). Les sections d'analyse et de discussion ont donc été très modifiées. Par exemple, le RFC 7321 s'inquiétait de l'absence d'alternative à AES, problème qui a été résolu par ChaCha20. Parmi les principaux changements d'algorithmes :

  • AES-GCM prend du galon en passant de SHOULD+ à MUST comme prévu,
  • ChaCha20 et Poly1305 (RFC 7539 et RFC 7634) font leur apparition (ils n'étaient pas mentionnés dans le RFC 7321),
  • SHA-1, lui, recule, au profit de SHA-2,
  • Triple DES est désormais très déconseillé (SHOULD NOT),
  • Un nouveau concept apparait, celui des algorithmes cryptographiques « pour l'IoT », un domaine qui pose des problèmes particuliers, en raisons des fortes contraintes pesant sur ces objets (peu de mémoire, peu de puissance électrique disponible, des processeurs lents). C'est ainsi qu'AES-CCM (RFC 4309) passe à SHOULD mais uniquement pour l'Internet des Objets, et qu'AES-XCBC (RFC 3566), qui semblait voué à disparaitre, refait surface spécifiquement pour les objets connectés (peut remplacer HMAC pour l'authentification, afin de ne pas avoir à implémenter SHA-2). Notez que XCBC est peu connu et n'a même pas de page dans le Wikipédia anglophone ☺

En pratique, ce RFC est déjà largement mis en œuvre, la plupart des algorithmes cités sont présents (quand ils sont MUST ou SHOULD) ou absents (quand ils sont MUST NOT) dans les implémentations d'IPsec. Une exception est peut-être ChaCha20, qui est loin d'être présent partout. Malgré cela, ce RFC n'a pas suscité de controverses particulières, l'IETF avait un consensus sur ces nouveaux choix.


Téléchargez le RFC 8221


L'article seul

RFC 8216: HTTP Live Streaming

Date de publication du RFC : Août 2017
Auteur(s) du RFC : R. Pantos (Apple), W. May (Major League Baseball Advanced Media)
Pour information
Première rédaction de cet article le 1 septembre 2017


Ce RFC décrit la version 7 du protocole HTTP Live Streaming, qui permet de distribuer des flux multimédia, typiquement de la vidéo.

Utiliser HTTP, c'est bien, ça passe quasiment tous les pare-feux, et ça permet de réutiliser l'infrastructure existante, comme les serveurs, et les caches. (Au contraire, un protocole comme RTP, RFC 3550, a souvent du mal à passer les différentes middleboxes.) La manière triviale de distribuer une vidéo avec HTTP est d'envoyer un fichier vidéo au bon format, avec des méthodes HTTP standard, typiquement en réponse à un GET. Mais cette méthode a des tas de limites. Par exemple, elle ne permet pas de s'adapter à une capacité variable du réseau. Par contre, le protocole décrit dans ce RFC, quoique plus compliqué qu'un simple GET, permet cet ajustement (et plein d'autres).

HTTP Live Streaming (ou simplement Live Streaming, ou encore HLS) existe depuis longtemps, la première spécification a été publiée (par Apple) en 2009, mais c'est la première fois qu'il se retrouve dans un RFC, ce qui devrait permettre d'améliorer encore l'interopérabilité.

Donc, brève description de HTTP Live Streaming : une ressource multimédia qu'on veut diffuser est représentée par un URI. Ceui-ci désigne une playlist, qui est un fichier texte contenant les URI des données multimedia et diverses informations. Les données multimédia figurent dans plusieurs segments ; en jouant tous les segments successivement, on obtient la vidéo souhaitée. Le client n'a pas ainsi à tout charger, il peut récupérer les segments au fur et à mesure de ses besoins. (Au lieu de « segments », mmu_man suggère de parler d'un « émincé de fichiers ».) Voici l'exemple de playlist que donne le RFC :

#EXTM3U
#EXT-X-TARGETDURATION:10

#EXTINF:9.009,
http://media.example.com/first.ts
#EXTINF:9.009,
http://media.example.com/second.ts
#EXTINF:3.003,
http://media.example.com/third.ts
    

Ce format de playlist est dérivé du format M3U et est généralement nommé « M3U étendu ». On y trouve successivement l'identificateur du format (si ça commence par #EXTM3U, c'est bien une playlist de notre RFC), la durée maximale d'un segment en secondes, puis les trois segments, avec la durée de chacun. Cette durée, indiquée par l'étiquette #EXTINF, est un des rares éléments obligatoires dans une playlist. Il y a bien sûr plein d'autres choses qu'on peut mettre dans un fichier playlist, la section 4 du RFC en donne la liste complète. Ainsi, #EXT-X-BYTERANGE permettra d'indiquer qu'on ne veut jouer qu'une partie d'une vidéo. Des exemples plus complets sont donnés dans la section 8 du RFC.

Ça, c'était la media playlist, qui se limite à lister des ressources multimédias. La master playlist, dont le format est le même, est plus riche, et permet de spécifier des versions alternatives d'un même contenu. Ces variantes peuvent être purement techniques (« variant stream », deux encodages d'une même vidéo avec différents formats) ou porter sur le fond : par exemple deux pistes audio dans des langues différentes, ou deux vidéos d'un même évènement filmé depuis deux points de vue distincts. Les variantes techniques servent au client à s'ajuster aux conditions réelles du réseau, les variantes de fond (nommées renditions) servent au client à donner à l'utilisateur ce qu'il préfère. Ici, par exemple, on a dans cette master playlist trois variantes techniques (trois résolutions, de la plus basse, à la plus élevée, qui va nécessiter une bonne capacité réseau), et trois « renditions », correspondant à trois points de vue (centerfield et dugout sont des termes de baseball, ce qui est logique vu l'employeur d'un des deux auteurs du RFC) :

#EXTM3U
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="low",NAME="Main", \
   DEFAULT=YES,URI="low/main/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="low",NAME="Centerfield", \
   DEFAULT=NO,URI="low/centerfield/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="low",NAME="Dugout", \
   DEFAULT=NO,URI="low/dugout/audio-video.m3u8"

#EXT-X-STREAM-INF:BANDWIDTH=1280000,CODECS="...",VIDEO="low"
   low/main/audio-video.m3u8

#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="mid",NAME="Main", \
   DEFAULT=YES,URI="mid/main/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="mid",NAME="Centerfield", \
   DEFAULT=NO,URI="mid/centerfield/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="mid",NAME="Dugout", \
   DEFAULT=NO,URI="mid/dugout/audio-video.m3u8"

#EXT-X-STREAM-INF:BANDWIDTH=2560000,CODECS="...",VIDEO="mid"
   mid/main/audio-video.m3u8

#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="hi",NAME="Main", \
   DEFAULT=YES,URI="hi/main/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="hi",NAME="Centerfield", \
   DEFAULT=NO,URI="hi/centerfield/audio-video.m3u8"
#EXT-X-MEDIA:TYPE=VIDEO,GROUP-ID="hi",NAME="Dugout", \
   DEFAULT=NO,URI="hi/dugout/audio-video.m3u8"

#EXT-X-STREAM-INF:BANDWIDTH=7680000,CODECS="...",VIDEO="hi"
   hi/main/audio-video.m3u8
    

Si vous voulez le voir en vrai, et que vous êtes abonné à Free, la Freebox distribue sa playlist sous ce format (mais avec le mauvais type MIME) :


% curl -s http://mafreebox.freebox.fr/freeboxtv/playlist.m3u
#EXTM3U
#EXTINF:0,2 - France 2 (bas débit)
rtsp://mafreebox.freebox.fr/fbxtv_pub/stream?namespace=1&service=201&flavour=ld
#EXTINF:0,2 - France 2 (HD)
rtsp://mafreebox.freebox.fr/fbxtv_pub/stream?namespace=1&service=201&flavour=hd
#EXTINF:0,2 - France 2 (standard)
rtsp://mafreebox.freebox.fr/fbxtv_pub/stream?namespace=1&service=201&flavour=sd
#EXTINF:0,2 - France 2 (auto)
rtsp://mafreebox.freebox.fr/fbxtv_pub/stream?namespace=1&service=201
#EXTINF:0,3 - France 3 (standard)
rtsp://mafreebox.freebox.fr/fbxtv_pub/stream?namespace=1&service=202&flavour=sd
...

    

(On me dit qu'avec certaines Freebox, il faut ajouter -L à curl, en raison d'une redirection HTTP.) Un client comme vlc peut prendre comme argument l'URI de la playlist, la télécharger et jouer ensuite les vidéos.

(Tous les moyens sont bons pour télécharger la playlist, le RFC n'impose pas un mécanisme particulier.) Télécharger chacun des segments se fait a priori avec HTTP, RFC 7230, mais vous voyez plus haut que, sur la Freebox, c'est RTSP, RFC 7826. Le serveur, lui, est un serveur HTTP ordinaire. L'auteur a « juste » eu à découper sa vidéo en segments (ou la garder en un seul morceau si elle est assez courte), à fabriquer un fichier playlist, puis à le servir avec le type MIME application/vnd.apple.mpegurl. (La section 6 du RFC décrit plus en détail ce que doivent faire client et serveur.)

Il est recommandé que chaque segment soit auto-suffisant, c'est-à-dire puisse être décodé sans avoir besoin des autres segments. Ainsi, si les segments sont en H.264, chacun doit avoir un Instantaneous Decoding Refresh (IDR).

Plusieurs formats sont évidemment possibles dans une playlist HTTP Live Streaming, MPEG-2, MPEG-4 fragmenté, WebVTT pour avoir les sous-titres, et un format pour l'audio (qui accepte entre autres MP3).

HTTP Live Streaming permet aussi de servir du direct. Prenons par exemple le flux vidéo de l'Assemblée Nationale, qui permet de suivre les débats parlementaires :

    
% curl -s http://videos-diffusion-live.assemblee-nationale.fr/live/live1/stream1.m3u8
#EXTM3U
#EXT-X-VERSION:3
#EXT-X-ALLOW-CACHE:NO
#EXT-X-TARGETDURATION:11
#EXT-X-MEDIA-SEQUENCE:382
#EXTINF:9.996,
media_1_4805021_382.ts
#EXTINF:11.483,
media_1_4805021_383.ts
...

Un peu plus tard, les fichiers ont changé, le client HLS doit recharger la playlist régulièrement (section 6.2.2 du RFC), et charger de nouveaux fichiers vidéo :

% curl -s http://videos-diffusion-live.assemblee-nationale.fr/live/live1/stream1.m3u8
#EXTM3U
#EXT-X-VERSION:3
#EXT-X-ALLOW-CACHE:NO
#EXT-X-TARGETDURATION:11
#EXT-X-MEDIA-SEQUENCE:390
#EXTINF:10.039,
media_1_4805021_390.ts
#EXTINF:11.242,
media_1_4805021_391.ts
...

(Notez également l'incrémentation du #EXT-X-MEDIA-SEQUENCE.) Ainsi, l'utilisateur a l'impression d'une vidéo continue, alors que le logiciel client passe son temps à charger des segments différents et à les afficher à la suite.

Notez que HTTP Live Streaming n'est pas le seul mécanisme dans ce domaine, son principal concurrent est MPEG-DASH.

Si vous voulez lire davantage :


Téléchargez le RFC 8216


L'article seul

RFC 8215: Local-Use IPv4/IPv6 Translation Prefix

Date de publication du RFC : Août 2017
Auteur(s) du RFC : T. Anderson (Redpill Linpro)
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 18 septembre 2017


Ce très court RFC documente la réservation du préfixe IPv6 64:ff9b:1::/48, pour les divers mécanismes de traduction entre IPv6 et IPv4.

L'adressage de ces mécanismes de traduction est décrit dans le RFC 6052. Il réservait le préfixe 64:ff9b::/96, qui s'est avéré insuffisant et est désormais complété par notre RFC 8215.

Ouvrez bien l'œil : ces deux préfixes sont différents, même si leurs quatre premiers octets sont identiques (c'est un problème fréquent en IPv6 : il peut être difficile de distinguer deux adresses du premier coup.)

La section 3 de notre RFC expose le problème : depuis la publication du RFC 6052, plusieurs mécanismes de traduction IPv4<->IPv6 ont été proposés (par exemple dans les RFC 6146 et RFC 7915). Ils ne sont pas inconciliables (ils couvrent parfois des scénarios différents ) et un opérateur peut donc vouloir en déployer plusieurs à la fois. Le seul préfixe 64:ff9b::/96 ne va alors plus suffire. Il faut donc un préfixe plus grand, et dont l'usage n'est pas restreint à une seule technologie de traduction.

Pourquoi 64:ff9b:1::/48, d'ailleurs ? La section 4 répond à la question. La longueur de 48 bits a été choisie pour permettre plusieurs mécanismes de traduction, chacun utilisant un préfixe plus spécifique. Par exemple, si chaque mécanisme utilise un /64, le préfixe réservé pour les englober tous devait être un /48, ou plus général (on se limite aux multiples de 16 bits, car ils permettent que les préfixes se terminent sur un deux-points, facilitant la vie de l'administrateur réseaux qui devra les manipuler).

Ensuite, pourquoi cette valeur 64:ff9b:1:: ? Parce qu'elle est proche (presque adjacente) du 64:ff9b::/96, minimisant la consommation d'adresses IPv6. (64:ff9a:ffff::/48 est complètement adjacent, de l'autre côté, mais l'agrégation avec 64:ff9b::/96 en un seul préfixe est beaucoup moins efficace. Et puis 64:ff9b:1:: est plus court.)

À part son usage, 64:ff9b:1::/48 est un préfixe IPv6 normal et les routeurs, ou autres machines qui manipulent des adresses IPv6, ne doivent pas le traiter différemment des autres.

Le nouveau préfixe est désormais enregistré dans le registre des adresses IPv6 spéciales (section 7 de notre RFC).


Téléchargez le RFC 8215


L'article seul

RFC 8212: Default External BGP (EBGP) Route Propagation Behavior without Policies

Date de publication du RFC : Juillet 2017
Auteur(s) du RFC : J. Mauch (Akamai), J. Snijders (NTT), G. Hankins (Nokia)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF grow
Première rédaction de cet article le 10 juillet 2017


Ce RFC est très court, mais concerne un problème fréquent sur l'Internet : les fuites de routes BGP. Traditionnellement, un routeur BGP acceptait par défaut toutes les routes, et annonçait par défaut à ses voisins toutes les routes qu'il connaissait. Il fallait une configuration explicite pour ne pas le faire. En cas d'erreur, ce comportement menait à des fuites (RFC 7908). Notre RFC normalise désormais le comportement inverse : un routeur BGP ne doit, par défaut, rien accepter et rien annoncer. Il faut qu'il soit configuré explicitement si on veut le faire.

Avec l'ancien comportement, la configuration de certains routeurs BGP, les plus imprudents, indiquait les pairs avec qui on échangeait de l'information, plus un certain nombre de routes qu'on n'envoyait pas. Si une erreur faisait qu'on recevait tout à coup des routes imprévues, on les acceptait, et on les renvoyait telles quelles, propageant la fuite (RFC 7908). Des cas fameux de fuites ne manquent pas (voir par exemple celle d'un opérateur malaisien). L'idée derrière ce comportement était d'assurer la connectivité du graphe de l'Internet. Aujourd'hui, on est plutôt plus sensibles aux risques de sécurité qu'à ceux de partitionnement du graphe, et les bonnes pratiques demandent depuis longtemps qu'on indique explicitement ce qu'on accepte et ce qu'on envoie. Voyez par exemple les recommandations de l'ANSSI.

En pratique, ce très court RFC ajoute juste deux paragraphes à la norme BGP, le RFC 4271. Dans sa section 9.1, les paragraphe en question disent désormais qu'il ne doit pas y avoir du tout d'exportation ou d'importation de routes, par défaut. Notez donc que cela ne change pas le protocole BGP, juste le comportement local.

Du moment qu'on change le comportement par défaut, il va y avoir un problème de transition (et ce point a soulevé des discussions à l'IETF). Si le logiciel du routeur s'adaptait au nouveau RFC, certains opérateurs seraient bien surpris que leurs routes ne soient tout coup plus annoncées. L'annexe A du RFC recommande une stratégie en deux temps :

  • D'abord introduire une nouvelle option « BGP non sécurisé » qui serait à Vrai par défaut (mais que les opérateurs pourraient changer), ce qui garderait le comportement actuel mais avec un avertissement émis quelque part « attention, vous exportez des routes sans décision explicite »,
  • Ensuite, dans la version suivante du logiciel, faire que cette option soit à Faux par défaut.

Les routeurs Cisco utilisant IOS-XR ont déjà ce comportement.

Et pour finir sur une note d'humour, à une réunion IETF (IETF 97), le projet qui a finalement mené à ce RFC était illustré… de photos de préservatifs. Pratiquez donc le BGP safe, l'Internet vous remerciera.


Téléchargez le RFC 8212


L'article seul

RFC 8210: The Resource Public Key Infrastructure (RPKI) to Router Protocol, Version 1

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : R. Bush (Internet Initiative Japan), R. Austein (Dragon Research Labs)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF sidr
Première rédaction de cet article le 28 septembre 2017


Le protocole décrit dans ce RFC fait partie de la grande famille des RFC sur la RPKI, un ensemble de mécanismes permettant de sécuriser le routage sur l'Internet. Il traite un problème bien particulier : comme la validation des annonces de route, potentiellement complexe en cryptographie, se fait typiquement sur une machine spécialisée, le cache validateur, comment communiquer le résultat de ces validations au routeur, qui va devoir accepter ou rejeter des routes ? C'est le rôle du protocole RTR (RPKI/Router Protocol), un protocole très simple. Ce RFC décrit une nouvelle version de RTR, la version 1, la première (version 0) était dans le RFC 6810.

L'opérateur Internet a donc deux acteurs qui font du RTR entre eux, le cache validateur qui récupère les ROA (Route Origin Authorization, cf. RFC 6482) par rsync, les valide cryptographiquement et garde en mémoire le résultat de cette validation (pour des exemples d'utilisation de deux programmes mettant en œuvre cette fonction, voir mon article sur les logiciels de la RPKI), et le routeur (Cisco, Juniper, Unix avec Quagga, etc). Ce dernier joue un rôle critique et on ne souhaite pas trop charger la barque en lui imposant les opérations assez lourdes du validateur. Dans la plupart des déploiements de la RPKI, le routeur ne fait donc que récupérer des résultats simples (« ce préfixe IP peut être annoncé par cet AS »). Le jeu de données que connait le cache validateur a un numéro de série, qui est incrémenté dès qu'il y a une modification (RFC 1982). Le cache peut donc facilement savoir si un de ses clients routeur est à jour en comparant son numéro de série avec celui du routeur. Le numéro de série est spécifique à un cache donné, il n'a pas de signification globale. Le routeur ne validant pas, le cache qu'il utilise doit donc être une machine de confiance.

Un autre acteur, externe à l'opérateur, est la RPKI, l'ensemble des informations de routage publiées (RFC 6481), et qui sont transportées en général en rsync et validées par les signatures cryptographiques qu'elles portent.

Le routeur va ouvrir une connexion avec un ou plusieurs caches et transmettre le numéro de série de ses données. Le cache va lui envoyer les données plus récentes que ce numéro (ou bien rien, si le routeur est à jour). Le cache dispose aussi d'un mécanisme de notification pour dire à tous les routeurs connectés « j'ai du nouveau ». La section 10 décrit plus en détail le processus avec plusieurs caches.

La section 5 décrit le format des paquets : chacun, outre le classique champ version (1 dans ce RFC, c'était 0 dans le RFC précédent), a un type, indiqué par un entier de 8 bits (requête, réponse, etc), le numéro de série de l'envoyeur et un identifiant de session, qui identifie le serveur du cache (pour détecter une remise à zéro d'un cache, par exemple), la longueur du préfixe annoncé et bien sûr le préfixe lui-même.

Les types de paquets les plus utiles (la liste complète est dans un registre IANA) :

  • Serial Notify (type 0) qui sert au cache à envoyer une notification non sollicitée par les routeurs « J'ai du nouveau ».
  • Serial Query (type 1) où le routeur demande au cache validateur quelles informations il possède, depuis le numéro de série indiqué par le routeur.
  • Cache Response (type 3), la réponse à la requête précédente, composée de :
  • IPv4 Prefix (type 4) et IPv6 Prefix (type 6) qui indiquent un préfixe IP avec les numéros de systèmes autonomes autorisés à l'annoncer.
  • End of Data (type 7) : comme son nom l'indique.
  • Error (type 10), envoyé lorsque le précédent message avait déclenché un problème.

Le dialogue typique entre un routeur et un cache validateur est décrit en section 8 (le RFC détaille aussi le dialogue de démarrage, ici, je ne montre que celui de fonctionnement régulier) :

  • Le routeur demande des données avec un Serial Query ou Reset Query),
  • Le validateur envoie successivement un Cache Response, plusieurs IPvX Prefix, puis un End of Data.

À noter que puisqu'il y a désormais deux versions de RTR dans la nature, il a fallu mettre en place un système de négociation, décrit dans la section 7. Lorsqu'un cache/validateur connait la version 1 (celle de notre nouveau RFC), et reçoit une requête de version 0 du routeur, il doit se rabattre sur la version 0 (s'il la connait, et veut bien la parler), ou bien envoyer un message d'erreur (code 4 « Unsupported Protocol Version »).

Si c'est l'inverse (routeur récent parlant à un vieux cache/validateur), deux cas, qui dépendent de la politique du validateur. S'il répond avec une erreur, cela peut être intéressant de réessayer avec le protocole 0, si le routeur le connait. Si, par contre, le validateur répond avec des messages de version 0, le routeur peut décider de continuer en version 0.

Les codes d'erreur possibles sont décrits dans la section 12 et font l'objet d'un registre IANA. On y trouve par exemple 0 (données corrompues), 1 (erreur interne dans le client ou le serveur), 2 (pas de nouvelles données ; ce n'est pas à proprement parler une erreur).

La question du transport des données entre le cache et le routeur est traitée dans la section 9. Le principal problème est le suivant : comme le but de l'opération RPKI+ROA est d'augmenter la sécurité du routage, il faut que chaque maillon de la chaîne soit sécurisé. Il ne servirait pas à grand'chose de déployer une telle usine à gaz de validation si la liaison entre le routeur et le cache permettait à un intermédiaire de changer les données en cours de route. Il était donc tentant de normaliser une technique de sécurité particulière pour le transport, comme par exemple TLS. Malheureusement, il n'existe pas à l'heure actuelle de technique accessible sur tous les routeurs. L'IETF ayant toujours soin de normaliser des protocoles réalistes, qui puissent être mis en œuvre et déployés, le choix a été fait de ne pas imposer une technique de sécurisation particulière. L'interopérabilité en souffre (un cache et un routeur peuvent ne pas avoir de protocole de sécurité en commun) mais c'était la seule option réaliste. (J'ajoute que, si le but de la séparation du routeur et du validateur était de dispenser ce dernier des calculs cryptographiques, il ne serait pas logique de lui imposer ensuite une session protégée cryptographiquement avec le validateur.)

Le RFC se contente donc de donner une préférence à AO (TCP Authentication Option, cf. RFC 5925) en signalant qu'elle sera la technique préférée, dès lors qu'elle sera disponible sur tous les routeurs (ce qui est très loin d'être le cas en 2017, les progrès sont faibles depuis le précédent RFC sur RTR). Les algorithmes du RFC 5926 doivent être acceptés.

En attendant AO, et pour s'assurer qu'il y aura au moins un protocole commun, le RFC spécifie que routeurs et caches doivent pouvoir se parler en utilisant du TCP nu, sans sécurité, vers le port 323. Dans ce cas, le RFC spécifie que routeur et cache validateur doivent être sur le même réseau (idéalement, sur le même segment, cf. section 13) et que des mécanismes, par exemple de contrôle d'accès physiques, empêchent les méchants de jouer avec ce réseau.

Au cas où AO ne soit pas disponible (la quasi-totalité des routeurs aujourd'hui) et où le transport non sécurisé soit jugé nettement trop faible, le RFC présente plusieurs transports sécurisés possibles. Par exemple, SSH (RFC 4252), avec une sécurisation des clés obtenue par un moyen externe (entrée manuelle des clés, par exemple). Le sous-système SSH à utiliser est nommé rpki-rtr. Notez que, si SSH n'a pas été rendu obligatoire, alors que quasiment tous les routeurs ont un programme SSH, c'est parce que ce programme n'est pas toujours disponible sous forme d'une bibliothèque, accessible aux applications comme RTR.

Autre alternative de sécurisation évidente, TLS. Le RFC impose une authentification par un certificat client, comportant l'extension subjectAltName du RFC 5280, avec une adresse IP (celle du routeur qui se connecte, et que le serveur RTR, la cache validateur, doit vérifier). Le client RTR, lui (le routeur), utilisera le nom de domaine du serveur RTR (le cache) comme entrée pour l'authentification (cf. RFC 6125). N'importe quelle AC peut être utilisée mais notre RFC estime qu'en pratique, les opérateurs créeront leur propre AC, et mettront son certificat dans tous leurs routeurs.

Notez que ce problème de sécurité ne concerne que le transport entre le routeur et le cache validateur. Entre les caches, ou bien entre les caches et les serveurs publics de la RPKI, il n'y a pas besoin d'une forte sécurité, l'intégrité des données est assurée par la validation cryptographique des signatures sur les objets.

Ce RFC spécifie un protocole, pas une politique. Il pourra y avoir plusieurs façons de déployer RTR. La section 11 donne un exemple partiel de la variété des scénarios de déploiement, notamment :

  • Le petit site (« petit » est relatif, il fait quand même du BGP) qui sous-traite la validation à un de ses opérateurs. Ses routeurs se connectent aux caches validateurs de l'opérateur.
  • Le grand site, qui aura sans doute plusieurs caches en interne, avec peut-être un repli vers les caches de l'opérateur en cas de panne.
  • L'opérateur qui aura sans doute plusieurs caches dans chaque POP (pour la redondance).

Pour limiter la charge sur les serveurs rsync de la RPKI (voir RFC 6480), il est recommandé d'organiser les caches de manière hiérarchique, avec peu de caches tapant sur les dépôts rsync publics, et les autres caches se nourrissant (et pas tous en même temps) à partir de ces caches ayant un accès public.

Bien que ce protocole RTR ait été conçu dans le cadre de la RPKI, il peut parfaitement être utilisé avec d'autres mécanismes de sécurisation du routage, puisque RTR se contente de distribuer des autorisations, indépendemment de la manière dont elles ont été obtenues.

Et puis un petit point opérationnel : sur le validateur/cache, n'oubliez pas de bien synchroniser l'horloge, puisqu'il faudra vérifier des certificats, qui ont une date d'expiration…

Quels sont les changements par rapport au RFC original, le RFC 6810, qui normalisait la version 0 de RTR ? Ces changements sont peu nombreux, mais, du fait du changement de version, les versions 0 et 1 sont incompatibles. La section 1.2 résume ce qui a été modifié entre les deux RFC :

  • Un nouveau type de paquet, Router Key (type 9),
  • Des paramètres temporels explicites (durée de vie des informations, etc),
  • Spécification de la négociation de la version du protocole, puisque les versions 0 et 1 vont coexister pendant un certain temps.

Aujourd'hui, qui met en œuvre RTR ? Il existe en logiciel libre une bibliothèque en C, RTRlib. Elle a fait l'objet d'un bon article de présentation (avec schéma pour expliquer RTR). Elle peut tourner sur TCP nu mais aussi sur SSH. RTRlib permet d'écrire, très simplement, des clients RTR en C, pour déboguer un cache/validateur, ou bien pour extraire des statistiques. Un client simple en ligne de commande est fourni avec, rtrclient. Il peut servir d'exemple (son code est court et très compréhensible) mais aussi d'outil de test simple. rtrclient se connecte et affiche simplement les préfixes reçus. Voici (avec une version légèrement modifiée pour afficher la date) son comportement (en face, le RPKI Validator du RIPE-NCC, dont il faut noter qu'il ne marche pas avec Java 9, il faut reculer vers une version plus vieille, et qu'il ne gère pas encore la version 1 de RTR) :

% rtrclient tcp localhost 8282
...
2012-05-14T19:27:42Z + 195.159.0.0         16-16        5381
2012-05-14T19:27:42Z + 193.247.205.0       24-24       15623
2012-05-14T19:27:42Z + 37.130.128.0        20-24       51906
2012-05-14T19:27:42Z + 2001:1388::         32-32        6147
2012-05-14T19:27:42Z + 2001:67c:2544::     48-48       44574
2012-05-14T19:27:42Z + 178.252.36.0        22-22        6714
2012-05-14T19:27:42Z + 217.67.224.0        19-24       16131
2012-05-14T19:27:42Z + 77.233.224.0        19-19       31027
2012-05-14T19:27:42Z + 46.226.56.0         21-21        5524
2012-05-14T19:27:42Z + 193.135.240.0       21-24         559
2012-05-14T19:27:42Z + 193.247.95.0        24-24       31592
...

Autre bibliothèque pour développer des clients RTR, cette fois en Go, ma GoRTR. Le programmeur doit fournir une fonction de traitement des données, qui sera appelée chaque fois qu'il y aura du nouveau. GoRTR est fournie avec deux programmes d'exemple, un qui affiche simplement les préfixes (comme rtrclient plus haut), l'autre qui les stocke dans une base de données, pour étude ultérieure. Par exemple, on voit ici dans cette base de données que la majorité des préfixes annoncés autorisent une longueur de préfixe égale à la leur (pas de tolérance) :

essais=> SELECT count(id) FROM Prefixes WHERE serialno=(SELECT max(serialno) FROM Prefixes) AND 
   maxlength=masklen(prefix);
 count 
-------
  2586
(1 row)

essais=> SELECT count(id) FROM Prefixes WHERE serialno=(SELECT max(serialno) FROM Prefixes) AND 
   maxlength>masklen(prefix);
 count 
-------
  1110
(1 row)

Et voici une partie de évenements d'une session RTR, stockée dans cette base:

 tests=> select * from events;
 id |            time            |             server              |              event              | serialno 
----+----------------------------+---------------------------------+---------------------------------+----------
 ...
 12 | 2017-06-24 13:31:01.445709 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | (Temporary) End of Data         |    33099
 13 | 2017-06-24 13:31:01.447959 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | Cache Response, session is 4911 |    33099
 14 | 2017-06-24 13:31:25.932909 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | (Temporary) End of Data         |    33099
 15 | 2017-06-24 13:31:38.64284  | rpki-validator.realmv6.org:8282 | Serial Notify #33099 -> #33100  |    33099
 16 | 2017-06-24 13:31:38.741937 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | Cache reset                     |    33099
 17 | 2017-06-24 13:31:38.899752 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | Cache Response, session is 4911 |    33099
 18 | 2017-06-24 13:32:03.072801 | rpki-validator.realmv6.org:8282 | (Temporary) End of Data         |    33100
 ...

Notez que GoRTR gère désormais les deux versions du protocole mais ne connait pas la négociation de version de la section 7 du RFC : il faut indiquer explicitement quelle version on utilise.

Autrement, Cisco et Juniper ont tous les deux annoncé que leurs routeurs avaient un client RTR, et qu'il a passé des tests d'interopérabilité avec trois mises en œuvre du serveur (celles de BBN, du RIPE et de l'ISC). Ces tests d'interopérabilité ont été documentés dans le RFC 7128. Quant aux serveurs, un exemple est fourni par le logiciel RPKI du RIPE-NCC qui fournit un serveur RTR sur le port 8282 par défaut.

En 2013, un client RTR récupèrait 3696 préfixes (ce qui est plus que le nombre de ROA puisqu'un ROA peut comporter plusieurs préfixes). C'est encore très loin de la taille de la table de routage globale et il reste donc à voir si l'infrastructure suivra. (Sur ma station de travail, le validateur, écrit en Java, rame sérieusement.)

Pour les curieux, pourquoi est-ce que l'IETF n'a pas utilisé Netconf (RFC 6241) plutôt que de créer un nouveau protocole ? Les explications sont dans une discussion en décembre 2011. Le fond de la discussion était « les informations de la RPKI sont des données ou de la configuration » ? La validation est relativement statique mais reste quand même plus proche (fréquence de mise à jour, notamment) des données que de la configuration.

Si vous voulez tester un client RTR, il existe un serveur public rpki-validator.realmv6.org:8282. Voici le genre de choses qu'affiche rtrclient (test fait avec un vieux serveur, qui n'est plus disponible) :

% rtrclient tcp rtr-test.bbn.com 12712
...
2012-05-14T19:36:27Z + 236.198.160.184     18-24  4292108787
2012-05-14T19:36:27Z + 9144:8d7d:89b6:e3b8:dff1:dc2b:d864:d49d 105-124 4292268291
2012-05-14T19:36:27Z + 204.108.12.160       8-29  4292339151
2012-05-14T19:36:27Z + 165.13.118.106      27-28  4293698907
2012-05-14T19:36:27Z + 646:938e:20d7:4db3:dafb:6844:f58c:82d5   8-82  4294213839
2012-05-14T19:36:27Z + fd47:efa8:e209:6c35:5e96:50f7:4359:35ba  20-31  4294900047
...

Question mise en œuvre, il y a apparemment plusieurs logiciels de validateurs/cache qui mettent en œuvre cette version 1, mais je n'ai pas trouvé lesquels. (Le RPKI Validator du RIPE-NCC ne le fait pas, par exemple, ni le serveur public indiqué plus haut, tous les deux ne connaissent que la version 0.)

Wireshark ne semble pas décoder ce protocole. Si vous voulez vous y mettre, un pcap est disponible en rtr.pcap.


Téléchargez le RFC 8210


L'article seul

RFC 8207: BGPsec Operational Considerations

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : R. Bush (Internet Initiative Japan)
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF sidr
Première rédaction de cet article le 28 septembre 2017


Le mécanisme de sécurisation de BGP nommé BGPsec, normalisé dans le RFC 8205 n'a pas encore de déploiement important. Mais le bon sens, l'expérience d'autres mécanismes de sécurité, et les expérimentations déjà faites avec BGPsec permettent de dégager quelques bonnes pratiques opérationnelles, que ce RFC décrit. Le RFC est court : on manque encore de pratique pour être sûr de toutes les bonnes pratiques.

Bien sûr, ces pratiques évolueront. À l'heure de la publication de ce RFC, il y a encore très peu d'expérience concrète avec BGPsec. Au fait, c'est quoi, BGPsec ? Le protocole BGP, la norme pour les annonces de routes sur l'Internet, souffre d'une faiblesse de sécurité : par défaut, n'importe qui peut annoncer n'importe quelle route, même vers un préfixe IP qu'il ne contrôle pas. Il existe plusieurs systèmes pour limiter les dégâts : les IRR, les systèmes d'alarme, et, plus récemment, les ROA (Route Origin Authorizations, cf. RFC 6482). BGPsec est la technique la plus efficace, mais aussi la plus difficile à déployer. Comme les ROA, il repose sur la RPKI. Contrairement aux ROA, il ne valide pas que l'AS d'origine mais tout le chemin d'AS, par une signature de chaque AS. Il introduit donc la cryptographie dans le routage, ce qui causera sans doute quelques perturbations.

Donc, avant de lire ce RFC 8207, c'est sans doute une bonne idée de lire au moins les RFC 4271 sur BGP et RFC 6480 sur la RPKI. Comme BGPsec dépend de la RPKI, il est également bon de lire le RFC 7115, qui parle des questions opérationnelles des ROA (qui reposent également sur la RPKI). Et enfin il faut lire le RFC sur le protocole BGPsec, le RFC 8205.

Avec BGPsec, chaque routeur de bordure de l'AS va avoir une paire {clé privée, clé publique}. On peut avoir une seule paire pour tous ses routeurs (et donc publier un seul certificat dans la RPKI) ou bien une paire par routeur (section 4 du RFC). La première solution est plus simple mais, si un routeur est piraté, il faudra changer la configuration de tous les autres routeurs. Le RFC suggère aussi de pré-publier des clés de secours dans la RPKI, pour qu'elles soient bien distribuées partout le jour où on en aura besoin.

Tous vos routeurs ne sont pas censés parler BGPsec, seulement ceux au bord de l'AS, face au grand monde inconnu du méchant Internet (section 5). Si vous n'avez pas le temps ou l'envie d'activer BGPsec sur tous vos routeurs, commencez par ceux qui font face aux « maillons faibles », les pairs ou les transitaires que vous suspectez d'être le plus capable d'envoyer ou de relayer des annonces erronées ou mensongères. Évidemment, ce sont aussi ceux qui ont le moins de chance de déployer BGPsec…

Si vous ne vous contentez pas de vérifier les signatures BGPsec, mais que vous agissez sur la base de cette vérification (en ignorant les annonces invalides), attendez-vous, comme avec toute technique de sécurité BGP, à ce que le trafic se déplace, par exemple vers d'autres pairs. Un pré-requis au déploiement de BGPsec est donc sans doute un bon système de métrologie.

Attention aux limites de BGPsec : la signature couvre le chemin d'AS, pas les communautés (RFC 1997). Ne vous fiez donc pas à elles.

Si BGPsec vous semble bien compliqué à déployer, et que vous hésitez devant le travail que cela représente, la section 6 vous rassurera : la majorité des AS sont des stubs, ils ne fournissent de connectivité à personne et n'ont donc pas forcément besoin de valider les annonces. Par contre, vous pouvez demander à vos transitaires s'ils utilisent BGPsec (début 2017, la réponse était forcément non).

Les lect·eur·rice·s subtil·e·s ont peut-être noté une différence avec les ROA. Alors que l'état de la validation ROA (RFC 6811) donne un résultat ternaire (pas de ROA, un ROA et valide, un ROA et invalide), BGPsec est binaire (annonce valide, ou invalide). C'est parce que les chemins d'AS sécurisés BGPsec_path ne sont propagés qu'entre routeurs BGPsec, qui signent et, a priori, valident. Si on reçoit une annonce BGPsec, c'est forcément que tout le chemin d'AS gérait BGPsec. L'équivalent du « pas de ROA » est donc une annonce BGP traditionnelle, avec AS_PATH mais sans BGPsec_path.

Quant à la décision qu'on prend lorsqu'une annonce est invalide, c'est une décision locale. Ni l'IETF, ni l'ICANN, ni le CSA ne peuvent prendre cette décision à votre place. Notre RFC recommande (mais c'est juste une recommandation) de jeter les annonces BGPsec invalides. Certains opérateurs peuvent se dire « je vais accepter les annonces invalides, juste leur mettre une préférence plus basse » mais cela peut ne pas suffire à empêcher leur usage même lorsqu'il existe des alternatives. Imaginons un routeur qui reçoive une annonce valide pour 10.0.0.0/16 et une invalide pour 10.0.666.0/24 (oui, je sais que ce n'est pas une adresse IPv4 correcte, mais c'est le RFC qui a commencé, ce n'est pas moi). Le routeur installe les deux routes, avec une préférence basse pour 10.0.666.0/24. Mais les préférences ne jouent que s'il s'agit de préfixes identiques. Ici, lorsqu'il faudra transmettre un paquet, c'est la route la plus spécifique qui gagnera, donc la mauvaise (666 = chiffre de la Bête). Notez que l'article « Are We There Yet? On RPKI’s Deployment and Security » contient plusieurs autres exemples où le rejet d'une annonce invalide a des conséquences surprenantes.

La même section 7 couvre aussi le cas des serveurs de routes, qui est un peu particulier car ces routeurs n'insèrent pas leur propre AS dans le chemin, ils sont censés être transparents.

Enfin, la section 8 traite de quelques points divers, comme le rappel que la RPKI (comme d'ailleurs le DNS) n'est pas cohérente en permanence, car pas transmise de manière synchrone partout. Par exemple, si vous venez d'obtenir un certificat pour un AS, ne l'utilisez pas tout de suite : les annonces BGP se propagent plus vite que les changements dans la RPKI et vos annonces signées risquent donc d'être considérées comme invalides par certains routeurs.


Téléchargez le RFC 8207


L'article seul

RFC 8205: BGPsec Protocol Specification

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : M. Lepinski (NCF), K. Sriram (NIST)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF sidr
Première rédaction de cet article le 28 septembre 2017


Ce RFC s'inscrit dans la longue liste des efforts de normalisation d'une solution de sécurité pour BGP. Actuellement, il est trop facile de détourner le routage Internet via BGP (cf. mon article « La longue marche de la sécurité du routage Internet »). Le RFC 6482 introduisait une solution partielle, les ROA (Route Origin Authorizations). S'appuyant sur une infrastructure de clés publiques et de certificats prouvant que vous êtes détenteur légitime d'une ressource Internet (comme un numéro d'AS ou bien un préfixe IP), infrastructure nommée la RPKI (Resource Public Key Infrastructure), ces ROA permettent de valider l'origine d'une annonce BGP, c'est-à-dire le premier AS du chemin. C'est insuffisant pour régler tous les cas. Ainsi, lors de la fuite de Telekom Malaysia en juin 2015, les annonces avaient une origine normale. Avec les ROA, on ne détectait donc pas le problème. D'où cette nouvelle étape, BGPsec. Il s'agit cette fois de valider le chemin d'AS complet de l'annonce BGP, chaque routeur intermédiaire signant cryptographiquement l'annonce avant de la transmettre. BGPsec permet donc de détecter bien plus d'attaques, mais il est aussi bien plus lourd à déployer.

Donc, pour résumer BGPsec en une phrase : un nouvel attribut BGP est créé, BGPsec_Path, il est transporté dans les annonces de route BGP, il offre la possibilité de vérifier, via les signatures, que chaque AS listé dans ce chemin a bien autorisé l'annonce. BGPsec ne remplace pas les ROA, il les complète (et, comme elles, il s'appuie sur la RPKI). Deux bonnes lectures : le modèle de menace de BGPsec, dans le RFC 7132, et le cahier des charges de BGPsec, dans le RFC 7353.

Le reste, ce n'est que du détail technique. Contrairement aux ROA, qui sont transportés en dehors de BGP, BGPsec est une modification du protocole BGP. Deux routeurs qui font du BGPsec doivent donc le négocier lors de l'établissement de la session (section 2 de notre RFC). Cela se fait par le mécanisme des capacités du RFC 5492. La capacité annonçant qu'on sait faire du BGPsec est BGPsec Capability, code n° 7. Notez que cette capacité dépend de celle de gérer des AS de quatre octets (normalisée dans le RFC 6793).

Le nouvel attribut est décrit en section 3. (Le concept d'attributs BGP est dans la section 5 du RFC 4271.) Les annonces BGP avaient traditionnellement un attribut nommé AS_PATH, qui indiquait le chemin d'AS suivi par l'annonce. (Deux choses importantes à se rappeler : lorsqu'on écrit un chemin d'AS, il se lit de droite à gauche, et vous n'avez aucune garantie que les paquets IP suivront effectivement ce chemin « the data plane does not always follow the control plane ».)

Le nouvel attribut remplace AS_PATH. Il se nomme BGPsec_path (code 33) et est optionnel et non-transitif, ce qui veut dire qu'il ne sera pas passé tel quel aux pairs. Au contraire, le routeur est supposé créer un nouvel attribut BGPsec_path , ajoutant son AS (signé) et celui de l'AS à qui il transmet l'annonce. On n'envoie une annonce portant cet attribut à un pair que si celui-ci a signalé sa capacité à gérer BGPsec. (Sinon, on lui envoie un AS_PATH ordinaire, non sécurisé, formé en extrayant les AS du BGPsec_path, cf. section 4.4.)

La signature contient entre autres un identifiant de l'algorithme utilisé. La liste des algorithmes possibles est dans un registre IANA (RFC 8208).

Pour pouvoir mettre sa signature dans le BGPsec_path, le routeur doit évidemment disposer d'une clé privée. La clé publique correspondante doit être dans un certificat de la RPKI, certificat valable pour l'AS qui signe.

Un routeur qui transmet une annonce à un pair BGPsec ne garantit pas forcément qu'il a validé le chemin sécurisé. (Même s'il le garantissait, pourquoi lui faire confiance ?) C'est à chaque routeur de vérifier l'intégrité et l'authenticité du chemin d'AS (section 5 du RFC).

C'est dans cette section 5 qu'est le cœur du RFC, les détails de la validation d'un chemin d'AS. Cette validation peut être faite par le routeur, ou bien par une machine spécialisée dans la validation, avec laquelle le routeur communique via le protocole RTR (RPKI To Router protocol, cf. RFC 8210). Bien sûr, si on valide, c'est sans doute pour que la validation ait des conséquences sur la sélection de routes, mais notre RFC n'impose pas de politique particulière : ce que l'on fait avec les annonces BGPsec mal signées est une décision locale, par chaque routeur (et peut-être, sur un routeur donné, différente pour chaque pair BGP).

L'algorithme de validation est simple :

  • Contrôles syntaxiques de l'annonce,
  • Vérification que l'AS le plus récemment ajouté est bien celui du pair qui nous l'a envoyé (à part le cas particulier des serveurs de route, traités en section 4.2),
  • Test de la présence d'une signature pour chaque AS listé dans BGPsec_path.

À ce stade, on peut déjà rejeter les annonces qui ont échoué à l'un de ces tests, et les traiter comme signifiant un retrait de la route citée (RFC 7606). Ensuite, on passe aux vérifications cryptographiques :

  • Vérification que toutes les signatures sont faites avec un algorithme cryptographique qu'on accepte (voir la section 6 et aussi le RFC 8208),
  • Pour chaque AS listé dans le chemin, recherche d'un certificat correspondant à cet AS, et ayant la clé publique avec laquelle l'AS dans le chemin a été signé,
  • Test de la signature.

Notez qu'on ne négocie pas les algorithmes cryptographiques au moment de l'établissement de la session BGP, comme cela se fait, par exemple, en TLS. En effet, il ne suffit pas de connaitre l'algorithme de ses pairs, il faut valider tout le chemin, y compris des AS lointains. C'est pour cela que le RFC 8208 liste des algorithmes obligatoires, que tout le monde est censé connaître (actuellement ECDSA avec la courbe P-256 et SHA-256).

On note que l'attribut BGPsec_path avec ses signatures n'est « transmis » qu'aux routeurs qui comprennent BGPsec (pour les autres, on envoie un AS_PATH classique). Au début du déploiement, ces attributs ne survivront donc pas longtemps, et les îlots BGPsec seront donc rares (section 7 du RFC).

Notez que ce protocole est en développement depuis plus de six ans, et qu'il s'est parfois nommé PathSec dans le passé.

BGPsec est apparemment mis en œuvre au moins dans BIRD et dans Quagga (mais pas dans les versions officielles).

Quelques bonnes lectures sur BGPsec :

Et merci à Guillaume Lucas pour m'avoir rappelé que BGPsec est compliqué et que je suis loin de le maitriser.


Téléchargez le RFC 8205


L'article seul

RFC 8201: Path MTU Discovery for IP version 6

Date de publication du RFC : Juillet 2017
Auteur(s) du RFC : J. McCann (Digital Equipment Corporation), S. Deering (Retired), J. Mogul (Digital Equipment Corporation), R. Hinden (Check Point Software)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF 6man
Première rédaction de cet article le 16 juillet 2017


Ce RFC est l'adaptation à IPv6 du protocole décrit dans le RFC 1191, protocole qui permet de découvrir la MTU du chemin entre deux machines reliées par Internet. Il remplace le RFC 1981.

Avec IPv4, déterminer la MTU maximale du chemin est très utile pour optimiser les performances. Mais elle devient presque indispensable en IPv6, où les routeurs n'ont pas le droit de fragmenter les paquets trop gros (toute fragmentation doit être faite dans la machine de départ). PMTU fait donc quasi-obligatoirement partie d'IPv6. Une alternative est de n'envoyer que des paquets suffisamment petits pour passer partout. C'est moins efficace (on ne tirera pas profit des MTU plus importantes), mais ça peut être intéressant pour des mises en œuvre légères d'IPv6, par exemple pour des objets connectés. (La section 4 du RFC précise en effet que mettre en œuvre cette découverte de la MTU du chemin n'est pas obligatoire.)

L'algorithme (section 3 de notre RFC) est le même qu'en v4, envoyer des paquets, et voir si on reçoit des paquets ICMP Packet too big (RFC 4443, section 3.2) qui contiennent en général la MTU maximale du lien suivant. (Pas de bit DF - Don't fragment - en IPv6 puisque la fragmentation n'est possible qu'à la source. L'annexe A détaille les différences avec l'algorithme IPv4 décrit dans le RFC 1191.)

Voici par exemple un de ces paquets ICMP, vu par tcpdump (déclenché par une commande ping -s 1500 …) :

18:18:44.813927 IP6 2a02:8400:0:3::a > 2605:4500:2:245b::bad:dcaf: ICMP6, packet too big, mtu 1450, length 1240

Il ne faut pas s'arrêter au premier paquet Packet too big reçu, car il peut y avoir des liens réseau avec une MTU encore plus basse plus loin. En outre, la MTU du chemin change avec le temps et il faut donc rester vigilant, on peut recevoir des Packet too big si le trafic passe désormais par un lien de MTU plus faible que la précédente MTU du chemin. Plus délicat, il faut aussi de temps en temps réessayer avec des paquets plus gros, pour voir si la MTU du chemin n'aurait pas augmenté. Comme cela va faire perdre des paquets, s'il n'y a pas eu d'augmentation, il ne faut pas le faire trop souvent. (Dix minutes, dit la section 5.)

La section 4 du RFC précise les exigences qu'il normalise. (Je donne quelques exemples de leur mise en œuvre dans le noyau Linux, dans net/ipv6/route.c.) Par exemple, le nœud IPv6 doit vérifier le contenu des paquets ICMP Packet Too Big qu'il reçoit (le Message Body, cf. RFC 4443, où le routeur émetteur est censé placer des données du paquet original), pour éviter de croire des faux messages ICMP envoyés par un attaquant (rien n'authentifie un paquet ICMP, à part son contenu).

Nouveauté de ce RFC, par rapport à son prédecesseur, un nœud IPv6 doit ignorer les messages Packet Too Big indiquant une MTU inférieur aux 1 280 octets minimum d'IPv6 (le RFC 8021 explique pourquoi). C'est le but de l'instruction mtu = max_t(u32, mtu, IPV6_MIN_MTU); dans le code du noyau Linux, qui ne garde pas la MTU indiquée si elle est inférieur au minimum.

Et la machine IPv6 ne doit jamais augmenter la MTU du chemin suite à la réception d'un Packet Too Big indiquant une MTU supérieure à l'actuelle. Un tel message ne peut être qu'une erreur ou une attaque. Voir les commentaires au début de la fonction rt6_mtu_change_route dans le code Linux.

Comme avec IPv4, l'algorithme PMTU marche mal en pratique car beaucoup de sites filtrent stupidement tous les paquets ICMP et la machine qui tente de faire de la Path MTU discovery n'aura jamais de réponse. IPv6, comme IPv4, devra donc plutôt utiliser la technique du RFC 4821.

La section 5 du RFC rassemble diverses questions de mise en œuvre de cette découverte de la MTU du chemin. D'abord, il y a l'interaction entre IP (couche 3) et les protocoles au dessus, comme TCP mais aussi des protocoles utilisant UDP, comme le DNS. Ces protocoles de transport ont une MMS_S (maximum send transport-message size, voir le RFC 1122) qui est à l'origine la MTU moins la taille des en-têtes. Les protocoles de transport peuvent diminuer cette MMS_S pour ne pas avoir à faire de fragmentation.

Pour le DNS, par exemple, on peut diminuer l'usage de la découverte de la MTU du chemin en diminuant la taille EDNS. Par exemple, avec le serveur nsd, on mettrait :

ipv6-edns-size: 1460

Et, avec 1 460 octets possibles, on serait alors raisonnablement sûr de ne pas avoir de fragmentation donc, même si la découverte de la MTU du chemin marche mal, tout ira bien.

Une fois la découverte de la MTU du chemin faite, où faut-il garder l'information, afin d'éviter de recommencer cette découverte à chaque fois ? Idéalement, cette information est valable pour un chemin donné : si le chemin change (ou, a fortiori, si la destination change), il faudra découvrir à nouveau. Mais la machine finale ne connait pas en général tout le chemin suivi (on ne fait pas un traceroute à chaque connexion). Le RFC suggère donc (section 5.2) de stocker une MTU du chemin par couple {destination, interface}. Si on n'a qu'une seule interface réseau, ce qui est le cas de la plupart des machines terminales, on stocke la MTU du chemin par destination et on maintient donc un état pour chaque destination (même quand on ne lui parle qu'en UDP, qui n'a normalement pas d'état). Les deux exemples suivants concernent une destination où la MTU du chemin est de 1 450 octets. Pour afficher cette information sur Linux pour une adresse de destination :

% ip -6  route get 2a02:8428:46c:5801::4
2a02:8428:46c:5801::4 from :: via 2001:67c:1348:7::1 dev eth0 src 2001:67c:1348:7::86:133 metric 0 
    cache  expires 366sec mtu 1450 pref medium

S'il n'y a pas de PMTU indiquée, c'est que le cache a expiré, réessayez (en UDP, car TCP se fie à la MSS). Notez que, tant qu'on n'a pas reçu un seul Packet Too Big, il n'y a pas de MTU affichée. Donc, pour la plupart des destinations (celles joignables avec comme PMTU la MTU d'Ethernet), vous ne verrez rien. Sur FreeBSD, cet affichage peut se faire avec :

% sysctl -o net.inet.tcp.hostcache.list | fgrep 2a02:8428:46c:5801::4
2a02:8428:46c:5801::4  1450        0     23ms     34ms         0  4388        0 0   23    4 3600

Pour d'autres systèmes, je vous recommande cet article.

Notez qu'il existe des cas compliqués (ECMP) où cette approche de stockage de la PMTU par destination peut être insuffisante. Ce n'est donc qu'une suggestion, chaque implémentation d'IPv6 peut choisir sa façon de mémoriser les MTU des chemins.

Si on veut simplifier la mise en œuvre, et la consommation mémoire, on peut ne mémoriser qu'une seule MTU du chemin, la MTU minimale de tous les chemins testés. Ce n'est pas optimal, mais ça marchera.

Si on stocke la MTU du chemin, comme l'Internet peut changer, il faut se préparer à ce que l'information stockée devienne obsolète. Si elle est trop grande, on recevra des Packet too big (il ne faut donc pas s'attendre à n'en recevoir que pendant la découverte initiale). Si elle est trop petite, on va envoyer des paquets plus petits que ce qu'on pourrait se permettre. Le RFC suggère donc (section 5.3) de ne garder l'information sur la MTU du chemin que pendant une dizaine de minutes.

Le RFC demande enfin (section 5.5) que les mises en œuvre d'IPv6 permettent à l'ingénieur système de configurer la découverte de la MTU du chemin : la débrayer sur certaines interfaces, fixer à la main la MTU d'un chemin, etc.

Il ne faut pas oublier les problèmes de sécurité (section 6 du RFC) : les Packet Too Big ne sont pas authentifiés et un attaquant peut donc en générer pour transmettre une fausse information. Si la MTU indiquée est plus grande que la réalité, les paquets seront jetés. Si elle est plus petite, on aura des sous-performances.

Autre problème de sécurité, le risque que certains administrateurs réseau incompétents ne filtrent tous les messages ICMP, donc également les Packet Too Big (c'est stupide, mais cela arrive). Dans ce cas, la découverte de la MTU du chemin ne fonctionnera pas (cf. RFC 4890 sur les recommandations concernant le filtrage ICMP). L'émetteur devra alors se rabattre sur des techniques comme celle du RFC 4821.

L'annexe B de notre RFC résume les changements faits depuis le RFC 1981. Rien de radical, les principaux portent sur la sécurité (ce sont aussi ceux qui ont engendré le plus de discussions à l'IETF) :

  • Bien expliquer les problèmes créés par le blocage des messages ICMP,
  • Formulations plus strictes sur la validation des messages ICMP,
  • Et surtout, suppression des « fragments atomiques » (RFC 8021).

Le texte a également subi une actualisation générale, les références (pré-)historiques à BSD 4.2 ou bien à TP4 ont été supprimées.

Enfin, pour faire joli, un exemple de traceroute avec recherche de la MTU du chemin activée (option --mtu). Notez la réception d'un Packet Too Big à l'étape 12, annonçant une MTU de 1 450 octets :

% sudo traceroute -6 --mtu --udp --port=53 eu.org
traceroute to eu.org (2a02:8428:46c:5801::4), 30 hops max, 65000 byte packets
 ...
 3  vl387-te2-6-paris1-rtr-021.noc.renater.fr (2001:660:300c:1002:0:131:0:2200)  2.605 ms  2.654 ms  2.507 ms
 4  2001:660:7903:6000:1::4 (2001:660:7903:6000:1::4)  5.002 ms  4.484 ms  5.494 ms
 5  neuf-telecom.sfinx.tm.fr (2001:7f8:4e:2::178)  4.193 ms  3.682 ms  3.763 ms
 6  neuf-telecom.sfinx.tm.fr (2001:7f8:4e:2::178)  14.264 ms  11.927 ms  11.509 ms
 7  2a02-8400-0000-0003-0000-0000-0000-1006.rev.sfr.net (2a02:8400:0:3::1006)  12.760 ms  10.446 ms  11.902 ms
 8  2a02-8400-0000-0003-0000-0000-0000-1c2e.rev.sfr.net (2a02:8400:0:3::1c2e)  10.524 ms  11.477 ms  11.896 ms
 9  2a02-8400-0000-0003-0000-0000-0000-1c2e.rev.sfr.net (2a02:8400:0:3::1c2e)  13.061 ms  11.589 ms  11.915 ms
10  2a02-8400-0000-0003-0000-0000-0000-117e.rev.sfr.net (2a02:8400:0:3::117e)  10.446 ms  10.420 ms  10.361 ms
11  2a02-8400-0000-0003-0000-0000-0000-000a.rev.sfr.net (2a02:8400:0:3::a)  10.460 ms  10.453 ms  10.517 ms
12  2a02-8428-046c-5801-0000-0000-0000-00ff.rev.sfr.net (2a02:8428:46c:5801::ff)  12.495 ms F=1450  12.102 ms  11.203 ms
13  2a02-8428-046c-5801-0000-0000-0000-0004.rev.sfr.net (2a02:8428:46c:5801::4)  12.397 ms  12.217 ms  12.507 ms

La question de la fragmentation en IPv6 a suscité d'innombrables articles. Vous pouvez commencer par celui de Geoff Huston.

Merci à Pierre Beyssac pour avoir fourni le serveur de test configuré comme il fallait, et à Laurent Frigault pour la solution sur FreeBSD.


Téléchargez le RFC 8201


L'article seul

RFC 8200: Internet Protocol, Version 6 (IPv6) Specification

Date de publication du RFC : Juillet 2017
Auteur(s) du RFC : S. Deering (Retired), R. Hinden (Check Point Software)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF 6man
Première rédaction de cet article le 16 juillet 2017


Ce RFC est la nouvelle norme du protocole IPv6. IP est le protocole de base de l'Internet, la version 6 y est minoritaire mais est bien plus répandue qu'elle ne l'était lors de la sortie de la précédente norme, qui était le RFC 2460, norme que notre nouveau RFC remplace (et cela fait passer IPv6 au statut de norme Internet, la précédente étant officiellement une proposition de norme).

Pas de changements cruciaux, la norme est nouvelle, mais le protocole reste largement le même. Ce RFC 8200 continue à présenter IPv6 comme « a new version of the Internet Protocol (IP) ». Comme la première norme IPv6 est sortie en 1995, l'adjectif « new » n'est vraiment pas sérieux. Comme, malheureusement, la plupart des formations réseau ne parlent que d'IPv4 et traitent IPv6 de manière bâclée à la fin, le RFC présente IPv6 en parlant de ses différences par rapport à IPv4 (section 1 du RFC) :

  • La principale est évidemment l'espace d'adressage bien plus grand. Alors qu'IPv4, avec ses adresses sur 32 bits, ne peut même pas donner une adresse IP à chaque habitant de la planète (ce qui serait déjà insuffisant), IPv6, avec ses 128 bits d'adresse, permet de distribuer une quantité d'adresses que le cerveau humain a du mal à se représenter. Cette abondance est la principale raison pour laquelle il est crucial de migrer vers IPv6. Les autres raisons sont plus discutables.
  • IPv6 a sérieusement changé le format des options. En IPv4, les options IP étaient un champ de longueur variable dans l'en-tête, pas exactement ce qui est le plus facile à analyser pour un routeur. Le RFC dit qu'IPv6 a simplifié le format mais c'est contestable : une complexité a succédé à une autre. Désormais, le premier en-tête est de taille fixe, mais il peut y avoir un nombre quelconque d'en-têtes chaînés. Le RFC utilise malheureusement des termes publicitaires assez déconnectés de la réalité, en parlant de format plus efficace et plus souple.
  • IPv6 a un mécanisme standard pour étiqueter les paquets appartenant à un même flot de données. Mais le RFC oublie de dire qu'il semble inutilisé en pratique.
  • Et le RFC termine cette énumération par le plus gros pipeautage, prétendre qu'IPv6 aurait de meilleurs capacités d'authentification et de confidentialité. (C'est faux, elles sont les mêmes qu'en IPv4, et peu déployées, en pratique.)

Notez que ce RFC 8200 ne spécifie que le format des paquets IPv6. D'autres points très importants sont normalisés dans d'autres RFC, les adresses dans le RFC 4291, et ICMP dans le RFC 4443.

La section 3 présente le format des paquets IPv6 :

   +-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
   |Version| Traffic Class |           Flow Label                  |
   +-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
   |         Payload Length        |  Next Header  |   Hop Limit   |
   +-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
   |                                                               |
   +                                                               +
   |                                                               |
   +                         Source Address                        +
   |                                                               |
   +                                                               +
   |                                                               |
   +-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+
   |                                                               |
   +                                                               +
   |                                                               |
   +                      Destination Address                      +
   |                                                               |
   +                                                               +
   |                                                               |
   +-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+

    

(D'ailleurs, si quelqu'un sait pourquoi l'adresse IP source est avant la destination ? Il me semblerait plus logique que ce soit l'inverse, puisque tous les routeurs sur le trajet doivent examiner l'adresse destination, alors qu'on n'a pas toujours besoin de l'adresse source.) Le numéro de version vaut évidemment 6, le « traffic class » est présenté en section 7, le « flow label » en section 6.

Le champ « Next header » remplace le « Protocol » d'IPv4. Il peut indiquer le protocole de transport utilisé (la liste figure dans un registre IANA et est la même pour IPv4 et IPv6) mais aussi les en-têtes d'extension, une nouveauté d'IPv6, présentée en section 4 de notre RFC.

Le champ « Hop limit » remplace le « Time to Live » d'IPv4. En fait, les deux ont exactement la même sémantique, qui est celle d'un nombre maximal de routeurs utilisés sur le trajet (le but est d'éviter les boucles infinies dans le réseau). Autrefois, dans IPv4, il était prévu que ce champ soit réellement une durée, mais aucune mise en œuvre d'IPv4 ne l'avait jamais utilisé comme ceci. Le renommage dans IPv6 fait donc correspondre la terminologie avec une réalité ancienne (cf. aussi la section 8.2). Notez que c'est ce champ qui est utilisé par traceroute.

Voici une simple connexion HTTP en IPv6, vue avec tcpdump et tshark. Le client a demandé /robots.txt et a obtenu une réponse négative (404). Si vous voulez, le pcap complet est ipv6-http-connection.pcap. Voici d'abord avec tcpdump avec ses options par défaut :

15:46:21.768536 IP6 2001:4b98:dc2:43:216:3eff:fea9:41a.37703 > 2605:4500:2:245b::42.80: Flags [S], seq 3053097848, win 28800, options [mss 1440,sackOK,TS val 1963872568 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
    

On voit les deux adresses IPv6, tcpdump n'affiche rien d'autre de l'en-tête de couche 3, tout le reste est du TCP, le protocole de transport utilisé par HTTP. Avec l'option -v de tcpdump :

15:46:21.768536 IP6 (hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 40) 2001:4b98:dc2:43:216:3eff:fea9:41a.37703 > 2605:4500:2:245b::42.80: Flags [S] [...]
    

Cette fois, on voit le « Hop limit » (64), l'en-tête suivant (TCP, pas d'en-tête d'extension) et la longueur (40 octets). Pour avoir davantage, il faut passer à tshark (décodage complet en ipv6-http-connection.txt) :

Internet Protocol Version 6, Src: 2001:4b98:dc2:43:216:3eff:fea9:41a, Dst: 2605:4500:2:245b::42
    0110 .... = Version: 6
    .... 0000 0000 .... .... .... .... .... = Traffic class: 0x00 (DSCP: CS0, ECN: Not-ECT)
        .... 0000 00.. .... .... .... .... .... = Differentiated Services Codepoint: Default (0)
        .... .... ..00 .... .... .... .... .... = Explicit Congestion Notification: Not ECN-Capable Transport (0)
    .... .... .... 0000 0000 0000 0000 0000 = Flow label: 0x00000
    Payload length: 40
    Next header: TCP (6)
    Hop limit: 64
    Source: 2001:4b98:dc2:43:216:3eff:fea9:41a
    [Source SA MAC: Xensourc_a9:04:1a (00:16:3e:a9:04:1a)]
    Destination: 2605:4500:2:245b::42
    [Source GeoIP: France]
        [Source GeoIP Country: France]
    [Destination GeoIP: United States]
        [Destination GeoIP Country: United States]
    

On a cette fois tout l'en-tête IPv6 : notons le « Flow Label » (j'avais bien dit que peu de gens s'en servaient, il est nul dans ce cas).

La section 4 de notre RFC est dédiée à une nouveauté d'IPv6, les en-têtes d'extension. Au lieu d'un champ « Options » de taille variable (donc difficile à analyser) comme en IPv4, IPv6 met les options IP dans des en-têtes supplémentaires, chaînés avec l'en-tête principal. Par exemple, si un paquet UDP a un en-tête « Destination Options », le champ « Next header » de l'en-tête principal vaudra 60 (pour « Destination Options »), il sera suivi de l'en-tête d'extension « Destination Options » qui aura, lui, un « Next header » de 17 pour indiquer que ce qui suit est de l'UDP. (Je rappelle que les valeurs possibles pour « Next Header » sont dans un registre IANA.) Il peut y avoir zéro, un ou davantage d'en-têtes d'extension chaînés entre eux.

Notez qu'analyser cette chaîne d'en-têtes est compliqué car les en-têtes n'ont pas tous le même format (le RFC 6564 a créé un format unique, mais cela ne concerne que les futurs en-têtes.) Il est donc exagéré de dire que la suppression du champ « Options » de taille variable a simplifié les choses.

Les différents en-têtes ne sont pas tous traités pareillement par les routeurs. Il existe notamment un en-tête, « Hop-by-hop Options » qui doit être examiné par tous les routeurs du trajet (cette obligation, jamais respectée, a de toute façon été relâchée par rapport au RFC 2460). C'est pour cela qu'il doit être placé au début des en-têtes, juste après l'en-tête principal. Les autres en-têtes d'extension doivent être ignorés par les routeurs.

Comme il est compliqué de rajouter un nouveau modèle d'en-tête (il faudrait modifier toutes les machines IPv6), une solution légère existe pour les options simples : utiliser les en-têtes d'options, « Hop-by-hop Options » et « Destination Options ». Tous les deux sont composés d'une série d'options encodées en TLV. En outre, le type de l'option indique, dans ses deux premiers bits, le traitement à appliquer au paquet si le système ne connait pas cette option. Si les deux premiers bits sont à zéro, on ignore l'option et on continue. Autrement, on jette le paquet (les trois valeurs restantes, 01, 10 et 11, indiquent si on envoie un message d'erreur ICMP et lequel). Ainsi, l'option pour la destination de numéro 0x07 (utilisée par le protocole de sécurité du RFC 5570) est facultative : elle a les deux premiers bits à zéro et sera donc ignorée silencieusement par les destinataires qui ne la connaissent pas (cf. registre IANA.)

« Destination Options », comme son nom l'indique, n'est examinée que par la machine de destination. Si vous voulez envoyer des paquets avec cet en-tête, regardez mon article.

Outre les en-têtes « Hop-by-hop Options » et « Destination Options », il existe des en-têtes :

  • « Routing Header », qui permet de spécifier le routage depuis la source (un peu comme les options de « source routing » en IPv4). Il y a plusieurs types, et les valeurs possibles sont dans un registre IANA, géré suivant les principes du RFC 5871. (Le type 0 a été retiré depuis le RFC 5095.)
  • « Fragment Header », qui permet de fragmenter les paquets de taille supérieure à la MTU.
  • Les autres en-têtes sont ceux utilisés par IPsec, décrits dans les RFC 4302 et RFC 4303.

La fragmentation est différente de celle d'IPv4. En IPv6, seule la machine émettrice peut fragmenter, pas les routeurs intermédiaires. Si le paquet est plus grand que la MTU, on le découpe en fragments, chaque fragment portant un « Fragment Header ». Cet en-tête porte une identification (un nombre sur 32 bits qui doit être unique parmi les paquets qui sont encore dans le réseau), un décalage (offset) qui indique à combien d'octets depuis le début du paquet original se situe ce fragment (il vaut donc zéro pour le premier fragment) et un bit qui indique si ce fragment est le dernier. À la destination, le paquet est réassemblé à partir des fragments. (Il est désormais interdit que ces fragments se recouvrent, cf. RFC 5722.) Voici un exemple de fragmentation. La sonde Atlas n° 6271 a interrogé un serveur DNS de la racine Yeti avec le type de question ANY qui signifie « envoie-moi tout ce que tu peux / veux ». La réponse, plus grande que la MTU (plus de quatre kilo-octets !), a été fragmentée en trois paquets (le pcap complet est en ipv6-dns-frag.pcap) :

16:14:27.112945 IP6 2001:67c:217c:4::2.60115 > 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b.53: 19997+ [1au] ANY? . (28)
16:14:27.113171 IP6 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b > 2001:67c:217c:4::2: frag (0|1232) 53 > 60115: 19997*- 35/0/1 NS bii.dns-lab.net., NS yeti.bofh.priv.at., NS yeti.ipv6.ernet.in., NS yeti.aquaray.com., NS yeti.mind-dns.nl., NS dahu1.yeti.eu.org., NS dahu2.yeti.eu.org., NS yeti1.ipv6.ernet.in., NS ns-yeti.bondis.org., NS yeti-ns.ix.ru., NS yeti-ns.lab.nic.cl., NS yeti-ns.tisf.net., NS yeti-ns.wide.ad.jp., NS yeti-ns.conit.co., NS yeti-ns.datev.net., NS yeti-ns.switch.ch., NS yeti-ns.as59715.net., NS yeti-ns1.dns-lab.net., NS yeti-ns2.dns-lab.net., NS yeti-ns3.dns-lab.net., NS xn--r2bi1c.xn--h2bv6c0a.xn--h2brj9c., NS yeti-dns01.dnsworkshop.org., NS yeti-dns02.dnsworkshop.org., NS 3f79bb7b435b05321651daefd374cd.yeti-dns.net., NS ca978112ca1bbdcafac231b39a23dc.yeti-dns.net., RRSIG, NSEC, RRSIG[|domain]
16:14:27.113187 IP6 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b > 2001:67c:217c:4::2: frag (1232|1232)
16:14:27.113189 IP6 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b > 2001:67c:217c:4::2: frag (2464|637)
    

On note que tcpdump n'a interprété qu'un seul fragment comme étant du DNS, la premier, puisque c'était le seul qui portait l'en-tête UDP, avec le numéro de port 53 identifiant du DNS. Dans le résultat de tcpdump, après le mot-clé frag, on voit le décalage du fragment par rapport au début du paquet original (respectivement 0, 1232 et 2464 pour les trois fragments), et la taille du fragment (respectivement 1232, 1232 et 637 octets). Vu par tshark (l'analyse complète est en ipv6-dns-frag.txt), le premier fragment contient :

    
    Type: IPv6 (0x86dd)
Internet Protocol Version 6, Src: 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b, Dst: 2001:67c:217c:4::2
    Payload length: 1240
    Next header: Fragment Header for IPv6 (44)
    Fragment Header for IPv6
        Next header: UDP (17)
        Reserved octet: 0x00
        0000 0000 0000 0... = Offset: 0 (0 bytes)
        .... .... .... .00. = Reserved bits: 0
        .... .... .... ...1 = More Fragments: Yes
        Identification: 0xcbf66a8a
Data (1232 bytes)

On note le « Next Header » qui indique qu'un en-tête d'extension, l'en-tête « Fragmentation », suit l'en-tête principal. Le bit M (« More Fragments ») est à 1 (ce n'est que le premier fragment, d'autres suivent), le décalage (« offset ») est bien sûr de zéro. L'identificateur du paquet est de 0xcbf66a8a. Le dernier fragment, lui, contient :

Internet Protocol Version 6, Src: 2001:4b98:dc2:45:216:3eff:fe4b:8c5b, Dst: 2001:67c:217c:4::2
    Payload length: 645
    Next header: Fragment Header for IPv6 (44)
    Fragment Header for IPv6
        Next header: UDP (17)
        Reserved octet: 0x00
        0000 1001 1010 0... = Offset: 308 (2464 bytes)
        .... .... .... .00. = Reserved bits: 0
        .... .... .... ...0 = More Fragments: No
        Identification: 0xcbf66a8a

Cette fois, le « Next Header » indique que c'est de l'UDP qui suit, le décalage est de 2464, et le bit M est à zéro (plus d'autres fragments). L'identificateur est le même, c'est celui du paquet original, et c'est grâce à lui que la machine de destination saura réassembler les fragments. Notez qu'à la fin de l'analyse par tshark figure un réassemblage complet du paquet, ce qui permet une analyse DNS complète.

Et si je ne suis pas satisfait des en-têtes d'extension existants et que je veux créer le mien ? C'est en général une mauvaise idée. La plupart des cas concrets devraient être résolus avec un des en-têtes déjà normalisés. Notamment, l'en-tête « Destination Options » est là pour la majorité des situations. C'est lui qu'il faut regarder en premier (ce qu'ont fait les RFC 6744, RFC 6788 ou RFC 7837, la liste complète figurant dans un registre IANA). Notre RFC 8200 exige donc que, si vous tenez à créer un nouvel en-tête, vous expliquiez bien pourquoi c'est indispensable, et pourquoi aucun des en-têtes existants ne convient.

Il est également déconseillé de créer de nouvelles options « hop-by-hop » (la liste actuelle est à l'IANA), car ces options doivent être traitées par tous les routeurs du trajet. Il y a un risque sérieux qu'ils laissent tomber les paquets ayant cet en-tête « Hop-by-hop Options », ou bien qu'ils le traitent plus lentement (logiciel du routeur et pas circuits matériels spécialisés). Là aussi, il faudra donc une justification sérieuse.

La section 5 de notre RFC se penche sur un problème délicat, la taille des paquets. IPv6 exige une MTU d'au moins 1 280 octets, mais les paquets sont souvent plus grands (par exemple 1 500 octets si on part d'un Ethernet). Beaucoup de liens ont, en pratique, une MTU de 1 500 octets mais IPv6 étant souvent porté par des tunnels (en raison de l'immobilisme de beaucoup de FAI, qui ne déploient toujours pas IPv6), un certain nombre de liens offrent moins de 1 500 octets. Normalement, l'émetteur d'un paquet IPv6 doit faire de la découverte de la MTU du chemin (RFC 8201) afin de pouvoir fragmenter, si nécessaire. Une mise en œuvre « paresseuse » d'IPv6 pourrait se dispenser de découverte de la MTU du chemin, et se limiter à 1 280 octets par paquet.

Le problème est que la découverte de la MTU du chemin dépend du bon fonctionnement d'ICMP. L'émetteur d'un paquet doit pouvoir recevoir les paquets ICMP « Packet too big » (RFC 4443, section 3.2). Or, un certain nombre de pare-feux, stupidement configurés par des amateurs, bloquent tout ICMP « pour des raisons de sécurité » (c'est d'ailleurs une bonne question pour les entretiens d'embauche d'un administrateur de réseaux : « filtrer ICMP en entrée ou pas ? » S'il répond Oui, on est sûr qu'il est incompétent.) Ne recevant pas les « Packet too big », l'émetteur risque de croire à tort que ses paquets sont passés. En outre, si l'émetteur décide de fragmenter (en général, quand la MTU du chemin est inférieure à la sienne, avec TCP, on réduit la MSS, avec UDP, on fragmente), il faut que les fragments passent à travers le réseau. Et, là encore, un certain nombre de pare-feux bêtement configurés bloquent les fragments. Donc, en pratique, découverte du chemin + fragmentation est un processus fragile, en raison de ce véritable sabotage par des middleboxes.

C'est certainement le plus gros problème pratique lors du déploiement d'IPv6. On peut même penser à prendre des mesures radicales et coûteuses, comme d'abaisser la MTU à 1 280 octets pour être tranquille. Moins violent, il est fréquent de voir des MTU à 1 480 octets. Voici par exemple la configuration de mon routeur Turris Omnia pour passer par l'IPv6 de Free (un tunnel) :

config interface 'lan'
	option ip6assign '64'
	option ip6addr '2001:db8:42::1:fe/64'
	option ip6prefix '2001:db8:42::/64'
	option ip6gw '2001:db8:42::1'
	option mtu '1480'
    

Et le « flow label », dont j'avais parlé plus haut ? Il est décrit dans la (très courte) section 6, qui renvoie surtout au RFC 6437. En pratique, ce champ semble peu utilisé comme on l'a vu dans l'exemple décodé par tshark.

Même chose pour le « traffic class », en section 7 : pour son utilisation pour la différenciation de trafic, voir les RFC 2474 et RFC 3168.

Maintenant qu'IPv6, protocole de couche 3, a été bien défini, le RFC monte vers la couche 4, en consacrant sa section 8 aux problèmes des couches supérieures. Cela concerne notamment la somme de contrôle. Si vous avez fait attention au schéma de l'en-tête IPv6 de la section 3, vous avez noté qu'il n'y avait pas de champ « Header Checksum », contrairement à ce qui existait en IPv4. En IPv6, pas de somme de contrôle en couche 3, c'était une tâche supplémentaire pour les routeurs (pour citer le RFC 791, « Since some header fields change (e.g., time to live), this is recomputed and verified at each point that the internet header is processed. »), tâche dont ils sont désormais dispensés.

Par contre, la somme de contrôle existe pour les en-têtes de couche 4 et elle devient même obligatoire pour UDP (elle était facultative en IPv4, quoique très fortement recommandée). (Voir le RFC 1071, au sujet de cette somme de contrôle.)

Un gros changement de ce RFC par rapport à son prédécesseur, le RFC 2460, concerne la sécurité. La section sur la sécurité est passée d'une annexe de deux lignes (qui se contentait de passer le bébé à IPsec) à une analyse plus détaillée (section 10 du RFC). La question est délicate car la sécurité d'IPv6 a souvent fait l'objet de FUD, visant à justifier l'immobilisme de pas mal d'acteurs. Il est évidemment plus valorisant de dire « nous ne migrons pas vers IPv6 pour des raisons de sécurité » que de reconnaitre « nous sommes trop flemmards et paralysés par la peur du changement ». (Cf. mon exposé sur la sécurité d'IPv6 à l'ESGI.) S'il fallait synthétiser (la deuxième partie de cette synthèse ne figure pas dans le RFC), je dirais :

  • La sécurité d'IPv6 est quasiment la même qu'en IPv4 (ce qui est logique, il ne s'agit après tout que de deux versions du même protocole). Les grandes questions de sécurité d'IPv4 (usurpation d'adresse source, relative facilité à faire des attaques par déni de service, pas d'authentification ou de confidentialité par défaut) sont exactement les mêmes en IPv6. (C'est une blague courante à l'IETF de dire que si IPv4, l'un des plus grands succès de l'ingéniérie du vingtième siècle, était présenté à l'IESG aujourd'hui, il serait rejeté pour sa trop faible sécurité.)
  • Par contre, en pratique, les solutions techniques d'attaque et de défense, ainsi que les compétences des attaquants et des défenseurs, sont bien plus faibles en IPv6. Pas mal de logiciels « de sécurité » ne gèrent pas IPv6, bien des logiciels de piratage ne fonctionnent qu'en IPv4, les administrateurs système sont déroutés face à une attaque IPv6, et les pirates ne pensent pas à l'utiliser. (Faites l'expérience : configurez un pot de miel SSH en IPv4 et IPv6. Vous aurez plusieurs connexions par jour en IPv4 et jamais une seule en IPv6.) L'un dans l'autre, je pense que ces deux aspects s'équilibrent.

Bon, assez de stratégie, passons maintenant aux problèmes concrets que décrit cette section 10. Elle rappelle des risques de sécurité qui sont exactement les mêmes qu'en IPv4 mais qu'il est bon de garder en tête, ce sont des problèmes fondamentaux d'IP :

  • Communication en clair par défaut, donc espionnage trop facile pour les États, les entreprises privées, les pirates individuels. (Cf. Snowden.)
  • Possibilité de rejouer des paquets déjà passés, ce qui permet certaines attaques. Dans certains cas, on peut modifier le paquet avant de le rejouer, et ça passera.
  • Possibilité de générer des faux paquets et de les injecter dans le réseau.
  • Attaque de l'homme du milieu : une entité se fait passer pour l'émetteur auprès du vrai destinataire, et pour le destinataire auprès du vrai émetteur.
  • Attaque par déni de service, une des plaies les plus pénibles de l'Internet.

En cohérence avec le RFC 2460 (mais pas avec la réalité du terrain), notre RFC recommande IPsec (RFC 4301) comme solution à la plupart de ces problèmes. Hélas, depuis le temps qu'il existe, ce protocole n'a jamais connu de déploiement significatif sur l'Internet public (il est par contre utilisé dans des réseaux privés, par exemple le VPN qui vous permet de vous connecter avec votre entreprise de l'extérieur utilise probablement une variante plus ou moins standard d'IPsec). Une des raisons de ce faible déploiement est la grande complexité d'IPsec, et la complexité pire encore de ses mises en œuvre. En pratique, même si le RFC ne le reconnait que du bout des lèvres, ce sont les protocoles applicatifs comme SSH ou TLS, qui sécurisent l'Internet.

Pour les attaques par déni de service, par contre, aucune solution n'est proposée : le problème ne peut pas forcément se traiter au niveau du protocole réseau.

La différence la plus spectaculaire entre IPv4 et IPv6 est évidemment la taille des adresses. Elle rend le balayage bien plus complexe (mais pas impossible), ce qui améliore la sécurité (l'Internet IPv4 peut être exploré incroyablement vite, par exemple avec masscan, et, si on est trop flemmard pour balayer soi-même, on peut utiliser des balayages déjà faits, par exemple par Shodan ou https://scans.io/). Le RFC 7707 fait une très bonne synthèse de l'état de l'art en matière de balayage IPv6. Par exemple, Shodan, cité plus haut, doit utiliser des techniques assez douteuses pour récolter des adresses IPv6 à examiner.

Et qu'en est-il de la vie privée ? L'argument, largement FUDé, a été beaucoup utilisé contre IPv6. Le RFC note qu'IPv6 a entre autre pour but de rendre inutile l'usage du NAT, dont certaines personnes prétendent qu'il protège un peu les utilisateurs. L'argument est largement faux : le NAT (qui est une réponse à la pénurie d'adresses IPv4, pas une technique de sécurité) ne protège pas contre tout fingerprinting, loin de là. Et, si on veut empêcher les adresses IP des machines du réseau local d'être visibles à l'extérieur, on peut toujours faire du NAT en IPv6, si on veut, ou bien utiliser des méthodes des couches supérieures (comme un relais).

Autre question de vie privée avec IPv6, les adresses IP fondées sur l'adresse MAC. Cette ancienne technique, trop indiscrète, a été abandonnée avec les RFC 4941 et RFC 7721, le premier étant très déployé. Il est curieux de constater que cet argument soit encore utilisé, alors qu'il a perdu l'essentiel de sa (faible) pertinence.

Mais il y avait bien des problèmes de sécurité concrets avec le précédent RFC 2460, et qui sont réparés par ce nouveau RFC :

  • Les « fragments atomiques » ne doivent désormais plus être générés (RFC 8021) et, si on en reçoit, doivent être « réassemblés » par une procédure spéciale (RFC 6946).
  • Les fragments qui se recouvrent partiellement sont désormais interdits (cf. RFC 5722, le réassemblage des fragments en un paquet est déjà assez compliqué et sujet à erreur comme cela).
  • Si le paquet est fragmenté, les en-têtes d'extension doivent désormais tous être dans le premier fragment (RFC 7112).
  • L'en-tête de routage (Routing Header) de type 0, dit « RH0 », est abandonné, il posait trop de problèmes de sécurité (cf. RFC 5095 et RFC 5871).

L'annexe B de notre RFC résume les changements depuis le RFC 2460. Pas de choses révolutionnaires, les changements les plus importantes portaient sur la sécurité, comme listé un peu plus haut (section 10 du RFC). On notera comme changements :

  • [Section 1] Clarification que IPv6 est gros-boutien, comme IPv4 (cf. l'annexe B du RFC 791).
  • [Section 3] Clarification de l'utilisation du « hop limit », décrémenté de 1 à chaque routeur.
  • [Section 4] Clarification du fait qu'un équipement intermédiaire ne doit pas tripoter les en-têtes d'extension (à part évidemment « Hop-by-hop Options »), ni les modifier, ni en ajouter ou retirer, ni même les lire.
  • [Section 4] Le traitement de l'en-tête « Hop-by-hop Options par les routeurs sur le trajet n'est plus obligatoire. Si un routeur est pressé, il peut s'en passer (le RFC suit ainsi la pratique).
  • [Section 4.4] Suppression de l'en-tête de routage de type 0.
  • [Section 4.5] Pas mal de changements sur la fragmentation (un processus toujours fragile !), notamment l'abandon des fragments atomiques.
  • [Section 4.8] Intégration du format unique des éventuels futurs en-têtes d'extension, format initialement présenté dans le RFC 6564.
  • [Section 6] Reconnaissance du fait que « Flow Label » n'était pas réellement bien défini, et délégation de cette définition au RFC 6437.
  • [Section 8.1] Autorisation, dans certains cas bien délimités, d'omission de la somme de contrôle UDP (RFC 6935).
  • Il y a eu également correction de diverses erreurs comme les 2541 (omission sur la définition du « Flow Label ») et 4279 (paquet entrant avec un « Hop Limit » déjà à zéro).

Le projet de mise à jour de la norme IPv6 avait été lancé en 2015 (voici les supports du premier exposé).

D'habitude, je termine mes articles sur les RFC par des informations sur l'état de mise en œuvre du RFC. Mais, ici, il y en a tellement que je vous renvoie plutôt à cette liste. Notez que des tests d'interopérabilité ont été faits sur les modifications introduites par ce nouveau RFC et que les résultats publiés n'indiquent pas de problème.

Parmi les publications récentes sur le déploiement d'IPv6, signalons :


Téléchargez le RFC 8200


L'article seul

RFC 8198: Aggressive Use of DNSSEC-Validated Cache

Date de publication du RFC : Juillet 2017
Auteur(s) du RFC : K. Fujiwara (JPRS), A. Kato (Keio/WIDE), W. Kumari (Google)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF dnsop
Première rédaction de cet article le 26 juillet 2017


Lorqu'un client DNS interroge un résolveur, celui-ci peut répondre très vite si l'information demandée est dans sa mémoire (son « cache ») mais cela peut être beaucoup plus lent s'il faut aller demander aux serveurs faisant autorité. Il est donc essentiel, pour les performances du DNS, d'utiliser le cache le plus possible. Traditionnellement, le résolveur n'utilisait le cache que si la question posée par le client avait une réponse exacte dans le cache. Mais l'arrivée de DNSSEC autorise un usage plus énergique et plus efficace du cache : ce nouveau RFC permet aux résolveurs de synthétiser des réponses à partir des informations DNSSEC.

Comment peut-il faire ? Eh bien prenons par exemple les enregistrements NSEC. Ils indiquent une plage où il n'y a pas de noms enregistrés. Ainsi, si une zone example.com contient :

albatross IN AAAA 2001:db8:1028::a:1
elephant  IN AAAA 2001:db8:1028::a:2
zebra     IN AAAA 2001:db8:1028::a:3
    

Sa signature DNSSEC va ajouter des enregistrements NSEC, notamment :

albatross.example.com. IN NSEC elephant.example.com. AAAA    

qui veut dire qu'il n'y a pas de nom entre albatross et elephant. Si le client interroge le résolveur à propos de cat.example.com, le résolveur ira voir les serveurs faisant autorité, il aura une réponse négative (NXDOMAIN, ce nom n'existe pas) et l'enregistrement NSEC. Les deux informations seront renvoyées au client, et pourront être mémorisées dans le cache. Maintenant, si le client demande dog.example.com, les résolveurs traditionnels retourneront demander aux serveurs faisant autorité. Alors que les résolveurs modernes, conformes à ce nouveau RFC 8198, pourront déduire du NSEC que dog.example.com n'existe pas non plus, et immédiatement générer un NXDOMAIN pour le client. Cela fera gagner du temps et des efforts à tout le monde. (Les règles exactes sont dans la section 5.1 de notre RFC.)

La règle (désormais dépassée) comme quoi le résolveur ne peut répondre immédiatement que s'il a l'information correspondant à la question exacte est spécifiée dans le RFC 2308, pour le cache négatif (mémoriser les réponses NXDOMAIN). Désormais, elle n'est plus obligatoire si (et seulement si, voir section 9) le résolveur valide avec DNSSEC, et si la zone est signée (aucun changement si elle ne l'est pas). Outre le cas simple de NSEC avec des réponses négatives, présenté plus haut, il y a deux cas plus complexes, les enregistrements NSEC3, et les jokers. Si la zone est signée avec NSEC3 au lieu de NSEC, les enregistrements NSEC3 indiqueront des condensats et pas des noms et le résolveur devra donc condenser le nom demandé, pour voir s'il tombe dans un NSEC3 connu, et si on peut synthétiser le NXDOMAIN. Les règles exactes sur les NSEC3 sont dans le RFC 5155 (attention, c'est compliqué), sections 8.4 à 8.7, et dans notre RFC, section 5.2. Évidemment, si la zone est signée avec l'option « opt-out » (c'est le cas de la plupart des TLD), le résolveur ne peut pas être sûr qu'il n'y a pas un nom non signé dans une plage indiquée par un enregistrement NSEC, et ne peut donc pas synthétiser. Tout aussi évidemment, toute solution qui empêchera réellement l'énumération des noms dans une zone signée (comme le projet NSEC5) sera incompatible avec cette solution.

Si la zone inclut des jokers (RFC 1034, section 4.3.3), par exemple example.org :

    
avocado   IN A 192.0.2.1
*         IN A 192.0.2.2
zucchini IN A 192.0.2.3

Alors, le résolveur pourra également synthétiser des réponses positives. S'il a déjà récupéré et mémorisé le joker, et que le client lui demande l'adresse IPv4 de leek.example.org, le résolveur pourra tout de suite répondre 192.0.2.2. (J'ai simplifié : le résolveur doit aussi vérifier que le nom leek.example.org n'existe pas, ou en tout cas n'a pas d'enregistrement A. Le joker ne masque en effet pas les noms existants. Détails en section 5.3 du RFC.)

Pour cette utilisation plus énergique de la mémoire d'un résolveur validant, il a fallu amender légèrement le RFC 4035, dont la section 4.5 ne permettait pas cette synthèse de réponses (la nouvelle rédaction est en section 7). Notez un inconvénient potentiel de cette synthèse : un nom ajouté ne sera pas visible tout de suite. Mais c'est de toute façon une propriété générale du DNS et de ses caches souvent appelée, par erreur, « durée de propagation ».

La durée exacte pendant laquelle le résolveur « énergique » pourra garder les informations qui lui servent à la synthèse des réponses est donnée par le TTL des NSEC.

Quel intérêt à cette synthèse énergique de réponses ? Comme indiqué plus haut, cela permet de diminuer le temps de réponse (section 6). Du fait de la diminution de nombre de questions à transmettre, cela se traduira également par une diminution de la charge, et du résolveur, et du serveur faisant autorité. Sur la racine du DNS, comme 65 % des requêtes entrainent un NXDOMAIN (voir par exemple les statistiques de A-root), le gain devrait être important. Un autre avantage sera pour la lutte contre les attaques dites « random QNAMEs » lorsque l'attaquant envoie plein de requêtes pour des noms aléatoires (générant donc des NXDOMAIN). Si l'attaquant passe par un résolveur, celui-ci pourra écluser la grande majorité des requêtes sans déranger le serveur faisant autorité.

Mais la synthèse énergique entraine aussi un gain en matière de vie privée (cf. RFC 7626) : les serveurs faisant autorité verront encore moins de questions.

Cette technique de « cache négatif énergique » avait été proposée pour la première fois dans la section 6 du RFC 5074. Elle s'inscrit dans une série de propositions visant à augmenter l'efficacité des caches DNS, comme le « NXDOMAIN cut » du RFC 8020. La synthèse énergique de réponses prolonge le RFC 8020, en allant plus loin (mais elle nécessite DNSSEC).

Il semble que Google Public DNS mette déjà en œuvre une partie (les réponses négatives) de ce RFC, mais je n'ai pas encore vérifié personnellement.


Téléchargez le RFC 8198


L'article seul

RFC 8197: A SIP Response Code for Unwanted Calls

Date de publication du RFC : Juillet 2017
Auteur(s) du RFC : H. Schulzrinne (FCC)
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 18 juillet 2017


Voici un RFC qui n'est pas trop long à lire ou à comprendre : il ajoute un code de réponse au protocole SIP (utilisé surtout pour la téléphonie sur IP), le code 607 qui dit explicitement « je n'ai pas envie de répondre à cet appel ».

Sur certaines lignes téléphoniques, la majorité des appels entrants sont du spam (cf. RFC 5039), du genre salons de beauté ou remplacements de fenêtres, voire appels automatiques en faveur d'un candidat politicien. Toute méthode de lutte contre ce spam nécessite d'avoir un retour des utilisateurs, qui déclarent « je ne veux pas de cet appel ». Simplement raccrocher ne suffit pas, il faut permettre à l'utilisateur de déclarer explicitement la spamicité d'un appel. (Les codes de rejet existants comme 603 - RFC 3261, section 21.6.2 - ne sont pas assez spécifiques. 603 indique typiquement un rejet temporaire, du genre je suis à table, ne me dérangez pas maintenant.)

C'est désormais possible avec ce nouveau code de retour 607, enregistré à l'IANA. Le logiciel de l'utilisateur enverra ce code (il aura typiquement un bouton « rejet de ce spam » comme c'est le cas pour les logiciels de courrier), et il pourra être utilisé pour diverses techniques anti-spam (par exemple par un fournisseur SIP pour déterminer que tel numéro ne fait que du spam et peut donc être bloqué). La FCC (pour laquelle travaille l'auteur du RFC) avait beaucoup plaidé pour un tel mécanisme.

Notez que l'interprétation du code sera toujours délicate, car il peut y avoir usurpation de l'identité de l'appelant (section 6 de notre RFC, et aussi RFC 4474) ou tout simplement réaffectation d'une identité à un nouvel utilisateur, innocent de ce qu'avait fait le précédent. Au passage, dans SIP, l'identité de l'appelant peut être un URI SIP ou bien un numéro de téléphone, cf. RFC 3966.

Le code aurait dû être 666 (le nombre de la Bête) mais le code 607 a été finalement choisi pour éviter des querelles religieuses. (Le RFC 7999 n'a pas eu les mêmes pudeurs.)

L'action (ou l'inaction) suivant une réponse 607 dépendra de la politique de chaque acteur. (La discussion animée à l'IETF avait surtout porté sur ce point.) Comme toujours dans la lutte contre le spam, il faudra faire des compromis entre trop de faux positifs (on refuse des messages légitimes) et trop de faux négatifs (on accepte du spam). D'autant plus que l'utilisateur peut être malveillant (rejeter comme spam des appels légitimes dans l'espoir de faire mettre l'appelant sur une liste noire) ou simplement incompétent (il clique un peu au hasard). Les signalements sont donc à prendre avec des pincettes (section 6 du RFC).


Téléchargez le RFC 8197


L'article seul

RFC 8195: Use of BGP Large Communities

Date de publication du RFC : Juin 2017
Auteur(s) du RFC : J. Snijders, J. Heasley (NTT), M. Schmidt (i3D.net)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF grow
Première rédaction de cet article le 1 juillet 2017


Le RFC 8092 a normalisé la notion de « grande communauté » BGP, des données attachées aux annonces de routes, plus grandes que les précédentes « communautés » et permettant donc de stocker davantage d'informations. Ce nouveau RFC explique à quoi peuvent servir ces grandes communautés et donne des exemples d'utilisation. Un document concret, qui ravira les opérateurs réseaux.

Le RFC original sur les communautés BGP était le RFC 1997, et il était accompagné d'un RFC 1998 présentant des cas concrets d'utilisation. C'est la même démarche qui est faite ici, de faire suivre le document de normalisation, le RFC 8092, d'un document décrivant des utilisations dans le monde réel (avec des expériences pratiques décrites à NANOG ou NLnog).

Un petit rappel des grandes communautés, d'abord (section 2 du RFC). Chaque communauté se compose de trois champs de quatre octets chacun. Le premier champ se nomme GA, pour Global Administrator, et sa valeur est le numéro de l'AS qui a ajouté cette communauté (rappelez-vous que les numéros d'AS font désormais quatre octets), ce qui assure l'unicité mondiale des communautés. Les deux autres champs portent les noms peu imaginatifs de Local Data Part 1 et Local Data Part 2. La plupart du temps, on se sert du premier pour identifier une fonction, et du second pour identifier les paramètres d'une fonction. Notez qu'il n'existe pas de standard pour ces deux champs locaux : comme leur nom l'indique, chaque AS les affecte comme il veut. Une même valeur peut donc avoir des significations différentes selon l'AS.

Le RFC contient plusieurs exemples, qui utilisent à chaque fois la même topologie : un transitaire, l'AS 65551, avec un client, l'AS 64497, qui est lui-même transitaire pour les AS 64498 et 64499, qui par ailleurs ont une relation de peering (en épais sur l'image) example-bgp-large-comm.png :

Notre RFC classe les communautés en deux catégories : celles d'information et celles d'action. Les premières servent à distribuer des informations qui ne modifieront pas le comportement des routeurs, mais pourront être utiles pour le déboguage, ou les statistiques. Un exemple est l'ajout d'une communauté pour indiquer dans quel pays on a appris telle route. Elles sont typiquement ajoutées par l'AS qui a défini ces informations, et il mettra donc son numéro d'AS dans le champ GA. Les secondes, les communautés d'action, servent à indiquer une action souhaitée. Elles sont définies par l'AS qui aura à agir, et mises dans le message BGP par un de ses pairs. Un exemple est une communauté pour indiquer à son pair quelle préférence on souhaite qu'il attribue à telle route.

La section 3 donne des exemples de communautés d'information. Le premier est celui où l'AS 66497 marque les routes qu'il a reçues avec une communauté qui indique le pays où la route a été apprise (le code pays utilisé est celui de ISO 3166-1). La fonction a reçu le numéro 1. Donc, la présence dans l'annonce BGP de la communauté 64497:1:528 indique une route apprise aux Pays-Bas, la communauté 64497:1:392 indique le Japon, etc. Le même opérateur peut aussi prévoir une fonction 2 pour indiquer la région (concept plus vaste que le pays), en utilisant les codes M.49 : 64497:2:2 dit que la route a été apprise en Afrique, 64497:2:150 en Europe et ainsi de suite. Rappelez-vous bien que la signification d'une fonction (et donc des paramètres qui suivent) dépend de l'AS (ou, plus rigoureusement, du champ GA). Il n'y a pas de standardisation des fonctions. Si vous voyez une communauté 65551:2:2, cela ne signifie pas forcément que la route vient d'Afrique : l'AS 65551 peut utiliser la fonction 2 pour tout à fait autre chose.

À part l'origine géographique d'une route, il est souvent utile de savoir si la route a été apprise d'un pair ou d'un transitaire. Le RFC donne l'exemple d'une fonction 3 où le paramètre 1 indique une route interne, 2 une route apprise d'un client, 3 d'un pair et 4 d'un transitaire. Ainsi, la communauté 64497:3:2 nous dit que la route vient d'un client de l'AS 64497.

Une même annonce de route peut avoir plusieurs communautés. Une route étiquetée 64497:1:528, 64497:2:150 et 64497:3:3 vient donc d'un pair aux Pays-Bas.

Et les communautés d'action (section 4 du RFC) ? Un premier exemple est celui où on indique à son camarade BGP de ne pas exporter inconditionnellement une route qu'on lui annonce (ce qui est le comportement par défaut de BGP). Mettons que c'est la fonction 4. (Vous noterez qu'il n'existe pas d'espace de numérotation de fonctions distinct pour les communautés d'information et d'action. On sait que la fonction 4 est d'action uniquement si on connait la politique de l'AS en question.) Mettons encore que l'AS 64497 a défini le paramètre comme étant un numéro d'AS à qui il ne faut pas exporter la route. Ainsi, envoyer à l'AS 64497 une route étiquetée 64497:4:64498 signifierait « n'exporte pas cette route à l'AS 64498 ». De la même façon, on peut imaginer une fonction 5 qui utilise pour cette non-exportation sélective le code pays. 64997:5:392 voudrait dire « n'exporte pas cette route au Japon ». (Rappelez-vous que BGP est du routage politique : son but principal est de permettre de faire respecter les règles du business des opérateurs.)

Je me permets d'enfoncer le clou : dans les communautés d'action, l'AS qui ajoute une communauté ne met pas son numéro d'AS dans le champ GA, mais celui de l'AS qui doit agir.

Un autre exemple de communauté d'action serait un allongement sélectif du chemin d'AS. On allonge le chemin d'AS en répétant le même numéro d'AS lorsqu'on veut décourager l'utilisation d'une certaine route. (En effet, un des facteurs essentiels d'une décision BGP est la longueur du chemin d'AS : BGP préfère le plus court.) Ainsi, l'exemple donné utilise la fonction 6 avec comme paramètre l'AS voisin où appliquer cet allongement (prepending). 64497:6:64498 signifie « ajoute ton AS quand tu exportes vers 64498 ».

Quand on gère un routeur BGP multihomé, influencer le trafic sortant est assez simple. On peut par exemple mettre une préférence plus élevée à la sortie vers tel transitaire. Influencer le trafic entrant (par exemple si on veut que le trafic vienne surtout par tel transitaire) est plus délicat : on ne peut pas configurer directement la politique des autres AS. Certains partenaires BGP peuvent permettre de définir la préférence locale (RFC 4271, section 5.1.5), via une communauté. Ici, le RFC donne l'exemple d'une fonction 8 qui indique « mets la préférence d'une route client [a priori une préférence élevée] », 10 une route de peering, 11 de transit et 12 une route de secours, à n'utiliser qu'en dernier recours (peut-être parce qu'elle passe par un fournisseur cher, ou bien de mauvaise qualité). Le paramètre (le troisième champ de la communauté) n'est pas utilisé. Alors, la communauté 64997:12:0 signifiera « AS 64997, mets à cette route la préférence des routes de secours [a priori très basse] ».

Le RFC suggère aussi, si le paramètre est utilisé, de le prendre comme indiquant la région où cette préférence spécifique est appliquée. Par exemple 64997:10:5 demandera à l'AS 64997 de mettre la préférence des routes de peering (10) à tous les routeurs en Amérique du Sud (code 5 de la norme M.49).

Attention, changer la préférence locale est une arme puissante, et sa mauvaise utilisation peut mener à des coincements (RFC 4264).

Dernier exemple donné par notre RFC, les souhaits exprimés à un serveur de routes (RFC 7947). Ces serveurs parlent en BGP mais ne sont pas des routeurs, leur seul rôle est de redistribuer l'information aux routeurs. Par défaut, tout est redistribué à tout le monde (RFC 7948), ce qui n'est pas toujours ce qu'on souhaite. Si on veut une politique plus sélective, certains serveurs de route documentent des communautés que les clients du serveur peuvent utiliser pour influencer la redistribution des routes. Notre RFC donne comme exemple une fonction 13 pour dire « n'annonce pas » (alors que cela aurait été le comportement normal) et une fonction 14 pour « annonce quand même » (si le comportement normal aurait été de ne pas relayer la route). Ainsi, 64997:13:0 est « n'annonce pas cette route par défaut » et 64997:14:64999 est « annonce cette route à l'AS 64999 ».

Vous voudriez des exemples réels ? Netnod avait annoncé que ces grandes communautés étaient utilisables sur leur AS 52005 :

  • 52005:0:0 Do not announce to any peer
  • 52005:0:ASx Do not announce to ASx
  • 52005:1:ASx Announce to ASx if 52005:0:0 is set
  • 52005:101:ASx Prepend peer AS 1 time to ASx
  • 52005:102:ASx Prepend peer AS 2 times to ASx
  • 52005:103:ASx Prepend peer AS 2 times to ASx

On trouve également ces communautés au IX-Denver, documentées ici (sous « Route Server B and C Communities ») ou au SIX (dans leur documentation). Il y a enfin cet exemple à ECIX. (Merci à Job Snijders et Pier Carlo Chiodi‏ pour les exemples.)

Voilà, à vous maintenant de développer votre propre politique de communautés d'information, et de lire la documentation de vos voisins BGP pour voir quelles communautés ils utilisent (communautés d'action).


Téléchargez le RFC 8195


L'article seul

RFC 8193: Information Model for Large-Scale Measurement Platforms (LMAPs)

Date de publication du RFC : Août 2017
Auteur(s) du RFC : T. Burbridge, P. Eardley (BT), M. Bagnulo (Universidad Carlos III de Madrid), J. Schoenwaelder (Jacobs University Bremen)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF lmap
Première rédaction de cet article le 22 août 2017


Ce RFC est l'un de ceux du groupe de travail IETF nommé LMAP, pour « Large-Scale Measurement Platforms ». Ce groupe développe des normes pour les systèmes de mesure à grande échelle, ceux où des centaines ou des milliers de sondes quantifient l'Internet. Il décrit le modèle de données utilisé.

Le projet LMAP est décrit dans les RFC 7536 (qui explique à quoi sert LMAP, avec deux exemples concrets) et RFC 7594 (qui normalise le vocabulaire et le cadre général). Pour résumer très vite, LMAP prévoit un Measurement Agent (la sonde) qui parle à un contrôleur, qui lui dit quoi faire, et à un collecteur, qui ramasse les données. Ce nouveau RFC décrit le modèle de données abstrait utilisé dans ces deux communications.

Rappelons que, dans le cadre défini pour LMAP, chaque MA (Measurement Agent) parle à un et un seul contrôleur, qui lui dit ce qu'il doit mesurer. (LMAP sépare le rôle du contrôleur et du collecteur, rôles que beaucoup de systèmes déployés fusionnent.) Il y a donc trois protocoles en jeu, le protocole de contrôle, entre le contrôleur et les MA, le protocole de collecte, entre les collecteurs et les MA, et enfin les protocoles utilisés dans les tests (ICMP ECHO, par exemple, mais aussi HTTP, DNS…) Enfin, il y a aussi la configuration nécessaire dans tous ces équipements. Tous ces points peuvent faire l'objet d'un travail de normalisation, mais ce RFC 8193 présente uniquement un modèle de données adapté au protocole de collecte et au protocole de contrôle.

La notion de modèle de données est expliquée dans le RFC 3444. En gros, il s'agit d'un modèle abstrait (très abstrait) décrivant quel genre de données sont échangées. Il peut se formaliser de manière un peu plus concrète par la suite, par exemple en utilisant le langage YANG (c'est justement ce que fait le RFC d'accompagnement, le RFC 8194). Un tel modèle sert à guider la normalisation, à faciliter la traduction d'un protocole dans un autre s'ils utilisent le même modèle de données, et à définir les données que doit mesurer et conserver le MA.

Le modèle défini ici utilise une notation formelle, utilisant des types de données classiques en programmation (section 3 du RFC) : int (un entier), boolean (une valeur logique), string, mais aussi des types plus riches comme datetime ou uri.

Le modèle lui-même est dans la section 4 du RFC. Je rappelle qu'il suit le cadre du RFC 7594. Il a six parties :

  • Informations de pré-configuration du MA (celle qui est faite en usine),
  • Informations de configuration du MA,
  • Instructions reçues par le MA (« envoie telle requête DNS à tel serveur, de telle heure à telle heure »),
  • Journal du MA, avec des évènements comme le redémarrage de la sonde,
  • État général du MA (« je sais faire des tests IPv6 »),
  • Et bien sûr, le résultat des mesures, ce qui est l'information la plus importante.

Le MA peut également avoir d'autres informations, par exemple des détails sur son type de connectivité.

Pour donner des exemples concrets, je vais souvent citer les sondes RIPE Atlas, même si ce système, conçu avant le RFC, ne suis pas exactement ce modèle. C'est sans doute l'un des plus grands, voire le plus grand réseau de points de mesure dans le monde, avec près de 10 000 sondes connectées. Par exemple, pour la configuration, les informations de pré-configuration d'une sonde Atlas comprennent une adresse MAC et un identificateur, qu'on peut voir sur la sonde : atlas-mac-id.jpg

Les sondes sont également pré-configurées avec le nom du contrôleur (qui sert également de collecteur). Elles acquièrent le reste de leur configuration par DHCP et SLAAC. Regardons par exemple la sonde d'identificateur #21660, installée à Cochabamba, on voit les adresses IP obtenues : sonde-atlas-21660.png

Les sondes Atlas disposent également d'étiquettes (tags) décrivant plus précisement certaines de leurs caractéristiques. Certaines des étiquettes sont attribuées manuellement par leur propriétaire (en bleu sur l'image ci-dessous), d'autres, qui peuvent être déterminées automatiquement, sont mises par le système (en vert sur l'image), et rentrent donc dans le cadre de la partie « état général de la sonde » du modèle : sonde-atlas-21660-tags.png

Les classes utilisées dans le modèle sont, entre autres :

  • Les agendas (schedules) qui indiquent quelle tâche doit être accomplie,
  • Les canaux de communication (channels),
  • les configurations (task configurations),
  • Les évènements (events), qui détaillent le moment où une tâche doit être exécutée.

Première partie, la pré-configuration (section 4.1). On y trouve les informations dont le MA aura besoin pour accomplir sa mission. Au minimum, il y aura un identificateur (par exemple l'adresse MAC), les coordonnées de son contrôleur (par exemple un nom de domaine, mais le RFC ne cite que le cas où ces coordonnées sont un URL, pour les protocoles de contrôle de type REST), peut-être des moyens d'authentification (comme le certificat de l'AC qui signera le certificat du contrôleur). URL et moyens d'authentification, ensemble, forment un canal de communication.

Dans le langage formel de ce modèle, cela fait :


     object {
         [uuid                ma-preconfig-agent-id;]
          ma-task-obj         ma-preconfig-control-tasks<1..*>;
          ma-channel-obj      ma-preconfig-control-channels<1..*>;
          ma-schedule-obj     ma-preconfig-control-schedules<1..*>;
         [uri                 ma-preconfig-device-id;]
          credentials         ma-preconfig-credentials;
     } ma-preconfig-obj;     

    

Cela se lit ainsi : l'information de pré-configuration (type ma-preconfig-obj) comprend divers attributs dont un identificateur (qui est un UUID, on a vu que les Atlas utilisaient un autre type d'identificateurs), des canaux de communication avec le contrôleur, et des lettres de créance à présenter pour s'authentifier. Notez que l'identificateur est optionnel (entre crochets).

Vous avez compris le principe ? On peut passer à la suite plus rapidement (je ne vais pas répéter les déclarations formelles, voyez le RFC). La configuration (section 4.2) stocke les informations volatiles (la pré-configuration étant consacrée aux informations plus stables, typiquement stockées sur une mémoire permanente).

Les instructions (section 4.3) sont les tâches que va accomplir la sonde, ainsi que l'agenda d'exécution, et bien sûr les canaux utilisé pour transmettre les résultats. La journalisation (section 4.4) permet d'enregistrer les problèmes (« mon résolveur DNS ne marche plus ») ou les évènements (« le courant a été coupé »).

Il ne sert évidemment à rien de faire des mesures si on ne transmet pas le résultat. D'où la section 4.6, sur la transmission des résultats de mesure au collecteur. La communication se fait via les canaux décrits en section 4.8.

Une dernière photo, pour clore cet article, une sonde RIPE Atlas en fonctionnement, et une autre sonde, la SamKnows : atlas-et-samknows.jpg

Merci à André Sintzoff pour avoir trouvé de grosses fautes.


Téléchargez le RFC 8193


L'article seul

RFC 8190: Updates to Special-Purpose IP Address Registries

Date de publication du RFC : Juin 2017
Auteur(s) du RFC : R. Bonica (Juniper Networks), M. Cotton (ICANN), B. Haberman (Johns Hopkins University), L. Vegoda (ICANN)
Première rédaction de cet article le 28 juin 2017


Le RFC 6890 avait créé un registre unique des préfixes d'adresses IP « spéciaux ». Ce nouveau RFC met à jour le RFC 6890, précisant et corrigeant quelques points.

Un préfixe « spécial » est juste un préfixe IP dédié à un usage inhabituel, et qui peut nécessiter un traitement particulier. Ainsi, les préfixes 203.0.113.0/24 et 2001:db8::/32 sont dédiés à la documentation, aux cours et exemples et, bien que n'étant pas traités différemment des autres préfixes par les routeurs, ne doivent normalement pas apparaitre dans un vrai réseau. Le RFC 6890 spécifie les deux registres de préfixes spéciaux, un pour IPv4 et un pour IPv6. Mais il y avait une ambiguité dans ce RFC, dans l'usage du terme « global ». Il n'est pas évident à traduire en français. Dans le langage courant, global/globalement, a surtout le sens de « le plus souvent/généralement », alors que, dans le contexte de l'Internet, ce serait plutôt dans le sens « valable pour tout point du globe ». Même en anglais, le terme est polysémique : il peut signifier que l'adresse IP est unique au niveau mondial ou bien il peut signifier que l'adresse est potentiellement joignable mondialement, et qu'un routeur peut donc faire suivre le paquet en dehors de son propre domaine. (La joignabilité effective, elle, dépend évidemment de l'état de BGP.) Le RFC 4291, dans sa section 2.5.4, n'est pas plus clair.

Reprenons l'exemple des préfixes de documentation. Dans les trois préfixes IPv4 de documentation (comme 203.0.113.0/24), les adresses ne sont pas uniques (chacun les alloue comme il veut et, vu le faible nombre d'adresses total, il y aura certainement des collisions) et, de toute façon, n'ont pas de signification en dehors d'un domaine : cela n'a pas de sens de transmettre des paquets ayant de telles adresses à ses partenaires. Pour le préfixe de documentation IPv6, 2001:db8::/32, c'est un peu plus compliqué car les adresses peuvent être quasi-uniques mondialement (si on prend la précaution de les tirer au sort dans le préfixe) mais, de toute façon, n'ont pas vocation à être joignables de partout et on ne transmet donc pas ces paquets à ses voisins.

Bref, notre nouveau RFC choisit d'être plus précis, renommant l'ancien booléen « global » du RFC 6890 en « globally reachable ».

La nouvelle définition (section 2) est donc bien « le paquet ayant cette adresse comme destination peut être transmis par un routeur à un routeur d'un autre domaine (d'un autre opérateur, en pratique) ». La colonne Global du registre est donc remplacée par Globally reachable. Notez qu'il n'y a pas de colonne « Unicité » (une autre définition possible de global).

Cela a nécessité quelques changements supplémentaires dans le registre (toujours section 2), colonne Globally reachable :

  • Le préfixe Teredo 2001::/32 passe de False (les adresses Teredo ne sont pas uniques) à N/A (Not Applicable) car la question de la joignabilité mondiale n'a pas vraiment de sens pour Teredo,
  • Les ULA du RFC 4193 restent à False mais avec une précision en note.

Téléchargez le RFC 8190


L'article seul

RFC 8187: Indicating Character Encoding and Language for HTTP Header Field Parameters

Date de publication du RFC : Septembre 2017
Auteur(s) du RFC : J. Reschke (greenbytes)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF httpbis
Première rédaction de cet article le 14 septembre 2017
Dernière mise à jour le 16 septembre 2017


Les requêtes et réponses du protocole HTTP incluent des en-têtes (comme User-Agent: ou Content-Disposition:) avec des valeurs, qui, il y a longtemps, ne pouvaient se représenter directement qu'avec les caractères du jeu ISO 8859-1, voire seulement avec ASCII (c'était compliqué). Comme MIME, dans le RFC 2231, prévoyait un mécanisme très riche pour encoder les en-têtes du courrier électronique, ce RFC 8187 réutilise ce mécanisme pour HTTP (il remplace le RFC 5987, qui avait été le premier à le faire). Pour le corps du message (voir par exemple le RFC 7578), rien ne change.

Cette ancienne restriction à Latin-1 (qui n'est plus d'actualité) vient de la norme HTTP, le RFC 2616, dans sa section 2.2, qui imposait l'usage du RFC 2047 pour les caractères en dehors de ISO 8859-1. Le RFC 7230 a changé cette règle depuis (sa section 3.2) mais pas dans le sens d'une plus grande internationalisation (ISO 8859-1 ne convient qu'aux langues européennes), plutôt en supprimant le privilège d'ISO 8859 et en restreignant à ASCII. Et il ne précise pas vraiment comment faire avec d'autres jeux de caractère comme Unicode. Il ne reste donc que la solution du RFC 2231.

Notre nouveau RFC peut être résumé en disant qu'il spécifie un profil du RFC 2231. Ce profil est décrit en section 3, qui liste les points précisés par rapport au RFC 2231. Tout ce RFC n'est pas utilisé, ainsi le mécanisme en section 3 du RFC 2231, qui permettait des en-têtes de plus grande taille, n'est pas importé (section 3.1 de notre RFC).

En revanche, la section 4 du RFC 2231, qui spécifiait comment indiquer la langue dans laquelle était écrite la valeur d'un en-tête est repris pour les paramètres dans les en-têtes. Ainsi, (section 3.2), voici un en-tête (imaginaire : Information: n'a pas été enregstré), avec un paramètre title traditionnel en pur ASCII :

Information: news; title=Economy

et en voici un avec les possibilités de notre RFC pour permettre les caractères £ et € (« Sterling and euro rates ») :

Information: news; title*=UTF-8''%c2%a3%20and%20%e2%82%ac%20rates

Par rapport au RFC 2231 (qui était silencieux sur ce point), un encodage de caractères est décrété obligatoire (c'est bien sûr UTF-8), et il doit donc être géré par tous les logiciels. La mention de l'encodage utilisé est également désormais obligatoire (section 3.2 de notre RFC). La langue elle-même est indiquée par une étiquette, selon la syntaxe du RFC 5646. Du fait de ces possibilités plus riches que celles prévues autrefois pour HTTP, les paramètres qui s'en servent doivent se distinguer, ce qui est fait avec un astérisque avant le signe égal (voir l'exemple ci-dessus). Notez que l'usage de l'astérisque n'est qu'une convention : si on trouve un paramètre inconnu dont le nom se termine par un astérisque, on ne peut pas forcément en déduire qu'il est internationalisé.

La valeur du paramètre inclut donc le jeu de caractères et l'encodage (obligatoire), la langue (facultative, elle n'est pas indiquée dans l'exemple ci-dessus) et la valeur proprement dite.

Voici un exemple incluant la langue, ici l'allemand (code de, la phrase est « Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens », ou « contre la bêtise, les dieux eux-mêmes luttent en vain », tirée de la pièce « La pucelle d'Orléans ») :

Quote: theater; 
    sentence*=UTF-8'de'Mit%20der%20Dummheit%20k%C3%A4mpfen%20G%C3%B6tter%20selbst%20vergebens.

La section 4 couvre ensuite les détails pratiques pour les normes qui décrivent un en-tête qui veut utiliser cette possibilité. Par exemple, la section 4.2 traite des erreurs qu'on peut rencontrer en décodant et suggère que, si deux paramètres identiques sont présents, celui dans le nouveau format prenne le dessus. Par exemple, si on a :

Information: something; title="EURO exchange rates";
               title*=utf-8''%e2%82%ac%20exchange%20rates

le titre est à la fois en ASCII pur et en UTF-8, et c'est cette dernière version qu'il faut utiliser, même si normalement il n'y a qu'un seul paramètre title.

Ces paramètres étendus sont mis en œuvre dans Firefox et Opera ainsi que, dans une certaine mesure, dans Internet Explorer.

Plusieurs en-têtes HTTP se réfèrent formellement à cette façon d'encoder les caractères non-ASCII :

  • Authentication-Control:, dans le RFC 8053 (« For example, a parameter "username" with the value "Renee of France" SHOULD be sent as username="Renee of France". If the value is "Renée of France", it SHOULD be sent as username*=UTF-8''Ren%C3%89e%20of%20France instead »),
  • Authorization: (pour l'authentification HTTP, RFC 7616, avec également un paramètre username pour l'ASCII et username* pour l'encodage défini dans ce RFC),
  • Content-Disposition:, RFC 6266, qui indique sous quel nom enregistrer un fichier et dont le paramètre filename* permet tous les caractères Unicode,
  • Link:, normalisé dans le RFC 5988, où le paramètre title* permet des caractères non-ASCII (title étant pour l'ASCII pur).

Les changements depuis le RFC 5987, sont expliqués dans l'annexe A. Le plus spectaculaire est le retrait d'ISO 8859-1 (Latin-1) de la liste des encodages qui doivent être gérés obligatoirement par le logiciel. Cela fera plaisir aux utilisateurs d'Internet Explorer 9, qui avait déjà abandonné Latin-1. Autrement, rien de crucial dans ces changements. Le texte d'introduction a été refait pour mieux expliquer la situation très complexe concernant la légalité (ou pas) des caractères non-ASCII dans les valeurs d'en-tête.

Si vous voulez voir un exemple, essayez de télécharger le fichier http://www.bortzmeyer.org/files/foobar.txt. Si votre client HTTP gère l'en-tête Content-Disposition: et le paramètre internationalisé filename*, le fichier devrait être enregistré sous le nom föbàr.txt.La configuration d'Apache pour envoyer le Content-Disposition: est :


<Files "foobar.txt">
    Header set Content-Disposition "attachment; filename=foobar.txt; filename*=utf-8''f%%C3%%B6b%%C3%%A0r.txt"
</Files>

Par exemple, Safari ou Firefox enregistrent bien ce fichier sous son nom international.

Ah, et puisque ce RFC parle d'internationalisation, on notera que c'est le premier RFC (à part quelques essais ratés au début) à ne pas comporter que des caractères ASCII. En effet, suivant les principes du RFC 7997, il comporte cinq caractères Unicode : dans les exemples (« Extended notation, using the Unicode character U+00A3 ("£", POUND SIGN) » et « Extended notation, using the Unicode characters U+00A3 ("£", POUND SIGN) and U+20AC ("€", EURO SIGN) »), dans l'adresse (« Münster, NW 48155 ») et dans les noms des contributeurs (« Thanks to Martin Dürst and Frank Ellermann »).


Téléchargez le RFC 8187


L'article seul

RFC 8179: Intellectual Property Rights in IETF Technology

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : Scott Bradner (Harvard University), Jorge Contreras (University of Utah)
Première rédaction de cet article le 1 juin 2017


L'appropriation intellectuelle est partout et donc logiquement aussi dans les organismes de normalisation comme l'IETF. C'est l'objet de ce RFC, qui remplace les RFC 3979 et RFC 4879 sur les questions de brevets (nommées, à tort, questions de « propriété intellectuelle », alors que les brevets ne sont pas la même chose que les copyrights, traités dans le RFC 5378).

Donc, sur quels principes repose la politique de l'IETF au sujet des brevets ? L'idée de base est de s'assurer que l'IETF disposera d'information sur les brevets pouvant s'appliquer à une norme donnée, de façon à pouvoir prendre une décision en toute connaissance de cause. Il n'y a par contre pas de mécanisme automatique de décision, par exemple « Ne jamais normaliser des technologies brevetées ». En effet, compte-tenu du fait que l'écrasante majorité des brevets logiciels est futile, enregistrée uniquement parce que les organismes de brevetage ont un intérêt financier à accepter tout et n'importe quoi, une telle politique mènerait à ne rien pouvoir normaliser.

En pratique, tout ce RFC 8179 pourrait donc se résumer à « Tout participant à l'IETF qui connait ou devrait connaitre un brevet pouvant s'appliquer à une technique en cours de discussion doit en informer l'IETF ». C'est tout. Mais il y a quelques détails pratiques.

D'abord, il faut rappeler que ce sont officiellement des individus qui participent à l'IETF, pas des sociétés. Donc l'obligation s'applique à ces individus et ils ne peuvent pas y échapper en prétendant que leur compagnie leur interdit de réveler un brevet sous-marin (brevet sur lequel on fait peu de publicité, pour le ressortir une fois que la technique brevetée a été largement adoptée). Ensuite, le RFC définit ce que signifie contribuer à l'IETF (section 1). Par exemple, écrire sur une liste de diffusion d'un groupe de travail est une contribution. Cette règle est régulièrement rappelée par le fameux Note Well.

La section 1 définit formellement bien d'autres choses. Un concept essentiel mais souvent oublié est le Reasonably and personally known. Il désigne une information que le participant connait ou devrait connaitre, vu sa position dans l'entreprise qui l'emploie. L'idée est que le participant IETF n'est pas obligé de chercher activement dans le portefeuille de brevets de son entreprise, que l'obligation ne s'applique qu'à ce qu'il connait forcément, depuis son poste. Le but de l'ajout reasonably est d'éviter qu'une entreprise ne dissimule un brevet à ses propres employés.

Les principes sont donc :

  • L'IETF ne va pas chercher à déterminer si un brevet est futile ou pas (cela peut être un très gros travail, la plupart des brevets étant rédigés en termes délibérement incompréhensibles),
  • L'IETF peut normaliser ou pas une technique brevetée, il n'y a pas de refus systématique,
  • Pour pouvoir néanmoins savoir où on va, l'IETF a besoin d'information et c'est de là que découle l'exigence de divulgation des brevets, la principale obligation concrète de ce RFC 8179.

La section 3 rentre dans le concret, même si elle commence par un bel exercice de langue de bois (« The intent is to benefit the Internet community and the public at large, while respecting the legitimate rights of others. »). C'est elle qui impose que le contributeur à l'IETF ait bien divulgué tous les brevets qu'il connaissait « raisonnablement ». Outre le brevet lui-même, il peut y avoir une licence associée (un droit d'utiliser la technologie brevetée, sous certaines conditions). Si le détenteur du brevet n'indique pas de licence, l'IETF peut poliment lui demander. La licence (RAND, FRAND, RANDZ - c'est-à-dire gratuite …) sera évidemment un des éléments sur lesquels les participants à l'IETF fonderont leur position (cf. RFC 6410).

La section 4 indique ce que l'IETF va en faire, de ces divulgations (nommées « IPR [Intellectual Property Rights] disclosures ») : indication du fait qu'il existe des brevets pouvant s'y appliquer et publication de ces divulgations en http://www.ietf.org/ipr/. Par exemple, Verisign a un brevet (brevet états-unien 8,880,686, et la promesse de licence de Verisign) qu'ils prétendent valable, et dont ils affirment qu'il couvre la technique décrite dans le RFC 7816. (Sur la page officielle du RCF, c'est le lien « Find IPR Disclosures from the IETF ».) L'IETF (ou l'IAB, ou l'ISOC ou autre) n'ajoutera aucune appréciation sur la validité du brevet, ou sur les conditions de licence. Une telle appréciation nécessiterait en effet un long et coûteux travail juridique.

La note d'information n'est plus à inclure dans chaque RFC comme c'était autrefois le cas. Elle est désormais dans le IETF Trust Legal Provisions (version de 2015 : « The IETF Trust takes no position regarding the validity or scope of any Intellectual Property Rights or other rights that might be claimed to pertain to the implementation or use of the technology described in any IETF Document or the extent to which any license under such rights might or might not be available; nor does it represent that it has made any independent effort to identify any such rights. »). Comme exemple d'un brevet abusif, on peut citer la divulgation #1154, qui se réclame d'un brevet sur les courbes elliptiques qui s'appliquerait à tous les RFC parlant d'un protocole qui peut utiliser ces courbes, comme le RFC 5246.

Les divulgations ne sont pas incluses dans les RFC eux-mêmes (section 10) car elles peuvent évoluer dans le temps alors que le RFC est stable. Il faut donc aller voir ces « IPR disclosures » en ligne sur http://www.ietf.org/ipr/.

Les divulgations sont-elles spécifiées plus en détail ? Oui, en section 5. La 5.1 précise qui doit faire la divulgation (le participant, en tant que personne physique), la section 5.2 donne les délais (« aussi vite que possible »), la section 5.4.3 rappelle que la divulgation doit être précise et qu'un contributeur ne peut pas se contenter de vagues généralités (« blanket disclosure »). Le tout est aussi mis en ligne, en http://www.ietf.org/ipr-instructions.

Et si un tricheur, comme la société RIM, ne respecte pas cette obligation de divulgation ? La section 6 ne prévoit aucune dérogation : si, par exemple, une société empêche ses employés de divulguer les brevets, ces employés ne doivent pas participer à l'IETF (« tu suis les règles, ou bien tu ne joues pas »). Tout participant à l'IETF est censé connaitre cette règle (section 3.3). Le RFC 6701 liste les sanctions possibles contre les tricheurs et le RFC 6702 expose comment encourager le respect des règles.

Bien, donc, arrivé là, l'IETF a ses informations et peut prendre ses décisions. Sur la base de quelles règles ? La section 7 rappelle le vieux principe qu'une technique sans brevets est meilleure ou, sinon, à la rigueur, une technique où le titulaire des brevets a promis des licences gratuites. Mais ce n'est pas une obligation, l'IETF peut choisir une technologie brevetée, même sans promesses sur la licence, si cette technologie en vaut la peine.

La seule exception concerne les techniques de sécurité obligatoires : comme tout en dépend, elles ne doivent être normalisées que s'il n'existe pas de brevet ou bien si la licence est gratuite.

Les règles de bon sens s'appliquent également : s'il s'agit de faire une nouvelle version normalisée d'un protocole très répandu, on évitera de choisir une technologie trop encombrée de brevets, s'il s'agit d'un tout nouveau protocole expérimental, on pourra être moins regardant.

Les changements depuis les RFC précédents, les RFC 3979 et RFC 4879, sont décrits dans la section 13. Pas de révolution, les principes restent les mêmes. Parmi les changements :

  • Texte modifié pour permettre l'utilisation de ces règles en dehors de la voie IETF classique (par exemple par l'IRTF).
  • La définition d'une « contribution IETF » a été élargie pour inclure, par exemple, les interventions dans les salles XMPP de l'IETF.
  • Meilleure séparation des questions de brevets (traitées dans notre RFC) avec celles de droit d'auteur (traitées dans le RFC 5378). Le terme de « propriété intellectuelle » a plusieurs défauts, dont celui de mêler des choses très différentes (brevets, marques, droit d'auteur…)
  • Il n'y a plus de boilerplate (qui était en section 5 du RFC 3979) à inclure dans les documents, il est désormais en ligne.

Téléchargez le RFC 8179


L'article seul

RFC 8174: RFC 2119 Key Words: Clarifying the Use of Capitalization

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : B. Leiba (Huawei)
Première rédaction de cet article le 19 mai 2017
Dernière mise à jour le 20 mai 2017


Un très court RFC discutant un problème de procédure : dans le RFC 2119, qui décrit les termes précis à utiliser dans les normes, un doute subsistait sur la casse de ces termes.

Ce RFC 2119 est celui qui formalise les fameux MUST, SHOULD et MAY, les termes qu'il faut utiliser dans les normes pour être sûr d'indiquer le niveau exact d'exigence. Suivant l'exemple du RFC 2119, ils sont toujours écrits en CAPITALES pour les distinguer du sens courant en anglais, mais cet usage n'était pas explicite dans le RFC 2119 (qui a juste un vague « These words are often capitalized »). Un oubli que corrige notre RFC 8174. Désormais, MUST n'a le sens du RFC 2119 que s'il est en capitales.

Par exemple, dans le RFC 8120, dans le texte « The client SHOULD try again to construct a req-KEX-C1 message in this case », SHOULD est en capitales et a donc bien le sens précis du RFC 2119 (le client est censé ré-essayer de faire son message, sauf s'il a une très bonne raison), alors que dans le texte « This case should not happen between a correctly implemented server and client without any active attacks », should est en minuscules et a donc bien son sens plus informel qui est usuel en anglais.

Le texte qu'il est recommandé d'inclure dans les RFC qui font référence au RFC 2119 apporte désormais cette précision : « The key words "MUST", "MUST NOT", "REQUIRED", "SHALL", "SHALL NOT", "SHOULD", "SHOULD NOT", "RECOMMENDED", "NOT RECOMMENDED", "MAY", and "OPTIONAL" in this document are to be interpreted as described in BCP 14 [RFC2119],[RFC 8174] when, and only when, they appear in all capitals, as shown here. » Plusieurs auteurs de RFC, conscients de l'ambiguité, avaient d'ailleurs déjà fait une telle modification dans leur référence au RFC 2119. Ainsi, le RFC 5724 dit « The _capitalized_ [souligné par moi] key words "MUST", "MUST NOT", "REQUIRED", "SHALL", "SHALL NOT", "SHOULD", "SHOULD NOT", "RECOMMENDED", "MAY", and "OPTIONAL" in this document are to be interpreted as described in [RFC2119]. »

Notez que le fait de faire une différence sémantique entre le mot en minuscules et le mot en capitales est assez typique des utilisateurs de l'alphabet latin, et déroute toujours beaucoup les utilisateurs d'écritures qui n'ont pas cette distinction, comme les Coréens.


Téléchargez le RFC 8174


L'article seul

RFC 8170: Planning for Protocol Adoption and Subsequent Transitions

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : D. Thaler (Microsoft)
Pour information
Première rédaction de cet article le 18 mai 2017


L'Internet existe depuis de nombreuses années (le nombre exact dépend de la façon dont on compte…) et, pendant tout ce temps, les protocoles utilisés ne sont pas restés identiques à eux-mêmes. Ils ont évolué, voire ont été remplacés. Cela soulève un problème : la transition entre l'ancien et le nouveau (le cas le plus fameux étant évidemment le passage d'IPv4 à IPv6…) Beaucoup de ces transitions se sont mal passées, parfois en partie car l'ancien protocole ou l'ancienne version n'avait pas prévu son futur remplacement. Contrairement à ce qu'espèrent souvent les techniciens, il ne suffit pas d'incrémenter le numéro de version pour que tous les acteurs adoptent la nouvelle version. Ce nouveau RFC de l'IAB raconte les leçons tirées, et regarde comment on pourrait améliorer les futures transitions.

Ce RFC se focalise sur les transitions techniques. Ce ne sont évidemment pas les seules (il y a par exemple des transitions organisationnelles) mais ce sont celles qui comptent pour l'IAB et l'IETF. Une transition peut être aussi bien le déploiement d'un tout nouveau protocole, que le passage d'un protocole d'une version à une autre. Le thème de la transition d'un protocole à l'autre est fréquent, et de nombreux RFC ont déjà été consacrés à une transition. C'est le cas de :

  • Le RFC 3424, qui parlait des techniques de contournement des NAT, en insistant sur le fait qu'elles devaient avoir un caractère provisoire, et ne pas ossifier encore plus l'Internet,
  • Le RFC 4690 qui parlait de la transition d'une version d'Unicode à l'autre, dans le contexte des IDN,
  • La déclaration de l'IAB sur NAT-PT, qui critiquait une méthode de transition vers IPv6.

Outre les transitions à proprement parler, l'IAB s'est déjà penché sur les principes qui faisaient qu'un protocole pouvait marcher ou pas. C'est notamment le cas de l'excellent RFC 5218 qui étudie les facteurs qui font d'un protocole un échec, un succès, ou un succès fou. Parmi les leçons tirées par ce RFC 5218, les concepteurs d'un protocole devraient s'assurer que :

  • Les bénéfices sont pour celui qui assume les coûts. Dans un réseau, coûts et bénéfices ne sont pas forcément alignés. Par exemple, le déploiement de BCP 38 bénéficie aux concurrents de celui qui paie, ce qui explique le manque d'enthousiasme des opérateurs. Notez que coûts et bénéfices ne sont pas déterminés par les lois physiques, ils peuvent être changés par la loi (amendes pour ceux qui ne déploient pas BCP 38, ou à l'inverse code source gratuitement disponible et payé par l'argent public, comme cela avait été le cas pour encourager le déploiement de TCP/IP).
  • Le protocole est déployable de manière incrémentale (dans un réseau comme l'Internet, qui représente des investissements énormes, toute solution qui nécessite de jeter tout l'existant d'un coup est condamnée d'avance).
  • Le coût total est raisonnable. Il ne faut pas seulement regarder le prix des machines et d'éventuelles licences logicielles. Il faut aussi tenir compte de la formation, des changements de pratiques, des conséquences juridiques…

Le RFC 7305 discutait également des aspects économiques de la transition et notait l'importance de donner une carotte aux premiers à adopter le nouveau protocole, ceux qui font un pari risqué. C'est pour cela qu'il est parfaitement légitime que les premiers à avoir cru dans Bitcoin aient reçu une quantité importante de bitcoins à un prix très faible. Cette décision était une des meilleures prises par Satoshi Nakamoto. Ce RFC note aussi l'importance d'un partenariat avec des organisations qui peuvent aider ou contrarier la transition (comme les RIR ou l'ICANN).

La section 2 de notre RFC rappelle que, de toute façon, le terme « transition » risque d'être mal interprété. Il n'est plus possible depuis longtemps de faire un flag day dans l'Internet, un jour J où on change toutes les machines d'un coup de manière coordonnée. Les transitions sont donc forcément longues, avec une période de co-existence entre l'ancien et le nouveau.

Si l'ancien et le nouveau protocole ne peuvent pas interopérer directement (cas d'IPv4 et d'IPv6), il faudra parfois envisager un mécanisme de traduction (qui ne se situera pas forcément dans la même couche). Un tel traducteur, s'il est situé sur le chemin entre les deux machines, pose souvent d'ennuyeux problèmes de sécurité car il risque fort de casser le modèle de bout en bout.

La section 5 de notre RFC est consacrée aux plans de transition. Ah, les plans… Ils sont évidemment indispensables (on ne va pas se lancer dans une grande transition sans avoir planifié un minimum) mais ils sont aussi très fragiles (comme disent les militaires, « aucun plan ne survit à la première rencontre avec l'ennemi »), et ils terminent souvent au musée des mauvaises idées. Disons qu'il faut avoir un plan, mais ne pas en être esclave.

Quelles sont les qualités d'un bon plan de transition, en s'appuyant sur les expériences ratées et réussies ? D'abord, il faut bien connaitre l'existant. Par exemple, si l'ancien protocole a une fonction optionnelle qui n'a pas d'équivalent, ou un équivalent très différent dans le nouveau protocole, il est bon de savoir si cette fonction est utilisée en pratique (elle peut même ne pas être implémentée du tout, ce qui facilite les choses). De même, il est important de savoir si les logiciels existants mettent réellement en œuvre l'ancien protocole tel qu'il est spécifié, ou bien si, en pratique, ils en dévient, et ont des comportements qui vont poser des problèmes pendant la transition. (Un cas typique est celui de SSL où la plupart des programmes n'avaient pas mis en œuvre correctement le mécanisme de négociation, et plantaient donc lorsqu'une nouvelle version arrivait.)

Un autre élément important d'un plan de transition est d'avoir les idées claires sur les incitations à migrer. Les acteurs de l'Internet utilisent l'ancien protocole. Ça marche pour eux. Pourquoi feraient-ils l'effort de migrer vers un nouveau protocole, ce qui leur coûtera du temps et de l'argent ? Il faut donc des incitations (ou du marketing, qui arrive souvent à faire acheter un gadget inutile). Il n'y a pas que les coûts financiers directs, il faut aussi regarder d'autres problèmes à surmonter (par exemple l'hostilité de certains acteurs, ainsi le chiffrement a du mal à se répandre car les acteurs de l'Internet qui font de la surveillance ont intérêt à continuer à violer la vie privée).

Il y a ensuite le plan proprement dit : une liste des étapes, avec un vague calendrier. Le calendrier est certainement la partie la plus fragile du plan ; l'Internet n'ayant pas de chef, une transition va dépendre des efforts d'un grand nombre d'acteurs non coordonnés, et prédire leurs délais de réaction est à peu près impossible. (Voir le RFC 5211 pour un exemple.)

Un bon plan doit aussi comprendre un moyen de déterminer le succès (ou l'échec). Là aussi, ce n'est pas évident du tout. Certains protocoles sont surtout utilisés dans des réseaux locaux, donc difficiles à mesurer de l'extérieur (comment savoir combien de FAI proposent un résolveur DNS sécurisé par le RFC 7858 ?) Parfois, les critères quantitatifs ne sont pas évidents à établir. Prenons l'exemple d'IPv6 (lisez à ce sujet le rapport de l'ARCEP sur la transition IPv6, qui traite la question en détail). Comment mesure-t-on le succès d'IPv6 ? Le pourcentage de sites Web du Top N d'Alexa qui a une adresse IPv6 ? Le pourcentage d'utilisateurs finaux qui a IPv6 ? Le pourcentage d'octets IPv6 vs. IPv4 ? (Et où ? Chez Google ? Sur un point d'échange comme le France-IX ? Sur le réseau d'un transitaire ? Les valeurs seront très différentes.)

On l'a dit, les plans, même les meilleurs, survivent rarement à la rencontre avec le monde réel. Il faut donc un (ou plusieurs) « plan B », une solution de secours. Souvent, de facto, la solution de secours est la coexistence permanente de l'ancien et du nouveau protocole…

Et puis bien des acteurs de l'Internet ne suivent pas attentivement ce que fait l'IETF, voire ignorent complètement son existence, ce qui ajoute un problème supplémentaire : il faut communiquer le plan, et s'assurer qu'il atteint bien tous les acteurs pertinents (tâche souvent impossible). C'est le but d'opérations de communication comme le World IPv6 Launch Day.

Notre RFC rassemble ensuite (annexe A) quatre études de cas, illustrant des problèmes de transition différents. D'abord, le cas d'ECN. Ce mécanisme, normalisé dans le RFC 3168, permettait aux routeurs de signaler aux machines situées en aval de lui que la congestion menaçait. L'idée est que la machine aval, recevant ces notifications ECN, allait dire à la machine émettrice, située en amont du routeur, de ralentir, avant qu'une vraie congestion n'oblige à jeter des paquets. Les débuts d'ECN, vers 2000-2005, ont été catastrophiques. Les routeurs, voyant apparaitre des options qu'ils ne connaissaient pas, ont souvent planté. C'est un cas typique où une possibilité existait (les options d'IPv4 étaient normalisées depuis le début) mais n'était pas correctement implémentée en pratique. Toute transition qui se mettait à utiliser cette possibilité allait donc se passer mal. Pour protéger les routeurs, des pare-feux se sont mis à retirer les options ECN, ou bien à jeter les paquets ayant ces options, rendant ainsi très difficile tout déploiement ultérieur, même après correction de ces sérieuses failles dans les routeurs.

À la fin des années 2000, Linux et Windows ont commencé à accepter l'ECN par défaut (sans toutefois le réclamer), et la présence d'ECN, mesurée sur le Top Million d'Alexa, a commencé à grimper. De quasiment zéro en 2008, à 30 % en 2012 puis 65 % en 2014. Bref, ECN semble, après un très long purgatoire, sur la bonne voie (article « Enabling Internet-Wide Deployment of Explicit Congestion Notification »).

(Un autre cas, non cité dans le RFC, où le déploiement d'une possibilité ancienne mais jamais testé, a entrainé des conséquences fâcheuses, a été celui de BGP, avec la crise de l'attribut 99.)

L'exemple suivant du RFC est celui d'IDN. L'internationalisation est forcément un sujet chaud, vu les sensibilités existantes. Les IDN résolvent enfin un problème très ancien, l'impossibilité d'avoir des noms de domaine dans toutes les écritures du monde. (Voir la section 3 du RFC 6055, pour la longue et compliquée histoire des IDN.) Une fois que la norme IDN était disponible, il restait à effectuer la transition. Elle n'est pas encore terminée aujourd'hui. En effet, de nombreuses applications manipulent les noms de domaine et doivent potentiellement être mises à jour. Bien sûr, elles peuvent toujours utiliser la forme Punycode, celle-ci est justement conçue pour ne pas perturber les applications traditionnelles, mais ce n'est qu'un pis-aller (ஒலிம்பிக்விளையாட்டுகள்.சிங்கப்பூர் est quand même supérieur à xn--8kcga3ba7d1akxnes3jhcc3bziwddhe.xn--clchc0ea0b2g2a9gcd).

Pire, IDN a connu une transition dans la transition, lors du passage de la norme IDN 2003 (RFC 3490) vers IDN 2008 (RFC 5890). IDN 2008 était conçu pour découpler IDN d'une version particulière d'Unicode mais l'un des prix à payer était le cassage de la compatibilité : certains caractères comme le ß étaient traités différemment entre IDN 2003 et IDN 2008.

Le cas d'IDN est aussi l'occasion, pour le RFC, de rappeler que tout le monde n'a pas forcément les mêmes intérêts dans la transition. IDN implique, outre l'IETF, les auteurs de logiciels (par exemple ceux des navigateurs), les registres de noms de domaine, les domaineurs, et bien sûr les utilisateurs. Tous ne sont pas forcément d'accord et le blocage d'une seule catégorie peut sérieusement retarder une transition (diplomatiquement, le RFC ne rappele pas que l'ICANN a longtemps retardé l'introduction d'IDN dans la racine du DNS, pour des pseudo-raisons de sécurité, et que leur introduction n'a pu se faire qu'en la contournant.)

Lorsqu'on parle transition douloureuse, on pense évidemment tout de suite à IPv6. Ce successeur d'IPv4 a été normalisé en 1995 (par le RFC 1833), il y a vingt-deux ans ! Et pourtant, il n'est toujours pas massivement déployé. (Il existe de nombreuses métriques mais toutes donnent le même résultat : IPv6 reste minoritaire, bien que ces dernières années aient vu des progrès certains. Notez que les réseaux visibles publiquement ne sont qu'une partie de l'Internet : plusieurs réseaux internes, par exemple de gestion d'un opérateur, sont déjà purement IPv6.) Il y avait pourtant un plan de transition détaillé (RFC 1933), fondé sur une coexistence temporaire où toutes les machines auraient IPv4 et IPv6, avant qu'on ne démantèle progressivement IPv4. Mais il a clairement échoué, et ce problème est maintenant un sujet de plaisanterie (« l'année prochaine sera celle du déploiement massif d'IPv6 », répété chaque année).

Là encore, un des problèmes était que tout le monde n'a pas les mêmes intérêts. Si les fabricants de routeurs et les développeurs d'applications bénéficient d'IPv6, c'est beaucoup moins évident pour les gérants de sites Web, ce qui explique que plusieurs sites à forte visibilité, comme Twitter, ou bien gérés par des gens pourtant assez branchés sur la technique, comme GitHub, n'aient toujours pas IPv6 (c'est également le cas de la totalité des sites Web du gouvernement français, qui pourtant promeut officiellement l'usage d'IPv6).

L'effet réseau a également joué à fond contre IPv6 : les pionniers n'ont aucune récompense, puisqu'ils seront tout seuls alors que, par définition, le réseau se fait à plusieurs. Bien sûr, IPv6 marche mieux que l'incroyable et branlante pile de techniques nécessaire pour continuer à utiliser IPv4 malgré la pénurie (STUN, TURN, port forwarding, ICE, etc). Mais tout le monde ne ressent pas ce problème de la même façon : le FAI, par exemple, ne supporte pas les coûts liés à la non-transition, alors qu'il paierait ceux de la transition. Ce problème de (non-)correspondance entre les coûts et les bénéfices est celui qui ralentit le plus les nécessaires transitions. Et puis, pour les usages les plus simples, les plus Minitel 2.0, IPv4 et ses prothèses marchent « suffisamment ».

La lenteur de la transition vers IPv6 illustre aussi la difficulté de nombreux acteurs à planifier à l'avance. C'est seulement lorsque l'IANA, puis les RIR sont l'un après l'autre tombés à court d'adresses IPv4 que certains acteurs ont commencé à agir, alors que le problème était prévu depuis longtemps.

Il n'y a évidemment pas une cause unique à la lenteur anormale de la transition vers IPv6. Le RFC cite également le problème de la formation : aujourd'hui encore, dans un pays comme la France, une formation de technicien ou d'ingénieur réseaux peut encore faire l'impasse sur IPv6.

Le bilan du déploiement d'IPv6 est donc peu satisfaisant. Si certains réseaux (réseaux internes d'entreprises, réseaux de gestion) sont aujourd'hui entièrement IPv6, le déploiement reste loin derrière les espérances. Ce mauvais résultat nécessite de penser, pour les futurs déploiements, à aligner les coûts et les bénéfices, et à essayer de fournir des bénéfices incrémentaux (récompenses pour les premiers adoptants, comme l'a fait avec succès Bitcoin).

Dernier cas de transition étudié par notre RFC, HTTP/2 (RFC 7540). Nouvelle version du super-populaire protocole HTTP, elle vise à améliorer les performances, en multiplexant davantage, et en comprimant les en-têtes (RFC 7541). HTTP/2 a vécu la discussion classique lors de la conception d'une nouvelle version, est-ce qu'on résout uniquement les problèmes les plus sérieux de l'ancienne version ou bien est-ce qu'on en profite pour régler tous les problèmes qu'on avait laissés ? HTTP/2 est très différent de HTTP/1. Ses règles plus strictes sur l'utilisation de TLS (algorithmes abandonnés, refus de la renégociation, par exemple) ont d'ailleurs entrainé quelques problèmes de déploiement.

Il y a même eu la tentation de supprimer certaines fonctions de HTTP/1 considérées comme inutiles ou néfastes (les réponses de la série 1xx, et les communications en clair, entre autres). Après un débat très chaud et très houleux, HTTP/2 n'impose finalement pas HTTPS : les communications peuvent se faire en clair même si, en pratique, on voit très peu de HTTP/2 sans TLS.

Et comment négocier l'ancien protocole HTTP/1 ou le nouveau HTTP/2 ? Ce problème du client (le même qu'avec les versions d'IP : est-ce que je dois tenter IPv6 ou bien est-ce que j'essaie IPv4 d'abord ?) peut être résolu par le mécanisme Upgrade de HTTP (celui utilisé par le RFC 6455), mais il nécessite un aller-retour supplémentaire avec le serveur. Pour éviter cela, comme presque toutes les connexions HTTP/2 utilisent TLS, le mécanisme privilégié est l'ALPN du RFC 7301.

Ce mécanisme marche tellement bien que, malgré le conseil du RFC 5218, HTTP/2 prévoit peu de capacités d'extensions du protocole, considérant qu'il vaudra mieux, si on veut l'étendre un jour, passer à un nouvelle version, négociée grâce à ALPN (cf. RFC 6709.)

En conclusion, on peut dire que la conception d'un nouveau protocole (ou d'une nouvelle version d'un protocole existant) pour que la transition se passe vite et bien, reste un art plutôt qu'une science. Mais on a désormais davantage d'expérience, espérons qu'elle sera utilisée dans le futur.


Téléchargez le RFC 8170


L'article seul

RFC 8165: Design considerations for Metadata Insertion

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : T. Hardie
Pour information
Première rédaction de cet article le 14 mai 2017


Ce court RFC déconseille l'insertion de métadonnées dans les paquets IP, si cette insertion est faite en route, par des intermédiaires. Pourquoi ? (Essentiellement pour des raisons de vie privée.)

Le problème de la surveillance de masse que pratiquent la plupart des États (en tout cas ceux qui en ont les moyens financiers) est maintenant bien documenté (par exemple dans les RFC 7258 et RFC 7624). Une solution fréquente pour limiter cette surveillance, la rendre plus coûteuse et moins efficace est de chiffrer ses communications. Dans l'éternelle lutte de l'épée et de la cuirasse, les surveillants réagissent au chiffrement en utilisant davantage les métadonnées, en général non protégées par le chiffrement. Qui met des métadonnées dans les paquets, affaiblissant ainsi l'effet du chiffrement ?

Certaines métadonnées sont absolument indispensables au fonctionnement de l'Internet. Par exemple, l'adresse IP de destination dans un paquet doit être en clair car tous les routeurs situés sur le trajet doivent la voir, pour prendre leurs décisions. Certaines métadonnées sont inutiles au fonctionement de l'Internet, mais difficiles à dissimuler, la taille des paquets, par exemple. (C'est également un exemple d'une métadonnée implicite : contrairement à l'adresse IP, elle n'apparait pas explicitement dans le paquet.) Normalement, pour gêner la surveillance, il faut envoyer le moins de métadonnées possible.

L'Internet est souvent décrit comme reposant sur une liaison de bout en bout, où seules les deux machines situées aux extrémités de la communication ont accès à tout le contenu de la communication. Mais, en pratique, il existe souvent des équipements intermédiaires qui ont accès à des informations poour faire leur travail. Si ces middleboxes ont la mauvaise idée de mettre ces informations dans les métadonnées d'un paquet, elles affaiblissent la confidentialité des échanges. Imaginons par exemple (ce n'est pas forcément fait aujourd'hui : le RFC met en garde contre une mauvaise idée, pas toujours contre des pratiques existantes, voir à ce sujet l'examen par la direction Sécurité), imaginons par exemple un VPN qui déciderait d'indiquer l'adresse IP originale dans la communication… Notre RFC mentionne deux exemples qui sont décrits dans des RFC : le RFC 7239 qui décrit l'en-tête HTTP Forwarded: qu'un relais HTTP peut mettre pour indiquer l'adresse IP d'origine du client, et bien sûr le RFC 7871, où un résolveur DNS transmet aux serveurs faisant autorité l'adresse IP du client original.

La section 4 du RFC est la recommandation concrète : les métadonnées ne doivent pas être mises par les intermédiaires. Si ces informations peuvent être utiles aux destinataires, c'est uniquement au client d'origine de les mettre. Autrement, on trahit l'intimité du client.

Le RFC 7871, par exemple, aurait dû spécifier un mécanisme où l'adresse IP est mise par le client DNS de départ, celui qui tourne sur la machine de l'utilisateur. Cela permettrait un meilleur contrôle de sa vie privée par l'utilisateur.

Et si cette machine ne connait pas sa propre adresse IP publique, par exemple parce qu'elle est coincée derrière un NAT? Dans ce cas, notre RFC 8165 dit qu'il faut utiliser une technique comme STUN (RFC 5389) pour l'apprendre.

Bon, la section 4, c'était très joli, c'était les bons conseils. Mais la cruelle réalité se met parfois sur leur chemin. La section 5 de notre RFC est le « reality check », les problèmes concrets qui peuvent empêcher de réaliser les beaux objectifs précédents.

D'abord, il y a le désir d'aller vite. Prenons l'exemple du relais HTTP qui ajoute un en-tête Forwarded: (RFC 7239), ce qui permet des choses positives (adapter le contenu de la page Web servie au client) et négatives (fliquer les clients). Certes, le client HTTP d'origine aurait pu le faire lui-même, mais, s'il est derrière un routeur NAT, il faut utiliser STUN. Même si tous les clients HTTP décidaient de la faire, cela ne serait pas instantané, et la longue traine du déploiement des navigateurs Web ferait qu'un certain nombre de clients n'aurait pas cette fonction. Alors que les relais sont moins nombreux et plus susceptibles d'être rapidement mis à jour.

En parlant d'adaptation du contenu au client, il faut noter que c'est une des principales motivations à l'ajout de tas de métadonnées. Or, comme dans l'exemple ci-dessus, si on demande au client de mettre les métadonnées lui-même, beaucoup ne le feront pas. De mon point de vue, ils ont bien raison, et le RFC note qu'une des motivations pour la consigne « ne pas ajouter de métadonnées en route » est justement de rendre le contrôle à l'utilisateur final : il pourra choisir entre envoyer des métadonnées lui permettant d'avoir un contenu bien adapté, et ne pas en envoyer pour préserver sa vie privée. Mais ce choix peut rentrer en conflit avec ds gens puissants, qui exigent, par exemple dans la loi, que le réseau trahisse ses utilisateurs, en ajoutant des informations qu'eux-mêmes ne voulaient pas mettre.

Enfin, il y a l'éternel problème de la latence. L'utilisation de STUN va certainement ralentir le client.

Un dernier point (section 7 du RFC) : si on passe par Internet pour contacter des services d'urgence (pompiers, par exemple, ou autre PSAP), ils ont évidemment besoin du maximum d'informations, et, dans ce cas, c'est peut-être une exception légitime à la règle de ce RFC.


Téléchargez le RFC 8165


L'article seul

RFC 8164: Opportunistic Security for HTTP/2

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : M. Nottingham, M. Thomson (Mozilla)
Expérimental
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF httpbis
Première rédaction de cet article le 16 mai 2017


Pendant la mise au point de la version 2 du protocole HTTP (finalement normalisée dans le RFC 7540), un débat très vigoureux avait porté sur la possibilité de chiffrer les échanges avec TLS même si le plan de l'URL demandé était http: (et pas https:). Certains demandaient le chiffrement systématique (que l'URL commence par http: ou https:), d'autres voulaient garder la même sémantique que HTTP version 1 (TLS pour https:, en clair pour http:). Cette dernière décision l'avait emporté à l'époque, en gardant la possibilité de permettre une extension à HTTP/2. Ce nouveau RFC décrit justement une telle extension (expérimentale, pour l'instant) : en HTTP/2, on peut désormais utiliser TLS (et donc HTTPS) même pour un URL de plan http:.

Le problème à résoudre est celui de la surveillance de masse, à laquelle procèdent un certain nombre d'acteurs (les États, bien sûr, mais pas uniquement, certains FAI, certains réseaux locaux, surveillent le trafic de leurs utilisateurs). Cette surveillance de masse est considérée, à juste titre, par l'IETF comme un problème de sécurité, et contre lequel il faut donc trouver des solutions ou au moins des mitigations (RFC 7258). Chiffrer massivement le trafic Web est évidemment indispensable pour diminuer l'efficacité de la surveillance.

Mais le modèle de HTTP version 1 rend cela difficile. En HTTP/1, on accède à un URL de plan http: avec du trafic en clair, passer à TLS nécessite de changer les URL, donc les pages Web qui les contiennent, les signets des utilisateurs, etc. Des logiciels comme HTTPS Everywhere aident à cela mais ne sont pas une solution parfaite (rappelez-vous par exemple qu'une bonne partie du trafic HTTP n'est pas due aux navigateurs Web).

Il serait tentant de résoudre le problème en disant « le client HTTP qui tente d'accéder à un URL de plan http: n'a qu'à essayer en même temps HTTPS. Si ça marche, tant mieux. Si ça rate, au moins on aura essayé. » C'est ce qu'on nomme parfois le « chiffrement opportuniste » (RFC 7435). Mais cela pose trois problèmes :

  • Si on tente HTTPS d'abord, sur le port 443, et qu'un pare-feu sur le trajet absorbe ces paquets, on devra attendre l'expiration du délai de garde avant d'essayer avec succès sur le port 80. Ce problème est réel, mais soluble par l'algorithme des globes oculaires heureux, décrit dans le RFC 6555.
  • Que faire si ça réussit en HTTPS mais que le certificat du serveur ne peut pas être validé ? La difficulté et/ou le coût d'un certificat sont après tout les principales raisons pour lesquelles HTTPS n'est pas davantage déployé. (Je ne publie pas des URL https: pour mon blog car beaucoup de gens n'ont pas mon AC dans leur magasin d'autorités.) On note qu'aujourd'hui les alertes de sécurité des navigateurs Web sont souvent absurdes : si on se connecte en HTTPS mais avec un certificat expiré (qui a donc été parfaitement valable), on a des alertes plus effrayantes que si on se connecte en clair !
  • Enfin, et c'est le plus gros problème, rien ne garantit qu'on obtiendra le même contenu en HTTP et en HTTPS : la plupart des serveurs HTTP permettent de configurer deux virtual host différents sur les deux ports 80 et 443. Pas question donc de jouer à ça sans une autorisation explicite du serveur.

Bref, pour le HTTP traditionnel, il semble qu'il n'y ait pas de solution.

Celle proposée par notre RFC est d'utiliser le mécanisme des services alternatifs du RFC 7838. Le serveur va indiquer (typiquement par un en-tête Alt-Svc:) qu'il est accessible par un autre mécanisme (par exemple HTTPS). Cela a également l'avantage d'éviter les problèmes de contenu mixte qui surviendraient si on avait mis la page en HTTPS mais pas tous ses contenus. Par contre, l'indication de service alternatif n'étant pas forcément bien protégée, ce mécanisme « opportuniste » reste vulnérable aux attaques actives. En revanche, ce mécanisme devrait être suffisamment simple pour être largement déployé assez vite.

Donc, maintenant, les détails concrets (section 2 du RFC). Le serveur qui accepte de servir des URL http: avec TLS annonce le service alternatif. Notez que les clients HTTP/1 n'y arriveront pas, car ils ne peuvent pas indiquer l'URL complet (avec son plan) dans la requête à un serveur d'origine (section 5.3.1 du RFC 7230). Cette spécification est donc limitée à HTTP/2 (RFC 7540). Si le client le veut bien, il va alors effectuer des requêtes chiffrées vers la nouvelle destination. S'il ne veut pas, ou si pour une raison ou pour une autre, la session TLS ne peut pas être établie, on se rabat sur du texte en clair (chose qu'on ne ferai jamais avec un URL https:).

Si le client est vraiment soucieux de son intimité et ne veut même pas que la première requête soit en clair, il peut utiliser une commande HTTP qui ne révèle pas grand'chose, comme OPTIONS (section 4.3.7 du RFC 7231).

Le certificat client ne servirait à rien dans ce chiffrement opportuniste et donc, même si on en a un, on ne doit pas l'envoyer. Par contre, le serveur doit avoir un certificat, et valide (RFC 2818) pour le service d'origine (si le service d'origine était en foo.example et que le service alternatif est en bar.example, le certificat doit indiquer au moins foo.example). Ce service ne permet donc pas de se chiffrer sans authentification, par exemple avec un certificat expiré, ou avec une AC inconnue du client, et ne résoud donc pas un des plus gros problèmes de HTTPS. Mais c'est une exigence de la section 2.1 du RFC 7838, qui exige que le renvoi à un service alternatif soit « raisonnablement » sécurisé. (Notez que cette vérification est délicate, comme l'a montré CVE-2015-0799.)

En outre, le client doit avoir fait une requête sécurisée pour le nom bien connu (RFC 5785, pour la notion de nom bien connu) /.well-known/http-opportunistic. La réponse à cette requête doit être positive, et doit être en JSON, et contenir un tableau de chaînes de caractères dont l'une doit être le nom d'origine (pour être sûr que ce serveur autorise le service alternatif, car le certificat du serveur effectivement utilisé prouve une autorisation du serveur alternatif, et la signature d'une AC, ce qu'on peut trouver insuffisant). Ce nouveau nom bien connu figure désormais dans le registre IANA.

La section 4 de notre RFC rappelle quelques trucs de sécurité :

  • L'en-tête Alt-Svc: étant envoyé sur une liaison non sécurisée, il ne faut pas s'y fier aveuglément (d'où les vérifications faites ci-dessus).
  • Certaines applications tournant sur le serveur peuvent utiliser des drôles de moyens pour déterminer si une connexion était sécurisée ou pas (par exemple en regardant le port destination). Elles pourraient faire un faux diagnostic sur les connexions utilisant le service alternatif.
  • Il est trivial pour un attaquant actif (un « Homme du Milieu ») de retirer cet en-tête, et donc de faire croire au client que le serveur n'a pas de services alternatifs. Bref, cette technique ne protège que contre les attaques passives. Ce point a été un des plus discutés à l'IETF (débat classique, vaut-il mieux uniquement la meilleure sécurité, ou bien accepter une sécurité « au mieux », surtout quand l'alternative est pas de sécurité du tout).
  • Le client ne doit pas utiliser des indicateurs qui donneraient à l'utilisateur l'impression que c'est aussi sécurisé qu'avec du « vrai » HTTPS. Donc, pas de joli cadenas fermé et vert. (C'est une réponse au problème ci-dessus.)

Apparemment, Firefox est le seul client HTTP à mettre en œuvre ce nouveau service (mais avec une syntaxe différente pour le JSON, pas encore celle du RFC). Notez que le serveur ne nécessite pas de code particulier, juste une configuration (envoyer l'en-tête Alt-Svc:, avoir le /.well-known/http-opportunistic…) Les serveurs de Cloudflare permettent ce choix.


Téléchargez le RFC 8164


L'article seul

RFC 8153: Digital Preservation Considerations for the RFC Series

Date de publication du RFC : Avril 2017
Auteur(s) du RFC : H. Flanagan (RFC Editor)
Pour information
Première rédaction de cet article le 25 avril 2017


La préservation, sur le long terme, des documents qui ne sont jamais passés par une forme papier, est un défi important de notre époque. Nous pouvons relire aujourd'hui toute la correspondance du ministère des affaires étrangères de Louix XV, pourrons-nous, dans un siècle ou deux, relire les documents numériques du vingtième siècle ? Pourrons-nous relire les RFC ? C'est le but de ce document que d'explorer les pistes permettant de donner aux RFC une meilleure chance de conservation.

Le RFC Editor (RFC 6635) est à la fois l'éditeur et l'archiviste des RFC. Les deux fonctions sont souvent contradictoires : l'éditeur voudrait utiliser les derniers gadgets pour publier des jolis trucs (multimédia, par exemple, ou contenus exécutables), l'archiviste est prudent et conservateur et voudrait des technologies simples. L'éditeur doit produire des documents clairs et lisibles. L'archiviste doit les conserver, et pour une durée potentiellement bien plus longue que les modes technologiques, durée qui peut atteindre des siècles (on est ravis, aujourd'hui, quand on retrouve les textes de lois d'un royaume depuis longtemps oublié, au fin fond de la Mésopotamie, même quand ces lois ont depuis longtemps cessé d'être applicables).

Notez que des organisations comme l'IETF produisent plein de documents (les discussions sur les listes de diffusion, par exemple), mais que ce RFC se focalise sur la préservation des RFC.

Historiquement, les RFC étaient en texte seul. Ce format avait des tas d'avantages. Simple, et auto-documenté (la seule spécification nécessaire pour le comprendre était ASCII), il convenait bien à l'archivage. Régulièrement, des naïfs demandaient que le RFC Editor passe à un format « plus moderne », en général une mode passagère, oubliée quelques années après. Le texte seul a donc tenu très longtemps, et à juste titre.

Mais la roue de l'histoire a fini par tourner et le RFC 6949 a pris acte du fait qu'on n'allait pas rester en texte seul éternellement. Le format officiel des RFC, décrit dans le RFC 7990 est désormais fondé sur XML, avec divers enrichissements comme le jeu de caractères Unicode (RFC 7997) ou les images en SVG (RFC 7996). Cela fait peser une pression plus forte sur l'archivage : si on est certain de pouvoir relire le texte brut en ASCII dans cent ans, qu'en est-il d'images SVG ? L'ancien système d'archivage des RFC ne va donc a priori pas suffire. (Le XML lui-même est relativement auto-documenté. Si on met des documents XML sous les yeux d'un programmeur qui n'en a jamais vu, il pourra probablement rétro-ingénierer l'essentiel. Ce n'est pas forcément le cas des vocabulaires qui utilisent XML, notamment le compliqué SVG.)

Le nouveau système d'archivage suivra le cadre conceptuel d'OAIS (norme ISO 14721, disponible en ligne). Sur OAIS, on peut lire la bonne introduction d'Emmanuelle Bermes. Il faut notamment distinguer deux tâches (section 1.1 de notre RFC) :

  • Préservation des bits : archiver un fichier informatique et pouvoir le ressortir des dizaines d'années après, au bit près. Cela se fait, par exemple, en recopiant régulièrement le fichier sur de nouveaux supports physiques, et en vérifiant via une somme de contrôle ou une signature que rien n'a changé. Des classiques sauvegardes, vérifiées régulièrement, suffisent donc.
  • Préservation du contenu : il ne suffit plus de stocker et de restituer les bits, il faut aussi présenter le contenu à l'utilisateur. Avoir une copie parfaite des bits d'un fichier WordPerfect de 1990 ne sert pas à grand'chose s'il n'existe plus aucun logiciel capable de lire le Wordperfect sur les machines et systèmes d'exploitation modernes. Assurer la préservation du contenu est plus complexe, et il existe plusieurs solutions, par exemple de garder une description du format (pour qu'on puisse toujours développer un outil de lecture), et/ou garder non seulement les fichiers mais aussi les outils de lecture, et tout l'environnement qui permet de les faire fonctionner.

Ceci dit, ce problème d'archivage à long terme des fichiers numériques n'est ni nouveau, ni spécifique aux RFC. Il a été largement étudié par de nombreuses organisations. On peut citer la BNF, le projet LIFE en Grande-Bretagne, ou l'étude du cycle de vie faite à la Bibliothèque du Congrès. Des processus pour maintenir sur le long terme les fichiers, avec recopies régulières et nombreuses vérifications, existent.

Les RFC bénéficient depuis un certain temps d'un mécanisme similaire de préservation des bits : les métadonnées (indispensables pour retrouver un document) sont créées et enregistrées. Les fichiers sont recopiés d'un ordinateur à l'autre au fur et à mesure que les anciennes technologies de stockage deviennent dépassées. En outre, depuis 2010, tous les RFC sont imprimés sur du papier, pour avoir « ceinture et bretelles ». Les RFC plus anciens que 2010 subissent également parfois ce traitement, mais il existe des trous (RFC perdus, ou, tout simplement, problèmes avec le droit d'auteur, avant que cette question ne soit explicitement traitée, cf. RFC 8179).

Cette copie papier s'est avérée utile au moins une fois, quand 800 RFC ont dû être été re-saisis à la main, suite à une panne informatique (et une insuffisance des sauvegardes). Un petit détail amusant au passage : le RFC Editor à une époque acceptait des documents qui n'étaient pas des RFC, et qu'il faut aussi sauvegarder, voir l'histoire antique des RFC.

Il n'y a pas actuellement de sauvegarde de l'environnement logiciel utilisé pour lire les RFC, l'idée est que cela n'est pas nécessaire : on pourra toujours lire du texte brut en ASCII dans cent ans (la preuve est qu'on n'a pas de mal à relire le RFC 1, vieux de quarante-huit ans). Le processus de sauvegarde préserve les bits, et on considère que la préservation du contenu ne pose pas de problème, avec un format aussi simple. (Par exemple, l'impression sur le papier ne garde pas les hyperliens mais ce n'est pas un problème puiqu'il n'y en a pas dans le format texte brut.)

Mais, puisque les RFC vont bientôt quitter ce format traditionnel et migrer vers un format plus riche, il faut reconsidérer la question. La section 2 de notre RFC explore en détail les conséquences de cette migration sur chaque étape du cycle de vie. Il faut désormais se pencher sur la préservation des contenus, pas seulement des bits.

Certaines caractéristiques du cycle de vie des RFC facilitent l'archivage. Ainsi, les RFC sont immuables. Même en cas d'erreur dans un RFC, il n'y a jamais de changement (au maximum, on publie un nouveau RFC, comme cela avait été fait pour le RFC 7396). Il n'y a donc pas à sauvegarder des versions successives. D'autres caractéristiques du cycle de vie des RFC compliquent l'archivage. Ainsi, ce n'est pas le RFC Editor qui décide d'approuver ou pas un RFC (RFC 5741). Il n'a donc pas le pouvoir de refuser un document selon ses critères à lui.

Le RFC Editor maintient une base de données (qui n'est pas directement accessible de l'extérieur) des RFC, avec évidemment les métadonnées associées (état, auteurs, date, DOI, liens vers les éventuels errata puisqu'on ne corrige jamais un RFC, etc). Les pages d'information sur les RFC sont automatiquement tirées de cette base (par exemple https://www.rfc-editor.org/info/rfc8153, pour ce RFC).

Les RFC citent, dans la bibliographie à la fin, des références dont certaines sont normatives (nécessaires pour comprendre le RFC, les autres étant juste « pour en savoir plus »). Idéalement, les documents ainsi référencés devraient également être archivés (s'ils ne sont pas eux-même des RFC) mais ce n'est pas le cas. Notre RFC suggère que l'utilisation de Perma.cc serait peut-être une bonne solution. C'est un mécanisme d'archivage des données extérieures, maintenu par groupe de bibliothèques juridiques de diverses universités. Pour un exemple, voici la sauvegarde Perma.cc (https://perma.cc/E7QG-TG98) de mon article sur le hackathon de l'IETF.

Dans un processus d'archivage, une étape importante est la normalisation, qui va supprimer les détails considérés comme non pertinents. Elle va permettre la préservation du contenu, en évitant de garder des variantes qui ne font que compliquer la tâche des logiciels. Par exemple, bien que XML permette d'utiliser le jeu de caractères de son choix (en l'indiquant dans la déclaration, tout au début), une bonne normalisation va tout passer en UTF-8, simplifiant la tâche du programmeur qui devra un jour, écrire ou maintenir un logiciel de lecture du XML lorsque ce format sera à moitié oublié.

Or, au cours de l'histoire des RFC, le RFC Editor a reçu plein de formats différents, y compris des RFC uniquement sur papier. Aujourd'hui, il y a au moins le format texte brut, et parfois d'autres.

Maintenant qu'il existe un format canonique officiel (celui du RFC 7991), quelles solutions pour assurer la préservation du contenu ?

  • Best effort, préserver les bits et espérer (ou compter sur les émulateurs, ce qui se fait beaucoup dans le monde du jeu vidéo vintage),
  • Préserver un format conçu pour l'archivage (PDF/A-3 étant un candidat évident - voir le RFC 7995, d'autant plus que le XML original peut être embarqué dans le document PDF),
  • Préserver le XML et tous les outils, production, test, visualisation, etc. (Ce que les mathématiciens ou les programmeurs en langages fonctionnels appeleraient une fermeture.)

La première solution, celle qui est utilisée aujourd'hui, n'est plus réaliste depuis le passage au nouveau format. Elle doit être abandonnée. La deuxième solution sauvegarde l'information dans le document, mais pas le document lui-même (et c'est embêtant que le format archivé ne soit pas le format canonique, mais uniquement un des rendus). Et l'avenir de PDF/A-3 est incertain, on n'a pas encore essayé de le lire trente ans après, et les promesses du marketing doivent être considérées avec prudence (d'autant plus qu'il y a toujours peu d'outils PDF/A, par exemple aucun logiciel pour vérifier qu'un document PDF est bien conforme à ce profil restrictif). Pour la troisième solution, cela permettrait de refaire un rendu des RFC de temps en temps, adapté aux outils qui seront modernes à ce moment. Mais c'est aussi la solution la plus chère. Si on imagine un futur où XML, HTML et PDF sont des lointains souvenirs du passé, on imagine ce que cela serait d'avoir préservé un environnement d'exécution complet, les navigateurs, les bibliothèques dont ils dépendent, le système d'exploitation et même le matériel sur lequel il tourne !

Une solution plus légère serait de faire (par exemple tous les ans) un tour d'horizon des techniques existantes et de voir s'il est encore possible, et facile, de visualiser les RFC archivés. Si ce n'est pas le cas, on pourra alors se lancer dans la tâche de regénérer des versions lisibles.

Au passage, il existe déjà des logiciels qui peuvent faciliter certains de ces activités (le RFC cite le logiciel libre de gestion d'archives ArchiveMatica).

Après cette analyse, la section 3 de notre RFC va aux recommandations : l'idée est de sauvegarder le format canonique (XML), un fichier PDF/A-3, le futur outil xml2rfc et au moins deux lecteurs PDF (qui doivent être capables d'extraire le XML embarqué). Les tâches immédiates sont donc :

  • Produire les PDF/A-3 (à l'heure de la publication de ce RFC, l'outil n'est pas encore développé) avec le XML à l'intérieur, et l'archiver,
  • Archiver le format canonique (texte seul pour les vieux RFC, XML pour les nouveaux),
  • Archiver les versions majeures des outils, notamment xml2rfc,
  • Archiver deux lecteurs PDF,
  • Avoir des partenariats avec différentes institutions compétentes pour assurer la sauvegarde des bits (c'est déjà le cas avec la bibliothèque nationale suédoise). Un guide d'évaluation de ce ces archives est ISO 16363.

La version papier, par contre, ne sera plus archivée.

Conclusion (section 4) : les RFC sont des documents importants, qui ont un intérêt pour les générations futures, et qui valent la peine qu'on fasse des efforts pour les préserver sur le long terme.


Téléchargez le RFC 8153


L'article seul

RFC 8145: Signaling Trust Anchor Knowledge in DNS Security Extensions (DNSSEC)

Date de publication du RFC : Avril 2017
Auteur(s) du RFC : D. Wessels (Verisign), W. Kumari (Google), P. Hoffman (ICANN)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF dnsop
Première rédaction de cet article le 19 avril 2017


L'utilisation de DNSSEC implique que le résolveur DNS ait une ou plusieurs clés de départ de la validation (trust anchors). Typiquement, le résolveur aura une clé pour la racine, les autres domaines étant validés en suivant l'arborescence du DNS (cela se configure, même si la plupart des résolveurs viennent avec une pré-configuration pour la clé ICANN de la racine). Seulement, parfois, les clés changent et le gérant d'un domaine aimerait bien savoir, avant de supprimer l'ancienne clé, si les résolveurs ont bien tous reçu la nouvelle. D'où cette nouvelle option EDNS où le résolveur signale au serveur faisant autorité la liste des clés qu'il utilise comme point de départ de la validation. (Le RFC décrit également une autre méthode, non fondée sur EDNS.)

En toute rigueur, il faut dire que le résolveur ne transmet pas les clés mais les identificateurs courts (key tags ou key IDs), qui sont un condensat de 16 bits des clés (section 3.1.6 du RFC 4034, et notez dans l'annexe B du même RFC que ce ne sont pas des condensats cryptographiques). On trouve cet identificateur de clé si on utilise l'option +multi de dig :

% dig +multi DNSKEY tf
...
;; ANSWER SECTION:
tf.			172800 IN DNSKEY 257 3 8 (
                                ...
				) ; KSK; alg = RSASHA256; key id = 12520
tf.			172574 IN DNSKEY 256 3 8 (
                                ...
				) ; ZSK; alg = RSASHA256; key id = 51793
...
tf.			172574 IN RRSIG	DNSKEY 8 1 172800 (
				20170524190422 20170325180422 12520 tf.
...
    

Il est utilisé pour la communication entre humains mais on le trouve aussi dans les enregistrements DS chez le parent :

% dig DS tf
...
;; ANSWER SECTION:
tf.			86400 IN DS 12520 8 2 (
				2EC74274DD9AA7FFEA33E695EFF98F17F7C78ABD2D76
				EDBBDE4EDD4630D68FA2 )
...

Ainsi que dans les signatures :

% dig +dnssec SOA tf
...
;; ANSWER SECTION:
tf.			172800 IN SOA nsmaster.nic.fr. hostmaster.nic.fr. (
				2222242731 ; serial
                               ...
tf.			172800 IN RRSIG	SOA 8 1 172800 (
				20170531124004 20170401114004 51793 tf.
                                ...

On voit ici que la clé de .tf dans la racine est la 12520, qui signe la clé 51793, qui elle-même signe les enregistrements.

Si vous n'êtes pas parfaitement au point sur la terminologie DNSSEC, lisez la section 3 du RFC. Et, à titre d'exemple, voici la configuration d'un résolveur Unbound pour utiliser comme clés de départ de la validation celles de Yeti :

% cat /etc/unbound/unbound.conf
...
server:
    ...
    auto-trust-anchor-file: "/var/lib/unbound/yeti.key"
    ...

% cat /var/lib/unbound/yeti.key
.	86400	IN	DNSKEY	257 3 8 AwE...8uk= ;{id = 59302 (ksk), size = 2048b} ;;state=1 [ ADDPEND ] ;;count=67 ;;lastchange=1488474089 ;;Thu Mar  2 18:01:29 2017
.	86400	IN	DNSKEY	257 3 8 AwE...y0U= ;{id = 19444 (ksk), size = 2048b} ;;state=2 [  VALID  ] ;;count=0 ;;lastchange=1472139347 ;;Thu Aug 25 17:35:47 2016

On voit deux clés, d'identificateurs 59302 et 19444. Tout contenu signé avec une de ces deux clés sera accepté. (Le fait qu'il y ait deux clés alors qu'une suffirait est dû au fait qu'un changement est en cours, suivant le RFC 5011.)

Voyons maintenant la première façon de signaler ses clés dont dispose un résolveur, la méthode EDNS (section 4 de notre RFC, et voir le RFC 6891, pour les détails sur ce qu'est EDNS). On utilise une nouvelle option EDNS, edns-key-tag (code 14 dans le registre IANA). Comme toutes les options EDNS, elle comprend le code (14), la longueur, puis une suite d'identificateurs de clés. Par exemple, le résolveur Unbound montré plus haut enverrait une option {14, 4, 59302, 19444} (longueur quatre car il y a deux identificateurs, de deux octets chacun). Il est recommandé d'utiliser cette option pour toutes les requêtes de type DNSKEY (et jamais pour les autres).

Notez que le serveur qui reçoit une requête avec cette option n'a rien à faire : elle est juste là pour l'informer, la réponse n'est pas modifiée. S'il le souhaite, le serveur peut enregistrer les valeurs, permettant à son administrateur de voir, par exemple, si une nouvelle clé est largement distribuée (avant de supprimer l'ancienne).

La deuxième méthode de signalisation, celle utilisant le QNAME (Query Name, le nom indiqué dans la requête DNS) figure en section 5. La requête de signalisation utilise le type NULL (valeur numérique 10), et un nom de domaine qui commence par « _ta- », suivi de la liste des identificateurs en hexadécimal (dans cet article, ils étaient toujours montré en décimal) séparés par des traits. Le nom de la zone pour laquelle s'applique ces clés est ajouté à la fin (la plupart du temps, ce sera la racine, donc il n'y aura rien à ajouter). En reprenant l'exemple du résolveur Unbound plus haut, la requête sera _ta-4bf4-e7a6.. Comme ce nom n'existe pas, la réponse sera certainement NXDOMAIN.

Le serveur utilise cette requête comme il utilise l'option EDNS : ne rien changer à la réponse qui est faite, éventuellement enregistrer les valeurs indiquées, pour pouvoir informer l'administrateur du serveur.

Voilà, comme vous voyez, c'est tout simple. Reste quelques petites questions de sécurité (section 7) et de vie privée (section 8). Pour la sécurité, comme, par défaut, les requêtes DNS passent en clair (RFC 7626), un écoutant indiscret pourra savoir quelles clés utilise un résolveur. Outre que cela peut permettre, par exemple, de trouver un résolveur ayant gardé les vieilles clés, la liste peut révéler d'autres informations, par exemple sur le logiciel utilisé (selon la façon dont il met en œuvre le RFC 5011). C'est donc un problème de vie privée également.

Notez aussi que le client peut mentir, en mettant de fausses valeurs. Par exemple, il pourrait envoyer de faux messages, avec une adresse IP source usurpée, pour faire croire que beaucoup de clients ont encore l'ancienne clé, de façon à retarder un remplacement.

(Au passage, si vous voulez des informations sur le remplacement des clés DNSSEC de la racine, voyez la page de l'ICANN, et la première expérimentation Yeti ainsi que la deuxième.)

Notez que le mécanisme utilisé a beaucoup varié au cours du développement de ce RFC (section 1.1, sur l'histoire). Au début, il n'y avait que l'option EDNS, en copiant sur le mécanisme du RFC 6975. Mais EDNS a quelques limites :

  • Il n'est pas de bout en bout : si une requête passe par plusieurs résolveurs, les options EDNS ne sont pas forcément transmises,
  • Il y a toujours le problème des stupides et bogués boitiers intermédiaires, qui bloquent parfois les paquets ayant une option EDNS qu'ils ne connaissent pas,
  • Comme l'option n'est pas forcément envoyée à chaque requête DNS, un résolveur pourrait avoir besoin de mémoriser les valeurs envoyées par ses clients, afin de les transmettre, ce qui l'obligerait à garder davantage d'état.

L'approche concurrente, avec le QNAME, a aussi ses inconvénients :

  • Elle ne permet pas de distinguer les clés connues du client, de celles connues par le client du client (si plusieurs résolveurs sont chaînés, via le mécanisme forwarder),
  • Elle nécessite deux requêtes, une avec la demande normale, une avec le QNAME spécial : en cas de répartition de charge entre serveurs, par exemple avec l'anycast, ces deux requêtes peuvent même aboutir sur des serveurs différents,
  • Enfin la requête avec le QNAME spécial peut ne pas être transmise du tout, en cas de mise en mémoire énergique des réponses négatives par un résolveur intermédiaire (cf. RFC 8020 and RFC 8198).

D'où le choix (chaudement discuté) de fournir les deux méthodes.

À l'heure actuelle, je ne connais qu'une seule mise en œuvre de ce RFC, introduite dans BIND 9.10.5 rc1 (« named now provides feedback to the owners of zones which have trust anchors configured by sending a daily query which encodes the keyids of the configured trust anchors for the zone. This is controlled by trust-anchor-telemetry »).


Téléchargez le RFC 8145


L'article seul

RFC 8143: Using Transport Layer Security (TLS) with Network News Transfer Protocol (NNTP)

Date de publication du RFC : Avril 2017
Auteur(s) du RFC : J. Élie
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 25 avril 2017


Ce RFC concernant le protocole NNTP met à jour l'ancien RFC 4642 qui donnait des conseils TLS très spécifiques (activer la compression, utiliser RC4...), conseils qui n'ont pas résisté à l'évolution de la cryptographie. On arrête donc de donner des conseils TLS spécifiques, NNTP a un usage générique de TLS et doit donc se référer au RFC générique BCP 195 (actuellement RFC 7525).

NNTP, le protocole de transport des News, est normalisé dans le RFC 3977. Il peut utiliser TLS (RFC 5246) pour sécuriser la communication entre deux serveurs NNTP, ou bien entre serveur et client. Le RFC 4642, qui décrivait cet usage de TLS, faisait une erreur : il donnait des conseils de cryptographie. Or, d'une part, NNTP ne faisait pas un usage particulier de la cryptographie, et n'avait pas besoin de recommandations spécifiques et, d'autre part, la cryptographie est un domaine qui évolue. Ainsi, les fonctions de compression de données de TLS sont aujourd'hui considérées comme une mauvaise idée, dans la plupart des cas (attaque CRIME, cf. RFC 7525, section 3.3).

L'essentiel de notre nouveau RFC est dans sa section 3 : désormais, il faut suivre le RFC de bonnes pratiques TLS, BCP 195 (actuellement RFC 7525).

De même que le courrier électronique peut préciser dans un en-tête Received: que la connexion SMTP était protégée par TLS, de même NNTP permet d'ajouter dans le champ Path: (section 3.1.5 du RFC 5536) une indication que le pair a été authentifié (deux points d'exclamation de suite).

La section 2 du RFC résume les changements par rapport au RFC 4642 (la liste complète est dans l'annexe A). Comme dit plus haut, la compression TLS est désormais fortement déconseillée (à la place, on peut utiliser l'extension de compression de NNTP, normalisée dans le RFC 8054). Il est très nettement recommandé d'utiliser du TLS implicite (connexion sur un port dédié (le 563 pour les clients, non spécifié pour les autres serveurs), au lieu de la directive STARTTLS, qui est vulnérable à l'attaque décrite dans la section 2.1 du RFC 7457). Il ne faut évidemment plus utiliser RC4 (cf. RFC 7465), mais les algorithmes de chiffrement obligatoires de TLS. Il faut utiliser l'extension TLS Server Name Indication (RFC 6066, section 3). Et, pour authentifier, il faut suivre les bonnes pratiques TLS des RFC 5280 et RFC 6125.

Comme la plupart des mises en oœuvre de NNTP-sur-TLS utilisent une bibliothèque TLS générique, elles suivent déjà une bonne partie des recommandations de ce RFC. Après, tout dépend des options particulières qu'elles appellent…

Merci à Julien Élie pour une relecture attentive (j'avais réussi à mettre plusieurs erreurs dans un article aussi court.)


Téléchargez le RFC 8143


L'article seul

RFC 8141: Uniform Resource Names (URNs)

Date de publication du RFC : Avril 2017
Auteur(s) du RFC : P. Saint-Andre (Filament), J. Klensin
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF urnbis
Première rédaction de cet article le 30 avril 2017


Dans la grande famille des URI, il y a (entre autres) les URL, et les URN, comme urn:ietf:params:xml:ns:iodef-2.0, normalisés dans ce RFC, qui couvre aussi bien leur syntaxe (qui était auparavant dans le RFC 2141) que les procédures d'enregistrement (autrefois dans le RFC 3406). Il remplace donc ces deux anciens RFC.

Le RFC 3986, qui normalise la syntaxe générique des URI, délègue les détails des familles particulières d'URI à d'autres RFC comme celui-ci. Notre RFC 8141 précise la syntaxe générique pour le cas des URN, des URI dont les propriétés sont a priori la persistence et la non-résolvabilité (donc, plutôt des noms que des adresses, pour reprendre le vocabulaire des RFC 1737 et RFC 3305).

La section 2, URN Syntax décrit à quoi ressemblent les URN. Un URN est formé avec le plan urn (enregistré à l'IANA), un NID (Namespace IDentifier) qui indique l'organisme qui gère la fin de l'URN, puis le NSS (Namespace Specific String), tous séparés par des deux-points. Il existe de très nombreux NID déjà enregistrés, comme ceux du RFC 7207 (messagerie Eurosystem), RFC 7254 (IMEI), RFC 5165 (normes OGC), RFC 4122 (UUID)… Deux idées essentielles des URN sont que la création de NID est strictement gérée (il faut documenter précisément le pourquoi du nouvel NID) et que, dans chaque espace de noms créé par un NID, l'affectation des NSS est à son tour gérée, avec des règles rigoureuses, que l'on suit soigneusement. Les URN sont conçus pour du nommage « sérieux ». Il n'existe pas d'URN à enregistrement libre et, donc, le fait d'être correct syntaxiquement ne suffit pas pour qu'un URN soit un vrai URN : il doit en plus être passé par le processus d'enregistrement.

Par exemple, si on prend les URN néo-zélandais du RFC 4350, le NID est nzl et un URN ressemble donc à urn:nzl:govt:registering:recreational_fishing:form:1-0. Attention, le deux-points n'est un séparateur qu'au début, entre le plan et le NID, puis entre le NID et le NSS. Après, c'est juste un caractère comme un autre. Donc, govt:registering:recreational_fishing:form:1-0 n'est pas forcément du nommage arborescent. Notez que la syntaxe est moins restrictive qu'elle ne l'était dans le RFC 2141.

Comme avec les autres URI, les caractères considérés comme « spéciaux » doivent être protégés avec l'encodage pour cent (cela ne concerne pas le NID qui doit être purement en ASCII). On ne peut donc hélas pas faire de vrais URN internationaux. Ainsi, urn:example:café doit en fait s'écrire urn:example:caf%E9.

Notre RFC 8141 introduit un concept nouveau, qui n'était pas dans le RFC 2141, celui de composants. Ils sont de trois sortes, les r-components, les q-components et les f-components. Les premiers, les r-components, servent à passer des paramètres à un éventuel système de résolution. Ils commencent par un point d'interrogation suivi d'un plus. Ainsi, dans urn:example:bar-baz-qux?+CCResolve:cc=fr, le r-component est CCResolve:cc=fr, indiquant probablement qu'on souhaite une réponse adaptée à la France (CCResolve = Country-Code Resolve). La syntaxe est définie (ainsi que le fait que ces composants doivent être ignorés pour la comparaison de deux URN) mais la sémantique est pour l'instant laissée dans le flou.

Contrairement au r-component, prévu pour le système de résolution, le q-component est prévu pour la ressource à laquelle on accède. Il commence par un point d'interrogation suivi d'un égal. Un exemple pourrait être urn:example:weather?=op=map&lat=39.56&lon=-104.85 (cherchez pas : c'est près de Denver).

Quant au f-component, introduit par un croisillon, il n'est destiné qu'au client (comme le classique identificateur de fragment des URI).

La section 3, consacrée à l'équivalence lexicale de deux URN, explique comment on peut déterminer si deux URN sont égaux ou pas, sans connaitre les règles particulières de l'organisme qui les enregistre. (Déterminer l'équivalence sert, par exemple, pour savoir si un URN a déjà été visité.) Ainsi, urn:foo:BAR et urn:FOO:BAR sont lexicalement équivalents (le NID est insensible à la casse, cf. section 2.1) mais urn:foo:BAR et urn:foo:bar ne le sont pas, le NSS étant, lui, sensible à la casse (les deux URN sont peut-être fonctionnellement équivalents mais cela dépend de la politique d'enregistrement de l'organisme désigné par foo). Il n'y a pas d'autre normalisation appliquée avant la comparaison, notamment sur les caractères encodés pour-cent.

Notez que la définition d'un espace de noms donné peut toujours rajouter des règles (par exemple que le NSS soit insensible à la casse) mais ces règles doivent uniquement créer de nouvelles équivalences, jamais séparer deux URN qui auraient été identiques dans une comparaison générique (par un logiciel qui ne connaissait pas les règles spécifiques de cet espace de noms, voir aussi la section 4.2).

Comme vu plus haut, il y a dans un URN, immédiatement après la chaîne de caractères urn:, l'espace de noms (namespace ou NID), une chaîne de caractères qui identifie le domaine d'une autorité d'enregistrement. Notre RFC 8141 explique les procédures de création d'un nouvel espace de noms dans le registre des espaces de noms que tient l'IANA. Si vous voulez juste faire des exemples, il existe un NID example specifié dans le RFC 6963 (oui, j'aurais dû l'utiliser au lieu de foo).

Comme expliqué dans la section 5, ce mécanisme d'espaces de noms suppose que, dans chaque espace, il existe une autorité d'enregistrement qui accepte (ou refuse) les enregistrements et que, d'autre part, il existe une autorité qui enregistre les espaces de noms (en l'occurrence l'IANA). La section 6 de notre RFC est consacrée aux procédures de cette dernière autorité et aux mécanismes pour enregistrer un identificateur d'espace de noms (NID pour namespace identifier). (La résolution des URN en autres identificateurs n'est par contre pas couverte, mais on peut toujours regarder le RFC 2483.) Des exemples d'autorité d'enregistrement dans un espace de noms donné sont le gouvernement néo-zélandais (RFC 4350) ou l'OGC (RFC 5165).

Notez que certains URN sont créés en partant de rien, alors que d'autres sont juste une transcription en syntaxe URN d'identificateurs déjà enregistrés par ailleurs. C'est le cas des ISBN (RFC 8254) ou des RFC eux-mêmes (RFC 2648, avec le NID ietf, ce RFC est donc urn:ietf:rfc:8141).

Tiens, et où peut-on mettre des URN ? Syntaxiquement, un URN est un URI, donc on peut en mettre partout où on peut mettre des URI (section 4 du RFC). Par exemple, comme nom d'espace de noms XML. Mais ce n'est pas une bonne idée de mettre des URN partout. Par exemple, en argument d'un <a href="…, c'est même certainement une mauvaise idée (car le navigateur Web typique ne sait pas résoudre des URN).

Autre recommandation pratique de notre RFC, si un logiciel affiche un URN, bien penser à l'afficher en complet (contrairement à ce que font certains navigateurs Web qui, stupidement, tronquent l'URI, par exemple en omettant le plan http://). En effet, une abréviation peut ne pas avoir le résultat attendu. En effet, il existe un NID urn:xmpp (RFC 4854) et un plan d'URI xmpp: (RFC 5122). Si on n'affiche pas le plan urn:, il y a un gros risque de confusion.

La section 5 du RFC détaille ce qu'est un espace de noms (un ensemble d'identificateurs uniques géré, c'est-à-dire que tous les noms syntaxiquements corrects n'en font pas partie, uniquement ceux qui ont été enregistrés). Par exemple, les ISBN forment un tel espace (dont l'utilisation dans des URN a fait l'objet du RFC 8254). À l'intérieur d'un espace de noms, les règles d'enregistrement et le travail quotidien du registre ne sont pas gérés par l'IETF ou l'IANA mais par l'autorité d'enregistrement de cet espace.

La section 5 introduit les différents types d'espaces de noms. Il y a les espaces informels (section 5.2), dont le NID commence par urn- et est composé de chiffres et les espaces formels (section 5.1) dont le NID est composé de lettres et qui, contrairement aux informels, sont censés fournir un bénéfice aux utilisateurs de l'Internet (les espaces informels ont le droit d'être réservés à une communauté déconnectée). Contrairement encore aux informels, l'enregistrement des espaces formels fait l'objet d'un examen par un expert (cf. RFC 5226) et il est recommandé que cet enregistrement fasse l'objet d'une spécification écrite, par exemple un RFC. L'organisation qui gère un NID formel doit également démontrer sa stabilité et son sérieux sur le long terme.

Un des principes des URN est la durabilité : un URN devrait être stable dans le temps (et, logiquement, jamais réaffecté si jamais il est supprimé). Mais cette stabilité dépend essentiellement de facteurs non-techniques, comme la permanence dans le temps du registre (une organisation privée et fermée comme l'IDF est, par exemple, typiquement un mauvais choix pour assurer la permanence). Toutefois, si on ne peut pas garantir la stabilité d'un espace de noms, on connait en revanche des facteurs qui diminuent la probabilité de permanence et l'IETF peut donc analyser les spécifications à la recherche de tels facteurs (c'est une variante du problème très riche mais bien connu de la stabilité des identificateurs). Au passage, la plupart des grandes questions liées aux URN (permanence, compromis entre facilité d'enregistrement et désir de ne pas permettre « n'importe quoi ») sont des questions bien plus anciennes que les URN, et même plus anciennes que l'Internet, et ne feront probablement pas l'objet d'un consensus de si tôt (cf. section 1.2).

Enfin, le processus d'enregistrement lui-même. Il faut en effet un peu de bureaucratie pour s'assurer que le NID est bien enregistré et que le registre des NID soit lui-même stable. Les procédures sont différentes selon le type d'espace de noms. Les informels, qui commencent par la chaîne de caractères urn- suivie d'un nombre, ont leur propre registre, avec un processus d'enregistrement léger, mais très peu utilisé.

Le gros morceau est constitué des espaces de noms formels. Cette fois, le processus d'enregistrement est plus complexe, mais on obtient un « vrai » NID comme mpeg (RFC 3614), oasis (RFC 3121) ou 3gpp (RFC 5279).

Le formulaire d'enregistrement complet est disponible dans l'annexe A du RFC. Bon courage aux futurs enregistreurs. N'oubliez pas de lire tout le RFC. Notez par exemple qu'il faudra décrire les mécanismes par lesquels vous allouerez des noms (si vous gérez urn:example, et que je demande urn:example:boycott-de-mcdo, que répondrez-vous ?), et qu'il faudra une analyse de sécurité et aussi (c'est une nouveauté par rapport au RFC 2141) de vie privée.

Ce nouveau RFC remplace à la fois le RFC 2141 et le RFC 3406, et le processus fut long (six ans) et difficile. L'annexe B indique les principaux changements depuis le RFC 2141 : alignement de la syntaxe sur le RFC 3986 (en pratique, la nouvelle syntaxe est plus acceptante), introduction des composants (pour pouvoir faire des choses comme les fragments, qui marchaient avec tous les autres URI)… L'annexe C, elle, présente les changements par rapport au RFC 3406 : politique d'enregistrement d'un NID plus libérale (examen par un expert au lieu d'examen par l'IETF), suppression des NID expérimentaux (nom commençant par x-) en raison du RFC 6648


Téléchargez le RFC 8141


L'article seul

RFC 8128: IETF Appointment Procedures for the ICANN Root Zone Evolution Review Committee

Date de publication du RFC : Mars 2017
Auteur(s) du RFC : C. Morgan (AMS)
Pour information
Première rédaction de cet article le 11 mars 2017


Un petit RFC purement bureaucratique publié hier, il décrit les procédures par lesquelles l'IETF nomme un représentant dans un des innombrables comités de l'ICANN, le RZERC (Root Zone Evolution Review Committee), qui travaille sur la gestion de la zone racine du DNS.

Ce nouveau comité RZERC est chargé des mécanismes de publication de la zone racine, une zone évidemment cruciale puisque la nature arborescente du DNS fait que, si elle a des problèmes, plus rien ne marche. Notez que le RZERC ne s'occupe que de la création et de la publication de la zone racine, pas de servir cette zone. Cette tâche incombe en effet aux serveurs racines du DNS, qui sont indépendants de l'ICANN (contrairement à ce qu'on lit souvent dans des médias mal informés). L'actuelle charte du RZERC est en ligne et elle prévoit que le comité comprend entre autres « The Chair or delegate of the Internet Engineering Task Force ».

C'est l'IAB qui désigne le représentant IETF, le premier étant Jim Reid. Les qualités nécessaires sont citées en section 2 de notre RFC. Sans surprise, il faut être techniquement très compétent, et il faut pouvoir traduire des recommandations en des termes compréhensibles par la bureaucratie ICANN (« be able to articulate those technology issues such that the ICANN Board can be provided with sound technical perspectives »). Le RFC précise également qu'il faut comprendre l'articulation de la gouvernance Internet et les rôles des différents organismes, une tâche complexe, c'est sûr !

Suivant les procédures décrites en section 3 du RFC, un appel à volontaires avait été lancé le 25 mai 2016, il y avait quatre candidats (Marc Blanchet, Warren Kumari, Kaveh Ranjbar et Jim Reid), et Jim Reid a été nommé le 11 août 2016. Depuis, si on veut savoir ce que fait ce comité, il faut regarder sa page Web officielle. Son rôle n'est pas encore bien défini et fait l'objet de la plupart des discussions. En gros, il devrait intervenir uniquement lorsqu'une proposition de changement important est faite, pas pour la gestion quotidienne.


Téléchargez le RFC 8128


L'article seul

RFC 8126: Guidelines for Writing an IANA Considerations Section in RFCs

Date de publication du RFC : Juin 2017
Auteur(s) du RFC : M. Cotton (ICANN), B. Leiba (Huawei Technologies), T. Narten (IBM Corporation)
Première rédaction de cet article le 21 juin 2017


Un aspect peu connu du travail de normalisation est la nécessité de tenir des registres de certains paramètres, lorsque la liste de ces derniers n'est pas fixée dans un RFC. Par exemple, les algorithmes publiés dans le DNS pour IPsec ne sont pas définis de manière limitative dans le RFC 4025 mais sont enregistrés dans un registre public. Même chose pour les types de média du RFC 6838, qui ont leur propre registre. Pour les RFC, ces registres sont tenus par l'IANA. Celle-ci ne décide pas quels registres elle doit tenir ni à quelle condition un nouveau paramètre peut y rentrer, elle applique les décisions contenues dans la section IANA Considerations d'un RFC. C'est cette section qui est décrite ici. Ce RFC remplace l'ancien RFC 5226.

Prenons l'exemple du RFC 3315 (DHCP). Sa section 24 contient le texte « This document defines several new name spaces associated with DHCPv6 and DHCPv6 options: Message types, Status codes, DUID and Option codes. IANA has established a registry of values for each of these name spaces, which are described in the remainder of this section. These name spaces will be managed by the IANA and all will be managed separately from the name spaces defined for DHCPv4. ». En application de ce texte, l'IANA a créé le registre DHCPv6 and DHCPv6 options qu'on peut consulter en ligne à https://www.iana.org/assignments/dhcpv6-parameters. Et comment ajoute-t-on des entrées dans ce registre ? En suivant les règles données dans ce même RFC : «  New DHCP option codes are tentatively assigned after the specification for the associated option, published as an Internet Draft, has received expert review by a designated expert [11]. The final assignment of DHCP option codes is through Standards Action, as defined in RFC 2434.  ».

L'intérêt d'avoir une section obligatoire IANA Considerations est de concentrer en un seul endroit les informations nécessaires à l'IANA pour faire son travail. Pour aider les auteurs de RFC à écrire correctement cette section IANA Considerations, notre RFC 8126, qui succède au RFC 5226, pose quelques règles.

La section 1 du RFC décrit le problème général de la gestion d'un espace de nommage (namespace). Tous ces espaces n'ont pas les mêmes caractéristiques. Certains sont très petits (le champ protocole, qui n'a que huit bits soit 256 valeurs possibles, cf. RFC 5237) et doivent donc être gérés avec prudence, certains sont hiérarchiques comme le DNS ou comme les OID et peuvent donc être délégués, certains sont immenses, et peuvent être gérés avec moins de précautions (mais nécessitent quand même des règles, comme expliqué dans la section 1).

Cette même section 1 résume les points essentiels que doit connaitre l'auteur d'un RFC, notamment d'avoir une section dédiée IANA Considerations, et de n'y mettre que ce qui est strictement nécessaire à l'IANA (pas de digressions, pas de détails techniques).

La section 2 est consacrée à la création d'un nouveau registre. Il y a bien des décisions à prendre à ce stade. Par exemple, notre RFC recommande de voir si on ne peut pas faire un registre arborescent, où l'action de l'IANA se limiterait à la racine de ce registre, diminuant ainsi sa charge de travail. (C'est le cas des URN du RFC 8141.)

Si un RFC doit demander une telle création, il doit préciser quelle politique d'enregistrement devra suivre l'IANA. C'est une des parties les plus intéressantes du RFC, notamment sa section 4 qui explique les politiques possibles :

  • Premier Arrivé, Premier Servi (« First Come First Served »), où toute requête est acceptable et est faite dans l'ordre d'arrivée. Les entrées dans le préfixe OID iso.org.dod.internet.private.enterprise sont un bon exemple (https://www.iana.org/assignments/enterprise-numbers mais attention, le registre est lourd à charger). C'est aussi le cas des plans d'URI provisoires (RFC 7595) ou des états de traitement du courrier (RFC 6729). C'est sans doute la plus « libérale » des politiques d'enregistrement. (Il n'y a pas de mécanisme explicite contre les vilains qui enregistreraient plein de valeurs inutiles, avait noté l'examen de sécurité.)
  • Examen par un expert (« Expert review »), comme détaillé plus bas (section 5 du RFC). C'est ainsi que sont gérés les plans des URI permanents du RFC 7595, ou bien les types de méthode d'EAP (RFC 3748, sections 6 et 7.2, notez que Expert review était appelé Designated expert à cette époque).
  • Spécification nécessaire (« Specification required ») où un texte écrit et stable décrivant le paramètre souhaité est nécessaire (ce texte n'est pas forcément un RFC, il y a d'ailleurs une politique « RFC required »). Il faut en outre un examen par un expert, comme dans la politique ci-dessus, l'expert vérifiant que la spécification est claire. Les profils de ROHC (RFC 5795) sont enregistrées sous cette condition. Les utilisations de certificat de DANE (RFC 6698, section 7.2) sont « RFC nécessaire ».
  • Examen par l'IETF (« IETF Review »), l'une des plus « lourdes », puisqu'il faut un RFC « officiel », qui soit passé par l'IESG ou par un groupe de travail IETF (tous les RFC ne sont pas dans ce cas, certains sont des contributions individuelles). C'est la politique des extensions TLS du RFC 6066 (cf. RFC 5246, section 12, qui utilisait encore l'ancien terme de « IETF Consensus »).
  • Action de normalisation (« Standards Action »), encore plus difficile, le RFC doit être sur le chemin des normes et donc avoir été approuvé par l'IESG. C'est le cas par exemple des types de message BGP (RFC 4271, section 4.1), en raison de la faible taille de l'espace en question (un seul octet, donc un nombre de valeurs limité) et sans doute aussi en raison de l'extrême criticité de BGP. C'est aussi la politique pour les options DHCP données en exemple plus haut.
  • Utilisation privée (« Private use ») est une politique possible, qui est en fait l'absence de registre, et donc l'absence de politique de registre : chacun utilise les valeurs qu'il veut. Par exemple, dans le protocole TLS (RFC 5246, section 12), les valeurs 224 à 255 des identifiants numériques du type de certificat sont à usage privé ; chacun s'en sert comme il veut, sans coordination.
  • Utilisation à des fins expérimentales (« Experimental use »), est en pratique la même chose que l'utilisation privée. La seule différence est le but (tester temporairement une idée, cf. RFC 3692). C'est le cas des valeurs des en-têtes IP du RFC 4727.
  • Et il existe encore l'approbation par l'IESG (« IESG approval ») qui est la politique de dernier recours, à utiliser en cas de cafouillage du processus.
  • Et le cas un peu particulier de l'allocation hiérarchique (« Hierarchical allocation ») où l'IANA ne gère que le registre de plus haut niveau, selon une des politiques ci-dessus, déléguant les niveaux inférieurs à d'autres registres. C'est le cas par exemple des adresses IP ou bien sûr des noms de domaine.

Le choix d'une politique n'est pas évident : elle ne doit pas être trop stricte (ce qui ferait souffrir les auteurs de protocoles, confrontés à une bureaucratie pénible) mais pas non plus trop laxiste (ce qui risquerait de remplir les registres de valeurs inutiles, les rendant difficilement utilisables). En tout cas, c'est une des décisions importantes qu'il faut prendre lors de l'écriture d'une spécification.

Notre RFC conseille (sans l'imposer) d'utiliser une de ces politiques (« well-known policies »). Elles ont été testés en pratique et fonctionnent, concevoir une nouvelle politique fait courir le risque qu'elle soit incohérente ou insuffisamment spécifiée, et, de toute façon, déroutera les lecteurs et l'IANA, qui devront apprendre une nouvelle règle.

Parmi les autres points que doit spécifier le RFC qui crée un nouveau registre, le format de celui-ci (section 2.2 ; la plupart des registres sont maintenus en XML, mais même dans ce cas, des détails de syntaxe, comme les valeurs acceptables, peuvent devoir être précisés). Notez que le format n'est pas forcément automatiquement vérifié par l'IANA. Notre RFC recommande également de bien préciser si le registre accepte des caractères non-ASCII (cf. RFC 8264, section 10).

Autre choix à faire dans un registre, le pouvoir de changer les règles (change control). Pour des normes IETF (RFC sur le chemin des normes), c'est en général l'IETF qui a ce pouvoir, mais des registres IANA peuvent être créés pour des protocoles qui ne sont pas gérés par l'IETF et, dans ce cas, le pouvoir peut appartenir à une autre organisation. C'est ainsi que les types de données XML (RFC 7303), comme le application/calendar+xml (RFC 6321) sont contrôlés par le W3C.

La section 3 couvre l'enregistrement de nouveaux paramètres dans un registre existant. C'est elle qui précise, entre autres, que l'IANA ne laisse normalement pas le choix de la valeur du paramètre au demandeur (mais, en pratique, l'IANA est sympa et a accepté beaucoup de demandes humoristiques comme le port TCP n° 1984 pour le logiciel Big Brother...)

La section 6 donne des noms aux différents états d'enregistrement d'une valeur. Le registre note l'état de chaque valeur, parmi ces choix :

  • Réservé à une utilisation privée,
  • Réservé à une utilisation expérimentale,
  • Non affecté (et donc libre),
  • Réservé (non alloué mais non libre, par exemple parce que la norme a préféré le garder pour de futures extensions),
  • Affecté,
  • Utilisation connue, mais non officiellement affecté, ce qui se produit parfois quand un malotru s'approprie des valeurs sans passer par les procédures normales, comme dans le cas du RFC 8093.

Par exemple, si on prend les types de messages BGP, on voit dans le registre que 0 est réservé, les valeurs à partir de 6 sont libres, les autres sont affectées (1 = OPEN, etc).

La section 5 décrit le rôle des experts sur lesquels doit parfois s'appuyer l'IANA. Certains registres nécessitent en effet un choix technique avec l'enregistrement d'un nouveau paramètre et l'IANA n'a pas forcément les compétences nécessaires pour cette évaluation. Elle délègue alors cette tâche à un expert (designated expert, leur nom est noté à côté de celui du registre). Par exemple, pour le registre des langues, défini par le RFC 5646, l'expert actuel est Michael Everson. Ce registre utilise également une autre possibilité décrite dans cette section, une liste de discussion qui sert à un examen collectif des requêtes (pour le registre des langues, cette liste est ietf-languages@iana.org). La section 5.1 discute des autres choix qui auraient pu être faits (par exemple un examen par le groupe de travail qui a créé le RFC, ce qui n'est pas possible, les groupes de travail IETF ayant une durée de vie limitée). Elle explique ensuite les devoirs de l'expert (comme la nécessité de répondre relativement rapidement, section 5.3, chose qui est loin d'être toujours faite).

Enfin, diverses questions sont traitées dans la section 9, comme la récupération de valeurs qui avaient été affectées mais qui ne le sont plus (le RFC 3942 l'avait fait mais c'est évidemment impossible dès que les paramètres en question ont une... valeur, ce qui est le cas entre autres des adresses IP).

Bien que la plupart des allocations effectuées par l'IANA ne sont guère polémiques (à l'exception des noms de domaine et des adresses IP, qui sont des sujets très chauds), notre RFC 8126 prévoit une procédure d'appel, décrite en section 10. Cela n'a pas suffit à régler quelques cas pénibles comme l'enregistrement de CARP.

Ce RFC 8126 remplace le RFC 5226. Les principaux changements sont détaillés dans la section 14.1 :

  • Moins de texte normatif style RFC 2119, puisqu'il ne s'agit pas de la description d'un protocole,
  • Meilleure description des registres hiérarchiques,
  • Ajout d'une partie sur le pouvoir de changer les règles (change control),
  • Ajout de la possibilité de fermer un registre,
  • Ajout de la section 8 sur le cas de RFC qui remplacent un RFC existant,
  • Etc.

Notez que notre RFC est également complété en ligne par des informations plus récentes.

Les relations entre l'IETF et l'IANA sont fixées par le MOU contenu dans le RFC 2860. À noter que tout n'est pas couvert dans ce RFC, notamment des limites aux demandes de l'IETF. Que se passerait-il par exemple si l'IETF demandait à l'IANA, qui ne facture pas ses prestations, de créer un registre de milliards d'entrées, très dynamique et donc très coûteux à maintenir ? Pour l'instant, l'IANA ne peut pas, en théorie, le refuser et la question s'est parfois posée à l'IETF de savoir si tel ou tel registre n'était pas trop demander.

Puisque l'IANA est un acteur important de l'Internet, rappelons aussi que, bien que la fonction de l'IANA soit actuellement assurée par l'ICANN, la tâche de gestion des protocoles et des registres n'a rien à voir avec les activités, essentiellement politiciennes, de l'ICANN. La « fonction IANA » (création et gestion de ces registres) est formellement nommée IFO (IANA Functions Operator) ou IPPSO (IANA Protocol Parameter Services Operator) mais tout le monde dit simplement « IANA ».


Téléchargez le RFC 8126


L'article seul

RFC 8118: The application/pdf Media Type

Date de publication du RFC : Mars 2017
Auteur(s) du RFC : M. Hardy, L. Masinter, D. Markovic (Adobe Systems), D. Johnson (PDF Association), M. Bailey (Global Graphics)
Pour information
Première rédaction de cet article le 18 mars 2017


Le format PDF, largement utilisé sur l'Internet, n'a sans doute pas besoin d'être présenté ici. De toute façon, ce nouveau RFC ne prétend pas décrire PDF, juste le type de contenu application/pdf. Ce RFC remplace l'ancien RFC 3778, notamment pour tenir compte du fait qu'officiellement, PDF n'est plus une spécification Adobe mais une norme ISO, 32000-1:2008.

Donc, si vous envoyez des documents PDF via l'Internet, que ce soit par courrier ou par le Web, vous êtes censé les étiqueter avec le type MIME application/pdf (le type de premier niveau applicaton/ indiquant que c'est un format binaire, non utilisable en dehors des applications spécialisées). Ce type a été enregistré à l'IANA (section 8 du RFC).

PDF avait été conçu pour le monde du papier (les commerciaux d'Adobe répétaient dans les années 90 que PDF permettait d'avoir « le même rendu partout » ce qui n'a pas de sens sur écran, où tous les écrans sont différents), ce qui se retrouve dans de nombreux concepts archaïques de PDF comme le découpage en pages. Un document PDF est un « rendu final », typiquement non modifiable, avec du texte utilisant différentes polices, des images… PDF permet également de représenter des liens hypertexte, une table des matières… On peut même inclure du JavaScript pour avoir des documents interactifs. PDF permet également le chiffrement et la signature, et a un mécanisme (en fait, plusieurs) pour placer des métadonnées, XMP. Bref, PDF est un format très complexe, ce qui explique les nombreuses failles de sécurité rencontrées par les programmes qui lisent du PDF.

La norme PDF est désormais déposée à l'ISO (ISO 32000-1) mais l'archaïque ISO ne distribue toujours pas librement ces documents. Si on veut apprendre PDF, il faut donc le télécharger sur le site d'Adobe.

Pour les protocoles où il y a une notion d'identificateur de fragment (comme les URI, où cet identificateur figure après le croisillon), PDF permet d'indiquer une partie d'un document. Cela fera partie de la future norme ISO, mais c'était déjà dans l'ancien RFC 3778. Cet identificateur prend la forme d'un ou plusieurs couples clé=valeur, où la clé est, par exemple, page=N (pour aller à la page n° N), comment=ID (aller à l'endroit marqué par l'annotation ID), zoom=S (agrandir d'un facteur S), search=MOT (aller à la première occurrence de MOT)… (Je n'ai pas réussi à faire fonctionner ces identificateurs de fragments avec le lecteur PDF inclus dans Chrome. Quelqu'un connait un logiciel où ça marche ?)

PDF a également des sous-ensembles. La norme est riche, bien trop riche, et il est donc utile de la restreindre. Il y a eu plusieurs de ces sous-ensembles de PDF normalisés (voir sections 2 et 4 du RFC). Ainsi, PDF/A, sous-ensemble de PDF pour l'archivage à long terme (ISO 19005-3:2012), limite les possibilités de PDF, pour augmenter la probabilité que le document soit toujours lisible dans 50 ou 100 ans. Par exemple, JavaScript y est interdit. PDF/X (ISO 15930-8:2008), lui, vise le cas où on envoie un fichier à un imprimeur. Il restreint également les possibilités de PDF, pour accroitre les chances que l'impression donne exactement le résultat attendu. Enfin, PDF/UA (ISO 14289-1:2014) vise l'accessibilité, en insistant sur une structuration sémantique (et non pas fondée sur l'apparence visuelle) du document. Tous ces sous-ensembles s'étiquettent avec le même type application/pdf. Ils ne sont pas mutuellement exclusifs : un document PDF peut être à la fois PDF/A et PDF/UA, par exemple.

Il existe d'innombrables mises en œuvre de PDF, sur toutes les plate-formes possible. Celle que j'utilise le plus sur Unix est Evince.

Un mot sur la sécurité (section 7 du RFC). On l'a dit, PDF est un format (trop) complexe, ce qui a des conséquences pour la sécurité. Comme l'impose la section 4.6 du RFC 6838, notre RFC inclut donc une analyse des risques. (Celle du RFC 3778 était trop limitée.) Notamment, PDF présente les risques suivants :

  • Les scripts inclus, écrits en JavaScript,
  • Le chargement de fichiers extérieurs, et les liens hypertexte vers l'extérieur,
  • Les fichiers inclus, qui peuvent être absolument n'importe quoi, et qui viennent avec leurs propres dangers (sans compter le risque de leur exportation vers le système de fichiers local).

Et c'est sans compter sur les risques plus génériques, comme la complexité de l'analyseur. Il y a eu de nombreuses failles de sécurité dans les lecteurs PDF (au hasard, par exemple CVE-2011-3332 ou bien CVE-2013-3553). La revue de sécurité à l'IETF avait d'ailleurs indiqué que les premières versions du futur RFC étaient encore trop légères sur ce point, et demandait un mécanisme pour mieux étiqueter les contenus « dangereux ».

Vous avez peut-être noté (lien « Version PDF de cette page » en bas) que tous les articles de ce blog ont une version PDF, produite via LaTeX (mais elle n'est pas toujours complète, notamment pour les caractères Unicode). Une autre solution pour obtenir des PDF de mes articles est d'imprimer dans un fichier, depuis le navigateur.

La section 2 du RFC rappelle l'histoire de PDF. La première version date de 1993. PDF a été un très grand succès et est largement utilisé aujourd'hui. Si on google filetype:pdf, on trouve « Environ 2 500 000 000 résultats » (valeur évidemment très approximative, le chiffre rond indiquant que Google n'a peut-être pas tout compté) . Si PDF a été créé et reste largement contrôlé par Adobe, il en existe une version ISO, la norme 32000-1, qui date de 2008 (pas de mise à jour depuis, bien qu'une révision soit attendue en 2017). ISO 32000-1:2008 est identique à la version PDF 1.7 d'Adobe.

Normalement, les anciens lecteurs PDF doivent pouvoir lire les versions plus récentes, évidemment sans tenir compte des nouveautés (section 5 du RFC).

Quels sont les changements depuis l'ancienne version, celle du RFC 3778 ? La principale est que le change controller, l'organisation qui gère la norme et peut donc demander des modifications au registre IANA est désormais l'ISO et non plus Adobe. Les autres changements sont :

  • Une mise à jour de la partie historique,
  • Une mise à jour de la partie sur les sous-ensembles de PDF, qui étaient moins nombreux autrefois,
  • Une section sécurité bien plus détaillée.

Téléchargez le RFC 8118


L'article seul

RFC 8117: Current Hostname Practice Considered Harmful

Date de publication du RFC : Mars 2017
Auteur(s) du RFC : C. Huitema (Private Octopus Inc.), D. Thaler (Microsoft), R. Winter (University of Applied Sciences Augsburg)
Pour information
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF intarea
Première rédaction de cet article le 12 mars 2017


« Je suis l'iPhone de Jean-Luc ! » Traditionnellement, les ordinateurs connectés à l'Internet ont un nom, et ce nom est souvent annoncé à l'extérieur par divers protocoles. Cette pratique très répandue, dont l'origine remonte à l'époque où on n'avait que quelques gros serveurs partagés, et fixes, est dangereuse pour la vie privée, dans un monde de mobilité et de machines individuelles. Comme le note ce nouveau RFC, « c'est comme si on se promenait dans la rue avec une étiquette bien visible portant son nom ». Ce RFC dresse l'état des lieux, fait la liste des protocoles problématiques, et suggère, lorsqu'on ne peut pas changer le protocole, d'utiliser des noms aléatoires, ne révélant rien sur la machine.

Pour illustrer le problème, voici un exemple du trafic WiFi pendant une réunion, en n'écoutant qu'un seul protocole, mDNS (RFC 6762). Et d'autres protocoles sont tout aussi bavards. Notez que cette écoute n'a nécessité aucun privilège particulier sur le réseau, ni aucune compétence. N'importe quel participant à la réunion, ou n'importe quelle personne située à proximité pouvait en faire autant avec tcpdump (j'ai changé les noms des personnes) :

% sudo tcpdump -n -vvv port 5353
tcpdump: listening on wlp2s0, link-type EN10MB (Ethernet), capture size 262144 bytes
15:03:16.909436 IP6 fe80::86a:ed2c:1bcc:6540.5353 > ff02::fb.5353: 0*- [0q] 2/0/3 0.4.5.6.C.C.B.1.C.2.D.E.A.6.8.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.8.E.F.ip6.arpa. (Cache flush) [2m] PTR John-Smiths-iPhone-7.local., [...]
15:03:17.319992 IP 172.25.1.84.5353 > 224.0.0.251.5353: 0*- [0q] 2/0/3 C.4.1.6.F.8.D.E.0.3.6.3.4.1.0.1.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.0.8.E.F.ip6.arpa. (Cache flush) [2m] PTR Jane-iPhone.local., [...]
15:03:20.699557 IP6 fe80::e2ac:cbff:fe95:da80.5353 > ff02::fb.5353: 0 [5q] [4n] [1au] PTR (QU)? _googlecast._tcp.local. ANY (QU)? info-mac-66._smb._tcp.local. [...]

On y voit que les noms des machines présentes sont annoncés à tous (ff02::fb et 224.0.0.251 sont des adresses multicast). Certains noms sont très révélateurs (nom, prénom et type de la machine), d'autres un peu moins (prénom et type), d'autres sont presques opaques (juste un type de machine, très général). Un indiscret qui regarde le trafic sur des réseaux publiquement accessibles peut ainsi se faire une bonne idée de quelles machines sont présentes, voire de qui est présent. Les deux exemples des noms info-mac-66 et John-Smiths-iPhone-7 illustrent les deux risques. Dans le premier cas, si le nom est stable, il permet de suivre à la trace une machine qui se déplacerait. Le second cas est encore pire puisqu'on a directement le nom du propriétaire.

Le fait que les ordinateurs aient des noms est une tradition très ancienne (voir la définition de host name dans le RFC 7719). Un nom court (sans point à l'intérieur) combiné avec un suffixe forme un FQDN (Fully Qualified Domain Name, cf. RFC 1983). On utilise ces noms courts et ces FQDN à plein d'endroits. IP lui-même n'utilise pas de noms du tout mais plein de protocoles de la famille TCP/IP le font, comme mDNS montré plus haut.

Un nom court doit être unique dans un contexte donné mais n'est pas forcément unique mondialement. Le FQDN, lui, est unique au niveau mondial.

Je vous recommande l'excellent travail de M. Faath, F. Weisshaar et R. Winter, « How Broadcast Data Reveals Your Identity and Social Graph » à l'atelier TRAC 2016 (supports de leur exposé), montrant toutes les fuites d'information liées à cette utilisation des noms, et ce qu'un méchant peut en faire. (C'est ce groupe qui avait écouté le trafic WiFi lors d'une réunion IETF à Prague, déclenchant une grande discussion sur les attentes en matière de vie privée quand le trafic est diffusé.)

Pourquoi nomme-t-on les ordinateurs, au fait, à part la tradition ? Sur un réseau, bien des systèmes d'exploitation, à commencer par Unix et Windows tiennent pour acquis que les ordinateurs ont un nom, et ce nom peut être utilisé dans des tas de cas. Il existe plusieurs schémas de nommage (section 2 du RFC), du plus bucolique (noms de fleurs) au plus français (noms de vins) en passant par les schémas bien geeks comme les noms des personnages du Seigneur des Anneaux. Mais, parfois, c'est le système d'exploitation lui-même qui nomme l'ordinateur, en combinant le nom de l'utilisateur et les caractéristiques de l'ordinateur, comme on le voit avec les iPhones dans l'exemple tcpdump ci-dessus. (Sur les schémas de nommage, voir le RFC 1178, et, sur un ton plus léger, le RFC 2100. Il existe une excellente page Web pleine d'idées de noms. L'ISC fait des statistiques sur les noms vus sur Internet. Entre 1995 et 2017, vous pouvez constater la décroissance des noms sympas en faveur des noms utilitaires.)

Dans les environnements corporate, on ne laisse pas l'utilisateur choisir et il y a un schéma officiel. Par exemple, sur le réseau interne de Microsoft, le nom est dérivé du nom de login de l'utilisateur et un des auteurs du RFC a donc une machine huitema-test-2.

Est-il nécessaire de donner des noms aux « objets », ces machines à laver ou brosses à dents connectés, qui sont des ordinateurs, mais ne sont en général pas perçus comme tels (ce qui a des graves conséquences en terme de sécurité) ? Comme ces engins n'offrent en général pas de services, ils ont moins besoin d'un nom facile à retenir, et, lorsque les protocoles réseaux employés forcent à utiliser un nom, c'est également un nom fabriqué à partir du nom du fabricant, du modèle de l'appareil et de son numéro de série (donc, un nom du genre BrandX-edgeplus-4511-2539). On voit même parfois la langue parlée par l'utilisateur utilisée dans ce nom, qui est donc très « parlant ».

Même un identificateur partiel peut être révélateur (section 3 du RFC). Si on ordinateur se nomme dthaler-laptop, on ne peut pas être sûr qu'il appartienne vraiment au co-auteur du RFC Dave Thaler. Il y a peut-être d'autres D. Thaler dans le monde. Mais si on observe cet ordinateur faire une connexion au réseau interne de Microsoft (pas besoin de casser le chiffrement, les métadonnées suffisent), on est alors raisonnablement sûr qu'on a identifié le propriétaire.

Beaucoup de gens croient à tort qu'un identificateur personnel doit forcément inclure le nom d'état civil de l'utilisateur. Mais ce n'est pas vrai : il suffit que l'identificateur soit stable, et puisse être relié, d'une façon ou d'une autre, au nom de l'utilisateur. Par exemple, si un ordinateur portable a le nom stable a3dafaaf70950 (nom peu parlant) et que l'observateur ait pu voir une fois cette machine faire une connexion à un compte IMAP jean_dupont, on peut donc associer cet ordinateur à Jean Dupont, et le suivre ensuite à la trace.

Ce risque est encore plus important si l'attaquant maintient une base de données des identifications réussies (ce qui est automatisable), et des machines associées. Une ou deux fuites d'information faites il y a des mois, voire des années, et toutes les apparitions ultérieures de cette machine mèneront à une identification personnelle.

Donc, n'écoutez pas les gens qui vous parleront d'« anonymat » parce que les noms de machine ne sont pas parlants (comme le a3dafaaf70950 plus haut). Si quelqu'un fait cela, cela prouve simplement qu'il ne comprend rien à la sécurité informatique. Un nom stable, pouvant être observé (et on a vu que bien des protocoles étaient très indiscrets), permet l'observation, et donc la surveillance.

Justement, quels sont les protocoles qui laissent ainsi fuiter des noms de machine, que l'observateur pourra noter et enregistrer (section 4 du RFC) ? Il y a d'abord DHCP, où le message de sollicitation initial (diffusé à tous…) contient le nom de la machine en clair. Le problème de vie privée dans DHCP est analysé plus en détail dans les RFC 7819 et RFC 7824. Les solutions pour limiter les dégâts sont dans le RFC 7844.

Le DNS est également une cause de fuite, par exemple parce qu'il permet d'obtenir le nom d'une machine à partir de son adresse IP, avec les requêtes PTR dans in-addr.arpa ou ip6.arpa, nom qui peut réveler des détails. C'est le cas avec tout protocole conçu justement pour distribuer des informations, comme celui du RFC 4620 (qui ne semble pas très déployé dans la nature).

Plus sérieux est le problème de mDNS (RFC 6762), illustré par le tcpdump montré plus haut. Les requêtes sont diffusées à tous sur le réseau local, et contiennent, directement ou indirectement, les noms des machines. Même chose avec le DNS Service Discovery du RFC 6763 et le LLMNR du RFC 4795 (beaucoup moins fréquent que mDNS).

Enfin, NetBIOS (quelqu'un l'utilise encore ?) est également une grande source d'indiscrétions.

Assez décrit le problème, comment le résoudre (section 5) ? Bien sûr, il faudra des protocoles moins bavards, qui ne clament pas le nom de la machine à tout le monde. Mais changer d'un coup des protocoles aussi répandus et aussi fermement installés que, par exemple, DHCP, ne va pas être facile. De même, demander aux utilisateurs de ne pas faire de requêtes DHCP lorsqu'ils visitent un réseau « non sûr » est difficile (déjà, comment l'utilisateur va-t-il correctement juger si le réseau est sûr ?), d'autant plus qu'ils risquent fort de ne pas avoir de connectivité du tout, dans ce cas. Certes, couper les protocoles non nécessaires est un bon principe de sécurité en général. Mais cet angle d'action semble quand même bien trop drastique. (Il faut aussi noter qu'il existe des protocoles privés, non-IETF, qui peuvent faire fuire des noms sans qu'on le sache. Le client Dropbox diffuse à la cantonade l'ID du client, et celui des shares où il se connecte. Il est facile de faire un graphe des utilisateurs en mettant ensemble ceux qui se connectent au même share.)

La suggestion de notre RFC est donc d'attaquer le problème d'une autre façon, en changeant le nom de la machine, pour lui substituer une valeur imprévisible (comme le fait le RFC 7844 pour les adresses MAC). Pour chaque nouveau réseau où est connectée la machine, on génère aléatoirement un nouveau nom, et c'est celui qu'on utilisera dans les requêtes DHCP ou mDNS. Ces protocoles fonctionneront toujours mais la surveillance des machines mobiles deviendra bien plus difficile. Bien sûr, pour empêcher toute corrélation, le changement de nom doit être coordonné avec les changements des autres identificateurs, comme l'adresse IP ou l'adresse MAC.

Windows a même un concept de « nom de machine par réseau », ce qui permet aux machines ayant deux connexions de présenter deux identités différentes (malheureusement, Unix n'a pas ce concept, le nom est forcément global).

Bien sûr, on n'a rien sans rien (section 6). Si on change les noms des machines, on rendra l'administration système plus difficile. Par exemple, l'investigation sur un incident de sécurité sera plus complexe. Mais la défense de la vie privée est à ce prix.

Pour l'instant, à ma connaissance, il n'y a pas encore de mise en œuvre de cette idée de noms imprévisibles et changeants. (Une proposition a été faite pour Tails. Notez qu'il existe d'autres possibilités comme d'avoir un nom unique partout.)


Téléchargez le RFC 8117


L'article seul

RFC 8112: Locator/ID Separation Protocol Delegated Database Tree (LISP-DDT) Referral Internet Groper (RIG)

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : D. Farinacci (lispers.net), A. Jain (Juniper Networks), I. Kouvelas, D. Lewis (cisco Systems)
Expérimental
Première rédaction de cet article le 27 mai 2017


Ce RFC concerne les utilisateurs de LISP (le protocole réseau, pas le langage de programmation). Il décrit un nouvel outil, rig, le Referral Internet Groper, qui permet d'interroger les tables de correspondance identificateur->localisateur.

Un point important de LISP (RFC 6830) est en effet cette séparation de l'EID (l'identificateur d'une machine) et du RLOC (le localisateur de cette machine, qui indique où envoyer les paquets). Tout système ayant cette séparation doit maintenir une correspondance (mapping) entre les deux : lorsque je veux écrire à telle machine dont je connais l'EID, il faut que je trouve le localisateur. LISP permet plusieurs mécanismes pour cette correspondance. L'outil rig, présenté dans ce RFC, est conçu pour le mécanisme DDT (RFC 8111), une base de données arborescente et répartie. rig est donc un client DDT de déboguage, lig (RFC 6835) étant un autre outil, plus général (il peut interroger d'autres bases que DDT).

Un client DDT comme rig (ou comme un routeur LISP lors de son fonctionnement normal) va donc envoyer des Map-Request (RFC 6830, section 6.1, et aussi RFC 6833) aux serveurs DDT.

La section 4 de notre RFC résume le fonctionnement de rig. Il envoie le Map-Request et affiche le Map-Referral de réponse. Il peut ensuite suivre cette référence jusqu'à arriver au Map Server qui gère ce préfixe. (Notez que c'est le RLOC du Map Server qu'on obtient, sinon, on aurait un intéressant problème d'œuf et de poule si on avait besoin de DDT pour utiliser DDT...)

rig a donc besoin d'au moins deux paramètres, l'EID (l'identificateur) qu'on cherche à résoudre, et le serveur DDT par lequel on va commencer la recherche. (Pour l'EID, rig accepte également un nom de domaine, qu'il va traduire en EID dans le DNS.) La syntaxe typique est donc :

rig <eid> to <ddt-node>
    

La section 5 décrit les mises en œuvres existantes, sur les routeurs Cisco. La syntaxe est un peu différente de ce que je trouve dans la doc' de Cisco mais, bon, tout ceci est expérimental et en pleine évolution. Voici un exemple tiré de la documentation officielle de Cisco (LISP DDT Configuration Commands) :

Device# lisp-rig 172.16.17.17 to 10.1.1.1

rig LISP-DDT hierarchy for EID [0] 172.16.17.17 
Send Map-Request to DDT-node 10.1.1.1 ... replied, rtt: 0.007072 secs
  EID-prefix [0] 172.16.17.16/28, ttl: 1, action: ms-not-registered, referrals:
    10.1.1.1, priority/weight: 0/0
    10.2.1.1, priority/weight: 0/0
    10.3.1.1, priority/weight: 0/0
    

Et voilà, on sait que l'EID 172.16.17.17, il faut aller demander aux serveurs 10.1.1.1, 10.2.1.1 et 10.3.1.1. Dans le RFC, on trouve un exemple où rig suit ces références :

   Router# rig 12.0.1.1 to 1.1.1.1 

   Send Map-Request to DDT-node 1.1.1.1 ... node referral, rtt: 4 ms
   EID-prefix: [0] 12.0.0.0/16, ttl: 1440
   referrals: 2.2.2.2

   Send Map-Request to DDT-node 2.2.2.2 ... node referral, rtt: 0 ms
   EID-prefix: [0] 12.0.1.0/24, ttl: 1440
   referrals: 4.4.4.4, 5.5.5.5

   Send Map-Request to DDT-node 4.4.4.4 ... map-server acknowledgement,
                                            rtt: 0 ms
   EID-prefix: [0] 12.0.1.0/28, ttl: 1440
   referrals: 4.4.4.4, 5.5.5.5
    

Si vous voulez en savoir plus sur DDT et rig, vous pouvez aussi regarder l'exposé de Cisco ou celui de Paul Vinciguerra à NANOG, ou bien la page officielle de la racine DDT (qui semble peu maintenue).


Téléchargez le RFC 8112


L'article seul

RFC 8111: Locator/ID Separation Protocol Delegated Database Tree (LISP-DDT)

Date de publication du RFC : Mai 2017
Auteur(s) du RFC : V. Fuller, D. Lewis, V. Ermagan (Cisco), A. Jain (Juniper Networks), A. Smirnov (Cisco)
Expérimental
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF lisp
Première rédaction de cet article le 27 mai 2017


Le protocole LISP (dont on ne rappelera jamais assez qu'il ne faut pas le confondre avec le langage de programmation du même nom) sépare les deux rôles de l'adresse IP, identificateur et localisateur. C'est très joli de séparer, cela permet plein de choses intéressantes, comme de lutter contre la croissance illimitée de la DFZ mais cela présente un défi : comment obtenir un localisateur quand on a un identificateur ? Dit autrement, « où est cette fichue machine que j'essaie de joindre ? » Ajouter une indirection, en informatique, oblige toujours à créer un système de correspondance permettant de passer par dessus le fossé qu'on vient juste de créer. LISP a plusieurs systèmes de correspondance possibles, tous expérimentaux, et ce nouveau DDT (Delegated Database Tree) vient les rejoindre. C'est le système qui est le plus proche du DNS dans ses concepts. Comme je connais un peu le DNS, j'utiliserai souvent dans cet article des comparaisons avec le DNS.

Pour résumer DDT en un paragraphe : dans LISP (RFC 6830), l'identificateur se nomme EID (Endpoint Identifier) et le localisateur RLOC (Routing Locator). Les EID ont une structure arborescente (leur forme syntaxique est celle d'adresses IP). Cet arbre est réparti sur plusieurs serveurs, les nœuds DDT. Un nœud DDT fait autorité pour un certain nombre de préfixes d'EID. Il délègue ensuite les sous-préfixes à d'autres nœuds DDT, ou bien à des Map Servers LISP (RFC 6833) quand on arrive en bas de l'arbre. (Une des différences avec le DNS est donc que les serveurs qui délèguent sont d'une nature distincte de ceux qui stockent les feuilles de l'arbre.)

LISP a une interface standard avec les serveurs qui font la résolution d'EID en RLOC, décrite dans le RFC 6833. En gros, le client envoie un message Map-Request et obtient une réponse Map-Reply, ou bien une délégation (Map-Referral) qu'il va devoir suivre en envoyant le Map-Request suivant au RLOC indiqué dans la délégation. Derrière cette interface, LISP ne spécifie pas comment les serveurs obtiennent l'information. Plusieurs propositions ont déjà été faites (comme ALT, dans le RFC 6836, ou NERD, dans le RFC 6837…), auxquelles s'ajoute celle de notre RFC. Un bon résumé est dans cette image (mais qui ne montre qu'un seul niveau de délégation, il peut y en avoir davantage.)

DDT vise avant tout le passage à l'échelle, d'où la structuration hiérarchique de l'information. La notion de délégation (d'un préfixe général à un sous-préfixe plus spécifique) est centrale dans DDT. Un client (le routeur LISP qui a un paquet destiné à un EID donné et qui cherche à quel RLOC le transmettre, ou bien un résolveur, un serveur spécialisé agissant pour le compte de ce routeur) va donc devoir suivre cette délégation, descendant l'arbre jusqu'à l'information souhaitée.

La délégation est composée, pour un préfixe délégué, d'un ensemble de RLOC (pas d'EID pour éviter des problèmes d'œuf et de poule) désignant les nœuds qui ont une information sur le préfixe délégué. (Ce sont donc l'équivalent des enregistrements NS du DNS, mais avec une indirection en moins, comme si la partie droite d'un enregistrement NS stockait directement une adresse IP.)

J'ai écrit jusque là que la clé d'accès à l'information (rôle tenu par le nom de domaine dans le DNS) était l'EID mais c'est en fait un peu plus compliqué : la clé est le XEID (eXtended EID), qui est composé de plusieurs valeurs, dont l'EID (section 4.1 de notre RFC).

Pour indiquer au résolveur qu'il doit transmettre sa requête à une autre machine, ce RFC crée un nouveau type de message LISP, Map-Referral, type 6 (cf. le registre IANA) détaillé en section 6, envoyé en réponse à un Map-Request, quand le nœud DDT ne connait pas la réponse. (Comme indiqué plus haut, c'est l'équivalent d'une réponse DNS avec uniquement une section Autorité contenant des enregistrements NS.)

Continuons un peu la terminologie (section 3 du RFC) :

  • Un client DDT est une machine qui interroge les nœuds DDT (avec un Map-Request, cf. RFC 6833) et suit les Map-Referral jusqu'au résultat. C'est en général un résolveur (Map Resolver, RFC 6833) mais cela peut être aussi un routeur LISP (ITR, Ingress Tunnel Router).
  • Un résolveur est serveur d'un côté, pour les routeurs qui envoient des Map-Request, et client DDT de l'autre, il envoie des requêtes DDT. Il gère un cache (une mémoire des réponses récentes). Le résolveur maintient également une liste des requêtes en cours, pas encore satisfaites.

La base des données des serveurs DDT est décrite en section 4. Elle est indexée par XEID. Un XEID est un EID (identificateur LISP) plus un AFI (Address Family Identifier, 1 pour IPv4, 2 pour IPv6, etc), un identificateur d'instance (voir RFC 6830, section 5.5, et RFC 8060, section 4.1) qui sert à avoir plusieurs espaces d'adressage, et quelques autres paramètres, pas encore utilisés. Configurer un serveur DDT, c'est lui indiquer la liste de XEID qu'il doit connaitre, avec les RLOC des serveurs qui pourront répondre. Désolé, je n'ai pas de serveur DDT sous la main mais on peut trouver un exemple, dans la documentation de Cisco, où on délègue au Map Server de RLOC 10.1.1.1 :

router lisp
    ddt authoritative 2001:db8:eeee::/48
          delegate 10.1.1.1 eid-prefix 172.16.0.0/16
          delegate 10.1.1.1 eid-prefix 2001:db8:eeee::/48
    

Un autre exemple de délégation est l'actuelle liste des données dans la racine DDT.

Le DNS n'a qu'un type de serveurs faisant autorité, qu'ils soient essentiellement serveurs de délégation (ceux des TLD, par exemple) ou qu'ils soient serveurs « finaux » contenant les enregistrements autres que NS. Au contraire, LISP+DDT a deux types de serveurs, les nœuds DDT présentés dans ce RFC, qui ne font que de la délégation, et les traditionnels Map Servers, qui stockent les correspondances entre EID et RLOC (entre identificateurs et localisateurs). Dit autrement, DDT ne sert pas à trouver la réponse à la question « quel est le RLOC pour cet EID », il sert uniquement à trouver le serveur qui pourra répondre à cette question.

Comme pour le DNS, il existe une racine, le nœud qui peut répondre (enfin, trouver une délégation) pour tout XEID. (Sur le Cisco cité plus haut, la directive ddt root permettra d'indiquer le RLOC des serveurs de la racine, voir aussi la section 7.3.1 de notre RFC.) Une racine expérimentale existe, vous trouverez ses RLOC en http://ddt-root.org/.

La section 5 de notre RFC décrit en détail la modification au message Map-Request que nécessite DDT. Ce message était normalisé par le RFC 6830 (section 6.1.2) et un seul ajout est fait : un bit qui était laissé vide sert désormais à indiquer que la requête ne vient pas directement d'un routeur LISP mais est passée par des nœuds DDT.

La section 6, elle, décrit un type de message nouveau, Map-Referral, qui contient les RLOC du nœud DDT qui pourra mieux répondre à la question. Cette réponse contient un code qui indique le résultat d'un Map-Request. Ce résultat peut être « positif » :

  • NODE-REFERRAL, renvoi à un autre nœud DDT,
  • MS-REFERRAL, renvoi à un Map Server (rappelez-vous que, contrairement au DNS, il y a une nette distinction entre nœud intermédiaire et Map Server final),
  • MS-ACK, réponse positive d'un Map Server.

Mais aussi des résultats « négatifs » :

  • MS-NOT-REGISTERED, le Map Server ne connait pas cet EID,
  • DELEGATION-HOLE, l'EID demandé tombe dans un trou (préfixe non-LISP dans un préfixe LISP),
  • NOT-AUTHORITATIVE, le nœud DDT n'a pas été configuré pour ce préfixe.

Le fonctionnement global est décrit en détail dans la section 7 du RFC. À lire si on veut savoir exactement ce que doivent faire le Map Resolver, le Map Server, et le nouveau venu, le nœud DDT. La même description figure sous forme de pseudo-code dans la section 8. Par exemple, voici ce que doit faire un nœud DDT lorsqu'il reçoit un Map-Request (demande de résolution d'un EID en RLOC) :

    if ( I am not authoritative ) {
        send map-referral NOT_AUTHORITATIVE with
         incomplete bit set and ttl 0
    } else if ( delegation exists ) {
        if ( delegated map-servers ) {
            send map-referral MS_REFERRAL with
              ttl 'Default_DdtNode_Ttl'
        } else {
            send map-referral NODE_REFERRAL with
              ttl 'Default_DdtNode_Ttl'
        }
    } else {
        if ( eid in site) {
            if ( site registered ) {
                forward map-request to etr
                if ( map-server peers configured ) {
                    send map-referral MS_ACK with
                     ttl 'Default_Registered_Ttl'
                } else {
                    send map-referral MS_ACK with
                     ttl 'Default_Registered_Ttl' and incomplete bit set
                }
            } else {
                if ( map-server peers configured ) {
                    send map-referral MS_NOT_REGISTERED with
                     ttl 'Default_Configured_Not_Registered_Ttl'
                } else {
                    send map-referral MS_NOT_REGISTERED with
                     ttl 'Default_Configured_Not_Registered_Ttl'
                     and incomplete bit set
                }
            }
        } else {
            send map-referral DELEGATION_HOLE with
             ttl 'Default_Negative_Referral_Ttl'
        }
    }      
    

Un exemple complet et détaillé figure dans la section 9, avec description de tous les messages envoyés.

Question sécurité, je vous renvoie à la section 10 du RFC. DDT dispose d'un mécanisme de signature des messages (l'équivalent de ce qu'est DNSSEC pour le DNS). La délégation inclut les clés publiques des nœuds à qui on délègue.

Il existe au moins deux mises en œuvre de DDT, une chez Cisco et l'autre chez OpenLisp. (Le RFC ne sort que maintenant mais le protocole est déployé depuis des années.)


Téléchargez le RFC 8111


L'article seul

RFC 8109: Initializing a DNS Resolver with Priming Queries

Date de publication du RFC : Mars 2017
Auteur(s) du RFC : P. Koch (DENIC), M. Larson, P. Hoffman (ICANN)
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF dnsop
Première rédaction de cet article le 16 mars 2017


Un résolveur DNS ne connait au début, rien du contenu du DNS. Rien ? Pas tout à fait, il connait une liste des serveurs de noms faisant autorité pour la racine, car c'est par eux qu'il va commencer le processus de résolution de noms. Cette liste est typiquement en dur dans le code du serveur, ou bien dans un de ses fichiers de configuration. Mais peu d'administrateurs système la maintiennent à jour. Il est donc prudent, au démarrage du résolveur, de chercher une liste vraiment à jour, et c'est le priming (initialisation ?), opération que décrit ce RFC.

Le problème de départ d'un résolveur est un problème d'œuf et de poule. Le résolveur doit interroger le DNS pour avoir des informations mais comment trouve-t-il les serveurs DNS à interroger ? La solution est de traiter la racine du DNS de manière spéciale : la liste de ses serveurs est connue du résolveur au démarrage. Elle peut être dans le code du serveur lui-même, ici un Unbound qui contient les adresses IP des serveurs de la racine (je ne montre que les trois premiers, A.root-servers.net, B.root-servers.net et C.root-servers.net) :

% strings /usr/sbin/unbound | grep -i 2001:       
2001:503:ba3e::2:30
2001:500:84::b
2001:500:2::c
...
   

Ou bien elle est dans un fichier de configuration (ici, sur un Unbound) :

server:     
  directory: "/etc/unbound"
  root-hints: "root-hints"

Ce fichier peut être téléchargé via l'IANA, il peut être spécifique au logiciel résolveur, ou bien fourni par le système d'exploitation (cas du paquetage dns-root-data chez Debian). Il contient la liste des serveurs de la racine et leurs adresses :

.                        3600000      NS    A.ROOT-SERVERS.NET.
.                        3600000      NS    B.ROOT-SERVERS.NET.
...
A.ROOT-SERVERS.NET.      3600000      A     198.41.0.4
A.ROOT-SERVERS.NET.      3600000      AAAA  2001:503:ba3e::2:30
B.ROOT-SERVERS.NET.      3600000      A     192.228.79.201
B.ROOT-SERVERS.NET.      3600000      AAAA  2001:500:84::b
...
   

Cette configuration initiale du résolveur est décrite dans la section 2.3 du RFC 1034, mais ce dernier ne décrit pas réellement le priming (quoi que dise notre nouveau RFC), priming que tous les résolveurs actuels mettent en œuvre. En effet, les configurations locales tendent à ne plus être à jour au bout d'un moment. (Sauf dans le cas où elles sont dans un paquetage du système d'exploitation, mis à jour avec ce dernier, comme dans le bon exemple Debian ci-dessus.)

Les changements des serveurs racines sont rares. Si on regarde sur le site des opérateurs des serveurs racine, on voit :

  • 2016-12-02 Announcement of IPv6 addresses
  • 2015-11-05 L-Root IPv6 Renumbering
  • 2015-08-31 H-Root to be renumbered
  • 2014-03-26 IPv6 service address for c.root-servers.net (2001:500:2::C)
  • 2012-12-14 D-Root IPv4 Address to be Renumbered
  • 2011-06-10 IPv6 service address for d.root-servers.net (2001:500:2D::D)

Bref, peu de changements. Ils sont en général annoncés sur les listes de diffusion opérationnelles (comme ici, ou encore ici). Mais les fichiers de configuration ayant une fâcheuse tendance à ne pas être mis à jour et à prendre de l'âge, les anciennes adresses des serveurs racine continuent à recevoir du trafic des années après (comme le montre cette étude de J-root). Notez que la stabilité de la liste des serveurs racine n'est pas due qu'au désir de ne pas perturber les administrateurs système : il y a aussi des raisons politiques (aucun mécanisme en place pour choisir de nouveaux serveurs, ou pour retirer les « maillons faibles »). C'est pour cela que la liste des serveurs (mais pas leurs adresses) n'a pas changé depuis 1997 !

Notons aussi que l'administrateur système d'un résolveur peut changer la liste des serveurs de noms de la racine pour une autre liste. C'est ainsi que fonctionnent les racines alternatives comme Yeti. Si on veut utiliser cette racine expérimentale et pas la racine « officielle », on édite la configuration de son résolveur :

server:
    root-hints: "yeti-hints"
   

Et le fichier, téléchargé chez Yeti, contient :

.                              3600000    IN   NS       bii.dns-lab.net                         
bii.dns-lab.net                3600000    IN   AAAA     240c:f:1:22::6                          
.                              3600000    IN   NS       yeti-ns.tisf.net                        
yeti-ns.tisf.net               3600000    IN   AAAA     2001:559:8000::6                        
.                              3600000    IN   NS       yeti-ns.wide.ad.jp                      
yeti-ns.wide.ad.jp             3600000    IN   AAAA     2001:200:1d9::35                        
.                              3600000    IN   NS       yeti-ns.as59715.net                     
...
   

Le priming, maintenant. Le principe du priming est, au démarrage, de faire une requête à un des serveurs listés dans la configuration et de garder sa réponse (certainement plus à jour que la configuration) :


% dig +bufsize=4096 +norecurse +nodnssec @k.root-servers.net NS .

; <<>> DiG 9.10.3-P4-Debian <<>> +norecurse +nodnssec @k.root-servers.net NS .
; (2 servers found)
;; global options: +cmd
;; Got answer:
;; ->>HEADER<<- opcode: QUERY, status: NOERROR, id: 42123
;; flags: qr aa; QUERY: 1, ANSWER: 13, AUTHORITY: 0, ADD