Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Manière de voir : « Internet, révolution culturelle »

Première rédaction de cet article le 16 avril 2010


Le numéro 109 de « Manière de voir », supplément du Monde Diplomatique est consacré à l'Internet, qualifié de « révolution culturelle ». Ce n'est pas un dossier unifié mais une collection d'articles très différents et souvent contradictoires. Je ne sais pas trop s'il faut se féliciter de ce pluralisme, ou bien regretter que le Monde Diplomatique aie collectionné des articles sans faire trop attention à leur cohérence.

Par exemple, les articles de Cédric Biagini et Guillaume Carnino « Le livre dans le tourbillon numérique » ou de Eric Klinenberg, « Une révolution en trompe l'œil », relèvent de l'anti-Internet classique (« Internet liquide la faculté cognitive », ou « l'information en ligne manque de fiabilité » - comme si c'était mieux dans les journaux papier). Il y a certes un vague habillage de gauche (qui consiste surtout en attaques contre Google) mais il masque mal le pur conservatisme. Souvent, il n'y a même guère d'originalité comme dans la Nème attaque contre Wikipédia, « Wikipédia ou la fin de l'expertise ? » de Mathieu O'Neil qui commence bien, avec des problèmes rarement étudiés (comme les ravages du destructionnisme dans Wikipédia) pour continuer avec les exemples mille fois cités de Seigenthaler et Essjay.

Mais il y a aussi des articles de l'autre bord, contre l'appropriation intellectuelle (le brûlant « La propriété intellectuelle, c'est le vol » de Joost Smiers ou bien le très documenté « Pourquoi les ventes de disque baissent-elles ? » de Laurent Chemla, qui fait remarquer que l'industrie du jeu vidéo ne réclame pas son HADOPI alors que ses créations sont tout autant copiées illégalement que la musique), sur la bibliothèque idéale (Robert Darnton « La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google ») ou sur les grandes manœuvres industrielles autour de l'Internet.

Par contre, je n'ai pas compris où voulait en venir Isabelle Collet dans « L'informatique a t-elle un sexe ? ». L'article n'a pas de rapport avec l'Internet et semble surtout destiné, plutôt qu'à promouvoir l'informatique auprès des femmes, à régler des comptes avec les programmeurs accusés d'accaparer seul le titre d'informaticien. Mais Isabelle Collet ne cite pas un seul autre métier de l'informatique (comme ingénieur système) et les femmes informaticiennes cités sont toutes des programmeuses (Ada Lovelace, Grace Hopper...) J'ai donc fait ma liste.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)