Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

NKM fait l'éloge des crapauds fous

Première rédaction de cet article le 30 octobre 2009
Dernière mise à jour le 1 novembre 2009


Cela fait longtemps que je n'avais pas lu le livre d'une politique en activité. Vous savez, ces livres écrits par des nègres qui s'intitulent « Ma vision », « Mon ambition pour la France » voire « Désir d'avenir ». Je viens d'acheter, le jour de sa parution en fanfare, « Tu viens ? », de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Hélas, pas de surprises. Pour 12 € 90, le contenu est très limité en quantité (175 pages), et surtout en idées. Bon, je veux bien passer sur le nombre de pages, après tout l'auteure est une cumularde (maire et ministre en même temps et je ne mentionne pas ses activités familiales, car si elle était un homme, personne ne le ferait) et manquait donc de temps.

Mais le manque d'idées est plus sérieux. Si Nathalie Kosciusko-Morizet n'arrête pas de déplorer le manque d'élan de la politique, l'absence de grands rêves, et le caractère bien terre-à-terre de nos ambitions, elle ne propose rien. Aucun grand projet exaltant ne semble suggéré. Elle appelle à écouter les « prophètes » et les « crapauds fous » (ceux qui ne se dirigent pas aveuglément vers la même mare que tous les autres) mais elle-même prend bien soin de ne pas se placer dans cette catégorie. Elle a quelques idées (sur l'écologie, le rôle de l'argent, la consommation, d'ailleurs, on se dit de temps en temps en lisant le livre qu'il faudrait qu'une âme charitable la prévienne qu'elle est dans un gouvernement de droite, elle semble l'oublier souvent). Mais pas de propositions.

Sur la forme, je trouve le ton et les références à Thoreau ou Saint Augustin assez pédantes mais, bon, chacun écrit comme il veut.

La campagne médiatique organisée par les communiquants fait référence à ce livre comme le « premier livre politique 2.0 », car on peut envoyer des commentaires via un site Web. J'ai essayé mais c'est davantage « Web 1.0.1 » que « Web 2.0 ». Les commentaires sont limités à mille caractères, modérés a priori, et la liste des menaces légales à lire avant d'écrire a de quoi sérieusement décourager le crapaud pas trop fou. C'est néanmoins sur le site officiel que j'ai trouvé la meilleure analyse du livre, « Non, je ne viens pas ». Sylvius Aeneas s'y moque à juste titre d'une « ministre de l'Internet » qui n'a rien à dire sur Hadopi. Le gouvernement dont elle fait partie multiplie les mesures liberticides contre Internet pendant Nathalie Kosciusko-Morizet relit Saint-Augustin. (Depuis que cet article a été écrit, Nathalie Kosciusko-Morizet a explicitement pris position en faveur de la loi répressive Loppsi.)

J'ai personnellement tenté deux contributions, en essayant de suivre lesdites règles. Une a été affichée, l'autre (qui me semblait bien plus modérée, et purement factuelle) rejetée, sans explications : « Nous sommes au regret de vous dire que votre contribution, parce qu'elle contrevient à la charte de notre site ou bien qu'elle ne répond pas à l'une des six questions posées, ne sera pas publiée sur le site www.tuviens.fr. [...] Merci de ne pas répondre à cet email, votre réponse ne sera pas traitée. »

Sur la politique de Nathalie Kosciusko-Morizet, j'approuve complètement l'article de bluetouff, « À quoi sert Nathalie Kosciusko-Morizet ? » (vous vous doutez de la réponse...)

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)