Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Comment on traduit « nonce » ?

Première rédaction de cet article le 13 juillet 2012


Comme mes fidèles lecteurs (et lectrices) ont l'air d'apprécier les questions de traduction, le problème du jour, motivé par la publication un de ces jours des RFC sur ILNP, est « quelle est la bonne traduction de l'anglais nonce ? ».

Rien à voir avec celui du pape. En informatique, et plus spécialement dans les protocoles réseaux, un nonce est un nombre imprévisible (de préférence aléatoire), choisi par un des participants à la communication et transmis à l'autre. Ledit autre pourra prouver qu'il est bien toujours le même en produisant ce nonce. Un éventuel attaquant, ne pouvant pas connaître (ou deviner) ce nonce, ne pourra pas usurper l'identité d'une des parties à la communication. Par exemple, les Query ID du DNS (RFC 5452) ou les ISN (numéros de séquence initiaux) de TCP (RFC 5961) sont des nonces. (Plusieurs lecteurs érudits et attentifs m'ont fait remarquer que ma description était quand même très simplifiée. J'assume.)

Les experts en sécurité auront noté que le nonce ne protège que contre un attaquant incapable d'écouter la communication. Autrement, si l'attaquant est situé sur le chemin et espionne, le nonce ne sert à rien puisque ledit attaquant le connait.

Le nonce n'est donc pas de la cryptographie et il est curieux que les Wikipédia francophones et anglophones le décrivent sous l'appellation de « Nonce cryptographique ».

Bon, mais quel terme utiliser en français ? En anglais, « nonce » veut dire « mot à usage unique ». En japonais, on dit simplement nonsu, tiré de l'anglais. On m'a cité les traductions suivantes possibles :

  • Valeur de circonstance (correct mais long) voire Nom occasionnel à utilisation limitée ou Nombre à usage unique
  • Hapax (traduire de l'anglais par du grec... mais respecte l'origine littéraire du terme anglais)
  • Numnique (jolie idée de Steve Schnepp autour de l'idée de « nombre unique ») ou Munique (« mot unique », idée de grommeleur) ou encore Monique (« mot unique », idée de Steve Schnepp)
  • Mohasard (« mot choisi au hasard »)
  • Numéro jetable (idée de Ludovic Rousseau, pour faire passer l'idée que le numéro devient inutile, voir dangereux, une fois qu'il a été utilisé, mais qui ne convoie pas l'idée d'imprévisibilité)
  • Défi (on le trouve dans certains articles de Wikipédia)

Qu'en dites-vous ?

Merci entre autre à Jean Rebiffé pour des tas de remarques pertinentes.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)