Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Quinzinzinzili

Première rédaction de cet article le 12 janvier 2011


Si vous êtes aussi amateur de science-fiction que moi, vous avez certainement déjà lu des tas de romans « post-guerre atomique », où une poignée de survivants héroïques luttent courageusement pour maintenir un noyau de civilisation (et, en général, réussissent). Qui a commencé ce genre ? Quel était le premier livre « post-guerre atomique » ? C'est évidemment difficile, voire impossible à dire. Mais le roman de Régis Messac, « Quinzinzinzili », parmi ceux écrits en français, est sans doute un des tout premiers. Il a été publié en 1934 et a une autre particularité : les survivants ne sont pas héroïques du tout. En fait, l'auteur ne fait pas preuve d'un grand optimisme quant au comportement des humains dans de telles situations...

Loin de maintenir la civilisation, les survivants développeront au contraire avec art une barbarie équivalente à celle qui vient de déclencher la guerre. Ils oublieront presque tout de la civilisation et un de leurs rares souvenirs sera une vague prière, le « Notre Père » en latin, comprise de travers, et où le « Qui es in coelis » deviendra « Quinzinzinzili », le nouveau Dieu de leur univers en ruines. Après tout, si la science et la culture ont servi à préparer la guerre qui vient d'anéantir presque tout le monde, la barbarie est peut-être préférable ? Messac, qui écrivait juste avant la Seconde Guerre mondiale a pu rapidement mesurer à quel point son pessimisme était plus réaliste que les prédictions lénifiantes d'autres auteurs de SF.

Le livre a été réédité récemment (merci à Patrick Guignot pour les informations), en 1998 (Éditions de l'Agly) et encore en 2007 (l'Arbre vengeur). L'exemplaire dans ma bibliothèque date de 1972 et je l'ai trouvé au marché aux livres. Si vous le trouvez, n'hésitez pas à vous précipiter sur ce chef d'œuvre de la littérature de science-fiction française, de l'époque des Hommes frénétiques et de la Guerre des mouches.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)