Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Mon livre « Cyberstructure »

Ève

RFC 8605: vCard Format Extensions: ICANN Extensions for the Registration Data Access Protocol (RDAP)

Date de publication du RFC : Mai 2019
Auteur(s) du RFC : S. Hollenbeck (Verisign Labs), R. Carney (GoDaddy)
Pour information
Première rédaction de cet article le 1 septembre 2019
Dernière mise à jour le 4 septembre 2019


Ce RFC décrit des extensions au format vCard afin d'ajouter dans les réponses RDAP deux informations exigées par l'ICANN. Il concerne donc surtout registres et utilisateurs des TLD ICANN.

Le protocole RDAP (RFC 7483) sert à récupérer des informations sur un objet enregistré, par exemple un nom de domaine. Une partie des informations, par exemple les adresses et numéros de téléphone, est au format vCard (RFC 6350). Mais l'ICANN a des exigences supplémentaires, décrites dans la Specification for gTLD Registration Data. Par exemple, l'ICANN exige (cf. leur politique) que, si les informations sur un contact ne sont pas publiées (afin de préserver sa vie privée), le registre fournisse au moins un URI indiquant un moyen de contact (section 2.7.5.2 de la politique ICANN), par exemple un formulaire Web (comme https://www.afnic.fr/fr/resoudre-un-litige/actions-et-procedures/joindre-le-contact-administratif-d-un-domaine/). Cette propriété CONTACT-URI est désormais dans le registre IANA. (Si vous voulez réviser les notions de propriété et de paramètre en vCard, plus exactement jCard, cf. RFC 7095.)

D'autre part, la norme vCard, le RFC 6350, précise dans sa section 6.3.1, que le nom du pays doit être spécifié en langue naturelle, alors que l'ICANN exige (section 1.4 de leur politique) un code à deux lettres tiré de la norme ISO 3166. (Notez qu'à l'heure actuelle, certains registres mettent le nom du pays, d'autres le code à deux lettres…) Le paramètre CC, qui va indiquer le code, est désormais dans le registre IANA.

Ainsi, une réponse vCard suivant notre RFC pourrait indiquer (je ne peux pas vous montrer d'exemples réels d'un registre, aucun n'a apparemment déployé ces extensions, mais, si vous êtes curieux, lisez jusqu'à la fin) :

      
%  curl -s https://rdap.nic.example/domain/foobar.example | jq . 
...
    [
            "contact-uri",  <<< Nouveauté
            {},
            "uri",
            "https://rds.nic.example/get-in-touch"
    ]
...
    [
            "adr",
            {"cc": "US"},  <<< Nouveauté
	    "text",
            ["", "", "123 Main Street", "Any Town", "CA", "91921-1234", "U.S.A."]
   ]    
...

    

J'ai parlé jusqu'à présent des registres, mais l'ICANN impose également RDAP aux bureaux d'enregistrement. Cela a en effet un sens pour les registres minces, comme .com, où les données sociales sont chez les bureaux en question. La liste des bureaux d'enregistrement ICANN contient une colonne indiquant leur serveur RDAP. Testons avec Blacknight, qui est souvent à la pointe :

% curl https://rdap.blacknight.com/domain/blacknight.com | jq .  
...
          [
            "fn",
            {},
            "text",
            "Blacknight Internet Solutions Ltd."
          ],
          [
            "adr",
            {
              "cc": "IE"
            },
...
          [
            "contact-uri",
            {},
            "uri",
            "https://whois.blacknight.com/contact.php?fqdn=blacknight.com&contact_type=owner"
          ]
    

On a bien un usage de ces extensions dans le monde réel (merci à Patrick Mevzek pour ses remarques et ajouts).


Téléchargez le RFC 8605

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)