Fiche de lecture : (Cyber) harcèlement

Auteur(s) du livre : Bérengère Stassin
Éditeur : C&F Éditions
978-2-915825-94-7
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 27 octobre 2019


Le sujet du harcèlement dans l'enseignement est douloureux mais il est quand même nécessaire de l'étudier. Il ne se réduit pas au cyberharcèlement, et il n'est même pas sûr que le cyberharcèlement soit si différent que cela du harcèlement classique, comme l'indique le titre de ce livre, qui met « cyber » entre parenthèses. En outre, ce sujet se prête au sensationnalisme, et les articles sur quelques cas spectaculaires masquent souvent la réalité du phénomène. On peut donc féliciter l'auteure d'avoir abordé le sujet sous un angle plus scientifique, en s'appuyant sur des faits, et en étudiant le phénomène sous tous ses aspects, afin de mieux pouvoir le combattre.

C'est d'autant plus important que les exagérations et les approximations qui sont fréquentes lorsqu'on parle du cyberharcèlement ont souvent des but cachés. Par exemple, les politiciens français dénoncent souvent l'anonymat sur l'Internet comme étant lié au harcèlement, et réclament son abolition, alors que Bérengère Stassin fait remarquer que, dans la plupart des affaires de harcèlement scolaire, la victime sait parfaitement qui sont ses harceleurs. Mais la vérité ne compte pas quand on veut faire passer une nouvelle loi.

Et, si les médias et les autorités parlent si souvent du cyberharcèlement (et très peu du harcèlement tout court), c'est que cela sert aussi à diaboliser les outils de communication modernes, qui les concurrencent. On voit ainsi des campagnes de sensibilisation anxiogènes, qui ne présentent l'Internet que comme un outil de harcèlement.

Revenons au livre. L'auteure commence par recadrer le problème dans l'ensemble des phénomènes de harcèlement à l'école, malheureusement fréquents. (Elle fait aussi remarquer que les cas les plus dramatiques, se terminant parfois par un suicide de la victime, font parfois oublier qu'il existe un harcèlement de masse, pas aussi grave mais beaucoup plus fréquent.) Le harcèlement scolaire a été étudié depuis longtemps par les spécialistes, même s'il n'existe évidemment pas de solution miracle. Le harcèlement massif est difficile à mesurer car il consiste en beaucoup de micro-agressions. Chaque agresseur a l'impression de ne pas avoir fait grand'chose, alors que c'est leur nombre qui fait la gravité du phénomène. Et le harcèlement est inégalement réparti entre les genres, les filles en étant plus souvent victimes.

Comme toutes les activités humaines, le harcèlement s'est ensuite adapté à l'Internet et diverses formes de cyberharcèlement sont apparues, que l'auteure passe en revue en détail avec, pour chacune, ce que dit la loi. Mais la presse et les politiciens, toujours prêts à diaboliser le nouveau système de communication, ont rapidement entonné le discours « c'est la faute d'Internet et des écrans, les jeunes étaient mieux avant », quitte à inventer les faits, comme dans l'affaire du soi-disant Momo challenge. La réalité est pourtant bien assez grave comme cela, et plusieurs personnalités ont dénoncé publiquement le cyberharcèlement dirigé contre elles, par exemple Marion Seclin ou Nadia Daam. Ces trois premiers chapitres du livre sont difficiles à lire, car parlant de choses extrêmement douloureuses (même si les agresseurs les considèrent toujours avec légèreté) mais indispensables, pour avoir une idée claire du phénomène. Le livre détaille notamment les nombreuses études qui ont été faites, analysant les motivations des harceleurs (inutile de rappeler que comprendre, ce n'est pas excuser, n'est-ce pas ?)

Une fois qu'on a étudié le harcèlement, reste à lutter contre lui. C'est l'objet du dernier chapitre. Au moins, maintenant, le problème est nommé et reconnu (ce n'était pas le cas il y a cent ans.) L'État s'en empare, le ministère fait des campagnes, et sensibilise, plusieurs associations sont actives (comme l'APHEE, Marion, la main tendue ou e-Enfance, cette dernière étant spécialisée dans la lutte contre le cyberharcèlement et, au passage, le livre contient énormément d'URL de ressources utiles pour lutter contre le harcèlement).

Le livre ne fournit bien sûr pas de solution simple et magiquement efficace. Il liste de nombreuses initiatives, de nombreux endroit où trouver des informations et des idées. Les personnes impliquées dans la lutte contre le harcèlement, les enseignant·e·s par exemple, y trouveront des armes contre ces affreuses pratiques. Ne manquez pas également de visiter le blog de l'auteure.

Autre compte-rendu de ce livre : celui de Didier Epsztajn.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)