Fiche de lecture : Cyberfatale

Auteur(s) du livre : Clément Oubrerie (Dessin), Cépanou (Scénario)
Éditeur : Rue de Sèvres
9-782369-815266
Publié en 2018
Première rédaction de cet article le 29 décembre 2018


Première (?) BD à parler de cybersécurité et de cyberguerre, « Cyberfatale » est une bonne introduction au monde de la lutte « cyber » entre États.

Il est significatif de l'état de la communication et de l'information en matière de « cyber » qu'une BD soit plus sérieuse et mieux informée que la plupart des livres supposés sérieux sur le sujet. Pas de sensationnalisme dans « Cyberfatale », juste une bonne description des attaques (de la plus triviale, un site Web de l'État défiguré, à la plus ennuyeuse, un engin de guerre piraté informatiquement) et des réactions (qui sont, on n'en sera pas surpris, surtout axées sur la communication : « si ça sort, on est morts »). L'un des personnages doit à un moment rédiger un texte officiel sur la cyberdéfense et, après avoir aligné les poncifs dans son texte, se dit « c'est incompréhensible, c'est parfait ».

Il est recommandé de connaitre un peu le sujet, pour comprendre les clins d'œil mais, sinon, l'auteur a pensé aux débutants avec un excellent glossaire, très drôle, et a inventé un personnage d'officière débutante dans le « cyber », excellent prétexte pour donner des explications au lecteur / à la lectrice.

J'ai particulièrement apprécié que le livre fasse une place importante à la question de l'attribution des attaques. Si l'exemple d'analyse d'un logiciel malveillant est ultra-simplifié (mais c'est une BD, pas un livre de rétro-ingénierie), en revanche, la difficulté à être sûr de l'identité de l'attaquant est bien rendue.

Ah, et comme rien n'est parfait, un reproche : le texte utilise à tort le terme « crypter ».

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)