Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 4290: Suggested Practices for Registration of Internationalized Domain Names (IDN)

Date de publication du RFC : Décembre 2005
Auteur(s) du RFC : J. Klensin
Pour information
Première rédaction de cet article le 10 février 2006
Dernière mise à jour le 17 mars 2006


Les IDN ont toujours suscité des passions et il n'était donc pas évident de normaliser des politiques d'enregistrement, d'autant plus que chaque langue a ses particularités. L'IETF n'a donc pas essayé et le premier RFC non technique sur les IDN n'est donc pas une norme.

Le RFC 3490 spécifiait la norme IDN, permettant de représenter des noms de machines écrits en Unicode et pas seulement en US-ASCII. Ce RFC 3490, purement technique, ne spécifiait pas les politiques d'enregistrement des registres de noms. Ce choix est tout à fait justifié : au contraire des choix techniques, qui doivent être uniformes, il n'y a aucune raison de normaliser ces politiques, qui dépendent des choix de chaque registre.

Comme exemple de politiques possibles, dans le cas d'une population francophone, on peut imaginer que pere-noel.fx et père-noël.fx puissent être délégués à des entités différentes, malgré le risque de confusion ou bien au contraire que on définisse un lot (bundle) qui est l'ensemble des noms IDN équivalents (par exemple, pere-noel.fx est équivalent à père-noël.fx). Tous les membres du lot seraient alors délégués au même titulaire.

Plusieurs efforts ont été tentés pour discuter de ces politiques et, à défaut de normes, spécifier un cadre commun pour les exprimer. Cela a été fait, par exemple, dans la liste idn-reg-policy, aujourd'hui inactive. Parallèlement, certains registres asiatiques ont écrit le RFC 3743 qui décrit leur cadre politique.

Dans le cadre de la liste idn-reg-policy, Paul Hoffman, un expert en internationalisation avait proposé un langage pour décrire des tables de caractères avec leurs variantes (par exemple, ÿ peut être considéré comme une variante de y et donc pierre-louÿs.fx serait équivalent à pierre-louys.fx).

Notre RFC est proche des dernières versions des propositions d'Hoffman. Il ne présente pas une politique d'enregistrement mais il suggère des pistes, pointe des problèmes potentiels et propose une syntaxe pour exprimer les tables.

À titre d'information, voici la table des caractères utilisés en français, dans cette syntaxe (utilisant la notation Unicode donc U+00E7 est le "c cédille"). Le point de départ de cette table avait été un excellent article de Jacques André :

# Variant table for the French language

# A sentence with every composed character: 
# Ils se sont réveillés à Nîmes, très tôt, dans la même Citroën
# niçoise sentant l'aïoli où ils avaient joué de cette flûte aiguë la
# nuit de Pâques, près de l'Haÿ-les-Roses.

# a-z
# a and its variants : à â
# á (a acute) does not seem to exist in French: for further study (town names?)
# a with ring above (U+00E5) does not exist in french but in picard
# http://www.picard.free.fr/lgpic/a-e.htm
U+0061|U+00E0:U+00E2
U+0062
# c
U+0063|U+00E7
U+0064
# e and its variants : è é ê ë
U+0065|U+00E8:U+00E9:U+00EA:U+00EB
U+0066
U+0067
U+0068
# i and its variants : î ï
U+0069|U+00EE:U+00EF
U+006A
U+006B
U+006C
U+006D
# ñ (U+00F1) does not exist in french but in breton
# http://www.ouest-france.fr/dossiershtm/cours-de-breton/lecture.htm
# or in basque.
U+006E
# o and its variants : ô. ö (U+OOF6) exists in French? No word uses 
# it.
# ò (U+00F2) does not exist in french but in occitan
# http://occitanet.free.fr/fr/index.html
U+006F|U+00F4
U+0070
U+0071
U+0072
U+0073
U+0074
# u and its variants : ù û ü
# ú (u acute) does not seem to exist in French: for further study
U+0075|U+00F9:U+00FB:U+00FC
U+0076
U+0077
U+0078
# y. ÿ only in names? (L'Haÿ-les-Roses)
U+0079|U+00FF
U+007A
# 0-9
U+0030
U+0031
U+0032
U+0033
U+0034
U+0035
U+0036
U+0037
U+0038
U+0039
# - (hyphen)
U+002D
# Ligature oe: the variant is a *string*
U+0153|U+006F-U+0065
# Ligature ae (æ). Only in names like Lætitia?
U+OOE6|U+0061-U+0065

À noter que le RFC prend ses distances avec l'ICANN, qui a décidé d'établir une table des langages à l'IANA, table pour laquelle l'ICANN n'a ni légitimité, ni compétence et que la plupart des registres ont refusé de remplir.


Téléchargez le RFC 4290

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)