Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 6018: IPv4 and IPv6 Greynets

Date de publication du RFC : Septembre 2010
Auteur(s) du RFC : F. Baker (Cisco), W. Harrop, G. Armitage (CAIA, Swinburne University of Technology)
Pour information
Première rédaction de cet article le 30 septembre 2010


Il y a longtemps que les chercheurs en sécurité des réseaux utilisent des darknets, des réseaux dont les adresses IP ne sont normalement pas attribuées, pour analyser les attaques. Si on annonce une route vers un tel réseau, le trafic qu'on capte est essentiellement composé d'attaques ou de reconnaissances préalables à une attaque puisque rien de légitime ne peut utiliser ces réseaux. L'inconvénient des darknets est qu'ils sont trop gros et trop visibles : les attaquants apprennent vite leur existence et les mettent alors sur leur liste « pas touche » et les attaques cessent. Ce RFC décrit une alternative, le greynet, dont le préfixe IP est alloué et routé mais au sein duquel certaines adresses ne correspondent pas à une machine en activité.

Normalement, un routeur IP doit jeter les datagrammes destinés à une adresse qui ne répond pas aux requêtes ARP (RFC 826) ou ND (RFC 4861). On pourrait envisager de configurer des règles spéciales par adresse IP, pour copier les datagrammes destinés à ces machines vers la sonde d'observation. Mais, pour construire facilement le greynet, le RFC suggère une autre méthode : configurer le routeur pour que, au lieu de jeter les paquets qui ne peuvent pas être délivrés, il les copie vers la machine de surveillance. Toute adresse IP non affectée devient alors membre du greynet.

On peut ainsi détecter les attaques (ou les reconnaissances) vers ces adresses, mais aussi les cas d'usurpation de ces adresses par un tiers. Ces usurpations vont en effet produire du backscatter, de l'émission par les cibles en réponse aux reconnaissances, et une partie au moins de ce backscatter atteindra le greynet.

La section 2 sert ensuite de manuel pour l'administrateur réseaux qui voudrait déployer un tel système. Il doit évidemment d'abord mettre en place la machine de collecte, qui va recevoir les paquets, les enregistrer et plus tard les analyser. Ensuite, il peut utiliser le routage IP normal et choisir un préfixe non utilisé pour le router vers cette machine, créant ainsi un darknet (section 2.1). Sur Linux, par exemple, cela se ferait avec route add -net 192.0.2.128/25 gw 198.51.100.1192.0.2.128/25 est le préfixe du darknet et 198.51.100.1 l'adresse de la machine de collecte.

Mais s'il veut faire un greynet, il lui faut un routeur un peu spécial (section 2.2) qui va devoir, lorsqu'il reçoit un paquet pour lequel il n'a pas eu de réponse aux requêtes ARP et ND, le faire suivre à la machine de collecte. C'est à la fois plus simple qu'un darknet (pas de configuration explicite, à part l'adresse de la machine de collecte, cf. section 3) et plus compliqué (aucun routeur IP normal ne sait faire cela : en cas de non-réponse à ARP et ND, le paquet est abandonné).

La première documentation des greynets était dans « Greynets: a definition and evaluation of sparsely populated darknets », dans la 30th Conference on Local Computer Networks de l'IEEE en 2005. Elle a été suivie de plusieurs expériences, résumées dans la section 1.1 du RFC. L'utilisation du routeur pour identifier les adresses du greynet (ce sont celles qui ne répondent pas en ARP ou en ND) est venue après. La première mise en œuvre était sur un routeur Linux. Le fichier à récupérer est http://www.owenstephens.co.uk/files/neigh_fwd.c, et il se place dans le répertoire net/core des sources du noyau. Il faut ensuite appeler les fonctions nécessaires depuis neighbour.c, le moyen le plus simple étant sans doute de patcher ce dernier avec http://www.owenstephens.co.uk/files/neighbour.c.diff. (Merci à Owen Stephens pour avoir mis les sources en ligne.)

L'ajout d'IPv6 est venue encore ultérieurement. Bien qu'on entende souvent dire qu'un balayage complet d'un réseau IPv6 est impossible, vu le nombre d'adresses possibles, le RFC 7707 a montré que c'était faux. En pratique, les attaques IPv6 n'ont jamais été observées dans la nature mais il ne fait guère de doute que cela se produira un jour.

Un dernier avertissement pour ceux qui veulent tenter l'aventure : lisez bien la section 6 sur la sécurité. Tout dispositif de collecte peut faire l'objet d'abus, par exemple par un méchant qui, sachant qu'une collecte est en cours, va tenter de la saturer en envoyant plein de paquets.


Téléchargez le RFC 6018

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)