Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

echoping

Ève

Recherche dans ce blog :

RFC 6145: IP/ICMP Translation Algorithm

Date de publication du RFC : Avril 2011
Auteur(s) du RFC : X. Li, C. Bao (CERNET Center/Tsinghua University), F. Baker (Cisco Systems)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF behave
Première rédaction de cet article le 28 avril 2011


Parmi les nombreuses techniques de coexistence d'IPv4 et IPv6, le groupe de travail Behave, dans sa version 2 (la 1 avait été consacrée aux techniques permettant de supporter le NAT) développe un mécanisme de traduction permettant à une machine IPv6 de communiquer avec une machine v4 et réciproquement. Une des pièces de ce mécanisme est l'algorithme de traduction, présenté dans ce RFC 6145.

Ce nouveau mécanisme de traduction entre IPv4 et IPv6 s'inscrit dans le cadre décrit dans le RFC 6144. Il vise à remplacer « NAT-PT » (RFC 2765 et RFC 2766), officiellement retiré, après n'avoir eu aucun succès.

Plus spécifiquement, notre RFC 6145 est la version sans état du traducteur, c'est-à-dire que le traducteur peut traiter chaque paquet indépendemment des autres. Le traducteur n'a pas de table des flots en cours. S'il redémarre et perd toute mémoire, pas de problème, il peut immédiatement reprendre son travail. Cette technique permet notamment le passage à l'échelle : un traducteur d'adresses peut gérer un très grand nombre de clients sans épuiser sa mémoire. Mais elle a quelques inconvénients comme le fait que les fragments ICMP ne seront pas traduits. Il existe donc également une version avec état du nouveau mécanisme, normalisée dans le RFC 6146. La section 1.3 discute plus en détail ces deux possibilités, avec ou sans état.

Donc, le NAT64 (son nom non officiel) vise à traduire des adresses IP entre deux réseaux, l'un v4 et l'autre v6. Comme notre RFC 6145 ne traite que le cas sans état, les adresses doivent être converties de manière purement algorithmique, sans référence à leur histoire (cf. RFC 6052 pour ces algorithmes).

Dit comme ça, cela a l'air simple mais la traduction entre deux protocoles différents porte pas mal de pièges. Ainsi, les en-têtes de paquet n'ont pas la même taille en v4 (20 octets ou plus) et en v6 (40 octets, fixe), ce qui fait que des problèmes de MTU peuvent se poser (section 1.4). Le traducteur doit se comporter comme un routeur, donc fragmenter les paquets trop gros (en IPv4) ou retourner un message ICMP « Packet too big ».

La section 4 du RFC décrit en détail les opérations que doit faire le traducteur depuis IPv4 vers IPv6 (rappelez-vous que la traduction des adresses v4 en v6 est essentiellement dans le RFC 6052, section 2). Il y a des détails que ne connaissent pas les routeurs NAT44, qui se contentent de changer adresses et ports. En effet, ici, il faut traduire tout l'en-tête. Je ne vais pas résumer complètement cette section, juste pointer quelques pièges possibles. Ainsi, les en-têtes n'étant pas les mêmes en v4 et en v6, notre RFC doit spécifier quoi en faire. Certains cas sont évidents (comme le champ Longueur), d'autres moins. Ainsi, le champ TOS de IPv4 doit être copié verbatim dans le champ Traffic Class de IPv6. Mais le traducteur doit aussi offrir une option pour ignorer le TOS et mettre systématiquement zéro comme Traffic Class. Le champ TTL de IPv4 doit être copié dans Hop limit mais après avoir été décrémenté (rappelez-vous que le traducteur est un routeur).

La vraie difficulté n'est pas tellement dans la traduction d'IP que dans celle d'ICMP. En effet, le paquet ICMP contient le début du paquet IP qui a motivé son envoi, et ce début de paquet doit être traduit, également, sans quoi le destinataire du paquet ICMP n'y comprendra rien (par exemple, sans traduction ICMP, il recevrait en IPv6 un paquet ICMP dont le contenu est un paquet IPv4...). Notre RFC détaille donc les traductions à faire pour tous les modèles de paquets ICMP.

Le traducteur doit aussi veiller au champ Type d'ICMP, dont les valeurs sont différentes entre IPv4 et IPv6 (par exemple, Echo Reply est 0 en v4 et 129 en v6). Certains types n'ont pas d'équivalent (comme les types Timestamp ou Address Mask d'ICMPv4, absents d'ICMPv6) et le paquet ICMP doit donc être abandonné.

Enfin, le traducteur doit aussi prendre en charge les en-têtes de la couche 4 car la traduction des adresses peut ne pas être neutre pour la somme de contrôle (section 4.5) et il peut donc être nécessaire de recalculer cette dernière.

Et en sens inverse ? La section 5 décrit la traduction d'IPv6 vers IPv4. On retrouve TOS et Traffic Class, les problèmes de MTU et de fragmentation, et la traduction des messages ICMP.

Les problèmes de MTU et de fragmentation sont des cauchemars habituels sur l'Internet, notamment en raison d'équipements intermédiaires (typiquement des pare-feux) programmés avec les pieds par des anonymes, ou bien configurés n'importe comment, et qui bloquent les paquets ICMP, voire les modifient, en ignorant complètement le RFC 4890. Les traducteurs v4<->v6 auront donc ce problème, comme tant d'autres techniques utiles. La section 6 doit donc se pencher sur le traitement des paquets ICMP Packet too big qui signalent normalement que la MTU est plus réduite que ne le croit l'émetteur et qu'il faut fragmenter. Comme ces paquets sont parfois interceptés, voire modifiés, par des machines gérées par des incompétents, le traducteur doit donc parfois faire des efforts spécifiques (par exemple en modifiant la valeur de la MTU dans certains messages Packet too big).

Rien n'étant parfait en ce bas monde, les traducteurs NAT64 vont aussi introduire de nouvelles questions de sécurité. La section 8 tente de prévoir lesquelles mais reste optimiste en considérant que la plupart des problèmes existent déjà dans IPv4 ou dans IPv6. Ainsi, comme avec le NAT traditionnel, l'authentification des paquets par IPsec (RFC 4302) ne marchera pas.

Pour les gens qui aiment bien les exposés concrets, avec des 0 et des 1, l'annexe A explique en grand détail le processus de traduction avec un réseau simple d'exemple, connectant le réseau traditionnel 198.51.100.0/24 et le réseau nouveau 2001:db8::/32, via un traducteur. Deux machines, H4 et H6, Alice et Bob du NAT64, vont tenter de communiquer. Le traducteur utilise le préfixe 2001:db8:100::/40 pour représenter les adresses IPv4 et 192.0.2.0/24 pour représenter les adresses IPv6. Ainsi, H6, qui a l'adresse 2001:db8:1c0:2:21:: est représenté en v4 par 192.0.2.33. H4 a l'adresse 198.51.100.2. Une fois le routage correctement configuré pour passer par le traducteur, suivez le RFC pour voir le trajet des paquets et les opérations qu'ils subissent, dans le cas où c'est H6 qui initie la connexion, et dans le cas inverse.

Au moins deux mises en œuvre existent déjà, faite par Ecdysis/Viagénie (avec état) et Tayga (sans état, mais nettement plus simple, d'après ses utilisateurs). Pour compenser l'absence de traduction avec état chez Tayga, on peut, sur Linux, le coupler avec SNAT/MASQUERADE (merci à Guillaume Leclanché pour sa suggestion).

Quels sont les changements entre ce mécanisme et celui du RFC 2765 ? Ils sont résumés en section 2. Outre une complète réorganisation des documents, il s'agit surtout de détailler bien davantage les opérations à effectuer.

Pour réfléchir à la grande question « avec état ou sans état », un article « pro-état » : « Stateless NAT64 is useless ».


Téléchargez le RFC 6145

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)