Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 7073: A Reputation Response Set for Email Identifiers

Date de publication du RFC : Novembre 2013
Auteur(s) du RFC : N. Borenstein (Mimecast), M. Kucherawy
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF repute
Première rédaction de cet article le 22 novembre 2013


Le cadre général du système de requête sur la réputation a été défini dans le RFC 7070. Il reste à le décliner en diverses applications. L'une des utilisations les plus importantes pour un système de réputation est évidemment la lutte contre le spam et c'est donc à cela qu'est consacré notre RFC : la réputation des identifiants de courrier électronique.

L'application se nomme donc email-id (et est enregistrée dans le registre des applications). Les assertions possibles sur un acteur du courrier sont :

  • abusive : envoie-t-il des messages abusifs, par exemple de harcèlement ou de menaces ?
  • fraud : envoie-t-il des messages frauduleux, par exemple de hameçonnage ? (Voir à ce sujet le RFC 5901.)
  • invalid-recipients : envoie-t-il des messages à des utilisateurs inexistants (ce qui est courant chez les spammeurs, soit parce que leurs listes sont de mauvaise qualité, soit parce qu'ils testent de nouvelles adresses).
  • malware : envoie-t-il du logiciel malveillant ?
  • spam : envoie-t-il du spam ?

Dans le cadre du RFC 7070, ces assertions ne sont pas binaires : une entité a, pour chaque assertion, un classement qui va de 0 (assertion tout à fait fausse) à 1 (assertion vraiment vraie). Ainsi, example.net pourrait avoir un classement de 0,01 à l'assertion malware (il n'envoie quasiment jamais de logiciels malveillants) mais de 0,8 à l'assertion spam (il envoie souvent du spam). Les classements sont linéaires donc une entité qui aurait un classement de 0,4 pour le spam pourrait être décrite par « est deux fois moins spammeur que example.net ».

On note que toutes ces assertions sont « négatives », décrivent un comportement qu'on désapprouve. L'annexe A du RFC rappelle que certains pensent qu'il serait plus intéressant de travailler sur des assertions positives (et donc des bonnes réputations), car on peut échapper à des mauvaises réputations (on achète un nouveau nom de domaine et hop, on repart de zéro). Cela se fera peut-être dans le futur.

En réponse à une requête d'application email-id et comportant une ou plusieurs de ces assertions (celles qui intéressent le client du service de réputation), le serveur de réputation renvoie un reputon, une information structurée en JSON comportant un certain nombre de membres obligatoires (cf. RFC 7071) et, dans le cadre de cette application email-id, deux autres :

  • email-id-identity qui indique comment a été identifié l'émetteur (la réputation ne vaut évidemment pas grand'chose sans authentification mais, parfois, on n'a pas le choix et on a des identités non authentifiées) : DKIM (l'identité doit alors être la valeur de l'étiquette d=), SPF, adresse IP, valeur du champ HELO dans la connexion SMTP, valeur du champ MAIL FROM dans la communication SMTP (ce qu'on nomme le « RFC 5321 from »), valeur de l'en-tête From: du message (ce qu'on nomme le « RFC 5322 from »),
  • sources qui indique le nombre de sources qui ont contribué à l'établissement de cette réputation (le membre standard sample-size est le total de rapports, mais ils peuvent tous provenir d'une seule source).

L'identité (email-id-identity) est cruciale car on dispose de plusieurs identités dans un message (le From: de l'en-tête n'est pas forcément le même que le MAIL FROM de l'enveloppe SMTP), et elles n'ont pas toujours la même force. Par exemple, le From: de l'en-tête n'a subi aucune validation et peut valoir n'importe quoi. Au contraire, une signature DKIM permet de rattacher un message à un domaine responsable. Si le client n'est intéressé que par un seul type d'identité (par exemple SPF), il peut le préciser dans la requête.

Un exemple de reputon ? OpenDKIM a un service de distribution de réputation DKIM (donc, seuls les domaines utilisant DKIM y sont présents) :


% wget -O - 'http://repute.opendkim.org/repute.php?subject=amazon.com&assertion=spam&application=email-id&service=repute.opendkim.org'
...
{
  "application": "email-id",
  "reputons": [
    {
	"rater": "repute.opendkim.org",
	"assertion": "spam",
	"rated": "amazon.com",
	"rating": 0.000229625,
	"identity": "dkim",
	"rate": 1013,
	"sample-size": 181,
	"generated": 1384331169
    }
  ]
}


Téléchargez le RFC 7073

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)