Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 7970: The Incident Object Description Exchange Format Version 2

Date de publication du RFC : Novembre 2016
Auteur(s) du RFC : R. Danyliw (CERT)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF mile
Première rédaction de cet article le 1 décembre 2016


Pour rendre plus facilement analysables les innombrables rapports d'incidents de sécurité qui circulent sur Internet tous les jours, ce RFC spécifie un format standard XML, nommé IODEF, pour décrire ces incidents. Ici, il s'agit de la version 2 de ce format IODEF, la version 1 était dans le RFC 5070.

Tous les jours, des organisations comme les CERT et CSIRT, mais aussi les OIV, envoient et reçoivent des rapports détaillés concernant une attaque sur un réseau informatique ou un serveur. Ces rapports sont longs et détaillés mais, la plupart du temps, ce n'est pas une attaque isolée qui est intéressante, c'est l'image qui apparait lorsqu'on synthétise tous les rapports, et qu'on voit alors les tendances, par exemple l'arrivée d'un nouveau ver ou bien une attaque concertée contre un pays donné. D'où l'importance de pouvoir analyser automatiquement ces rapports, ce qui impose un modèle de données et un format standard, ce que fournit ce RFC.

Le modèle de données est proche des modèles objet, par exemple dans la descriptions des classes d'objets manipulés (comme la classe Incident en section 3.2, avec la cardinalité des attributs). Ces classes sont composés avec des données élémentaires (booléens, entiers, dates) décrites dans la section 2. Par exemple, parmi les attributs de la classe Incident, on trouve l'heure de début et de fin de l'incident, l'heure de détection, etc. Le schéma XML complet, écrit en W3C Schema, figure dans la section 8.

On trouve énormément de choses dans ce schéma (le RFC fait plus de 160 pages), pour traiter tous les cas prévus. Par exemple, on peut exprimer une liste de ports comprenant à la fois des ports individuels et des intervalles : 22,53,80,1024-2047. De nombreuses classes existent pour utiliser ces informations élémentaires. Ainsi, la classe Discovery, une nouveauté de la version 2, permet d'indiquer comment l'incident a été découvert (avec un attribut source qui a vingt valeurs possibles, comme avantivirus, os-logjournal, passive-dns - un système comme DNSdb, etc). Et BusinessImpact permet de décrire les conséquences de l'incident sur l'activité (breach-privacy, loss-of-service, theft-financial, etc). Ça peut même se quantifier financièrement avec la classe MonetaryImpact. Si on met les incidents de sécurité dans une base de données (ça s'appelle un SIEM, comme Prelude), on peut donc imaginer de regarder d'abord les incidents qui ont coûté le plus cher...

Voici un exemple d'un rapport d'incident, tiré du RFC (section 7), et qui décrit et qui décrit les systèmes de C&C (quatre serveurs) d'une campagne donnée (dans le RFC 5070, l'exemple était une simple reconnaissance avec nmap...). Cet exemple a l'avantage d'illustrer la classe IndicatorData, une nouveauté de la version 2 :


   <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
   <!-- A list of C2 domains associated with a campaign -->
   <IODEF-Document version="2.00" xml:lang="en"
      xmlns="urn:ietf:params:xml:ns:iodef-2.0"
      xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
      xsi:schemaLocation=
      "https://www.iana.org/assignments/xml-registry/schema/
       iodef-2.0.xsd">
     <Incident purpose="watch" restriction="green">
       <IncidentID name="csirt.example.com">897923</IncidentID>
         <RelatedActivity>
           <ThreatActor>
             <ThreatActorID>
             TA-12-AGGRESSIVE-BUTTERFLY
             </ThreatActorID>
             <Description>Aggressive Butterfly</Description>
           </ThreatActor>
           <Campaign>
             <CampaignID>C-2015-59405</CampaignID>
             <Description>Orange Giraffe</Description>
           </Campaign>
         </RelatedActivity>
         <GenerationTime>2015-10-02T11:18:00-05:00</GenerationTime>
         <Description>Summarizes the Indicators of Compromise
           for the Orange Giraffe campaign of the Aggressive
           Butterfly crime gang.
         </Description>
         <Assessment>
           <BusinessImpact type="breach-proprietary"/>
         </Assessment>
         <Contact type="organization" role="creator">
           <ContactName>CSIRT for example.com</ContactName>
           <Email>
             <EmailTo>contact@csirt.example.com</EmailTo>
           </Email>
         </Contact>
         <IndicatorData>
           <Indicator>
             <IndicatorID name="csirt.example.com" version="1">
             G90823490
             </IndicatorID>
             <Description>C2 domains</Description>
             <StartTime>2014-12-02T11:18:00-05:00</StartTime>
             <Observable>
               <BulkObservable type="fqdn">
               <BulkObservableList>
                 kj290023j09r34.example.com
                 09ijk23jfj0k8.example.net
                 klknjwfjiowjefr923.example.org
                 oimireik79msd.example.org
               </BulkObservableList>
             </BulkObservable>
           </Observable>
         </Indicator>
       </IndicatorData>
     </Incident>
     </IODEF-Document>

Le RFC note sagement que le partage d'informations n'est pas uniquement une question technique, mais qu'elle dépend aussi des procédures bureaucratiques de chaque organisation, des contraintes légales, de la confiance (ou de l'absence de confiance, souvent justifiée) et enfin de la simple bonne ou mauvaise volonté. (Mon opinion personnelle est que, en France, le partage d'informations précises sur les incidents de sécurité est très insuffisant.)

Les changements depuis la version 1 (celle du RFC 5070) sont listés dans la section 1.4. Beaucoup de détails, beaucoup d'ajouts, parmi lesquels je note :

  • Meilleure internationalisation (voir à ce sujet la section 6 du RFC), comme le fait que la classe Contact permette désormais d'indiquer une adresse postale en un jeu de caractères quelconque,
  • Nouvelles classes (comme IndicatorData ou Discovery cités plus haut, ou comme DomainData, pour des informations sur un nom de domaine), et nouveaux attributs dans les classes existantes (par exemple, Incident y gagne observable-id, un identificateur qui peut être utilisé dans des références croisées).

Si l'ajout de nouvelles classes ne rendent pas les anciennes descriptions IODEF incorrectes, en revanche, certains changements cassent la compatibilité et un fichier IODEF version 1 parfait ne sera pas forcément légal pour la version 2 (cf. section 4.4). Par exemple, la sous-classe NodeRole (qui permet de décrire si on est attaqué par une caméra de vidéosurveillance ou bien par un routeur) a changé de classe parente.

Et les mises en œuvre d'IODEF ? Un résumé de l'état de ces mises en œuvre figure dans l'Internet-Draft draft-ietf-mile-implementreport, et qui référence une liste des programmes IODEF (j'ai aussi trouvé celle-ci). Parmi d'autres, on peut noter la bibliothèque de Prelude (et qui a une version pour l'IODEF v2 de notre RFC), un module Perl, un autre en PHP, et un troisième en Python. On trouve aussi des moyens de connecter IODEF à des logiciels existants par exemple au logiciel de suivi de tâche Mantis, avec ce connecteur.

Pour des articles ou présentations sur IODEF, vous pouvez voir la Rump (session rapide) de Thomas Andrejak au SSTIC 2016 (vidéo en ligne).

Notez en France l'existence du projet SECEF (SECurity Exchange Format) qui a pour objectif de promouvoir et de faciliter l’usage des deux formats de fichier IDMEF (RFC 4765) et IODEF. Vous pouvez consulter leur Wiki, et leur tutoriel IODEF. Il y a aussi un article de synthèse sur SECEF, et un compte-rendu d'une de leurs réunions (mais vite fait et avec des erreurs). Enfin, le RFC 8274 donne quelques conseils sur la mise en œuvre d'IODEF.


Téléchargez le RFC 7970

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)