Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

abuse@BIGISP.net ne répond pas

Première rédaction de cet article le 16 juin 2009


Comment signale-t-on un problème sur l'Internet ? Si un ver fait des requêtes HTTP répétées à la recherche d'une vulnérabilité ? Si un autre ver se connecte en SSH en permanence à votre Kimsufi en tentant le compte guest ? Si un script utilise automatiquement votre service en dépit des conditions d'utilisation ? Si vous recevez du spam depuis telle ou telle machine ? En théorie, il existe une adresse de courrier standard pour cela. Spécifiée dans le RFC 2142, c'est abuse@DOMAIN.EXAMPLEDOMAIN.EXAMPLE est le domaine en cause. Mais le courrier envoyé à abuse n'obtient jamais de réponse et, souvent, n'est même pas lu. Pourquoi ?

Au cours de ma carrière, j'ai été des deux côtés de la barrière, du côté de ceux qui reçoivent les messages envoyés à abuse et du côté de ceux qui les envoient. Du côté du simple utilisateur, qui voudrait signaler un problème, le bilan n'est pas très glorieux. Les réponses reçues sont rarissimes. La plupart du temps, c'est le silence complet. Parfois, on reçoit un avis de non-remise « il n'y a pas de compte abuse à l'adresse indiquée ». Parfois une réponse standard inutile.

Est-ce qu'au moins les messages sont lus, même si abuse ne peut pas répondre à tous ceux qui lui écrivent ? Même pas. La plupart du temps, les messages atterissent directement dans /dev/null, ou bien, à la rigueur, dans la boîte d'un stagiaire embauché pour faire le support utilisateur, qui n'y connait rien et n'est pas assez payé pour qu'on puisse lui demander de travailler sérieusement.

Même si certains gros FAI s'obstinent à nier et affirment, contre toute évidence, que les messages sont lus soigneusement, la triste réalité est qu'écrire à abuse ou bien jouer à World of Warcraft donneront le même résultat (et, dans le second cas, au moins, on voit les monstres qu'on combat).

Est-ce de la paresse ou de la méchanceté de la part des FAI ? En partie oui, bien sûr, c'est vrai qu'ils se moquent totalement de ce que leurs propres utilisateurs peuvent raconter. Alors, quand il s'agit d'inconnus... Mais il faut aussi remarquer que le problème n'est pas simple. D'abord, sur l'Internet, il y a tout le temps des problèmes. Si on héberge un parc de dix mille machines Unix dédiées et louées à des clients, il y en a forcément toujours un bon nombre qui se lancent dans des attaques, soit parce que le locataire est un méchant, soit parce qu'il a laissé un script PHP vulnérable sur sa machine. Si on connecte des dizaines de milliers de foyers où se trouvent des machines MS-Windows, c'est encore pire, un bon nombre a été transformé en zombies et les attaques qu'elles lancent vaudront certainement à abuse pas mal de courrier.

Mais il y a un autre problème : la très grande majorité des rapports envoyés à abuse sont inutilisables. Aucun détail, aucune précision, l'heure de l'attaque n'est pas indiquée (ou alors en heure locale, sans indication du fuseau horaire), les messages sont résumés et mal traduits au lieu d'être cités littéralement, etc. Le message typique reçu par abuse (rappelez-vous qu'un gros hébergeur peut avoir des dizaines de milliers de machines, voire davantage pour les très gros) est simplement « Mon firewall [sic] me dit que votre machine m'attaque, arrêtez tout de suite » (et encore, je n'ai pas respecté l'orthographe). Il est même fréquent que le message soit 100 % erroné et qu'il n'y ait pas d'attaque du tout (comme le voit fréquemment l'IANA).

Plus drôle, les messages à abuse sont parfois des tentatives d'attaque.

Analyser de tels messages sérieusement nécessiterait du temps et une main d'œuvre qualifiée, alors qu'en général on met au « support de premier niveau » les gens les moins payés de l'entreprise. Il faudrait demander des précisions, faire preuve de patience, suivre le dossier, tout ce que fait un avocat d'affaires payé très cher de l'heure, mais pas ce que peut faire le Marocain ou l'Indien qui travaille dans un call center. Pour des simples raisons économiques, les messages à abuse sont donc traités vite et mal.

abuse est d'autant moins enclin à lire ses messages qu'un certain nombre d'utilisateurs spamment à tout vent et écrivent, lors de n'importe quel problème, à toutes les adresses de courrier qu'ils peuvent trouver en interrogeant whois.

Et les messages de qualité ? En général, vu l'afflux de messages inutilisables, les rares messages corrects, précis et complets sont traités comme les autres, perdus au milieu du flot.

Une bonne introduction au rôle (théorique) d'un service « abuse » est « Le service abuse des hébergeurs : comment ça fonctionne ? ».

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)