Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

L'option GnuPG qui permet de ne pas indiquer les ID...

Première rédaction de cet article le 19 mars 2014


La sécurité, ce n'est pas gratuit. Il y a parfois des techniques qui améliorent la sécurité mais qui sont tellement embêtantes à l'usage qu'on préfère les abandonner. C'est ainsi que je viens de supprimer l'option throw-keyids de ma configuration GnuPG.

Cette option est a priori bonne pour la sécurité : pour citer la documentation elle permet de « ne pas mettre les identificateurs de clé dans le message ». Qu'est-ce que cela veut dire ? Par défaut, GnuPG, lorsqu'il chiffre un message, indique dans le message l'identificateur de la clé du (ou des destinataires). C'est décrit dans le RFC 4880, section 5.1. On peut l'afficher avec gpg :


% gpg report.txt.gpg                   
gpg: encrypted with 2048-bit RSA key, ID 336525BB, created 2009-12-15
      "ISC Security Officer <security-officer@isc.org>"
...

Ici, tout le monde peut voir que ce document a été chiffré pour la clé publique 336525BB, même si, en l'absence de la clé privée, on ne peut pas le déchiffrer. Ainsi, quelqu'un qui a accès au fichier a quand même une information utile, que j'écris des choses pour l'ISC. C'est une métadonnée qui peut être utile à un espion.

L'option throw-keyids permet de résoudre cette indiscrétion :

% gpg report.txt.gpg                                            
gpg: anonymous recipient; ...

Et voilà, l'information a disparu. En mettant throw-keyids dans son ~/.gnupg/gpg.conf, on fabriquera toujours des messages anonymes. J'avais mis cette option dans ma configuration à l'occasion d'un durcissement de sécurité qui accompagnait ma nouvelle clé PGP.

Mais, car il y a un mais, le destinataire légitime ne saura donc pas si le message est bien pour lui, il devra essayer toutes ses clés secrètes. Cela prend du temps et, surtout, cela crée des messages ennuyeux :

gpg: anonymous recipient; trying secret key 1B217B95 ...
gpg: protection algorithm 1 (IDEA) is not supported
gpg: the IDEA cipher plugin is not present
gpg: please see http://www.gnupg.org/faq/why-not-idea.html for more information
gpg: anonymous recipient; trying secret key 1CE01D31 ...
gpg: protection algorithm 1 (IDEA) is not supported
gpg: anonymous recipient; trying secret key CCC66677 ...
gpg: anonymous recipient; trying secret key 96A4A254 ...
...

Notez que GnuPG a essayé toutes les clés secrètes de mon trousseau (y compris les révoquées : le message est peut-être un très ancien, fait avec une vieille clé). Comme certaines sont vraiment anciennes, elles utilisent même IDEA d'où l'avertissement anti-IDEA. D'expérience avec cette option, la plupart de mes correspondants ne comprennent pas ces messages, les interprètent mal, s'énervent, etc. Bref, j'ai fini par supprimer cette option de mon fichier de configuration.

Notez que, pour l'utilisation de PGP pour le courrier électronique, ce n'est pas forcément très grave. Dans le cas « normal  » (pas celui du prudent qui change d'adresse de courrier tout le temps), l'espion éventuel a de toute façon tous les en-têtes RFC 5322 à sa disposition pour accéder à la même information. Pour des fichiers transmis par un autre moyen, il peut être toujours utile de se servir de throw-keyids, par exemple ponctuellement sur la ligne de commande :

% gpg --recipient 9EE8C47B --throw-keyids  --encrypt report.txt

Attention, il existe d'autres possibilités de fuite de l'information.

Merci à Ollivier Robert et Florian Maury pour des discussions intéressantes.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)