Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Fiche de lecture : Une toile large comme le monde

Auteur(s) du livre : Aude Seigne
Éditeur : Zoe
978-2-88927-458-1
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 5 novembre 2017


La cybercatastrophe (plus d'Internet, tout cassé, plus de vidéos de chat) est un thème fréquent dans les médias mais un peu moins dans les romans. Aude Seigne s'y est attelée dans son dernier roman, « Une toile large comme le monde ».

Le roman suit plusieurs personnages plutôt bien intégrés dans la société, plutôt mondialisés, n'ayant pas des boulots idiots (il n'y a jamais de caissière de supermarché, encore moins de vendeur des rues, dans les romans). Mais, pour des raisons diverses, ils décident d'arrêter Internet. Je ne vous en dis pas plus sur l'intrigue.

Disons-le tout de suite, je n'ai pas aimé le roman : l'auteure saute allègrement des pans entiers de son histoire, on ne comprend pas vraiment les motivations des personnages (qui passent pourtant tou·te·s beaucoup de temps à se regarder le nombril en en parlant), et les détails de la constitution et de la coordination de leur groupe sont à peine esquissés. Ça ne peut pourtant pas être aussi simple de monter un complot mondial !

Mais la partie de description de l'infrastructure d'Internet est bien faite, détaillant des aspects de son fonctionnement qui sont peu traités, que ce soit dans les cours d'informatique ou dans les romans. Elle a raison de pointer du doigt que tout le monde aujourd'hui dépend d'Internet, sans avoir la moindre idée de son fonctionnement (et je ne parle pas de la technique, juste des acteurs impliqués). J'ai bien aimé la citation « Ce n’est pas parce qu’on est YouTuber, joueur, programmeur, hacker ou community manager qu’on connaît l’existence des câbles », qui est quasiment celle par laquelle je commence mon cours au CELSA. Je vais réclamer des droits d'auteur 😃 Mais je préfère encore plus une autre phrase de l'auteure, « Internet n'est pas un esprit, il a besoin d'un corps » (et ce corps n'est pas uniquement composé de câbles et de machines).

Outre les câbles, largement décrits dans le roman (ainsi que les centres de données, à l'occasion d'une visite plus pédagogique que littéraire), l'auteure parle aussi des gens qui sont derrière le réseau, ce qui est utile, même si elle verse parfois dans le sensationnalisme (« Ils [les ingénieurs réseaux] sont seulement quelques centaines, à l'échelle mondiale, et ils se réunissent deux à trois fois par an [probablement une allusion aux réunions NANOG]. »).

Techniquement, n'attendez pas de détails sur les techniques utilisées pour arrêter l'Internet. Le livre est globalement bien documenté mais comprend plusieurs exagérations. C'est le cas, par exemple, de l'apparition dans une liste de pannes partielles de l'Internet, de « 2014 ― Panne importante à l'échelle mondiale, suscitée par le dépassement de la limite des 512 000 routes, que d'anciens modèles de routeurs ne peuvent prendre en charge » (alors qu'il ne s'était en fait pas passé grand'chose). Si vous voulez approfondir cette question de la résilience d'Internet, vous pouvez aussi lire mon article au SSTIC.

Il y a eu un article d'Usbek & Rica sur ce livre. Comme souvent dans les médias, l'article ne tient pas les promesses du titre. Le titre parle de couper Internet, et ensuite c'est juste « en 2016, une cyberattaque [celle contre Dyn] prive des millions d’Américains d’accès aux plus grands sites pendant une dizaine d’heures… ». C'est une erreur courante des analyses de la robustesse de l'Internet que de confondre les pannes locales et limitées dans le temps (relativement fréquentes et difficiles à empêcher) avec une vraie cybercastrophe stoppant presque tout l'Internet pendant des semaines.

On trouve aussi dans cet article des grosses bêtises du genre « avoir une boîte mail remplie à ras-bord et pleine de spams est désormais aussi condamnable que de ne pas trier ses déchets ».

Voici la page officielle du livre. Mais, comme vous vous en doutez, je préfère recommander, pour le lecteur intéressé par le « corps d'Internet », le livre Tubes d'Andrew Blum.

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)