Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Les racines judéo-chrétiennes des Droits de l'Homme

Première rédaction de cet article le 14 janvier 2010


Lors du débat politicien sur l'identité nationale, de nombreux intervenants se sont réclamés du christianisme. Par exemple, « [Être français] c'est a dire reconnaitre tout autant " le blanc manteau de ses cathédrales "et ses raçines judéo-chrétiennes que les principes de liberté-égalité-fraternité du pacte républiquain [sic] ». Ou bien « La France et notre identité nationale, c'est une cathédrale au centre de Paris et non pas une mosquée. ». C'est donc l'occasion de relire leur texte sacré, la Bible.

Pas de chance, première histoire que je lis (Josué, 6.21), j'apprends que juste après la victoire des bons contre les méchants, « Ils [les bons] vouèrent à l'interdit tout ce qui se trouvait dans la ville, aussi bien l'homme que la femme, le jeune homme que le vieillard, le taureau, le mouton et l'âne, les passant tous au tranchant de l'épée. » Puis (6.24), « Quant à la ville, ils l'incendièrent ainsi que tout ce qui s'y trouvait, sauf l'argent, l'or et les objets de bronze et de fer qu'ils livrèrent au trésor de la maison du Seigneur. » On ne dit pas ce qu'ils ont fait des enfants... (Traduction TOB.)

Charmantes coutumes, sans doute courantes à l'époque. D'autres que les hébreux le faisaient au même moment. Mais on n'a pas fait des massacres et des pillages commis par eux un livre sacré.

Ah, au fait, pourquoi cette bataille de Jéricho ? Parce que les hébreux, revenant d'Égypte, n'avaient pas de terre et trouvaient plus simple de prendre par la force celle des autres.

On comprendra que je me sente peu d'affinités avec mes « racines judéo-chrétiennes ».

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)