Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 6855: IMAP Support for UTF-8

Date de publication du RFC : Mars 2013
Auteur(s) du RFC : P. Resnick (Qualcomm), C. Newman (Oracle), S. Shen (CNNIC)
Chemin des normes
Réalisé dans le cadre du groupe de travail IETF eai
Première rédaction de cet article le 12 mars 2013


Successeur du RFC 5738, voici la normalisation de la gestion d'Unicode par le protocole IMAP d'accès aux boîtes aux lettres.

Normalisé dans le RFC 3501, IMAP permet d'accéder à des boîtes aux lettres situées sur un serveur distant. Ces boîtes peuvent maintenant avoir des noms en Unicode, les utilisateurs peuvent utiliser Unicode pour se nommer et les adresses gérées peuvent être en Unicode. L'encodage utilisé est UTF-8 (RFC 3629). C'est donc une des composantes d'un courrier électronique complètement international (RFC 6530). Le RFC précédent sur le sujet, le RFC 5738 avait le statut « Expérimental » alors que notre RFC 6855 est sur le « Chemin des Normes ». (Il existe un RFC équivalent pour POP le RFC 6856.)

Tout commence par la possibilité d'indiquer le support d'UTF-8. Un serveur IMAP, à l'ouverture de la connexion, indique les extensions d'IMAP qu'il gère et notre RFC en normalise une nouvelle, UTF8=ACCEPT (section 3). En l'utilisant, le serveur proclame qu'il sait faire de l'UTF-8. Par le biais de l'extension ENABLE (RFC 5161), le client peut à son tour indiquer qu'il va utiliser UTF-8. Une fois que cela sera fait, client et serveur pourront faire de l'IMAP UTF-8. La section 3.1 détaille la représentation des chaînes de caractères UTF-8 sur le réseau.

Les nouvelles capacités sont toutes décrites dans la section 9 et enregistrées dans le registre IANA.

On peut désormais imaginer des boîtes aux lettres qui ne puissent être manipulées qu'en UTF-8. Les noms de ces boîtes doivent se limiter au profil « Net-Unicode » décrit dans le RFC 5198, avec une restriction supplémentaire : pas de caractères de contrôle.

Il n'y a bien sûr pas que les boîtes, il y a aussi les noms d'utilisateurs qui peuvent être en Unicode, et la section 5 spécifie ce point. Elle note que le serveur IMAP s'appuie souvent sur un système d'authentification externe (comme /etc/passwd sur Unix) et que, de toute façon, ce système n'est pas forcément UTF-8. Prudence, donc.

Aujourd'hui, rares sont les serveurs IMAP qui gèrent l'UTF-8. Mais, dans le futur, on peut espérer que l'internationalisation devienne la norme et la limitation à US-ASCII l'exception. Pour cet avenir radieux, la section 6 du RFC prévoit une capacité UTF8=ONLY. Si le serveur l'annonce, cela indique qu'il ne gère plus l'ASCII seul, que tout est forcément en UTF-8 (un tel serveur, en 2013, n'aurait guère de clients, puisqu'il ne peut plus interagir avec les anciens clients IMAP pré-Unicode...)

Outre les noms des boîtes et ceux des utilisateurs, cette norme IMAP UTF-8 permet à un serveur de stocker et de distribuer des messages dont les en-têtes sont en UTF-8, comme le prévoit le RFC 6532.

La section 7 expose le problème général des clients IMAP historiques. Un serveur peut savoir si le client accepte UTF-8 ou pas (par le biais de l'extension ENABLE) mais, si le client ne l'accepte pas, que peut faire le serveur ? Le courrier électronique étant asynchrone, l'expéditeur ne savait pas, au moment de l'envoi si tous les composants, côté réception, étaient bien UTF-8. Le RFC, après des années de discussions vives dans le groupe de travail EAI, n'impose pas une solution unique. Le serveur peut dissimuler le message problématique au client archaïque. Il peut générer un message d'erreur. Ou il peut créer un substitut, un ersatz du message originel, en utilisant les algorithmes du RFC 6857 ou du RFC 6858. Ce ne sera pas parfait, loin de là. Par exemple, de tels messages « de repli » auront certainement des signatures invalides. Et, s'ils sont lus par des logiciels différents (ce qui est un des avantages d'IMAP), certains gérant l'Unicode et d'autres pas, l'utilisateur sera probablement très surpris de ne pas voir le même message, par exemple entre son client traditionnel et depuis son webmail. C'est affreux, mais inévitable : bien des solutions ont été proposées, discutées et même décrites dans des RFC (RFC 5504) mais aucune d'idéale n'a été trouvée.

Je ne connais pas encore d'implémentation en logiciel libre mais il existe déjà, en Extrême-Orient, pas mal d'utilisateurs du courrier électronique en Unicode.

Notre RFC ne contient pas de résumé des différences avec son prédécesseur, le RFC 5738. Les principales sont à mon avis :

  • Plus de mécanisme de repli (downgrade) obligatoire. Les serveurs IMAP peuvent désormais choisir entre plusieurs stratégies, selon leur public, pour gérer les clients historiques, pré-Unicode.
  • Suppression de capacités IMAP spécifiques comme UTF8=USER pour les noms d'utilisateur et eux seuls. Désormais, un serveur IMAP internationalisé est complètement UTF-8 ou pas.
  • De même, plus de paramètre UTF-8 pour des commandes comme EXAMINE. Désormais, une fois qu'on est en UTF-8, on l'est complètement. Ce RFC est donc plus simple et plus court que son prédecesseur, ce qui est rare dans le monde de la normalisation !

Téléchargez le RFC 6855

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)