Journée de l'APDEN (professeur·e·s documentalistes) sur l'enseignement de l'informatique

Première rédaction de cet article le 22 octobre 2019


Le 16 octobre 2019, les APDEN (association de professeur·e·s documentalistes de l'éducation nationale) franciliennes tenaient une journée d'études au lycée Janson-de-Sailly. Le thème était l'enseignement de l'informatique au lycée, notamment suite à la nouvelle option SNT (Sciences Numériques et Technologie) au lycée. Je parlais quant à moi de l'enseignement de l'Internet.

Les professeur·e·s documentalistes ne sont pas une espèce très connue. Pas mal d'élèves, et de parents d'élèves, ignorent que la « dame du CDI » est une professeure comme les autres. Pour le nouvel enseignement SNT, comme une bonne partie du programme porte sur la recherche d'informations, les professeur·e·s documentalistes sont aussi bien équipés que les autres pour l'enseigner. Si vous souhaitez connaitre le programme, il est disponible en ligne (et le PDF est là.) Tout le monde dans cette journée était d'accord pour dire qu'il est ambitieux. Voici deux manuels de cet enseignement, consultables en ligne : celui de Nathan, et celui d'Hachette.

Commençons par un café : apden-2019.jpg

Bon, je vais utiliser le féminin dans le reste de cet article, pour parler des professeures documentalistes car, en pratique, c'est un métier essentiellement féminin.

J'ai parlé de ma vision de ce qu'il fallait enseigner sur l'Internet. Voici les supports (et leur source).

Autrement, Véronique Bonnet, professeure de philosophie et militante de l'APRIL nous a parlé de philosophie du document (Montaigne disait qu'il fallait pilloter les livres comme les abeilles pillotaient les fleurs…). Elle nous a également fait réfléchir sur les représentations visuelles d'Ada Lovelace. Sur ses portraits, elle n'a pas l'air d'une nerd, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Est-ce que ça encourage à l'imiter ? (On n'a que des portraits officiels d'elle. On ne sait pas à quoi elle ressemblait quand elle travaillait dans son bureau.)

Tristan Nitot a ensuite parlé de souveraineté numérique, notamment avec l'exemple de Qwant. Qwant ne mémorise pas ses visiteurs : « c'est un guichetier amnésique ». Il y a de la publicité, mais purement liée à la recherche en cours, pas aux recherches précédentes. Plusieurs enseignantes ont fait remarquer que leurs élèves ne semblaient pas sensibles au flicage fait par les GAFA, estimant que la publicité ciblée était même une bonne chose. D'autres ont fait remarquer que le sevrage n'était pas facile : « J'ai essayé d'abandonner Google, j'ai tenu 10 jours. » (Et je rajoute que c'est d'autant plus vrai que les résultats de Qwant sont bien plus mauvais que ceux de Google.) Quant aux objets connectés, notamment aux assistants vocaux, Tristan Nitot a noté que « nous sommes plus crétins que les Troyens, car nous payons les caméras et les micros connectés que nous introduisons dans nos salons. Au moins, les Troyens n'avait pas payé pour le cheval. »

Nous avons eu aussi une présentation par Thierry Bayoud de son documentaire « LOL ; le logiciel libre, une affaire sérieuse », qui cherche actuellement un distributeur. (Le documentaire n'est pas distribué librement. Certains festivals exigent, pour envisager la possible remise d'un prix, d'être en première. Si le film a été diffusé avant, même accidentellement, c'est fichu.).

La journée se terminait avec une table ronde sur l'enseignement SNT (Sciences Numériques et Technologie) : quelle perspective pour les professeurs documentalistes ? Il y avait deux excellents récits d'expériences concrètes, sur le terrain. Céline Caminade a raconté son expérience avec l'implémentation du programme de SNT en lycée. Parmi les difficultés pratiques : les profs sont censés enseigner la programmation en Python mais ne savent pas forcément programmer (et ça ne s'apprend pas en deux semaines). Mais j'ai bien aimé qu'il y ait eu une sortie au théâtre pour voir la pièce « La Machine de Turing », de Benoit Solès, avec la prof d'anglais et la prof de maths. Amélie Chaumette, elle, avait fait une expérience (en dehors de l'enseignement SNT, qui n'existait pas encore) d'enseignement de la cryptographie en classe de première. Histoire (de César à Enigma, en passant par Vigenère) puis protection des données personnelles puis travaux divers pour les élèves.

Merci à Habib pour m'avoir invité, et à toutes les intervenantes et participantes, c'était passionnant, et j'ai appris plein de choses.

Ah, et le plaisir de se retrouver dans un vieux lycée parisien pittoresque… janson-de-sailly.jpg

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)