Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

Pourquoi et comment je blogue

Première rédaction de cet article le 28 février 2010
Dernière mise à jour le 16 juin 2011


Bloguer pour dire qu'on blogue est une activité courante, qui a même un nom, le metablogging (les blogs qui parlent des blogs). Et moi, pourquoi est-ce que je blogue ? Et comment ? Et que peuvent attendre (ou pas) les lecteurs ?

Quelles sont les raisons pour lesquelles je blogue ? Il y en a plusieurs, que je livre ici dans un ordre à peu près d'importance décroissante :

  • Pour les articles parlant de sujets informatiques, ma motivation principale est de garder une documentation, pour moi, de techniques que j'ai utilisées mais que je risque d'avoir oublié lorsque j'en aurai besoin à nouveau dans quelques mois ou quelques années. Tiens, ça aussi ça a un nom, le PKM (Personal Knowledge Management). C'est pour cela que j'ai développé des outils permettant de faire des recherches dans cette base. Il m'est déjà arrivé plusieurs fois de retrouver sur mon blog une technique utile par ce biais, alors que je n'en avait gardé aucun souvenir.
  • Diffuser des idées personnelles (bon, je sais que, au milieu des zillions de sources d'informations qui existent sur le Web, peu de gens me liront, mais c'est mieux que rien).
  • Pour les sujets techniques, avoir une documentation toute faite lorsque je trouve, sur une liste de diffusion ou bien sur un site de Q&A une question à laquelle je peux répondre ; cela m'évite de re-rédiger tout à chaque fois.
  • Me faire de la publicité et obtenir ainsi des propositions d'embauche pour des boulots de rêve (intéressants, bien payés et sympas). Bon, cela ne fonctionne pas toujours mais c'est toujours amusant de se construire une réputation. (Ça a aussi un nom, le personal branding, fort bien expliqué par Morgane Tual.)
  • Aider l'humanité. Pour deux des motivations citées (PKM et documentations pour répondre sur les forums), j'utilisais autrefois des fichiers texte locaux, gérés avec un VCS (ce qui permettait entre autres leur synchronisation facile entre différentes machines). Si j'étais gravement misanthrope, j'aurais pu continuer ainsi (je le fais toujours pour des documentations privées). Mais rendre ces textes publics, si cela oblige à un effort supplémentaire, a l'avantage de permettre que ce travail profite également à d'autres. Des millions de fois, dans ma vie d'informaticien (et quelquefois dans ma vie tout court), j'ai bénéficié directement d'une information trouvée sur l'Internet, et cela gratuitement. Je remercie donc tous ceux qui ont rédigé et publié ces informations (je ne l'ai pas fait à chaque fois, j'aurais dû). Et j'essaie de contribuer, moi aussi. (D'ailleurs, si ce blog vous plait, vous pouvez m'envoyer champagne et chocolats mais aussi, et c'est sans doute plus utile, en faire autant : « Share what you know, learn what you don't ».)

Donc, si certains articles de ce blog peuvent être utiles aux autres, tant mieux. Toutefois, je dois les mettre en garde :

  • Je ne peux offrir aucune garantie de mise à jour (et, dans le domaine informatique, le savoir se périme parfois). Ce n'est pas uniquement par paresse, c'est aussi parce que le nombre d'articles augmente régulièrement et que, si je m'engageais à garder à jour chaque article, au bout d'un moment, je n'aurais plus de temps pour les nouveaux articles.
  • Je ne donne aucune garantie de continuer à bloguer régulièrement. Je ne sais pas si ça m'intéressera toujours. Et j'ai régulièrement des obligations professionnelles ou personnelles qui ralentissent le rythme de publication.

Par contre, je garantis :

  • Que je vérifie soigneusement ce que j'écris. Je relis, je contrôle, lorsqu'il s'agit d'informatique, je teste. Mais évidemment, le temps manque parfois et, de toute façon, je ne suis pas infaillible. Il y a donc des erreurs dans ce blog (pas autant que dans un discours de Hortefeux sur la sécurité mais, quand même, il y en a) et, si vous utilisez les techniques dont je parle, c'est à vos propres risques.
  • Que les pages HTML sont bien du HTML valide et que les fichiers sources en XML sont également valides selon le schéma que j'utilise. Bon, ça a une importance pratique très faible mais ça m'a coûté assez de travail pour avoir un système de publication qui permet cela, donc je le mentionne.
  • Que je lis soigneusement tous les messages envoyés par les lecteurs. D'accord, ce blog ne permet pas les commentaires mais, en compensation, je lis bien tous les messages reçus (et, normalement, j'y réponds, même si ce n'est pas forcément dans la même semaine).

Sur la question des (nombreux) liens vers Wikipédia, je vous renvoie à un autre article, « Ma politique de liens vers Wikipédia ».

Sur la question de la langue (presque tous les articles de ce blog sont en français, voir les chiffres exacts, alors qu'écrire en anglais me vaudrait certainement plus d'audience) :

  • Je rédige nettement mieux en français qu'en anglais.
  • D'autre part, sur certains sujets que je traite, il y a déjà pléthore de textes en anglais mais presque rien en français. Sur DNSSEC, par exemple, la valeur ajoutée (pour parler comme les gens du marketing) d'un blog en anglais de plus est faible.

En parlant du français, j'ai écrit un article sur les termes techniques en français que j'utilise.

J'ai aussi un cahier des charges technique pour ce blog, qui est exposé dans l'article « Mise en œuvre de ce blog ».

Ah, je n'ai pas parlé des questions de licence, par manque de temps, mais ce blog est sous une licence libre (la GFDL), pour permettre à tous de le réutiliser à peu près comme ils veulent. Un bon texte décrivant pourquoi mettre son blog sous une telle licence est « Pourquoi je publie en Creative Commons ».

Quelques autres articles de metablogging qui m'ont inspiré :

Parmi tous les articles qui parlent des blogs et des raisons pour lesquelles les gens bloguent, je recommande « Why we blog ».

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)