Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève


Fiche de lecture : Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'histoire

Auteur(s) du livre : Jean-Paul Demoule
Éditeur : Fayard
978-2-213-67757-6
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 10 décembre 2017


Quand on parle de la préhistoire, tout le monde voit ce que c'est : des types vêtus de peaux de bêtes partant chercher du feu ou chassant le mammouth, ou encore inventant plein de choses. Idem pour l'histoire, on a plein de livres et de films sur tous les aspects de l'histoire, depuis qu'on a inventé l'écriture, jusqu'à Stéphane Bern et Franck Ferrand. Mais entre les deux ? Entre les deux, dit l'auteur, il y a « dix millénaires zappés ». La période qui va en gros de 13 000 à 3 000 AEC : qu'en savons-nous ?

Le livre fait le tour des innovations qui ont marqué cette période un peu oubliée : l'agriculture, bien sûr, les villages, les outils en métal, mais aussi la religion organisée. Il y avait bien sûr des croyances depuis longtemps mais, pendant ces dix millémaires, on commence à en voir des manifestations partout, y compris au prix d'efforts colossaux, inimaginables quand on était chasseur-cueilleur. Et cela ne s'arrête pas là. C'est aussi pendant cette période, dix mille ans avant Macron, qu'on invente les inégalités. Avant, il y avait sans doute des chefs. Mais l'examen des tombes ne permettait pas de voir des vraies inégalités. Pendant les dix millénaires, on voit au contraire apparaitre la distinction entre ceux qu'on enterre simplement, et ceux dont le tombeau recèle des richesses qui feront la joie des archéologues. L'auteur examine comment des gens qui vivaient à peu près libres ont pu accepter cet asservissement, et note que cela n'a pas été un processus linéaire, mais qu'il y a eu de nombreux retours à des enterrements égalitaires (suite à des révoltes contre les chefs ?)

Mais la civilisation ne s'est pas arrêtée à la religion et aux chefs. On a aussi inventé la guerre. Oui, bien sûr, il y avait de la violence avant. Mais des armées entières s'affrontant, alors que la plupart des soldats n'avaient aucune raison personnelle de se battre, ça date aussi de cette époque. (L'Europe en dehors de la Grèce était en retard sur la voie de la civilisation, et n'a donc connu sa première grande bataille que vers 1 200 AEC.) Effet amusant de la guerre, c'est aussi pendant cette période que le cannibalisme est devenu tabou…

Et la domination masculine ? A-t-elle toujours existé ? Et, si non, a-t-elle été inventée pendant cette période ? Contrairement aux batailles, cela ne laisse pas forcément beaucoup de traces analysables. Là, on est forcément davantage dans la spéculation, comme les théories de Bachofen, qui cherchait à tout prix à prouver que la domination masculine n'est pas universelle (alors qu'apparemment, elle l'est).

Et je vous laisse découvrir dans ce livre les autres étonnantes innovations de l'époque.


La fiche

Fiche de lecture : Artemis

Auteur(s) du livre : Andy Weir
Éditeur : Del Rey
9780091956943
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 21 novembre 2017


Le nouveau roman de l'auteur du Martien (oui, c'est nul de présenter un auteur par son bouquin précédent qui a eu du succès mais je n'avais pas d'autre idée). Il garde le côté « hard-tech », mais tend cette fois vers le polar.

Dans « Le Martien », le héros devait se débrouiller tout seul sur la planète Mars et l'un des principaux intérêts du roman était la description détaillée et correcte scientifiquement des différents problèmes qu'il affrontait, et de comment il les résolvait. Cette fois, ça se passe sur la Lune, et il s'agit de problèmes plus policiers, avec des méchants (très méchants), des complots et des sabotages (qui ont tout de suite un caractère plus dramatique quand il n'y a pas d'atmosphère dehors et qu'on ne peut donc pas sortir pour échapper au danger).

Comme le précédent, ce roman plaira aux geeks scientifiques. Ils y trouveront de la physique et de la chimie en quantité. Si vous le lisez en anglais, pensez à réviser la terminologie, notamment du monde de la soudure, qui joue un rôle essentiel dans le livre. « I wasn't sure what grade of steel [they] were made of, but most grades melt at or below 1450° C. So, just to be safe, my plate and stock rods were Grade 416 with a melting point of 1530° C. »

Mais les autres seront également ravis des personnages (surprenants), de la morale (curieuse), de l'intrigue (à rebondissements) et de l'(abondante) action. Mon fils, regardant par-dessus mon épaule, m'avait dit « c'est encore un livre où le héros affronte des épreuves, les surmonte puis pécho la jolie fille à la fin ? » Eh bien, non, ce n'est pas ça du tout, vous verrez en lisant.


La fiche

Fiche de lecture : Une toile large comme le monde

Auteur(s) du livre : Aude Seigne
Éditeur : Zoe
978-2-88927-458-1
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 5 novembre 2017


La cybercatastrophe (plus d'Internet, tout cassé, plus de vidéos de chat) est un thème fréquent dans les médias mais un peu moins dans les romans. Aude Seigne s'y est attelée dans son dernier roman, « Une toile large comme le monde ».

Le roman suit plusieurs personnages plutôt bien intégrés dans la société, plutôt mondialisés, n'ayant pas des boulots idiots (il n'y a jamais de caissière de supermarché, encore moins de vendeur des rues, dans les romans). Mais, pour des raisons diverses, ils décident d'arrêter Internet. Je ne vous en dis pas plus sur l'intrigue.

Disons-le tout de suite, je n'ai pas aimé le roman : l'auteure saute allègrement des pans entiers de son histoire, on ne comprend pas vraiment les motivations des personnages (qui passent pourtant tou·te·s beaucoup de temps à se regarder le nombril en en parlant), et les détails de la constitution et de la coordination de leur groupe sont à peine esquissés. Ça ne peut pourtant pas être aussi simple de monter un complot mondial !

Mais la partie de description de l'infrastructure d'Internet est bien faite, détaillant des aspects de son fonctionnement qui sont peu traités, que ce soit dans les cours d'informatique ou dans les romans. Elle a raison de pointer du doigt que tout le monde aujourd'hui dépend d'Internet, sans avoir la moindre idée de son fonctionnement (et je ne parle pas de la technique, juste des acteurs impliqués). J'ai bien aimé la citation « Ce n’est pas parce qu’on est YouTuber, joueur, programmeur, hacker ou community manager qu’on connaît l’existence des câbles », qui est quasiment celle par laquelle je commence mon cours au CELSA. Je vais réclamer des droits d'auteur 😃 Mais je préfère encore plus une autre phrase de l'auteure, « Internet n'est pas un esprit, il a besoin d'un corps » (et ce corps n'est pas uniquement composé de câbles et de machines).

Outre les câbles, largement décrits dans le roman (ainsi que les centres de données, à l'occasion d'une visite plus pédagogique que littéraire), l'auteure parle aussi des gens qui sont derrière le réseau, ce qui est utile, même si elle verse parfois dans le sensationnalisme (« Ils [les ingénieurs réseaux] sont seulement quelques centaines, à l'échelle mondiale, et ils se réunissent deux à trois fois par an [probablement une allusion aux réunions NANOG]. »).

Techniquement, n'attendez pas de détails sur les techniques utilisées pour arrêter l'Internet. Le livre est globalement bien documenté mais comprend plusieurs exagérations. C'est le cas, par exemple, de l'apparition dans une liste de pannes partielles de l'Internet, de « 2014 ― Panne importante à l'échelle mondiale, suscitée par le dépassement de la limite des 512 000 routes, que d'anciens modèles de routeurs ne peuvent prendre en charge » (alors qu'il ne s'était en fait pas passé grand'chose). Si vous voulez approfondir cette question de la résilience d'Internet, vous pouvez aussi lire mon article au SSTIC.

Il y a eu un article d'Usbek & Rica sur ce livre. Comme souvent dans les médias, l'article ne tient pas les promesses du titre. Le titre parle de couper Internet, et ensuite c'est juste « en 2016, une cyberattaque [celle contre Dyn] prive des millions d’Américains d’accès aux plus grands sites pendant une dizaine d’heures… ». C'est une erreur courante des analyses de la robustesse de l'Internet que de confondre les pannes locales et limitées dans le temps (relativement fréquentes et difficiles à empêcher) avec une vraie cybercastrophe stoppant presque tout l'Internet pendant des semaines.

On trouve aussi dans cet article des grosses bêtises du genre « avoir une boîte mail remplie à ras-bord et pleine de spams est désormais aussi condamnable que de ne pas trier ses déchets ».

Voici la page officielle du livre. Mais, comme vous vous en doutez, je préfère recommander, pour le lecteur intéressé par le « corps d'Internet », le livre Tubes d'Andrew Blum.


La fiche

Fiche de lecture : 1177 b.c. the year the civilization collapsed

Auteur(s) du livre : Eric H. Cline
Éditeur : Princeton University Press
978-0-691-16838-8
Publié en 2014
Première rédaction de cet article le 29 octobre 2017


Vous savez pourquoi tant de civilisations de la Méditerranée orientale ont disparu assez rapidement, autour de 1 177 AEC ? Moi non, mais Eric Cline s'est penché sur le problème, sur lequel je ne connaissais rien. Les grandes catastrophes sont toujours fascinantes. Que savons-nous sur celle-ci ?

Posons donc le décor. Vers 1 200 AEC, dans l'âge du bronze tardif, la Méditerranée orientale abrite une concentration de civilisations avancées. On connait l'Égypte des pharaons, bien sûr, mais il y a aussi les Hittites, les Mycéniens, les Minoens et plein d'autres, ainsi que beaucoup de cités-États riches du commerce, comme Ougarit ou Troie. Tout cela se passait longtemps avant la Grèce antique et a fortiori longtemps avant Rome. Tout ce monde échangeait, s'écrivait (bénédiction pour les archéologues du futur), se visitait et se faisait la guerre.

Mais, quelques dizaines d'années après, tout a disparu. Si l'Égypte a continué, ce ne sera que sous forme d'un royaume très diminué (privé de ses possessions asiatiques). Les malheurs de Troie seront écrits sous forme d'un poème épique, bien plus tard. D'autres disparaitront en laissant peu de traces, comme le royaume hittite, pourtant la deuxième superpuissance de l'époque, après l'Égypte.

Est-ce qu'on connait la cause ? Pas vraiment (oui, désolé, j'anticipe sur la fin du livre). Des tas d'explications ont été proposées, des tremblements de terre, des sécheresses, des invasions par les peu connus peuples de la mer… Aucune ne semble pouvoir tout expliquer, il y a peut-être eu simplement combinaison de facteurs au mauvais moment. On ne sait même pas si les « peuples de la mer » étaient vraiment une armée d'invasion, ou simplement des réfugiés fuyant d'autres lieux touchés par la crise.

C'est que les traces archéologiques sont incomplètes et difficiles à interpréter. Quand on trouve une cité en ruines, était-ce le résultat d'un tremblement de terre ou d'une invasion, ou simplement du temps qui s'est écoulé depuis son abandon ? Eric Cline explique très bien comment l'archéologue d'aujourd'hui doit travailler, déchiffrant des tablettes d'argile, et regardant si on trouve des pointes de flèche (bon indice d'une attaque militaire). Tout est indice de nos jours, et l'auteur déplore le comportement des archéologues d'autrefois, comme Schliemann, qui y allait à la brutale, sans même noter ce qu'ils détruisaient au passage.

Cline fait revivre tout ce monde peu connu des profanes. On a tous entendu parler des pharaons égyptiens et de leurs pyramides, mais beaucoup moins des autres peuples de l'époque. J'ai beaucoup aimé la description du navire d'Uluburun, chargé d'innombrables richesses provenant de toute la région, et qui symbolise l'importance des échanges commerciaux pendant cette « première mondialisation ». Comme le note l'auteur, un pharaon égyptien de l'époque était sans doute autant préoccupé de l'approvisionnement de son pays en étain (indispensable pour le bronze, donc pour les armes), qu'un président états-unien aujourd'hui avec le remplissage des 4x4 en essence.

Bon, et après cette description d'une époque dynamique et d'une civilisation avancée, pourquoi cette disparition relativement rapide ? Bien sûr, le titre du livre est un peu exagéré. L'effondrement des civilisations méditerranéennes n'a pas duré qu'une seule année, le processus a pris plus de temps. Et tout n'a pas été perdu : si les échanges commerciaux se sont effondrés, si les grands royaumes ont disparu, si de nombreuses riches cités sont devenues des ruines, les gens n'ont pas oublié l'écriture, ni l'art, ni leurs techniques et, quelques siècles plus tard, c'est reparti comme avant.

Néanmoins, il y a bien eu une redistribution des cartes spectaculaires, dont les causes ne sont pas bien connues. Cline passe en revue toutes les hypothèses (comme il le note dans la postface, il ne manque que l'épidémie…) mais on reste à la merci de nouvelles découvertes archéologiques, qui changeront notre opinion sur cette crise. Cline note que, contrairement aux cas étudiés par Diamond dans son livre « Effondrement », qui ne couvre que des civilisations isolées, ici, c'est peut-être la forte interconnexion des civilisations méditerranéennes qui a causé leur chute en dominos.

En attendant, si vous voulez aider les scientifiques, je vous rappelle que le linéaire A est toujours à déchiffrer… (Il a cessé d'être utilisé avant l'effondrement, mais il pourrait permettre de mieux comprendre la civiisation minoenne.)


La fiche

Fiche de lecture : La face cachée d'Internet

Auteur(s) du livre : Rayna Stamboliyska
Éditeur : Larousse
978-2-03-593641-7
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 28 juin 2017


Vous allez peut-être vous dire, en prenant connaissance du sous-titre (« hackers, darkweb, Tor, Anonymous, WikiLeaks, bitcoins… ») et surtout en voyant la couverture un peu tape-à-l'œil, que c'est juste le Nième livre sur les gros méchants cyberaffreux des bas-fonds du réseau, ceux qui font sauter une centrale nucléaire en tapotant sur un smartphone, ceux que le gentil ministre va heureusement bientôt civiliser. Des livres de ce genre, sensationnalistes, bourrés d'erreurs qui amusent les geeks et égarent les lecteurs innocents, il y en a plein. Mais celui-ci est différent :

  • Il est écrit par une auteure qui connait son (ou plutôt ses) sujets,
  • Il ne contient pas d'erreurs (ou alors je ne les ai pas trouvées),
  • Il essaie de tout expliquer sans simplifier et sans prendre le lecteur pour un ahuri.

Le cahier des charges était donc difficile. Les éditions Larousse font des livres à destination du grand public (le célèbre M. Michu). Souvent, « mais c'est pour le grand public » sert d'excuse pour bâcler le travail. Or, cela devrait être le contraire : comme M. Michu n'a pas les connaissances nécessaires pour corriger de lui-même les erreurs, il faut être plus rigoureux et plus précis quand on écrit pour le grand public. L'auteure n'a pas écrit pour toi, lecteur typique de mon blog ou, plutôt, pas que pour toi.

On trouve très peu de livres ayant un cahier des charges analogue. Soit on fait du purement technique, pour informaticiens, soit on fait du Paris Match. C'est ce que j'apprécie le plus dans le travail de Rayna Stamboliyska, l'effort pour être claire et pédagogue, sans être approximative et baratineuse.

Est-ce réussi ? Je vais laisser l·a·e lect·rice·eur en juger. Personnellement, je trouve que le livre est riche, plein d'informations, et que M. Michu va devoir faire un effort pour suivre ces nombreux personnages et ces rebondissements multiples (notamment dans le chapitre sur WikiLeaks). D'autant plus qu'on trouve dans ce livre des choses qu'on s'attend plus à voir dans un ouvrage universitaire (ma préférée est le double espace de numérotation des références, un en romain pour des notes de bas de page, un autre en italique pour la bibliographie à la fin) Mais, justement, je ne pense pas que M. Michu soit un imbécile et demander un travail au lecteur ne me choque pas.

Ah, et puisque j'ai parlé de la bibliographie : recopier à la main des URL est évidemment pénible et provoque souvent des erreurs. Donc, pour accéder aux nombreux textes cités, et pour d'autres raisons, je recommande que vous visitiez le site Web officiel attaché au livre. Quelques autres références :

Avertissement : je suis l'auteur de la préface, et j'ai reçu un exemplaire gratuit. Je ne suis donc pas neutre.

Un dernier mot, pour les programmeurs : il y a deux fautes dans le code en C sur la couverture. Cherchez.


La fiche

Fiche de lecture : For all the tea in China

Auteur(s) du livre : Sarah Rose
Éditeur : Arrow Books
9780099493426
Publié en 2009
Première rédaction de cet article le 14 février 2017


Robert Fortune n'exerçait pas vraiment un métier qu'on associe aux aventures, à l'espionnage et à la mondialisation économique. Il était botaniste. S'il a désormais sa place comme héros de roman, c'est parce que ce Britannique a joué un rôle crucial dans le grand jeu qui a permis de prélever en Chine les plants de thé et le savoir nécessaire pour les faire pousser, avant de transplanter le tout en Inde, permettant à l'Empire de se passer d'un partenaire chinois difficile et de produire son propre thé, révolutionnant ainsi le breakfast.

C'est qu'il ne suffisait pas d'être bon botaniste pour, en 1848, faire pousser du thé en Inde. La Chine avait un monopole historique, et le défendait. Exporter les plants de thé, ou les méthodes permettant de transformer les feuilles, était strictement interdit. La Chine était certes à l'époque dominée militairement par l'Europe mais restait indépendante. Et très peu d'Européens avaient osé pénétrer à l'intérieur du pays. La plupart restait dans les ports protégés par les canonnières impérialistes.

Fortune, employé de l'East India Company, fut donc chargé de cette mission. Sarah Rose fait revivre de façon très vivante les aventures assez extraordinaires d'un homme qu'on imaginerait plutôt s'occuper d'un tranquille jardin anglais. Il part en Chine sans guide Lonely Planet, loin des zones où les armes européennes garantissent la sécurité des étrangers, dans des parties de la Chine où même le pouvoir de l'Empereur est assez théorique. Curieux, Fortune observe non seulement le thé, mais aussi plein d'autres plantes, ainsi que les Chinois et leur civilisation. (Il est moins curieux en politique, ne voyant pas venir la révolte des Taiping.) Et il réussit non seulement à survivre mais à mener à bien sa mission d'espionnage industriel (les ayant-droits d'aujourd'hui parleraient probablement de « piratage »). Le thé arrive à Calcutta, puis à Darjeeling et finira, après un ou deux faux départs, par s'épanouir en Inde.

Bref, voyages, thé, et aventures, tout ce qu'on attend d'un roman.


La fiche

Fiche de lecture : Du yéti au calmar géant

Auteur(s) du livre : Benoit Grison
Éditeur : Delachaux et Niestlé
978-2-603-02409-6
Publié en 2016
Première rédaction de cet article le 13 février 2017


Un gros livre fascinant sur la cryptozoologie, l'étude des animaux... pas forcément imaginaires mais en tout cas qui se dérobent aux investigations scientifiques. 400 pages de voyages et d'aventures, avec de superbes illustrations, à la poursuite de tas de bestioles mystérieuses.

La cryptozoologie est plus compliquée qu'il ne parait. Si tous les récits de monstres marins mystérieux n'étaient que des racontars de vieux marins ivres au bistrot du port, si toutes les histoires d'animaux étranges au cœur de la jungle n'étaient que des inventions d'indigènes ignorants, forcément ignorants, tout serait plus simple. On classerait tout cela au rayonnage des mythes, amusants et distrayants sans doute, mais indignes d'une vraie étude scientifique. Mais la cryptozoologie peut apporter des surprises. Bien sûr, il est rare que la bestiole citée dans les légendes existe vraiment. Mais son étude scientifique peut mener à des découvertes bien réelles. Les pieuvres gigantesques n'existent pas, mais le calmar géant (bien moins cité dans les légendes) était réel. Les mystérieux hommes-singes perdus au fin fond de l'Afrique sont de « simples » chimpanzés, mais ces chimpanzés montrent une variété de physiques et de cultures bien plus grande que ce qu'on croyait.

En l'absence de données précises, la cryptozoologie doit faire feu de tout bois, et appeler des disciplines comme l'ethnologie à son aide. Pas mal de ces monstres vivent en effet dans la mémoire des peuples, à défaut de réellement peupler mers et forêts. Les mythes ont tous une justification. On croise aussi dans ce livre des militants aveuglés par leur passion, des latino-américains qui voient partout des grands singes dans les Andes car ils espèrent démontrer que l'homme (ou au moins certains hommes) est apparu en Amérique, comme des nazis qui espèrent relativiser l'unité de l'espèce humaine, en gaspillant l'argent du Troisième Reich à chercher le mystérieux « dremo » (ce qui vaut à Himmler de se retrouver dans l'index du livre, au milieu d'autres illuminés nettement plus sympathiques).

L'auteur couvre de nombreuses espèces d'animaux à l'existence non prouvée. S'il y a des vedettes comme le serpent de mer et le bigfoot, on y trouve aussi des tas d'animaux dont la réputation ne dépasse pas l'Office de Tourisme local : l'ucumar (le yéti argentin), le nikur (le « cheval des eaux » des légendes scandinaves), ou Memphré, le monstre lacustre québecois.

Il y a aussi des cas où l'animal n'est pas imaginaire, on a de nombreuses preuves de son existence mais on pense qu'il est éteint depuis lontemps, alors que des récits plus ou moins fiables indique une survivance... parfois jusqu'à nos jours. Pour ces mammouths, mastodontes et toxodons, est-on dans la presque cryptozoologie ?

Pour tant d'autres animaux, on ne sait pas encore. L'auteur a clairement ses préférences : le monstre du Loch Ness est rapidement exécuté comme invraisemblable, mon cryptoanimal favori, le mokélé-mbembé est traité en deux pages seulement, mais le yéti et l'almasty bénéficient de davantage d'indulgence. Et si...


La fiche

Fiches de lecture des différentes années : 2017  2016  2015  2014  2013  2012  2011