Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Ève

RFC 8288: Web Linking

Date de publication du RFC : Octobre 2017
Auteur(s) du RFC : M. Nottingham
Chemin des normes
Première rédaction de cet article le 25 octobre 2017


Le lien est à la base du Web. Mais c'est seulement récemment, avec le RFC 5988 que notre RFC remplace, que certains manques ont été comblés :

  • Un registre des types de lien,
  • Un mécanisme standard pour indiquer un lien dans une réponse HTTP.

Bien sûr, des formats normalisés qui permettent des liens, il y en a plusieurs, et avant tout HTML, avec le fameux élément <A> (pour anchor). Il y a aussi le plus récent Atom (RFC 4287, notamment la section 4.2.7). Comme HTML, Atom avait l'idée de registre des types de liens, mais ces types étaient spécifiques à Atom. L'une des idées phares du RFC 5988 et de celui-ci, son successeur RFC 8288, est de généraliser le concept de type de lien et de le rendre accessible à tous les formats et protocoles qui en ont besoin. Ce RFC décrit un cadre général pour les types de liens, en partant de celui d'Atom.

Second apport de cette norme, une (re-)définition de l'en-tête HTTP Link:, utilisant évidemment le nouveau cadre général. Cet en-tête permettant d'indiquer un lien dans la réponse HTTP, indépendamment du document servi, avait été normalisé dans le RFC 2068, section 19.6.2.4, puis, peu utilisé, avait été supprimé par le RFC 2616, avant de faire sa réapparition ici, sous une forme quasi-identique à l'original. On peut voir cet en-tête comme une représentation concrète du cadre de notre RFC. D'autres apparaîtront sans doute.

Pour un exemple réel, regardez les en-têtes Link: de mon blog, il y en a un de type licence, suivant le RFC 4946. Avec Apache, cela se configure simplement avec le module headers et la directive Header set Link "<http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html>; rel=\"license\"; title=\"GFDL\"".

Donc, qu'est-ce qu'un lien ? La section 2, la principale du RFC, le définit comme une connexion typée entre deux ressources (une ressource étant typiquement une page Web), nommées respectivement contexte et cible. Les deux ressources sont représentées par leur IRI (cf. RFC 3987, en notant que, dans la plupart des cas, les IRI des liens seront des URI). Le lien comprend :

  • Un IRI qui indique le contexte, c'est-à-dire la ressource de départ,
  • Le type de la connexion (détaillé en section 2.1),
  • L'IRI cible,
  • D'éventuels attributs de la cible (comme par exemple le hreflang de HTML). Ce sont des couples clé/valeur.

Par exemple, dans le flux de syndication Atom de mon blog, on trouvera un lien <atom:link rel="alternate" href="http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html"/> qui se décompose en un contexte (l'entrée Atom dont l'IRI est tag:bortzmeyer.org,2006-02:Blog/expose-go), un type (alternate, qui indique une version alternative de la ressource, ici une page HTML au lieu d'une entrée Atom), et une cible (ici http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html). Il n'y a pas dans cet exemple d'attributs de la cible mais Atom en permet (par exemple hfrelang pour indiquer la langue de la cible ou bien length pour indiquer sa longueur - afin de prévenir d'un long téléchargement, par exemple).

Cette définition du lien ne place aucune limite sur la cardinalité. Il peut y avoir zéro, un ou plusieurs liens partant d'une ressource et c'est la même chose pour les lients entrants.

La section 2 s'arrête là. Puisque ce RFC propose un cadre général, il ne formalise pas une syntaxe unique pour représenter les liens. Chaque format, chaque protocole, aura la sienne, la sérialisation.

Un des points les plus importants de cette définition des liens, et qui est souvent ignorée des gens qui écrivent des pages Web, est la notion de type d'un lien (section 2.1). Par exemple, on a un type copyright qui associe, via un lien, un document à l'auteur de celui-ci. Point à retenir : ce type du lien ne doit pas être confondu avec le type de médium du RFC 6838 comme text/html ou audio/ogg.

Il y a deux sortes de type de lien : enregistrés ou bien extensions. Les premiers font l'objet de la section 2.1.1. Ils ont fait l'objet d'un processus formel d'enregistrement et leur liste est publiée sous forme d'un registre IANA. On y trouve par exemple via (RFC 4287) ou hub (https://github.com/pubsubhubbub). La politique d'enregistrement est délibérement ouverte, l'idée étant que si un type est utilisé sur le Web, il faut vraiment qu'il soit indiqué dans le registre, sauf s'il est gravement dangereux pour la santé du Web.

Les extensions sont spécifiées dans la section 2.1.2. L'idée est que, si on n'a pas envie de se fatiguer à enregistrer un type de lien, et qu'on veut quand même créer un type unique, n'ayant pas de risque de collision avec le travail des autres, on peut simplement se servir d'un URI (forcément unique) pour indiquer le type. Cette URI peut (mais ce n'est pas obligé) mener à une page Web qui décrira le type en question. Ainsi, on pourrait imaginer de réécrire le lien plus haut en <atom:link rel="http://www.bortzmeyer.org/reg/my-link-type" href="http://www.bortzmeyer.org/expose-go.html"/> (en pratique, le format Atom ne permet pas actuellement de telles valeurs pour l'attribut rel.)

Après le cadre général de description des liens, notre RFC introduit une syntaxe concrète pour le cas de l'en-tête Link: des requêtes HTTP. Les autres formats et protocoles devront s'ajuster à ce cadre chacun de son côté. Pour HTTP, la section 3 décrit l'en-tête Link:. La cible doit être un URI (et un éventuel IRI doit donc être transformé en URI), le contexte (l'origine) est la ressource qui avait été demandée en HTTP et le type est indiqué dans le paramètre rel. (Le paramètre rev qui avait été utilisé dans des vieilles versions est officiellement abandonné.) Plusieurs attributs sont possibles comme hreflang, type (qui est le type MIME, pas le type du lien) ou title (qui peut être noté title* s'il utilise les en-têtes étendus du RFC 8187). Pour la plupart de ces attributs, leur valeur est juste une indication, la vraie valeur sera obtenue en accédant à la ressource cible. Ainsi, hreflang dans le lien ne remplace pas Content-Language: dans la réponse et type ne gagnera pas si un Content-Type: différent est indiqué dans la réponse.

Voici des exemples d'en-têtes, tirés de la section 3.5 du RFC :

Link: <http://www.example.com/MyBook/chapter2> rel="previous";
    title="Previous chapter"

Ici, cet en-tête, dans une réponse HTTP, indique que http://www.example.com/MyBook/chapter2 est une ressource liée à la ressource qu'on vient de récupérer et que ce lien est de type previous, donc précède la ressource actuelle dans l'ordre de lecture. L'attribut title indique un titre relatif, alors que la vraie ressource http://www.example.com/MyBook/chapter2 aura probablement un titre du genre « Chapitre 2 ». En application des règles de la section 3.4, c'est ce dernier titre qui gagnera au final.

Un seul en-tête Link: peut indiquer plusieurs liens, comme dans l'exemple suivant :


   Link: </TheBook/chapter2>;
         rel="previous"; title*=UTF-8'de'letztes%20Kapitel,
         </TheBook/chapter4>;
         rel="next"; title*=UTF-8'de'n%c3%a4chstes%20Kapitel

Ce dernier montre également les en-têtes complètement internationalisés du RFC 8187, ici en allemand (étiquette de langue de).

Cet en-tête a été enregistré à l'IANA, en application du RFC 3864 dans le registre des en-têtes (section 4.1).

D'autre part, un registre des types de liens existe. La section 4.2 décrit en détail ce registre. Voici, à titre d'exemple, quelques-uns des valeurs qu'on peut y trouver :

  • blocked-by indique l'entité qui a exigé le blocage d'une page Web (avec le fameux code 451, voir RFC 7725),
  • copyright qui indique le copyright du document (issu de la norme HTML),
  • edit qui indique l'URI à utiliser pour une modification de ce document, comme le permet le protocole APP (RFC 5023),
  • first, qui pointe vers le premier document de la série (défini par ce RFC 8288, même s'il était déjà enregistré),
  • hub qui indique l'endroit où s'abonner pour des notifications ultérieures, suivant le protocole PubSubHubbub),
  • latest-version qui indique où trouver la dernière version d'un document versionné (RFC 5829),
  • licence, qui associe un document à sa licence d'utilisation (RFC 4946),
  • nofollow, qui indique qu'on ne recommande pas la ressource vers laquelle on pointe, et qu'il ne faut donc pas considérer ce lien comme une approbation,
  • related, qui indique un document qui a un rapport avec celui-ci (créé pour Atom, dans le RFC 4287),
  • replies, qui indique les réponses faites à ce document (pour mettre en œuvre le threading, RFC 4685),
  • Et bien d'autres encore...

Ce registre est peuplé par le mécanisme dit Spécification Nécessaire (cf. RFC 8126), avec exigence d'un examen par un expert (l'actuel expert est Mark Nottingham, auteur de plusieurs RFC, dont celui-ci). Pour chaque type, il faudra indiquer le type (aussi nommé relation, comme par exemple previous plus haut), une description et une référence à la norme qui le formalise. Les demandes d'enregistrement sont reçues par link-relations@ietf.org.

Attention, ce n'est pas parce qu'il y a un lien qu'il faut le suivre automatiquement. La section 5, sur la sécurité, met en garde contre la confiance accordée à un lien.

L'annexe A.1 contient une discussion de l'utilisation des liens avec HTML 4, d'où le cadre actuel de définition des liens est issu. Le type y est indiqué par l'attribut rel. Un exemple indiquant la licence en XHTML est donc :


<link rel="license" type="text/html" title="GFDL in HTML format"
      href="http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html"/>

L'annexe A.2 discute, elle, de l'utilisation du cadre de définition des liens en Atom, qui utilise l'élément <atom:link> avec les attributs href pour indiquer la cible et rel pour le type. Par exemple, <atom:link rel="license" type="text/html" title="GFDL in HTML format" href="http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html"/> indiquera la licence du flux Atom qui contient cet élément (et, oui, Atom et XHTML ont quasiment la même syntaxe).

L'annexe C de notre RFC indique les changements depuis son prédécesseur, le RFC 5988. Rien de très crucial :

  • Les enregistrements faits par le RFC 5988 sont faits, donc on ne les répète pas dans ce RFC,
  • Un registre des données spécifiques aux applications, qui n'a apparemment pas été un grand succès (il me semble qu'il n'a jamais été créé), n'est plus mentionné,
  • Quatre errata ont été pris en compte, dont un était technique et portait sur la grammaire,
  • La nouvelle annexe B donne un algorithme pour l'analyse des en-têtes,
  • Et enfin ce nouveau RFC apporte pas mal de clarifications et de détails.

Ce nouveau RFC a fait l'objet de peu de discussions à l'IETF, mais il y en a eu beaucoup plus sur GitHub.

Notez qu'à Paris Web 2017, le t-shirt officiel portait une allusion à ce RFC, avec le texte <link rel="human" ... >, encourageant les relations entre humains.


Téléchargez le RFC 8288

Version PDF de cette page (mais vous pouvez aussi imprimer depuis votre navigateur, il y a une feuille de style prévue pour cela)

Source XML de cette page (cette page est distribuée sous les termes de la licence GFDL)