Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Mon livre « Cyberstructure »

Ève


Fiche de lecture : L'enfer numérique

Auteur(s) du livre : Guillaume Pitron
Éditeur : Les Liens qui Libèrent
979-10-209-0996-1
Publié en 2021
Première rédaction de cet article le 28 septembre 2021


Nous sommes désormais noyés sous les publications qui parlent de l'empreinte environnementale du numérique et notamment de l'Internet. Mais ce nouveau livre est plus approfondi que beaucoup de ces publications et contient des récits intéressants.

Au passage, je ne sais pas si quelqu'un a calculé l'empreinte environnementale des livres qui critiquent l'empreinte environnementale de l'Internet ☺. Plus sérieusement, une bonne partie de ces livres sont juste de l'anti-numérique primaire, par des auteurs nostalgiques d'un passé où seule une minorité d'experts pouvaient décider et s'exprimer, auteurs qui regrettent le bon vieux temps (ils critiquent le numérique mais jamais l'automobile). Ces défauts se retrouvent aussi dans le livre de Guillaume Pitron (par exemple quand il mentionne, même s'il n'insiste pas là-dessus, qu'il faudrait que des autorités décident des usages légitimes de l'Internet) mais heureusement cela ne fait pas la totalité du livre.

Donc, de quoi parle ce livre ? De beaucoup de choses mais surtout des conséquences environnementales et (à la fin) géopolitiques de l'usage de l'Internet. L'auteur insiste sur la matérialité du monde numérique : loin des discours marketing lénifiants sur le « virtuel » ou sur le « cloud », le monde numérique s'appuie sur la matière, des métaux rares, des centrales électriques fonctionnant au charbon ou au nucléaire, des centres de données énormes. Ce discours n'est pas très original, cet argument de la matérialité a été souvent cité ces dernières années mais le poids du discours commercial est tel que beaucoup d'utilisateurs du numérique n'ont pas encore conscience de cette matérialité. Et elle a des conséquences concrètes, notamment en matière environnementale. Le numérique consomme de l'énergie, ce qui a des conséquences (par exemple en matière de relâchement de gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement planétaire) et des matériaux dont l'extraction se fait dans des conditions souvent terribles et pas seulement pour l'environnement, mais surtout pour les humains impliqués.

Quelle que soit la part réelle du numérique dans les atteintes à l'environnement (les chiffres qui circulent sont assez « doigt mouillé »), il n'y a pas de doute que, face à la gravité du changement climatique, tout le monde devra faire un effort, le numérique comme les autres. Des techniques frugales comme LEDBAT (RFC 6817) ou Gemini sont des briques utiles de cet effort (mais l'auteur ne les mentionne pas).

C'est après que les choses se compliquent. Qui doit agir, où et comment ? Le livre contient beaucoup d'informations intéressantes et de reportages variés et met en avant certaines initiatives utiles. C'est par exemple le cas du Fairphone, un ordiphone conçu pour limiter l'empreinte environnementale et sociale. Beaucoup de critiques ont été émises contre ce projet, notant que les objectifs n'étaient pas forcément atteints, mais je les trouve injustes : une petite société locale n'a pas les mêmes armes qu'un GAFA pour changer le monde, et ses efforts doivent être salués, il vaut mieux ne faire qu'une partie du chemin plutôt que de rester assis à critiquer. C'est à juste titre que le projet Fairphone est souvent cité dans le livre. (Sur ce projet, je recommande aussi l'interview d'Agnès Crepet dans la série audio « L'octet vert ».)

Ces reportages sont la partie la plus intéressante du livre et une bonne raison de recommander sa lecture. Il comprend également une partie géopolitique intéressante, détaillant notamment l'exploitation de plus en plus poussée de l'Arctique (à la fois rendue possible par le changement climatique, et l'aggravant) et les projets gigantesques et pas du tout bienveillants de la Chine. Même si beaucoup de projets (comme le câble Arctic Connect) se sont cassés la figure, bien d'autres projets leur succèdent.

Par contre, le livre ne tient pas les promesses de son sous-titre « Voyage au bout d'un like ». S'il explique rapidement que le simple fait de cliquer sur un bouton « J'aime » va mettre en action de nombreuses machines, parcourir un certain nombre de kilomètres, et écrire dans plusieurs bases de données, il ne détaille pas ce parcours et ne donne pas de chiffres précis. Il est vrai que ceux-ci sont très difficiles à obtenir, à la fois pour des raisons techniques (la plupart des équipements réseau ont une consommation électrique constante et donc déterminer « la consommation d'un Like » n'a donc guère de sens) et politiques (l'information n'est pas toujours disponible et le greenwashing contribue à brouiller les pistes). L'auteur oublie de rappeler la grande faiblesse méthodologique de la plupart des études sur la question, et des erreurs d'ordre de grandeur comme l'affirmation p. 157 que les États-Unis produisent… 640 tonnes de charbon par an n'aident pas à prendre aux sérieux les chiffres.

Mais le livre souffre surtout de deux problèmes : d'abord, il réduit l'utilisation de l'Internet au Like et aux vidéos de chat, souvent citées. D'accord, c'est amusant et, comme beaucoup d'utilisateurs, je plaisante moi-même souvent sur ce thème. Mais la réalité est différente : l'Internet sert à beaucoup d'activités, dont certaines sont cruciales, comme l'éducation, par exemple. L'auteur critique le surdimensionnement des infrastructures par les opérateurs, jugeant qu'il s'agit d'un gaspillage aux conséquences environnementales lourdes. Mais il oublie que ce surdimensionnement est au contraire indispensable à la robustesse de l'Internet, comme on l'a bien vu pendant le confinement, avec l'augmentation du trafic (voir le RFC 9075). Outre les pandémies, on pourrait également citer les attaques par déni de service (la cybersécurité est absente du livre), qui sont une excellente raison de surdimensionner les infrastructures.

Et le deuxième problème ? Parce que l'auteur pourrait répondre qu'il est bien conscient de la coexistence d'usages « utiles » et « futiles » de l'Internet et qu'il suggère de limiter les seconds. C'est là qu'est le deuxième problème : qui va décider ? Personnellement, je pense que le sport-spectacle (par exemple les scandaleux jeux olympiques de Paris, monstruosité environnementale) est à bannir des réseaux (et du reste du monde, d'ailleurs). Mais je ne serais probablement pas élu avec un tel programme. Personne n'est d'accord sur ce qui est sérieux et ce qui est futile. Qui va décider ? Des phrases du livre comme le fait d'ajouter « sacro-sainte » devant chaque mention de la neutralité de l'Internet ont de quoi inquiéter. J'avais déjà relevé ce problème dans ma critique du dernier livre de Ruffin. Une décision démocratique sur les usages, pourquoi pas ; mais je vois un risque sérieux de prise de pouvoir par des sages auto-proclamés qui décideraient depuis leurs hauteurs de ce qui est bon pour le peuple ou pas.


La fiche

Fiche de lecture : Cosmogonies

Auteur(s) du livre : Julien d'Huy
Éditeur : La Découverte
978-2-348-05966-7
Publié en 2020
Première rédaction de cet article le 3 juin 2021


Il y a longtemps que les folkloristes et les ethnologues ont remarqué des ressemblances troublantes entre des contes et des mythes chez des peuples très lointains. De nombreuses explications ont été proposées. L'auteur, dans ce gros livre très technique, détaille une de ces explications : les mythes ont une origine commune, remontant parfois à des milliers d'années. Il explique ensuite comment étayer cette explication avec des méthodes proches de celles de la phylogénie.

Un exemple frappant est donné par le récit que vous connaissez peut-être grâce à l'Odyssée. Le cyclope Polyphème garde des troupeaux d'animaux. Ulysse et ses compagnons sont capturés par lui et dévorés un à un. Ulysse réussit à aveugler le cyclope en lui brûlant son œil puis s'échappe de la grotte où il était prisonnier en se cachant sous un mouton. Des récits très proches se trouvent chez des peuples qui n'ont aucun lien avec les Grecs de l'Antiquité, notamment chez des Amérindiens, complètement séparés des Européens bien avant Homère. On peut penser à une coïncidence mais de telles ressemblances sont quand même bien fréquentes. On peut aussi se dire que l'unicité physique de l'espèce humaine se traduit par une mentalité identique, et donc une unité des mythes. Mais si les ressemblances sont fréquentes, il y a aussi des différences. Par exemple, lorsqu'on fait des catalogues de mythes, l'Afrique est souvent à part. Si on a un peu bu, on peut aussi imaginer que des extra-terrestres ou bien un être surnaturel ont raconté les mêmes mythes à tous les humains. L'auteur part d'une autre hypothèse : les mythes actuels sont le résultat de l'évolution de mythes très anciens, qui ont divergé à partir d'une souche commune.

La théorie elle-même est ancienne. Mais comment l'étayer ? On peut remarquer que, pour les différentes versions d'un même mythe, des sous-groupes semblent se dessiner. par exemple, dans le mythe de Polyphème, les variantes américaines sont proches les unes des autres, et assez distinctes des variantes eurasiatiques (par exemple, en Amérique, le cyclope est remplacé par un corbeau). Cela évoque fortement un arbre évolutif.

À partir de là, l'auteur utilise une méthode proche de la phylogénie. Les mythes sont découpés en éléments, un peu comme les gènes qu'on utilise en biologie, et on utilise les outils de la phylogénie pour établir des arbres phylogénétiques, dont on étudie ensuite la vraisemblance. Par exemple, les grands mouvements migratoires se retrouvent bien dans cette analyse, avec des mythes amérindiens qui forment un groupe distinct, mais néanmoins souvent rattaché à des mythes qu'on trouve en Asie. De même, les variations génétiques de l'espèce humaine se retrouvent souvent dans les arbres des mythes, non pas évidemment parce que tel ou tel gène dicterait les mythes qu'on raconte, mais parce que les humains font souvent de l'endogamie et que gènes et mythes se transmettent ensemble, au sein des mêmes groupes humains. La place particulière de l'Afrique s'expliquerait par l'ancienneté : Homo sapiens est sorti d'Afrique il y a longtemps et les mythes qu'il avait à ce moment ont tellement évolué qu'on ne les reconnait plus aujourd'hui. Bien, sûr, je schématise beaucoup. Comme souvent en sciences humaines, la situation est plus compliquée que cela, et vous devrez lire le livre pour en apprécier les nuances. D'autant plus que les sujets ethnologiques sont toujours politiquement sensibles, par exemple lorsque l'auteur explique le mythe assez commun du matriarcat originel par un mythe commun, pas par une réalité historique (les mythes ne disent pas la vérité, ils racontent une histoire…).

Un autre exemple de mythe courant est celui de la femme-oiseau. En gros, un homme (un mâle) surprend, souvent au bain, une femme-animal (souvent un oiseau), et cache sa part animale (son manteau de plumes, par exemple). Il peut ainsi la garder près de lui, jusqu'au jour où elle remet la main sur son plumage et peut ainsi se sauver. Là encore, on peut isoler ses élements (les « gènes »), les abstraire (femme-animal au lieu de femme-oiseau car, dans certaines variantes, l'animal est une chèvre ou un éléphant) et les mettre dans le logiciel de phylogénie qui va alors sortir un arbre. Comme toujours, en phylogénie, beaucoup dépend de certaines hypothèses (les paramètres donnés au logiciel) et il est donc important de regarder ensuite les résultats de la reconstruction phylogénétique à la lumière de la génétique, de la connaissance qu'on a des migrations humaines, et des découvertes archéologiques. Dans certains cas, on peut même retrouver la racine de l'arbre, c'est-à-dire le mythe originel.

Le livre n'est pas toujours facile à lire, à pas mal d'endroits, c'est davantage une exposition de résultats de recherche récents qu'un ouvrage de vulgarisation. Avoir fait de la bio-informatique et notamment de la phylogénie, et/ou des statistiques peut aider. Mais les mythes eux-mêmes sont fascinants puisque chacun est un moyen de plonger dans l'esprit de peuples lointains ou même disparus.

(J'ai reçu un message détaillant des critiques sévères à propos de ce livre. Je précise donc que je ne suis moi-même ni folkloriste, ni ethnologue, et que je ne faisais que rendre compte de ce que j'avais compris du livre lu. De toute façon, en sciences humaines, il est rare qu'il existe des consensus, même sur les choses les plus basiques. Je n'ai donc pas modifié mon article.)


La fiche

Fiche de lecture : L'homme préhistorique est aussi une femme

Auteur(s) du livre : Marylène Patou-Mathis
Éditeur : Allary
978-2370-733412
Publié en 2020
Première rédaction de cet article le 2 mai 2021


La représentation traditionnelle des humains de la préhistoire montre les hommes en train de chasser et les femmes en train de coudre, faire la cuisine ou s'occuper des enfants. Est-ce que cette représentation repose sur des données scientifiques sérieuses sur la répartition des tâches à la préhistoire ? Pas forcément, dit l'auteure.

Dans ce livre, Marylène Patou-Mathis examine ce que l'on sait de la répartition genrée des activités chez nos ancêtres. Je vous le dis tout de suite : il y a beaucoup de choses qu'on ne sait pas. On n'a pas de photos prises sur le vif des humains préhistoriques. On n'a que leurs squelettes, leurs outils et les produits de leur activité, par exemple les peintures pariétales ou les statuettes, produits qui ne sont pas faciles à interpréter. La représentation traditionnelle des rôles des deux genres reflétait davantage ce qui se faisait dans la société où vivait les auteurs de ces représentations que ce qui se faisait à la préhistoire. Souvent, on plaquait donc notre conception de la division du travail entre genres sur nos ancêtres. Ou bien on supposait qu'ils étaient forcément comme les peuples « primitifs », ou plutôt comme on voyait les peuples « primitifs » contemporains.

Bon, mais maintenant qu'on a progressé, est-ce que la science peut répondre à des questions comme « Les femmes chassaient-elles ? Autant que les hommes ? » Là, c'est plus délicat. L'auteure note que, pour la majorité des squelettes retrouvés, on n'est pas sûr de leur sexe. Et ce n'est pas mieux pour les dessins qu'on retrouve. Souvent, on suppose, justement en fonction de ce qu'on estime être la société du passé. Une tombe contient des armes ? On suppose que le défunt était un homme. (L'excellent chapitre 2 est une véritable « histoire de la misogynie chez les penseurs » et montre bien que les hommes, même scientifiques, étaient largement aveuglés par leurs préjugés sexistes.) Et, par un raisonnement circulaire, on en déduit que les hommes chassaient et faisaient la guerre. Lorsqu'on examine de plus près (comme dans le cas de la fameuse guerrière de Birka p. 169), on a parfois des surprises. Une fois qu'on a déterminé le sexe de la personne dont on retrouve le squelette, on peut étudier des choses comme les déformations liées à une activité physique répétée (le lancer de javelot semblait pratiqué par les hommes et par les femmes chez les Néandertal). Mais il est difficile, avec ce qu'on retrouve de nos ancêtres, de décrire avec précision comment les deux genres se répartissaient les tâches. L'ADN peut aider (cas de Birka), ou certaines caractéristiques du corps (la forme différente des mains entre les deux sexes montre que certaines images de mains sur les parois des grottes étaient faites par des femmes, p. 144) mais il n'y aura pas de certitude, d'autant plus que rien n'indique que toutes les sociétés préhistoriques étaient identiques.


La fiche

Fiche de lecture : Leur progrès et le nôtre

Auteur(s) du livre : François Ruffin
Éditeur : Seuil
978-2-02-147770-2
Publié en 2021
Première rédaction de cet article le 25 avril 2021


Le progrès technique est-il une bonne ou une mauvaise chose ? Avec tous les philosophes et militants politiques qui ont réfléchi à la question depuis je ne sais plus combien de siècles, on se doute bien qu'il n'y aura pas de réponse simple. Et puis, posé comme ça, c'est trop binaire. Dans ce court livre, François Ruffin estime que ça dépend, ça dépend de quel progrès, de qui le décide, de comment c'est déployé.

Nous voyons en ce moment beaucoup d'« injonctions au progrès », d'affirmations peu subtiles comme quoi le « progrès » (au sens du progrès technique) est à la fois forcément positif, inévitable et que de toute façon ceux et celles qui s'y opposent sont à coup sûr des amish attardés. Ce discours de la « startup nation », porté par exemple par Emmanuel Macron, est tellement idiot qu'il permet à Ruffin de se faire plaisir facilement, par exemple en dressant p. 20 la liste des cérémonies d'adoration des entreprises du numérique auxquelles a participé le président de la république, qui préfère se faire photographier en présence de patrons du numérique qu'avec des infirmières ou des éboueurs. L'auteur oublie d'ailleurs parfois son point de vue de classe par exemple en affirmant p. 23 que Macron aime s'entourer d'une « cour de geeks » comme s'il y avait le moindre rapport entre les patrons des grandes entreprises du numérique et le développeur de logiciel libre dans son garage. De même, taper sur Musk (p. 123) n'est pas difficile, tant le personnage prend soin d'être sa propre caricature.

Ruffin peut donc, vu le ridicule des propagandistes de « la Tech », facilement expliquer que tout progrès n'est pas bon à prendre. Le progrès technique n'est pas toujours un progrès social, et l'auteur liste de nombreux exemples où les techniques modernes, notamment autour du numérique, peuvent servir à opprimer, à surveiller, à contrôler et pas à augmenter le bonheur humain. D'où le titre, il y a ce qu'ils appellent le progrès, et ce que les lecteurs du livre considéreraient comme le vrai progrès (augmenter le salaire des enseignants plutôt que de chercher à tout prix à se faire voir serrant la main de Zuckerberg). Même sans parler de cas où le progrès technique a été un recul social (la surveillance généralisée est probablement le meilleur exemple), l'auteur cite aussi avec raison des cas où le progrès n'est pas linéaire et où ses effets peuvent s'épuiser. Un réfrigérateur dans la maison est un progrès, un deuxième n'apporte pas tellement d'avantages. (Comme le dit un des protagonistes de la série Mad Men à un débutant dans le monde de la publicité « notre rôle est de convaincre le consommateur d'acheter un objet alors qu'il en a déjà un qui sert à la même chose ».)

Cette partie où Ruffin explique que le progrès technique est un moyen, pas un but en soi, est la meilleure du livre. Il l'illustre de nombreux exemples. Après, les difficultés commencent : il ne faut pas avaler tout sous prétexte que ce serait « le progrès » mais comment décider ? L'auteur suggère quelques pistes, mais plutôt vagues. La démocratie, que le déploiement de telle ou telle technique, soit décidé par les citoyens, d'accord, mais les modalités pratiques ne vont pas aller sans mal. (C'est un des points que notait, à juste titre, le RFC 8890.) François Ruffin propose p. 139, une « Convention citoyenne permanente sur le numérique », l'idée me semble intéressante mais elle n'est pas développée, alors que cette suggestion fait surgir plein de questions. Une autre proposition, formulée par une personne interrogée par l'auteur (p. 140), serait que les ingénieurs décident « quelles applications autoriser », ce qui, cette fois, fait plutôt froid dans le dos.

Il faut dire qu'analyser les conséquences d'un progrès technique, surtout s'il n'a pas encore été déployé, est difficile. François Ruffin cite souvent la 5G, sujet à la mode. Heureusement, il ne reprend pas les délires complotistes entendus souvent (par exemple sur le « danger des ondes ») mais il traite le sujet de manière trop superficielle, par exemple en disant que la 5G n'a « pas d'utilité », ce qui est toujours une conclusion imprudente.

L'auteur dérape également un peu lorsqu'il brode p. 69 sur la légende comme quoi toutes les écoles de la Silicon Valley seraient sans ordinateurs car les cadres des entreprises du numérique voudraient mettre leurs enfants à l'abri de ce danger. Non seulement ce récit ne repose que sur quelques déclarations isolées de quelques personnages, mais il est amusant de constater que des gens qui critiquent, à juste titre, le manque de culture politique de pas mal d'acteurs du numérique, considèrent comme crédibles toutes les théories qu'ils peuvent émettre sur l'éducation. Pourquoi ne pas également les citer quand ils deviennent végétaliens ou bien se convertissent au bouddhisme, autres modes californiennes ?

Ce livre a le mérite de poser les bonnes questions : qui décide ? La 5G, l'Internet, l'infomatique, les ordiphones ne sont pas arrivés tout seuls. Des gens ont décidé, et ont mis les moyens nécessaires. Toute la question du progrès est de savoir qui va pouvoir prendre ces décisions, aujourd'hui confisquées par une minorité.


La fiche

Fiche de lecture : Cavanna, paléontologue !

Auteur(s) du livre : Pascal Tassy
Éditeur : Éditions Matériologiques
978-2-37361-252-3
Publié en 2020
Première rédaction de cet article le 7 avril 2021


Si, comme beaucoup de personnes (comme moi, par exemple), vous ignoriez que Cavanna était féru de paléontologie, vous allez l'apprendre dans ce court livre où l'auteur nous raconte ses échanges scientifiques avec le fondateur de Charlie Hebdo.

Cavanna avait de nombreuses cordes à son arc. Mais ce récit de Pascal Tassy se focalise sur une seule corde : la passion du « rital » pour l'étude des espèces disparues. Cavanna était curieux de sciences et aimait discuter avec les scientifiques. Son arrivée à la soutenance de thèse de l'auteur (thèse sur les mastodontes) avait sérieusement déstabilisé le bientôt docteur. Ils ont finalement parlé d'adaptation, de sélection naturelle, de cladistique, d'écologie… pendant de nombreuses années.

Si Cavanna et Pascal Tassy étaient d'accord sur beaucoup de choses (par exemple pour se moquer des créationnistes), il leur restait des sujets de controverses. J'ai ainsi appris que Cavanna, contrairement à son ami, était plutôt favorable au transhumanisme et tenté par l'idée d'immatérialisme.

Il était même prévu entre les deux amis d'écrire ensemble un livre… qui ne s'est finalement pas fait. À défaut, vous aurez dans ce récit quelques idées sur ce qu'aurait pu être ce livre.

Autre compte-rendu de ce livre, dans Charlie Hebdo.


La fiche

Fiche de lecture : La fabuleuse histoire de l'invention de l'écriture

Auteur(s) du livre : Silvia Ferrara
Éditeur : Seuil
978-2-02-146412-2
Publié en 2021
Première rédaction de cet article le 22 mars 2021


L'écriture est un sujet passionnant, sur lequel beaucoup a déjà été écrit. Un livre de plus sur cette géniale invention et ses débuts ? Pas tout à fait, ce livre n'est pas un cours, ou un livre de vulgarisation, c'est une suite de réflexions de l'auteure sur la façon dont l'écriture a (peut-être) été inventée et sur le travail de ceux et celles qui essaient de jeter quelques lumières sur ce processus d'invention.

Comme vous le savez, il y a quatre (ou cinq ? ou six ? ou seulement trois ?) inventions indépendantes de l'écriture, en Égypte, en Mésopotamie, en Chine et en Méso-Amérique. Le processus est donc, sinon courant, du moins pas exceptionnel, et rentre donc tout à fait dans les capacités humaines. Mais comment en est-on arrivé là ? Quelles ont été les prémisses ? Typiquement, on part de petits dessins, puis on les abstrait de plus en plus et on finit par avoir une écriture. (Le cas de l'écriture chinoise est plus compliqué car on n'a pas retrouvé les étapes préalables.) L'excellent dessin p. 224 nous donne une idée de comment ça a pu se passer. Le processus étant continu, il est parfois difficile de dire à partir de quand on a affaire à une « vraie » écriture. C'est d'ailleurs un des obstacles qui se posent aux déchiffreurs d'écritures inconnues : cet ensemble d'émojis est-il une vraie écriture ? L'aveuglement des déchiffreurs, leur tendance à s'illusionner, peut les aider ou les freiner (comme dans le cas de l'écriture maya, longtemps tenue, à tort, pour « juste des dessins »).

L'auteure nous fait voyager, au rythme de sa fantaisie, de la Crète (sa spécialité scientifique) à l'île de Pâques en passant par le Mexique. Vous y trouverez les écritures inconnues les plus célèbres (le linéaire A ou l'IVS) et les Mystères Mystérieux comme évidemment le disque de Phaistos. L'auteure suggère d'ailleurs de ne pas passer trop de temps sur ce disque : vu le nombre réduit de caractères, elle estime qu'il n'y a aucune chance qu'on le déchiffre un jour. (Au fait, si vous voulez vous informer sur toutes les écritures connues, je vous recommande « The World's Writing Systems ».)

Mais la partie la plus intéressante concerne l'évolution des écritures, les mécanismes à l'œuvre, les tendances, les « lois » de l'évolution. Si certaines écritures sont très stables (à part à leur origine), d'autres ont changé, ont grandi, parfois ont disparu.

De même que M. Bidouille reçoit régulièrement des messages de gens qui ont découvert le mouvement perpétuel, de même que les chercheurs en réseaux informatiques sont agacés par les personnes qui ont trouvé la FUSSP, la solution au problème du spam, les chercheuses et chercheurs en écritures anciennes ont des lettres annonçant le déchiffrement du chypro-minoen ou celui du manuscrit de Voynich. L'auteure leur donne (p. 251) dix conseils très instructifs si vous voulez mieux comprendre comment s'analysent les écritures. Et le dixième conseil est « ne m'écrivez pas » (la quasi-totalité de ces annonces sont bidon).


La fiche

Fiche de lecture : How the Internet really works

Auteur(s) du livre : Article 19, Catnip
Éditeur : No Starch Press
978-1-7185-0029-7
Publié en 2021
Première rédaction de cet article le 21 mars 2021


L'Internet, c'est important, toute notre vie et nos activités s'y passent, mais c'est compliqué. Tout le monde ne comprend pas comment ça marche. En fait, même les professionnels de l'informatique ne savent pas forcément. C'est ennuyeux car cette ignorance laisse les acteurs dominants dicter les règles et faire ce qu'ils veulent. Il serait préférable que les citoyen·nes puissent accéder à un minimum de compréhension de fonctionnement du réseau. C'est ce que propose ce livre.

D'abord, un point important : contrairement à la grande majorité des reportages, documentaires, livres, articles prétendant expliquer le fonctionnement de l'Internet, celui-ci est écrit par des gens qui connaissent et savent de quoi ils parlent. (Notez que deux des auteurs, Niels ten Oever et Corinne Cath, sont les auteurs du RFC 8280). Vous n'y trouverez pas d'erreur technique (ou pas beaucoup), d'explication bâclée ou de raccourcis journalistiques, genre « l'ICANN est le régulateur mondial d'Internet ».

Mais être correct ne suffit pas, il faut encore pouvoir expliquer des concepts complexes et un réseau dont le moins qu'on puisse dire est qu'il n'est pas évident à assimiler. Les auteur·es ont beaucoup travaillé l'aspect pédagogique. (Et, oui, il y a des dessins, et c'est un chat qui explique.) Le livre est relativement court, mais complet, et présente bien le sujet. Il sera très utile à tous les gens qui font de l'EMI, de la formation à la littératie numérique et autres activités d'éducation. Le livre couvre IP, TCP, DNS, BGP, HTTP, mais aussi le chiffrement, les points d'échange, l'allocation d'adresses IP, etc.

Je l'ai dit, les auteur·es sont impliqué·es dans les activités politiques de l'Internet (ce qu'on nomme « gouvernance de l'Internet », mais, bon, c'est juste de la politique sous un nouveau nom). Le livre insiste donc sur les aspects qui touchent aux droits humains fondamentaux comme le droit à la vie privée, la lutte contre la censure, et bien sûr les mécanismes de décision dans l'Internet : qui fait les choix ?

Sur cette question du pouvoir, le livre décrit également le fonctionnement d'organismes qui contribuent à façonner l'Internet tel qu'il est (comme l'IETF) et encourage la participation de tous et toutes à ces organismes, pour faire bouger les choses dans le bon sens.


La fiche

Fiche de lecture : Red Mirror

Auteur(s) du livre : Simone Pieranni
Éditeur : C&F Éditions
978-2-37662-021-1
Publié en 2021
Première rédaction de cet article le 23 février 2021


Autrefois, quand on voulait voir le futur, il fallait regarder ce qui se passe aux États-Unis, en se disant que cela allait arriver chez nous quelques années plus tard (que cela soit une bonne ou une mauvaise chose…) Aujourd'hui, faut-il plutôt regarder vers la Chine ? Ce livre explore l'état du numérique en Chine, et ce qu'il peut nous promettre comme futur plus ou moins positif.

Il est loin, le temps où la Chine était un pays pauvre où tout le monde passait son temps à cultiver du riz, en étant toujours au bord de la famine. Même le temps où la Chine était uniquement un atelier géant de construction de jouets en plastique parait bien éloigné. Aujourd'hui, la Chine est en avance sur bien des sujets, touchant notamment au numérique. Le film de propagande « La Bataille de la Montagne du Tigre » commence d'ailleurs, avant de raconter une bataille du passé, par montrer une Chine moderne, pleine de trains à grande vitesse et de gadgets électroniques. Est-ce que cette « avance » de la Chine est une bonne chose ? Plus « perfectionné » et plus « avancé » ne veut pas forcément dire « meilleur ». La Chine a souvent été citée pour le caractère dystopique de son utilisation du numérique, où les libertés individuelles et la protection des données personnelles n'existent pas. Le numérique y est souvent utilisé pour opprimer et pas pour libérer, d'où le titre de ce livre, jeu avec le titre d'une série télévisée connue.

Alors, la Chine est-elle le paradis du numérique comme le présentent certains techno-béats ou bien un enfer dystopique ? L'intérêt du livre de Simone Pieranni, expert de la Chine, est d'étudier la question plus en profondeur. Car la Chine est aussi un grand réservoir à fantasmes en Occident et fait l'objet de nombreux discours contradictoires et parfois peu informés. Il faut donc aller y voir de plus près. (« C'est comment, la Chine ? » « C'est comme vivre en Grande-Bretagne pendant la révolution industrielle. », commente l'auteur.)

Car le paysage est contrasté. Oui, les libertés individuelles et la protection des données personnelles sont complètement absentes. L'accès à l'Internet est largement censuré et très surveillé. L'État sait tout, d'autant plus que de nombreuses activités autrefois effectuées hors ligne sont passés sur l'Internet très récemment (ça bouge vite en Chine). Ainsi, l'application WeChat (qu'on connait en Occident uniquement comme une application de messagerie instantanée, concurrente de WhatsApp) est devenue la plate-forme d'accès à tout, une « super-app » sans laquelle rien n'est possible en Chine et notamment sans laquelle on ne peut rien acheter. Résultat, WeChat sait tout de tous les citoyens et, évidemment, l'État y a un accès complet, sans contrôle.

D'un autre côté, tout n'est pas aussi dystopique que c'est parfois présenté à l'étranger. Le fameux « crédit social », par exemple, n'est pas encore un système généralisé et centralisé de contrôle mais plutôt (pour l'instant), une série de projets locaux pas forcément coordonnés. Et l'auteur rappelle que certains systèmes chinois baptisés « crédit social » ne sont pas très éloignés de systèmes utilisés en Occident, par exemple par Uber où tout le monde note tout le monde (sans compter ce que font des horreurs comme Equifax). Il est amusant de voir l'auteur, p. 172, s'inquiéter des systèmes de vidéoconférence chinois qui surveillent l'attention portée par les utilisateurs à la réunion, alors que Zoom fait déjà cela.

Le gouvernement chinois ne veut pas s'arrêter là et il promeut fortement les idées les plus négatives comme la smart city de surveillance encore plus généralisée. Et il veut continuer à utiliser l'Internet pour assurer un contrôle politique des citoyens, par exemple via l'« armée des cinquante centimes » où on peut être payé pour noyer les rares critiques exprimées sur des forums sous des messages pro-gouvernementaux. Et les ambitions de la dictature chinoise ne s'arrêtent pas à son pays, le projet dit de « nouvelle route de la soie » sert de couverture à une promotion du contrôle à la chinoise dans d'autres pays. Bien des dictateurs, et même des dirigeants élus démocratiquement dans le monde, prêtent une oreille favorable à des discours promettant un meilleur contrôle du pays grâce à la technologie.

Le livre a quelques défauts. Par exemple, il ne mentionne pas les faiblesses techniques de la position chinoise. Si la Chine a rattrapé l'Occident sur certains points, et dépassé sur d'autres, elle n'est pas en position de force partout. Ainsi, comme l'a montré la crise entre Huawei et Google, provoquée par un refus du précédent gouvernement états-unien de laisser Google fournir un Android complet à Huawei, la Chine n'a pas encore un système d'exploitation pour ordiphone, tâche il est vrai difficile. Ces faiblesses sont d'autant plus importantes à analyser que le gouvernement chinois n'est pas avare de propagande présentant les résultats miraculeux obtenus en Chine, et qu'il faut garder la tête froide par rapport à des affirmations publicitaires. P. 70, l'auteur parle ainsi de la 5G en reprenant sans nuances le discours des techno-béats, chinois ou étrangers, discours qui mériterait d'être nuancé. De même, p. 160, il s'embrouille complètement sur les technologies quantiques, mélangeant QKD (sur laquelle la Chine a déjà fait des promesses exagérées, que l'auteur reprend à son compte sans aucune distance, surtout p. 163) et calculateurs quantiques.

Mais ce sont des détails. L'important est que ce livre analyse en détail ce qui se fait réellement et ce qui ne se fait pas (encore ?) en Chine, et permet de se faire une meilleure idée de ce qui nous attend si nous n'accompagnons pas le progrès technique d'une attention très serrée pour les questions de droits humains.


La fiche

Fiches de lecture des différentes années : 2021  2020  2019  2018  2017  2016  2015