Je suis Charlie

Autres trucs

Accueil

Seulement les RFC

Seulement les fiches de lecture

Mon livre « Cyberstructure »

Ève


Fiche de lecture : Les nouvelles lois de l'amour

Auteur(s) du livre : Marie Bergström
Éditeur : La Découverte
978-2-7071-9894-5
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 8 juin 2020


« Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique. » Une part très importante des activités humaines se passe désormais sur l'Internet. C'est donc logiquement également le cas de la drague et de toutes ses variantes. Mais comment se passent exactement les rencontres sur l'Internet, au-delà des discours faciles ? Une sociologue s'est penchée sur la question, a parlé avec utilisateurs et concepteurs de sites de rencontre, a eu accès à la base de données d'un gros site, pour des études quantitatives, et publie. Un livre qui parle d'amour, sous toutes ses formes.

C'est qu'il y a beaucoup d'idées fausses qui circulent sur les rencontres sexuelles et/ou amoureuses effectuées par le truchement d'un site Web. Il n'y aurait plus de couple stable, plus que des rencontres éphémères, celles-ci seraient égalitaires, sans considération de classe sociale, le passage par une entreprise commerciale tuerait tout romantisme, etc.

J'ai découvert ce livre lors des excellentes rencontres « Aux sources du numérique ». Vos pouvez lire l'entretien avec l'auteure fait à cette occasion. asdn-marie-bergstrom.jpg

L'auteure remet les sites de rencontre modernes dans l'histoire (et c'est un des chapitres les plus intéressants du livre). L'action d'intermédiaires dans la formation des couples est ancienne, et leurs arguments sont parfois très stables (cf. la délicieuse mise côte-à-côte d'une publicité du journal d'annonces matrimoniales « Les mariages honnêtes » en 1907 et d'une publicité de Tinder de 2017). On trouvera entre autre dans ce chapitre historique le Minitel rose, qui avait été un des facteurs de décollage de ce succès technico-industriel français, et la source de quelques fortunes, y compris de celle du fondateur d'un gros FAI français. (Et, j'ajoute, la source d'inspiration d'une jolie chanson sur le numérique, Goodbye, Marylou.) Mal vus à l'époque, les « sites de rencontre » sont mieux perçus aujourd'hui. Comme le note l'auteure, un des intérêts des sites de rencontre, est qu'on ne drague pas en public, contrairement aux rencontres sur le lieu de travail ou en boite. C'est particulièrement important pour les femmes, qui sont critiquées si elles expérimentent beaucoup. Les femmes de 18-25 ans sont le groupe qui utilisent le plus ces sites.

Autre étude intéressante, les discussions avec les concepteurs des sites de rencontre. Alors que les agences matrimoniales du passé se vantaient de leurs compétences en matière de rencontres, ceux qui réalisent Meetic et les autres clament bien fort qu'ils sont juste des techniciens, qu'ils mettent les gens en rapport, qu'ils n'essaient pas d'être des « marieurs ». Les créateurs des sites de rencontre nient l'influence du site, de son organisation, de ses algorithmes. On ne sait pas si cette insistance sur la neutralité est une coquetterie d'informaticien (« la technique est neutre ») ou bien un moyen d'éviter de faire des promesses imprudentes (« satisfaction garantie »).

Et l'homogamie ? Est-ce que l'Internet tient sa promesse d'être égalitaire, et d'effacer les barrières ? Est-ce que, grâce aux applications de rencontre, les bergères peuvent enfin épouser des princes ? Malheureusement, non. Bourdieu reste le plus fort. Comme dans les rencontres hors-ligne, l'homogamie reste forte. Si la sélection sur le physique ne doit pas trop se dire, celle sur l'orthographe est assumée par les interlocuteurs de l'auteure, et on sait que l'orthographe est un fort marqueur social. (L'auteure, qui est d'origine suédoise, critique la langue française pour son manque de cohérence entre l'oral et l'écrit. Mais toute langue est difficile quand ce n'est pas sa langue maternelle.) Plus étonnant, cette importance donnée à l'orthographe reste très forte même quand on cherche des rencontres « légères », « sans lendemain ». Il n'y a pas de simple « plan cul ». « Nos goûts sexuels et romantiques sont sociaux. », dit l'auteure. Même si c'est juste pour le sexe, il faut une bonne orthographe. Ce choix contribue d'autant plus à la sélection sociale que le seul canal, au début, est l'écrit : on ne peut pas compenser par son apparence physique.

Autre idée importante du livre : le cliché traditionnel comme quoi les hommes chercheraient du sexe et les femmes un mari n'est pas corroboré par les données. Il y a bien des attentes différentes des hommes et femmes vers 30 ans, où les femmes veulent déjà se mettre en couple, mais les hommes pas encore. Mais, avant et après les visions classiques sont fausses (les femmes jeunes aussi veulent du sexe, les hommes mûrs aussi de la conjugalité).

Et à propos de sexe, est-ce que, sur les sites de rencontre, on ne s'intéresse qu'à la relation sexuelle et pas à la mise en couple stable ? Pas vraiment. Tout juste peut-on observer que les rencontres en ligne deviennent plus vite sexuelles (un peu comme celles en vacances, et sans doute pour les mêmes raisons, « les histoires en ligne ne font pas d'histoires »). Et puis, les deux parties savent dès le début pourquoi ielles sont là : il n'y a pas l'ambiguité qu'il peut y avoir, par exemple lors de rencontres au bureau.

Notez que le livre se limite à l'hétérosexualité, l'auteure notant que les homosexuels ont des pratiques très différentes. Un prochain livre ?


La fiche

Fiche de lecture : Le bug humain

Auteur(s) du livre : Sébastien Bohler
Éditeur : Robert Laffont
9782221240106
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 1 juin 2020


Dans cet essai, Sébastien Bohler explique et défend une thèse comme quoi une grande partie de nos comportements humains seraient dus à des règles très profondément enfouies dans notre cerveau et qui se résumeraient à « plus de tout, et tout de suite ». Selon lui, changer les choses, par exemple diminuer notre empreinte carbone, nécessite de prendre conscience de ces règles, avant de pouvoir les surmonter.

Après des romans comme « Les soldats de l'or gris », l'auteur passe à l'essai avec « Le bug humain ». Tout le monde peut constater, notamment à travers la destruction toujours plus poussée de l'environnement, que l'humanité, collectivement, n'est pas raisonnable. Pourquoi est-ce qu'on continue cette destruction alors qu'il est clair qu'il faudrait, au lieu de vouloir « relancer la croissance » et autres délires productivistes, diminuer la consommation de tout ? Depuis des siècles, des tas de gens ont réfléchi à ce problème, et ont proposé plein d'explications (qui ne sont pas forcément incompatibles entre elles). Ici, Sébastien Bohler a une théorie : l'essentiel du problème vient du striatum. Cet organe peu connu du cerveau est responsable de la motivation : c'est lui qui, via la dopamine qu'il secrète, pousse à consommer (de la nourriture, de l'information ou du sexe) et toujours davantage. En effet, lorsque l'évolution a façonné cet organe, on ne pouvait jamais consommer trop. On n'avait jamais assez à manger, par exemple et, même si c'était le cas temporairement, manger avec excès et accumuler des graisses était une bonne stratégie ; on perdrait ces graisses sans effort à la prochaine pénurie. De même, faire des enfants en quantité était raisonnable quand la plupart d'entre eux mourraient jeunes. Mais, aujourd'hui, cela mène à la surpopulation.

Aujourd'hui où la production de masse permet de consommer trop, le striatum est devenu dangereux ; il pousse à ne jamais s'arrêter, même au-delà du raisonnable. Et l'évolution naturelle, trop lente, ne va pas changer ce comportement avant qu'il ne soit trop tard et que toutes les ressources naturelles aient été détruites.

Est-ce une fatalité ? L'auteur estime que, si le striatum pousse à des comportements qui sont souvent négatifs dans notre société, il ne représente pas tout notre cerveau. D'autres parties, comme le cortex préfrontal, sont capables d'inhiber les instincts immédiats, et donc potentiellement de nous amener à un meilleur équilibre entre les désirs primaires et la réalité.

Le livre est très bien écrit, très convaincant. Vous apprendrez beaucoup de choses sur votre cerveau en le lisant. Mais je reste un peu sceptique car il résume un problème très vaste à une cause principale. Dans le cadre écologique, par exemple, les décisions individuelles poussées par le striatum ne sont pas tout. Il y a aussi la difficulté à parvenir à une décision commune lorsque le changement de mode de vie serait dans l'intérêt de tous mais heurtent les intérêts de certains (comme l'analyse bien Diamond dans « Effondrement »). Le pouvoir du striatum peut expliquer pourquoi, même quand on est déjà en surpoids, on reprend du dessert, mais peut-il vraiment expliquer l'avidité d'actionnaires qui, dans un bureau climatisé, sans qu'ils aient faim ou froid, prennent des décisions catastrophiques pour la biosphère ? Et, même quand tout le monde a les mêmes intérêts et en est conscient, une décision commune n'est pas facile, si chacun craint d'être le seul à faire des efforts.


La fiche

Fiche de lecture : Obfuscation; A User's Guide for Privacy and Protest

Auteur(s) du livre : Finn Brunton, Helen Nissenbaum
Éditeur : MIT Press
978-0-262-02973-5
Publié en 2015
Première rédaction de cet article le 17 mai 2020


Beaucoup d'efforts sont aujourd'hui dépensés pour protéger la vie privée sur l'Internet. En effet, le déploiement des réseaux informatiques a permis une extension considérable de la surveillance, privée comme étatique. Il est donc logique que des informaticiens cherchent à développer des moyens techniques pour gêner cette surveillance, moyens dont le plus connu est le chiffrement. Mais aucun moyen technique ne résout tous les problèmes à lui seul. Il faut donc développer une boîte à outils de techniques pour limiter la surveillance. Ce court livre est consacré à un de ces outils : le brouillage (obfuscation en anglais). Le principe est simple : le meilleur endroit pour cacher un arbre est au milieu d'une forêt.

Le principe du brouillage est en effet simple : introduire de fausses informations parmi lesquelles les vraies seront difficiles à trouver. Cette technique est surtout intéresssante quand on ne peut pas se dissimuler complètement. Par exemple, le logiciel TrackMeNot (dont une des développeuses est une des auteures du livre) envoie des recherches aléatoires aux moteurs de recherche. On ne peut pas empêcher ces moteurs de recherche de connaître nos centres d'intérêt, puisqu'il faut bien leur envoyer la question. Le chiffrement n'aide pas ici, puisque, s'il peut protéger la question sur le trajet, il s'arrête au serveur à l'autre extrémité. Mais on peut noyer ces serveurs sous d'autres requêtes, qu'ils ne pourront pas distinguer des vraies, brouillant ainsi l'image qu'ils se font de l'utilisateur.

À ma connaissance, il n'existe pas de traduction idéale du terme anglais obfuscation, qui est le titre de ce livre. Wikipédia propose offuscation, ce qui me fait plutôt penser à « s'offusquer ». À propos de français, notez qu'il existe une traduction de ce livre, « Obfuscation ; La vie privée, mode d'emploi » (avec préface de Laurent Chemla), chez C&F Éditions, mais je n'ai personnellement lu que la version originale.

Les techniciens ont facilement tendance à considérer comme technique de protection de la vie privée le seul chiffrement. Celui-ci est évidemment indispensable mais il ne protège pas dans tous les cas. Deux exemples où le chiffrement ne suffit pas sont l'analyse de trafic, et le cas des GAFA. D'abord, l'analyse de trafic. C'est une technique couramment utilisée par les surveillants lorsqu'ils n'ont pas accès au contenu des communications mais seulement aux métadonnées. Par exemple, si on sait que A appelle B, et que, dès que ça s'est produit, B appelle C, D et E, on a identifié un réseau de personnes, même si on ne sait pas ce qu'elles racontent. Et un autre cas est celui des GAFA. Si la communication avec, par exemple, Gmail, est chiffrée (le https:// dans l'URL, qui indique que tout se passe en HTTPS, donc chiffré), cela ne protège que contre un tiers qui essaierait d'écouter la communication, mais pas contre Google lui-même, qui voit évidemment tout en clair. Bref, le chiffrement n'est pas une solution miracle. Dans ce second cas, une autre solution pourrait être de dire « n'utilisez pas ces outils du capitalisme de surveillance, n'utilisez que des services libres et sans captation des données personnelles ». À long terme, c'est en effet l'objectif. Mais à court terme, les auteurs du livre estiment (et je suis d'accord avec eux) qu'il n'est pas réaliste de demander cette « déGAFAisation individuelle ». Comme le notent les auteurs p. 59 « Martyrdom is rarely a productive choice in a political calculus ».

Le livre contient plein d'exemples de brouillage, car la technique est ancienne. Quand on ne peut pas cacher, on brouille. Des paillettes qui font croire à la défense anti-aérienne qu'il y a plein d'avions supplémentaires, au génial film de Spike Lee, Inside Man (non, je ne vais pas divulgâcher, regardez le film), les exemples ne manquent pas. Cette technique a été largement utilisée en informatique, et le livre comprend une passionnante description de l'opération Vula, où il ne fallait pas simplement dissimuler le contenu de la communication, mais également le fait qu'elle avait lieu, ce qui est bien plus difficile. Et les auteurs savent de quoi il parle puisqu'Helen Nissenbaum a également travaillé sur Ad Nauseam, un logiciel qui clique sur toutes les publicités, pour empêcher la surveillance (dont la publicité est à la fois l'un des moteurs importants et l'une des armes favorites) de savoir si les publicités sont efficaces ou pas.

Outre cette très intéressante partie sur les exemples réels (dans le monde de l'informatique, et en dehors), l'intéret du livre est une discussion détaillée de la légitimité du brouillage. Est-ce bien ou mal de « cliquer » sur les publicités, privant ainsi une profession honorable des informations sur la vie privée des utilisateurs (pardon, les pubards les appellent les « cibles ») ? Les auteurs insistent que le brouillage est l'arme du faible. Les riches et les puissants peuvent se cacher, ou échapper à la surveillance, le brouillage est pour ceux et celles qui ne peuvent pas se cacher. C'est cette asymétrie qui est le principal argument en faveur de la légitimité du brouillage (p. 78).

Et le problème écologique ? Le brouillage consomme davantage de ressources, c'est sûr. La question est suffisamment sérieuse pour faire l'objet d'un traitement en détail dans le livre (p. 65), je vous laisse découvrir la discussion dans le livre.

Ceci dit, de même que le chiffrement n'est pas la seule technique à utiliser dans la lutte pour préserver sa vie privée (p. 62), de la même façon, il ne faut pas penser qu'aux solutions techniques. Ne pourrait-on pas compter sur la bonne volonté des entreprises privées, pour qu'elles arrêtent la surveillance ? (p. 60, les auteurs expliquent pourquoi ils n'y croient pas.) Et, sinon, sur les États pour arrêter cette surveillance par la loi ? (p. 61, les auteurs sont pessimistes à ce sujet.)

Enfin, le livre compte aussi d'autres discussions passionnantes, mais je vous laisse les découvrir. Bonne lecture ! (Et, après, il y a une grosse bibliographie, si vous voulez approfondir.)


La fiche

Fiche de lecture : The island of lost maps

Auteur(s) du livre : Miles Harvey
Éditeur : Broadway Books
0-7679-0826-0
Publié en 2000
Première rédaction de cet article le 7 mai 2020


Ce n'est pas un roman : ce livre raconte la triste histoire d'un salaud, Gilbert Bland, qui a écumé les bibliothèques des États-Unis pendant des années, découpant des livres anciens pour voler des cartes et les revendre. L'auteur raconte l'histoire de ces vols, les réactions des bibliothèques (souvent trop pauvres pour pouvoir protéger efficacement les trésors qu'elles contiennent) et le discret monde des vendeurs d'antiquités, où l'éthique est assez basse, et où d'autres salauds achètent sans discuter des œuvres manifestement volées.

L'enquête est très approfondie mais cela n'a pas été facile. Les bibliothèques ont pendant longtemps préféré se taire, en partie pour ne pas attirer l'attention sur la quantité d'objets précieux qu'elles stockent, en partie parce que les universités aux États-Unis dépendent beaucoup du financement privé et qu'il ne faut pas effrayer les riches donateurs. Le monde du commerce d'antiquités est discret, d'autant plus qu'ils savent bien qu'une bonne partie des transactions est fondé sur le vol. Mais Miles Harvey y a passé du temps, et a été le premier à exposer le business de Bland, dans une série d'articles dont il a ensuite tiré ce livre, plein de personnages mystérieux, de rendez-vous dans des lieux luxueux, de trésors antiques en péril.

Bland n'était pas le premier voleur de cartes, bien sûr. Le livre refait vivre une bonne partie de l'histoire de la cartographie ; les cartes sont précieuses, parfois secrètes, et dans de nombreux cas, des espions étaient prêts à prendre des risques énormes pour arriver à mettre la main sur les cartes utilisées pour les voyages lointains. Ce livre passionnant ne se limite pas aux actions d'un minable voleur du XXe siècle, il parle aussi de voyages, de comment on fait les cartes, comment on répare les vieux livres et de plein d'autres sujets qui font rêver.


La fiche

Fiche de lecture : Super-héros ; une histoire politique

Auteur(s) du livre : William Blanc
Éditeur : Libertalia
978-2377-290444
Publié en 2018
Première rédaction de cet article le 5 mai 2020


Les super-héros étatsuniens ne sont pas juste une bande de types bizarres en collants colorés et qui chassent des méchants en sautant d'un immeuble à l'autre. Ils résument et illustrent des valeurs et des opinions, ils sont donc politiques, comme les autres personnages de fiction. Dans cet excellent livre, William Blanc analyse cette politique des super-héros, depuis les débuts jusqu'à aujourd'hui, et comment ils reflètent les mythes, les espoirs et les préjugés de chaque époque.

Depuis toujours, il y a des histoires avec des héros. Mais quand on parle spécifiquement des « super-héros », on fait allusion à un courant purement étatsunien (et qui, logiquement dans ce pays, est une marque déposée). Ce courant est né en 1938, date de la parution du premier Superman. Le caractère bon marché des comics, et leur immense succès populaire ont paradoxalement retardé le moment où les thèmes politiques sous-jacents ont été sérieusement étudiés. Mais cette époque-là est révolue et, désormais, on ne compte plus les travaux érudits analysant les X-Men, Batman ou les Avengers. Ces super-héros sont-ils de gauche ou de droite ? Orientés vers le progrès ou vers le retour au passé ? Cela dépend du personnage et des époques. Les super-héros, qui semblent dotés d'une force invincible sont en fait très vulnérables à l'air du temps, et évoluent régulièrement en fonction des attentes du marché, pardon, de la société. Et comme la demande est vaste, l'offre s'adapte. Les super-héros sont trop machos ? On crée Wonder Woman, car il y a suffisamment de lectrices (ou de lecteurs intéressés par un personnage féminin fort) pour que ça se vende. Les Noirs revendiquent leurs droits ? Black Panther apparait (il y a aussi le moins connu Power Man, que j'ai découvert dans ce livre). Les super-héros ont ainsi épousé tous les changements de la société étatsunienne au cours du XXe siècle.

Si certains des super-héros ont des opinions politiques explicites, comme Green Arrow, d'autres sont plus difficiles à décoder. C'est ainsi que le chapitre sur le Punisher, personnage favori de l'extrême-droite, ne tranche pas complètement : ce super-héros est plus complexe que ce que croient ses supporters habituels.

Ah, et l'étude très fouillée des super-héros va jusqu'à étudier leurs pratiques sportives. Je vous laisse deviner quel est le sport le plus pratiqué par les super-héros.

Note personnelle : je n'aime pas les comics traditionnels, et j'absorbe avec modération les films modernes de super-héros. Donc, je ne suis peut-être pas le cœur du cible idéal pour ce livre. L'auteur, William Blanc, a écrit sur d'autres mythes qui me touchent plus, comme le roi Arthur ou comme Charles Martel (oui, c'est un personnage historique, mais on sait peu de choses sur lui, et c'est surtout le mythe qu'analyse l'auteur dans son livre).


La fiche

Fiche de lecture : À l'école du partage

Auteur(s) du livre : Marion Carbillet, Hélène Mulot
Éditeur : C&F Éditions
978-2-915825-93-0
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 30 avril 2020


Ce livre rassemble l'expérience de deux enseignantes sur l'utilisation de ressources libres à l'école. Au lieu de n'enseigner qu'avec des documents fermés et réservés, utilisons les Communs à l'école !

Chaque chapitre contient un recueil d'expérience (les auteures sont professeures documentalistes) et des idées pour un aspect particulier du monde numérique ; l'utilisation du Web pour la recherche d'information, la question de la copie et du partage des documents numériques, le travail en commun… Aux débuts du déploiement de l'Internet en France, le système scolaire avait globalement mal réagi, rejettant ce qui était nouveau, et créant un grand fossé entre les pratiques des élèves, qui étaient diabolisées (« n'utilisez pas Wikipédia, c'est gratuit, donc ça ne vaut rien ») et celles de l'Éducation Nationale. Heureusement, les choses changent.

Parmi les ressources en commun utilisables, les auteures citent évidemment Wikimedia Commons, mais aussi (page 110) les archives municipales de Toulouse, qui ont été les premières en France à mettre leur fond à la libre disposition du public (cf. l'excellent exposé de Vincent Privat au Capitole du Libre 2018). Les auteures citent de nombreux projets réalisés avec les élèves (par exemple p. 147), les sensibilisant à la fois à l'importance du partage, et à la nécessité de faire attention aux licences et aux conditions de réutilisation.

Bref, un livre qui, je crois, sera utile aux enseignants et enseignantes qui se demandent comment former les élèves à l'utilisation des Communs numériques. Notez que Stéphanie de Vanssay a fait un article plus détaillé sur ce livre.

Notez enfin que le site officiel du livre contient également des articles récents sur les mêmes sujets, par exemple « En période de confinement, quelles activités proposer aux élèves ? ».


La fiche

Fiche de lecture : Les furtifs

Auteur(s) du livre : Alain Damasio
Éditeur : La volte
978-2370-490742
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 7 avril 2020


J'ai aimé le dernier roman d'Alain Damasio, « Les furtifs », autant que « La horde du contrevent », ce qui n'est pas peu dire.

Mais, cette fois, le roman ne se passe plus dans une planète lointaine et bizarre mais chez nous. Enfin, un peu dans le futur, quand même. Il s'agit d'une dystopie où le pays est contrôlé par un gouvernement autoritaire, où tout est privatisé et ne fonctionne que pour le profit, et où les inégalités entre « premiers de cordée » et la masse sont ouvertement assumées ; par exemple, certaines rues de la ville sont réservées aux citoyens favorisés (il n'y a de toute façon plus guère d'espace public). Les activités non lucratives sont réprimées (l'un des personnages est « proferrante », ce qui veut dire qu'elle donne des cours clandestins, enfreignant le monopole des compagnies privées.)

Tout cela est évidemment compliqué à gérer mais, cette fois, il y a le numérique : tout est surveillé et fiché, et le citoyen sait exactement où il a le droit d'aller, et les systèmes de surveillance et de répression savent où est chacun. Comme toutes les dystopies, c'est exagéré mais… pas si exagéré que cela. On se dit qu'il ne manque pas grand'chose aux sociétés modernes pour arriver à ce stade. Pas une dictature totale et brutale comme dans « 1984 », non, simplement un monde bien contrôlé, une smart city totale.

Bien sûr, tout le monde n'est pas d'accord. Dans les interstices du système, il y a des protestations, des tentatives d'élargir les rares espaces de liberté, voire des franches rébellions. Et puis il y a des choses (choses ?) mystérieuses, les Furtifs, dont on ne sait pas grand'chose mais que l'armée traque, dans le doute. Et c'est au sein même de l'unité d'élite anti-Furtifs que vont naître les questions.

Je ne vais pas essayer de résumer le reste du livre, d'abord pour vous laisser le plaisir de la découverte et ensuite parce que le livre est riche, très riche, et part dans tous les sens. Il faut du temps pour y entrer et pour l'explorer dans tous les sens.

Comme dans « La horde du contrevent », le récit est fait par plusieurs des personnages, avec des jolis signes typographiques pour indiquer qui parle. Ne perdez donc pas de vue le rabat qui les résume.


La fiche

Fiche de lecture : Culture numérique

Auteur(s) du livre : Dominique Cardon
Éditeur : Les presses de SciencesPo
978-2-7246-2365-9
Publié en 2019
Première rédaction de cet article le 3 avril 2020


Elle est loin, l'époque où l'Internet et le numérique en général, était ignoré des enseignants et des chercheurs en SHS. Désormais, il y a plein de livres étudiant tel ou tel aspect du réseau. Mais tous ne sont pas bien informés. Ici, au contraire, Dominique Cardon connait parfaitement son sujet, et a publié une version papier de son cours sur l'Internet à SciencesPo. Un ouvrage très utile si vous avez à enseigner l'Internet à des non-informaticiens.

Le plan est classique : histoire de l'Internet, gouvernance de l'Internet (bien expliquée, et sans les innombrables erreurs que contiennent la majorité des articles destinés au grand public), rôle des cultures « californiennes » (comme Burning Man), histoire du Web, les réseaux sociaux, la régulation du contenu, la pratique de la politique sur les réseaux, la publicité en ligne… Mais l'auteur parle également de sujets moins mentionnés dans les publications mainstream comme le rôle de la pensée des Communs (et celui du logiciel libre), avec l'exemple, toujours classique mais justifié, de Wikipédia. Les lecteurs de mon blog connaissent certainement déjà tout cela mais rappelez-vous que ce cours est destiné à un tout autre public, qui n'est normalement exposé qu'au discours mi-marketing (cloud, digital, etc), mi-catastrophiste (Internet, c'est que des fake news, et tout ça.)

Globalement, le livre se penche surtout sur les applications et sur les usages, pas tellement sur l'infrastructure sous-jacente. L'auteur a réussi à garder l'esprit d'un cours, accessible à un large public, tout en le réécrivant suffisamment pour que le livre ne soit pas juste une copie d'un support de cours. Cet ouvrage est utilisable pour le curieux ou la curieuse qui veut une introduction correcte à l'Internet, ou par l'enseignante ou l'enseignant qui veut l'utiliser comme base pour son cours.

Ah, et il y a plein de références bibliographiques : utile si vous vous ennuyez pendant le confinement. Vous aurez de quoi lire.


La fiche

Fiche de lecture : Tales from the wood

Auteur(s) du livre : Adrian Farrel
Éditeur : FeedaRead.com Publishing
978-1-78610-092-4
Publié en 2015
Première rédaction de cet article le 28 mars 2020


Tales from the wood est un recueil de nouvelles, qui reprennent des thèmes de contes de fées, mais les adaptent, souvent dans un sens plus noir.

Notez que, pendant la durée du confinement, certaines des nouvelles sont gratuitement disponibles en ligne.

L'auteur est Adrian Farrel et, en dehors de l'écriture de nouvelles, il est Independent Stream Editor à l'IETF, chargé, donc, de veiller sur les RFC de la voie indépendante (cf. RFC 8730.) Aux réunions IETF, il est le seul (avec moi) à embêter les participants à placer ses livres :-).

Mais revenons aux nouvelles. L'inspiration vient clairement des contes de fées traditionnels, plutôt du monde occidental (avec quelques exceptions). Le style est merveilleux, un anglais un peu précieux, avec beaucoup de vocabulaire. Le fond est modernisé (les femmes y ont un rôle moins inutile que dans les contes classiques), et, en général, assez noir (encore que les contes de fées traditionnels soient souvent assez durs.) Sans divulgâcher, disons que le conte se termine souvent mal et, pourtant, on veut toujours lire le suivant. Et les trois recueils qui suivent…

Vous pouvez acheter les livres sous forme papier ou bien sur le site Web. Notez que les textes sont sous une licence Creative Commons, CC-BY-SA-NC (partage à l'identique, mais pas d'utilisation commerciale.)


La fiche

Fiche de lecture : We have no idea

Auteur(s) du livre : Jorge Cham, Daniel Whiteson
Éditeur : John Murray
976-1-473-66020-5
Publié en 2017
Première rédaction de cet article le 22 mars 2020


Les livres de vulgarisation scientifique se consacrent souvent à ce qu'on sait : ce qu'on a découvert, publié, et avec lequel on peut émerveiller les lecteurs « on va vous expliquer la quantique, on va vous dire tout ce que la neuroscience permet, etc ». Ici, l'angle est différent, ce livre est consacré à ce qu'on ne sait pas, en physique et astrophysique. C'est une banalité de dire qu'il y a beaucoup plus de choses qu'on ne connait pas que de choses qu'on connait. Mais quelles sont les choses dont on sait qu'on ne les connait pas ?

Évidemment, le livre commence par la matière noire et l'énergie noire. On a de bonnes raisons de penser qu'elles existent, mais on ne sait quasiment rien d'elles. (Personnellement, cela me fait penser à l'éther du début du 20e siècle, qui semblait certain, mais qui a fini par être abandonné.) Autre classique du « nous ne savons pas », la place de la gravité dans les différentes interactions possibles : pourquoi est-elle la seule interaction sans théorie quantique ? Et d'où viennent les rayons cosmiques ? Nous ne savons pas (enfin, pas pour tous.) Et pourquoi y a-t-il davantage de matière que d'antimatière ?

Le livre est drôle (j'ai bien aimé les dessins, même si le parti pris de tout prendre à la légère est parfois un peu agaçant), très bien expliqué, et, pour autant que je puisse en juger (mais je ne suis pas physicien), très correct. Un bon moyen de méditer sur la taille de l'univers et ce qu'il contient.


La fiche

Fiche de lecture : Déclic

Auteur(s) du livre : Maxime Guedj, Anne-Sophie Jacques
Éditeur : Les Arènes
978-2-7112-0197-6
Publié en 2020
Première rédaction de cet article le 10 mars 2020


Encore un livre pour parler du pouvoir excessif des GAFA et du capitalisme de surveillance ? Oui mais le sujet n'est pas encore épuisé et chaque livre a un angle différent. Celui-ci est clairement destiné aux utilisateurs et utilisatrices, pas informaticiens et pas biberonnés aux communiqués de la Quadrature du Net depuis des années. Comme je suppose que la plupart des lecteurs et lectrices de mon blog sont plutôt informés sur la surveillance de masse, je leur dis : faites circuler ce livre pour les personnes de votre entourage qui sont à la merci des GAFA.

Le livre est court, pour ne pas épuiser le lecteur, et comprend trois parties. 1) Expliquer le fonctionnement des GAFA et comment, loin d'être bienveillants, ils nous exploitent et nous fichent. (Si vous lisez ce blog, vous savez probablement tout ça. Mais pensez aux autres.) 2) Montrer qu'il y a des alternatives, que la situation est certes grave, mais que l'avenir dépend de nous, on peut le changer. 3) Donner une liste de ressources (documents, logiciels, services) pour « changer le monde, un octet à la fois » (slogan de Framasoft.)

La première partie s'attaque à une tâche difficile : expliquer à des non-informaticiens tout ce qui se passe derrière l'écran et qui abuse des données personnelles confiées. Si tout professionnel sait bien que la nature du numérique fait que collecter, traiter et analyser des données est facile et bon marché (après tout, l'informatique a justement été inventée pour cela), les utilisateurs ne sont pas forcément au courant et peuvent croire des discours du genre « ne vous inquiétez pas, tout est anonymisé, il n'y a aucun risque ». D'autant plus qu'avec le numérique, le pistage peut être discret. Sans Exodus Privacy, serait-on bien conscient de l'abondance de pisteurs dans les applications de notre ordiphone, y compris chez les services publics, et chez les médias qui critiquent vertueusement les GAFA ? Je trouve que ce livre se tire bien de cette tâche pédagogique. (Mais vous pouvez aussi lire l'excellent livre de Snowden, très pédagogique.)

La deuxième partie est tout aussi cruciale ; informer les utilisatrices et les utilisateurs des risques est bien sûr un pré-requis à toute action. Mais s'arrêter là serait dangereux : pour le cerveau humain, quand il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Si on se contente de dénoncer le danger, on risque davantage de générer de la résignation que de l'action. Il faut donc aussi, contrairement aux très nombreux livres qui encombrent les librairies avec des discours anxiogènes sur les vilains écrans et les méchants GAFA, proposer, sinon des solutions toutes faites, au moins des perspectives. C'est donc ici que les auteur·e·s exposent les CHATONS, le logiciel libre mais aussi des perspectives moins souvent présentées, comme les réseaux sociaux décentralisés. Là encore, ce livre est utile et bien fait.

Si plein de personnages connus sont félicités, à juste titre, dans ce livre (Aaron Swartz, Elinor Ostrom, Richard Stallman, Linus Torvalds…), une mention spéciale revient à Alexandra Elbakyan, la peu médiatique responsable de l'indispensable Sci-Hub. Au moment où l'épidémie de COVID-19 frappe la planète, c'est l'occasion de rappeler que la libre diffusion des articles scientifiques est un des enjeux essentiels d'aujourd'hui. Je me joins aux auteur·e·s du livre pour la congratuler chaudement.

[Et merci aussi à Hippase de Métaponte, qui, violant le ridicule secret imposé par Pythagore, avait décidé que les maths méritaient d'être connues de tous.]

La troisième partie était délicate, elle aussi. Il s'agit de présenter une liste de logiciels, de ressources et de services pour aider à la libération des utilisatrices et utilisateurs. De telles listes ne sont pas faciles à faire : il n'est pas toujours possibles de tout tester en détail, et ces listes se périment vite (même quand elles sont en ligne : l'Internet rend la distribution des mises à jour plus facile, mais il ne change rien au problème de maintenance d'une liste.) Personnellement, je ne vois pas de solution à ce problème : la liste du livre ne plaira probablement à personne à 100 %. Le débat lors du lancement du livre le 26 février 2020 avait montré que les solutions alternatives ne sont pas toujours équivalentes à celles des GAFA (« lorsque je veux planter un arbre, je vais sur Ecosia, lorsque je veux un résultat, je vais sur Google », avait dit un participant), et qu'il faudrait prévenir les utilisateurices qu'ielles auront parfois à faire des efforts.

En résumé, c'est un livre à lire si vous vous posez des questions sur le numérique et que vous voulez aller au-delà du « Facebook, c'est des fake news, faut réguler », ou bien si vous connaissez déjà tout cela mais que vous voulez aider les gens de votre entourage à « échapper au piège des géants du Web ».

Sinon, vous pouvez aussi écouter un podcast des auteur·e·s.


La fiche

Fiche de lecture : Unix: A history and a Memoir

Auteur(s) du livre : Brian Kernighan
Éditeur : Kindle Direct Publishing
9781695978553
Publié en 2020
Première rédaction de cet article le 14 janvier 2020


Ce livre est une histoire du système d'exploitation Unix, par une des personnes qui ont suivi l'aventure d'Unix depuis le début, Brian Kernighan.

D'abord, Kernighan écrit très bien, il a un vrai talent pour tout expliquer, y compris les questions informatiques complexes (comme le fameux tube, une des inventions les plus marquantes dans Unix). Ensuite, il a lui-même travaillé au développement d'Unix (il a notamment participé à la création du langage C, dans lequel Unix a été rapidement réécrit, après ses débuts en langage d'assemblage.) Cela lui permet de faire revivre une époque aujourd'hui bien distante.

Il y a fort longtemps, dans un pays lointain, pas du tout dans la Silicon Valley mais à Murray Hill, un gentil roi, la compagnie AT&T avait installé son service de recherche et développement, les Bell Labs. Les Bell Labs (qui existent encore aujourd'hui sous ce nom mais ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils étaient) sont devenus une légende de la physique, de la mathématique et de l'informatique, avec pas moins de neuf prix Nobel obtenus (non, l'invention d'Unix n'a pas été récompensée par un prix Nobel.)

C'est dans ce pays merveilleux que deux informaticiens, Ken Thompson et Dennis Ritchie, après le semi-échec du projet Multics, et le retrait des Bell Labs de ce travail, se sont attaqués à une de ces tâches où tous les gens raisonnables vous disent « c'est complèment irréaliste, jeune homme, vous n'êtes pas sérieux ». Ils ont écrit un système d'exploitation et Unix était né, prêt à conquérir le monde. Ce livre est l'histoire d'Unix. Elle est pleine de rebondissements, de crises, de discussions.

Pour rappeler l'importance d'Unix, il faut se souvenir que beaucoup de choses qui nous semblent aujourd'hui évidentes en informatique ne l'étaient pas à l'époque. Par exemple, la grande majorité des systèmes d'exploitation imposaient de fixer une taille maximale à un fichier avant sa création. Si elle était trop faible, on devait re-créer un autre fichier et copier les données. Si cette taille était trop élevée, on gaspillait de l'espace disque. Unix a mis fin à cela et, aujourd'hui, cela va de soi. De même Unix a unifié les différents types de fichiers. Avant Unix, plusieurs systèmes d'exploitation avaient des commandes différentes pour copier un fichier contenant un programme Cobol et un fichier de données !

L'atmosphère très spéciale des Bell Labs, informelle, avec peu de bureaucratie, un accent mis sur les compétences et pas sur les titres (une méritocratie, une vraie) a beaucoup aidé à développer un système d'exploitation à succès. Kernighan raconte beaucoup d'histoires amusantes, mais consacre également du temps à l'analyse des facteurs importants dans le succès des Bell Labs. Il insiste sur les facteurs physiques (« geography is destiny ») : tout le monde sur le même site, et un mélange de bureaux fermés (même les stagiaires avaient leur propre bureau fermé, loin de l'open space bruyant empêchant la concentration) et de pièces communes où on pouvait aller quand on voulait, discuter et interagir avec les autres. Les Bell Labs ont été un cas peut-être unique, où toutes les conditions étaient réunies au même endroit, pour produire une étonnante quantité d'inventions géniales. Le tout était aidé par un financement stable et un management qui laissait les chercheurs tranquilles. Il est curieux (et triste) de noter qu'une entreprise 100 % capitaliste comme AT&T donnait plus de liberté et de stabilité financière à ses chercheurs qu'une université publique d'aujourd'hui, où les chercheurs doivent passer tout leur temps en travail administratif, en évaluation, et en recherche d'argent.

Aux Bell Labs, il était fréquent pour un chercheur de travailler sur plusieurs sujets de front et le livre de Kernighan donne une petite idée de la variété des sujets. Anecdote personnelle : j'ai utilisé (très peu !) le système Ratfor que l'auteur avait écrit, quand je faisais du calcul numérique.

Une particularité d'Unix est en effet la profusion d'outils pour informaticiens qui ont été développés sur ce système. L'auteur consacre de nombreuses pages à ces outils en insistant sur le fait que le goupe Unix des Bell Labs maîtrisait toujours la théorie et la pratique. Chaque membre du groupe pouvait écrire une thèse en informatique théorique, et inventer puis programmer des outils utiles. Mais on oublie souvent que les premiers utilisateurs d'Unix n'étaient pas que des informaticiens. Le premier argument « de vente » d'Unix auprès de la direction des Bell Labs était ses capacités de… traitement de texte. Le service des brevets de Bell Labs déposait beaucoup de brevets, et leur préparation prenait un temps fou. En bons informaticiens, les auteurs d'Unix ont automatisé une grande partie des tâches, et les juristes se sont mis à préparer les demandes de brevets sur Unix…

De nos jours, on associe souvent Unix au logiciel libre, puisque Linux, FreeBSD et bien d'autres héritiers de l'Unix original sont libres. Mais à la grande époque des Bell Labs, ces considérations politiques étaient absentes. Kernighan n'en parle jamais et, au contraire, insiste sur le verrouillage de bien des innovations par des brevets. C'est en raison de la licence restrictive de l'Unix d'AT&T que des systèmes comme Linux ou FreeBSD n'ont plus une seule ligne du code original d'AT&T : il a fallu tout réécrire pour échapper aux avocats.

Kernighan ne fait pas que raconter des anecdotes édifiantes. Il corrige également quelques légendes. Par exemple, le fameux commentaire dans le code source d'Unix « You are not expected to understand this » ne veut pas du tout dire « lecteur, tu es stupide, laisse ce code aux pros » mais « il n'est pas nécessaire de comprendre ce bout de code pour comprendre le reste ».

Vous ne serez pas surpris d'apprendre que le livre a été composé sur Unix, avec groff et Ghostscript.


La fiche

Fiches de lecture des différentes années : 2020  2019  2018  2017  2016  2015  2014